Brest - Tours (Coupe de France, 1/16 de finale)

Tours sort la tête haute

Brest-Tours Pochon et Kiska

Comme on se retrouve ! Tourangeaux et Brestois se sont croisés à de maintes reprises en Coupe de France et les Bretons ne l’ont jamais emporté. En 2006 les Diables Noirs de l’époque évoluaient en D1 et avaient rossé 10-1 des Albatros en attente de renforts étrangers. L’année suivante l’écart de division grandit contrairement au score. Brest, toujours en D2, tient tête au nouveau pensionnaire de Magnus et ne s’incline que 4-3.

Cette fois les rôles sont inversés et les Albatros partent clairement favoris. Malgré un bon début de saison, les Remparts ne sont que promus en D2 et visent avant tout le maintien. Ils viennent de connaître leur premier revers de la saison après un interminable déplacement à Toulon. Les joueurs de Touraine enchaînent donc avec un deuxième déplacement en trois jours. Pas de quoi partir optimiste, surtout après le départ inattendu de Jan Rehor pour Reims.

La motivation des visiteurs pour créer la surprise est grande malgré tout. Elle l’est d’autant plus pour les deux anciens Brestois Matej Kiska et Pierre Pochon. Ce dernier fait d’ailleurs face à Arnaud Goetz, son successeur.

Le corps arbitral donne le ton dès l'entame du match en sifflant une pénalité contre Alexandre Lefebvre au bout de 45 secondes. Un prémice du déluge de pénalités qui seront attribuées tout au long de la rencontre. Henry Coxe alerte Arnaud Goetz d’un bon tir (1'18’’) mais les Remparts ne profitent pas de cette entame de match idéale pour prendre les devants. Les Albatros au contraire ne mettent que neuf secondes pour concrétiser leur jeu de puissance suite à une prison de Maxime Boulianne (3’37’’). Un jeu de passes rapides donne le tournis à la défense visiteuse et c’est Tristan Lemoine qui ouvre la marque (1-0 à 3’37’’). Brest prend peu à peu le dessus grâce à un meilleur patinage et double la mise par Nicholas Pard qui reprend un centre caviar de David Croteau (2-0 à 6’42’’).

Tours ne baisse pas les bras pour autant. Profitant d’une pénalité brestoise, Matej Kiska fait parler sa vitesse par un débordement sur l’aile droite et échoue de peu (11’10’’). Gaël Cler et Judicaël Xavier en embuscade dans l’enclave sont déboutés de justesse par le gardien breton (13’22’’). Nicolas Motreff est sanctionné sur l’action ce qui offre un 5 contre 3 en faveur de Tours. Les visiteurs marquent très vite un but mais il est annulé par la présence de joueurs dans la zone bleue de Goetz (13’30’’).

Coup dur pour les Tourangeaux auquel s’ajoute la sortie de Gaël Cler sur une charge de Vladimir Holik (15’). La blessure semble sérieuse et le joueur ne reviendra pas sur la glace. Les Albatros bénéficient de trois supériorités numériques pour terminer cette période mais elles sont gâchées. L’avance de deux buts seulement semble leur convenir.

Brest joue la facilité face à un adversaire certes de niveau inférieur mais qui tient toujours bon. Mis à part un poteau de Jonathan Avenel (20’10’’) les spectateurs n’ont plus grand chose à se mettre sous la dent. À trop jouer les dilettantes les Albatros vont vite redescendre sur terre.

Antoine PicotUne pénalité inutile de Serge Toukmatchev est concrétisée en quatre secondes par les Remparts. Mise en jeu remportée par Tomas Kukucka en zone offensive qui trouve Antoine Picot à la bleue. Ce dernier mystifie Arnaud Goetz d’un tir magistral (2-1 à 26’24’’). L’écart n’est plus que d’un but, et sans le but refusé dans le premier tiers la marque serait nivelée.

Cette fois les choses sont sérieuses et il est temps de se remettre à la tâche. Ce n’est guère brillant malgré plusieurs jeux de puissance. Jonathan Avenel parvient à déjouer Pochon en récupérant un rebond provoqué par Jaroslav Prosvic (3-1 à 31’25’’). Les frayeurs sont encore de mise lorsque Nicolas Motreff glisse dans sa propre zone défensive et perd le palet. Le capitaine Geoffrey Paillet récupère la rondelle et tente de tromper Goetz du revers mais ce dernier effectue l’arrêt de la mitaine (35’15’’).

Et ce n’est pas terminé ! Sur une entrée en zone offensive de Matej Kiska le feu est mis sur la cage locale. Mickaël Lamothe voit son revers passer à côté d’une cage grande ouverte. C’est la panique générale en défense et Arnaud Goetz dégage comme il peut une tentative de Judicaël Xavier (37’50’’). Après une telle situation, les supporters sont tout heureux de voir les leurs faire preuve d’un réalisme assassin. Sur une contre-attaque Tristan Lemoine pousse au fond un centre de David Croteau juste avant la pause (4-1 à 39’43’’). Cruel pour les courageux Tourangeaux.

Les Remparts s’effondrent

La vaillance des visiteurs a ses limites. Dans le dernier tiers-temps la fatigue finit par sanctionner les efforts fournis depuis le début de la rencontre. Les buts vont alors s’enchaîner en l’espace de quelques minutes. Vladimir Holik mène la charge et remonte le palet. Il décoche un boulet de canon qui laisse sur place son ancien coéquipier Pierre Pochon (5-1 à 47’16’’). Francis Ballet l’imite quelques instants plus tard d’un tir ras glace semble t-il dévié (6-1 à 49’17’’).

