Compiègne - Asnières (Division 2, 4e journée)

Compiègne au bout de la nuit

Caladi

Du suspense en veux-tu, en voilà ! Au terme d'une rencontre riche en rebondissements, les Lions ont arrachés leur deuxième succès de la saison face à Asnières (4-4, 3-2 t.a.b) et se relancent après deux défaites consécutives en championnat, dont la dernière en date à Cholet (3-7). Le score serré n'a rien d'illogique puisqu'avant la rencontre, le mot d'ordre pourrait être "malheur au perdant" !

En effet, les deux protagonistes du soir ont jusque là manqué leur début de saison. Compiègne d'abord, qui avant sa défaite à Cholet, a perdu à domicile face à Orléans (2-5) dans une rencontre où rien n'a fonctionné pour les Lions. Asnières ensuite, qui n'a encore jamais gagné depuis le début de la saison, même si les hommes de Dmitri Fokine ont montré un meilleur visage lors de leur dernier match face à Toulon où les Varois ne l'ont emporté que dans les prolongations (6-7). Dans ce contexte, les deux équipes n'ont d'autre choix que de l'emporter, sous peine de se voir déjà décrocher par les équipes de tête.

Caladi impérial

Le match ne commence pas de la meilleure façon pour les Lions puisqu'il ne faut pas plus de deux minutes à Alexandre Delplanque pour écoper d'une pénalité. En infériorité, Compiègne va pourtant se procurer la première occasion de la rencontre. Sur une remise d'Ondrej Prokop, Michal Plichta envoie le palet sur la transversale de James Andrew La Cour, le gardien francilien.

De nouveau au complet sur la glace, les Jaunes subissent alors le jeu des Castors. Guillaume Pfeiffer tente d'abord sa chance de loin. Son tir, dévié par un défenseur picard, contraint Richard Caladi à un premier arrêt réflexe de la jambière (4'20''). Dans la foulée, Dave Duclos Bertrand s'infiltre entre les deux défenseurs compiégnois et part seul au but, mais une fois de plus, le dernier rempart des Jaunes met en échec l'attaquant francilien (5'20''). Même en infériorité, les Castors se montrent opportunistes, à l'image de ce long renvoi de la défense francilienne pour Vladimir Mikula qui se présente seul face à Richard Caladi, mais une nouvelle fois le gardien slovaque joue les sauveurs.

Quelque peu sonnés depuis le début de la rencontre, les Lions se réveillent enfin par l'intermédiaire d'Ondrej Prokop, le Compiégnois le plus actif dans ces premières minutes. Sur une grosse frappe de l'attaquant picard, James Andrew La Cour détourne le palet sur... Michal Plichta qui ne cadre pas (6'50'') !

Mais alors que les hommes de David Dostal semblent refaire surface, ils se mettent en difficulté tout seul, comme à leur habitude en ce début de saison, en concédant trop de pénalités. En supériorité, Asnières pilonne le but compiégnois mais la défense des Lions, Richard Caladi en tête, tient bon. Une défense qui n'est pas exempte de tous reproches quelques minutes plus tard sur une mauvaise relance dans l'axe qu'intercepte Vladimir Mikula avant d'allumer sur le gardien picard qui bloque le palet (11'26'').

HCC -_Asnieres

En infériorité cette fois, les Franciliens sont acculés chez eux. Compiègne fait patiemment tourner le palet et tente de créer des décalages. Alexandre Delplanque trouve Julien Levasseur dans l'axe au niveau de la bleue, le défenseur des Lions arme un slap qui passe entre tout le monde et trouve les filets d'un pauvre James Andrew La Cour masqué sur ce coup-là (1-0, 13'58'').

Suite à l'ouverture du score, on sent le soulagement dans les rangs picards. Du soulagement, on passe à la fébrilité sur cette double supériorité en faveur des Castors. Elle donne pour les visiteurs une occasion inespérée de revenir à la marque. C'est pourtant tout l'inverse qui va se produire... Un premier tir francilien est contré par un défenseur compiégnois, le palet revient sur un visiteur qui arme une nouvelle frappe, Richard Caladi, qui avait anticipé sur le premier tir, est contraint d'exécuter un superbe plongeon pour détourner le palet de la jambière alors que celui-ci prenait la direction de la lucarne. La rondelle est récupérée par David Dostal qui lance immédiatement Ondrej Prokop. L'attaquant picard se présente seul face à James Andrew La Cour et double la mise (2-0, 17'10''). C'est cruel pour Asnières qui sur l'action perd en plus Dave Duclos Bertrand resté K-O sur la glace.

