Français Volants - Chambéry (Division 2, 4e journée)

Pour les Français Volants, le match contre Chambéry constitue leur troisième match d’affilée à domicile avant la fermeture de leur patinoire pour plusieurs semaines et, en corollaire, plusieurs déplacements consécutifs. Après un début de championnat entamé de belle manière avec 3 victoires, la réception des Éléphants, bien mal en point, semble primordiale pour capitaliser ces acquis et fructifier ce bon départ.

Dès les premiers instants de la partie, les Volants mettent la pression sur la cage adverse. Si les visiteurs concèdent rapidement deux pénalités, il s’avère que celles-ci sont plutôt bien maîtrisées, les Volants jouant moins bien en supériorité numérique qu’à 5 contre 5. Les Éléphants ne concèdent ainsi que peu de tirs cadrés durant ces premières minutes. Si la domination est parisienne, le jeu se révèle de plus en plus haché. On ne constate que peu d’occasions franches de part et d’autre, avec un jeu assez stéréotypé.

Néanmoins, les minutes s’égrenant, le jeu des Parisiens est de mieux en mieux construit, avec un jeu de passes de plus en plus léché. Si la pression s’accentue sur son filet avec un nombre de tirs croissants, le gardien chambérien Bruno Périllat réalise une très bonne prestation dans sa cage.

Mais à force de concéder de plus en plus de tirs, Chambéry finit par concéder l’ouverture du score à 17’20’’ : suite à un premier tir de Nicolas Szewczyk sur la droite de la cage, le gardien adverse concède un rebond en stoppant le tir avec sa plaque, rebond immédiatement mis à profit par Derek Summerlin.

Sur ce premier tiers, les Volants sont progressivement montés en puissance, Chambéry ne faisant que résister mais en montrant une belle abnégation et un certain courage. On remarque également une très bonne prestation de leur gardien. L’avance est méritée pour les locaux mais rien n’est fait, celle-ci étant des plus minces. Néanmoins, on peut s’interroger sur la résistance physique des Chambériens, ceux-ci ne s’étant déplacés dans la Capitale qu’avec deux lignes.

Dès la reprise, à 21’03’’, les Français Volants doublent la mise par l’intermédiaire de Derek Summerlin, qui profite d’une magnifique passe de Quentin Pépy venant de la gauche, d’un tir en pleine lucarne. Le break est rapidement fait. On constate immédiatement une grosse pression parisienne autour de la cage chambérienne.

La domination est si forte pendant une dizaine de minutes que les spectateurs ont l’impression que les Parisiens jouent constamment en supériorité numérique, alors qu’il n’en est rien. Et lors de la première véritable supériorité numérique, la pression est telle sur la cage visiteuse que seule l’énorme prestation du gardien chambérien permet aux Éléphants d’espérer encore. On assiste à une quasi attaque-défense depuis le début du tiers.

Le premier arrêt de Johan Bäckö intervient à 32’45’’ sur un contre rondement mené par Clément Chabert. Mais le cerbère parisien est resté vigilant. Les occasions restent parisiennes, comme ce tir de Félix Chougui à 34’02’’ qui a failli profiter d’une fort belle passe en retrait de Brendan Martial.

Le troisième but des locaux est marqué à 34’36’’ dans la confusion : Félix Chougui marque dans une forêt de joueurs se disputant le palet devant la cage, d’un tir en pivot. Ce but récompense une domination de tous les instants au niveau parisien. Néanmoins, il faut noter la très occasion chambérienne à trois minutes de la fin de ce tiers : Johan Backö effectue deux énormes arrêts et est aidé par un de ses défenseurs sur le troisième tir, écarté sur la ligne.

Hormis deux situations très chaudes, Chambéry a totalement été dominé dans ce tiers. L’équipe a été quasiment submergée par les nombreuses offensives parisiennes.

Profitant d’une énorme erreur défensive du capitaine parisien Arnaud Mazzone, qui donne le palet à la rouge à deux attaquants adverses, ces derniers en profitent pour fusiller Johan Bäckö et ce par l’intermédiaire de Clément Chabert (3-1, 40'24"). Si le cerbère parisien a pu stopper le premier tir de Bruno Perillat, il ne peut rien sur le second. Ce dernier est si furieux de ce but qu’il s’en va exprimer vivement son mécontentement devant le banc des Français Volants.

Cette réduction rapide du score aidant, les Chambériens sont revenus avec de meilleures intentions, notamment offensives. Malgré tout, la domination reste parisienne dans l'ensemble. Mais soit le gardien chambérien effectue l’arrêt, soit les attaquants parisiens ne trouvent pas le cadre. À 46’49’’, après un premier shoot plein axe de Alexis Lamey repoussé difficilement par le gardien adverse, Brendan Martial reprend le palet libre et s’en va marquer. Les Parisiens se voient offrir à nouveau trois buts d’avance et bientôt quatre à 53’23’’ par l’intermédiaire de leur buteur suédois Einar Engström, qui reprend instantanément une belle passe de Félix Chougui provenant de la droite. Le palet est détourné par le gardien mais rentre dans sa cage.

Malgré le score, Chambéry ne lâche rien et se voit récompensé à une minute et sept secondes de la sirène finale par un but plein d’opportunisme. Alexandre Fauge shoote puissamment sur la bande, le palet revient dans l’axe du but de Johan Backö et celui-ci est repris instinctivement par Emmanuel Rol.

Sur ce match, si on a vu une équipe chambérienne bousculée et dominée, on peut constater qu’elle a offert une belle résistance. Les joueurs ont tout donné et n’ont jamais lâché. Par ailleurs, il est important de noter la bonne tenue des différents acteurs de cette partie, très peu de pénalités ayant été sifflées de part et d’autre. Avec cette quatrième victoire consécutive, les Volants fructifient leur bon début de saison et se mettent en bonne condition avant de défier plusieurs adversaires à l’extérieur.

 

Français Volants - Chambéry 5-2 (1-0, 2-0, 2-2)
Samedi 22 octobre 2011 à 18h45 à la patinoire Sonja-Henie. 150 spectateurs.
Pénalités : Paris 6' (2', 0', 4') ; Chambéry 14' (6', 4', 4').

Évolution du score
1-0 à 17'20" : Summerlin assisté de Szewczyk et Pepy
2-0 à 21'03" : Summerlin assisté de Pepy et Kylmamaa
3-0 à 34'36" : Chougui assisté de Engström et Mazzone
3-1 à 40'24" : Chabert assisté de Perillat
4-1 à 46'49" : Martial assisté de A. Lamey
5-1 à 53'23" : Engström assisté de Chougui
5-2 à 58'53" : Rol assisté de Fauge