L’écart est fait face à des Remparts qui croulent sous les pénalités. Gaëtan Cannizzo, auteur d’un match plein, inscrit son premier but en senior sur une passe de Prosvic (51’27’’). L’attaquant slovaque s’empresse d’aller récupérer le disque et l’offre à son jeune coéquipier (17 ans seulement !). Pierre Pochon n’a pas le temps de souffler que Prosvic marque le huitième but (8-1 à 51’41’’).

L’ancien gardien brestois décide de laisser sa place à Flavien Habatjou. Sébastien Oprandi donne du temps de jeu à ses jeunes y compris en infériorité numérique. En effet Maxime L’Arvor, Gaëtan Cannizzo en défense et William L’Arvor, Jérémy Cormier en attaque affrontent le jeu de puissance adverse (52’30’’).

Brest-Tours Croteau et KiskaL’entraîneur-joueur Radek Stepan écope d’une méconduite et termine son match prématurément. Qu’importe, Matej Kiska intercepte un palet et part seul en contre. Le numéro 61 trompe habillement Arnaud Goetz (8-2 à 53’27’’). Un but salué comme il se doit par le public brestois.

Les Albatros clôturent néanmoins la marque. Cette fois c’est Nicholas Pard qui effectue un débordement sur l’aile gauche et centre au millimètre pour David Croteau qui n’a plus qu’à pousser au fond (9-2 à 54’07’’). Le corps arbitral attribue injustement ce but à Pard. Il est vrai qu’il est plus fréquent de voir le meilleur buteur de junior AAA à la conclusion et l’ancien Mulhousien à la distribution !

L’écart final de sept buts semble logique au vu de la différence de niveau entre les deux équipes. En revanche il ne reflète pas la combativité qu’a livré Tours tout au long de la rencontre. Un joueur comme Naoki Kaneko a illuminé le Rïnkla par son courage et sa détermination. Le joueur japonais (une première à Brest !) n’a jamais rien lâché et a effectué un travail brillant notamment en infériorité numérique. Les Remparts se sont effondrés physiquement dans le dernier tiers après avoir livré un beau combat. Ils peuvent néanmoins quitter la patinoire et la compétition la tête très haute.

Du côté de Brest l’essentiel est assuré. On peut regretter deux premiers tiers parfois approximatifs et joués de manière un peu trop « facile » par moment. Le point positif est la bonne tenue des jeunes et la performance saluée de Gaëtan Cannizzo qui récolte un but et deux assistances.

Commentaire d’après match (dans la Nouvelle République)

Antoine Picot (défenseur de Tours) : « C'est sûr que ça patinait plus vite en face, mais ce n'était pas si impressionnant que ça. On a eu un but refusé, après quoi on revient à 2-1 et on se dit que l'on peut faire quelque chose. Jusqu'au but du 4-1, on est encore bien. Après, la fin de match a été dure contre une équipe globalement meilleure que nous. On retiendra de la Coupe de France la victoire à Cholet au tour précédent, bonne pour la confiance. »

 

Brest – Tours (2-0, 2-1, 5-1)
Samedi 25 octobre 2011 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 472 spectateurs.
Arbitrage de Thibaud Juret assisté de Jérémie Douchy et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Brest 22' ( 8', 4’, 10’), Tours 42’ ( 10', 10’, 12’+10’).

Évolution du score :
1-0 à 03’37’’ : Lemoine assisté de Poulin et Croteau (sup. num)
2-0 à 06’42’’ : Pard assisté de Croteau et Lemoine
2-1 à 26’24’’ : Picot assisté de Kukucka (sup. num)
3-1 à 31’25’’ : Avenel assisté de Prosvic et Holik (sup. num)
4-1 à 39’43’’ : Lemoine assisté de Croteau et Pard
5-1 à 47’16’’ : Holik assisté de Cannizzo et Goetz
6-1 à 49’17’’ : Ballet assisté de Avenel et Pard (sup. num)
7-1 à 51’17’’ : Cannizzo assisté de Prosvic et Avenel (sup. num)
8-1 à 51’41’’ : Prosvic assisté de Avenel et Cannizzo
8-2 à 53’27’’ : Kiska assisté de Herrero
9-2 à 54’07’’ : Croteau assisté de Pard et Poulin

 

Brest

Gardien : Arnaud Goetz

Défenseurs : Vladimir Holik – Gaëtan Cannizzo ; Francis Ballet (C) – David Poulin ; Nicolas Motreff (A) – Aurélien Gréverend ; Clément Gonzales (à partir de 48’) ; Maxime L’Arvor (à partir de 45’).

Attaquants : Jonathan Avenel – Jaroslav Prosvic – Alexandre Lefebvre (A) ; Tristan Lemoine– David Croteau – Nicholas Pard ; Serge Toukmatchev – Mans Papaux – Daniel Sevcik ; William L’Arvor (à partir de 45’), Jérémy Cormier (à partir de 45’).

Remplaçant : Landry Macrez. Absent : David Hennebert (fracture du pied).

Tours

Gardien : Pierre Pochon puis Flavien Habatjou à 51’41’’.

Défenseurs : Radek Stepan – Olivier Dienne ; Antoine Picot (A) – Arthur Pegart ; Henry Coxe – Thibaud Herrero.

Attaquants : Maxime Boulianne – Tomas Kukucka – Matej Kiska ; Norbert Périnet – Geoffrey Paillet (C) – Gaël Cler ; Mickaël Lamothe (A) – Naoki Kaneko – Judicaël Xavier ; Julien Coste, Alexis Puren, Jordan Boissé.

Remplaçant : Bryan Leveque.