Le premier tiers-temps se conclut sur ce score de 2-0 en faveur des locaux. Compiègne a su profiter de ses temps forts pour marquer et mène logiquement. Même si, sans un Richard Caladi en état de grâce, Asnières aurait pu revenir à plusieurs reprises.

Les Castors sont là !

Le second acte commence sur un rythme de folie. Du côté de Compiègne, on veut définitivement mettre fin aux espoirs de retour d'Asnières, alors que pour les Castors la mission est de faire sauter le verrou des Lions le plus rapidement possible. On passe ainsi rapidement d'un but à l'autre et il y a peu d'arrêt de jeu. Les Franciliens sont les premiers à se mettre en évidence. Sur un nouveau mauvais renvoi de la défense compiégnoise, Vladimir Mikula, dans tous les bons coups ce soir, est sur le point de pousser la rondelle au fond des filets (23'30'').

Par la suite, Asnières profite des nombreuses pénalités concédées par Compiègne pour multiplier les offensives. Heureusement pour la troupe à Dostal les Castors sont totalement inefficace en attaque jusque là. Pour preuve ce terrible manqué de Gaëtan Portier qui, à un petit mètre du but, rate le palet relâché par Richard Caladi sur une frappe de William Guillon (25'30''). Pourtant, loin de se décourager, les Franciliens gardent le pied sur l'accélérateur et finissent par être récompensés, sur une nouvelle supériorité en leur faveur. Jonathan Boucher n'est en prison que depuis quelques secondes, le palet est remis en jeu et gagné par les Castors. Vladimir Mikula passe à Christophe Bourges qui, à l'image du premier but compiégnois, slape depuis la bleue et trompe Richard Caladi (2-1, 26'33'').

Les Lions sentent les Castors revenir sur leurs talons et essayent d'accélérer. Tour à tour, les deux équipes profitent de leur supériorité numérique pour assiéger la cage adverse. James Andrew La Cour s'illustre d'abord sur un slap de Filip Vychodil (29'54''). Puis c'est à Richard Caladi de faire un festival en aimantant tous les palets sur les tentatives des Castors. Le dernier mot revient à Ville Joonas Appel qui rate l'immanquable en manquant le palet alors qu'il n'avait plus qu'à pousser au fond (35'08'') !

Dostal but

En fin de tiers-temps, Asnières hausse son niveau de jeu pour tenter d'égaliser. Mais Richard Caladi décourage les attaquants franciliens en ne laissant rien passer. Les joueurs regagnent les vestiaires sur cet avantage au score des Lions.

Dostal fait durer le plaisir

Compiègne entame ce troisième tiers en infériorité numérique, Filip Vychodil n'ayant pas purgé complètement sa pénalité de la période précédente. Dans la zone neutre, l'attaquant des Jaunes Michal Plichta lance une contre-attaque mais se fait intercepté par la défense francilienne, si bien que Julien Levasseur se retrouve seul face à deux attaquants des Castors. Vladimir Mikula hérite de la rondelle, fixe le défenseur compiégnois avant de transmettre à Ville Joonas Appel qui s'en va battre Richard Caladi (2-2, 40'36''). Les Lions sont cueillis à froid.

Voyant que leur adversaire du soir n'est pas au meilleur de sa forme, les Castors emballent la rencontre et se mettent à y croire. Léo Cuzin s'offre une remontée express du terrain avant de passer à Sébastien Guillon qui arme une grosse frappe, mais Richard Caladi veille au grain et gèle le palet dans sa mitaine sous les applaudissements du public qui pousse un "ouf" de soulagement (41'10'').

Ce n'est que partie remise pour les Franciliens qui se montrent maintenant dangereux sur chaque incursions. Face à une défense trop passive, Ville Joonas Appel s'infiltre sur la gauche et remet dans l'axe à Arthur Ehrhart qui marque de près (2-3, 42'56''). Compiègne mené à domicile, le spectre du match face à Orléans refait surface et les mines sont déconfites dans les rangs picards.

Les Lions n'ont plus le choix, ils doivent attaquer et surtout marquer. Filip Vychodil est sur le point de le faire mais il lui manque quelques millimètres pour propulser le palet au fond ! Quelques millimètres qui ne vont pas manquer à Michal Plichta qui, entouré de deux défenseurs à deux mètres du but, parvient à pousser la rondelle suffisamment fort pour égaliser (3-3, 45'18'').

Le match devient alors complètement fou. Alors que Julien Levasseur est envoyé en prison pour une obstruction, le coach asniérois Dimitri Fokine sent qu'il y a un coup à jouer et demande un temps mort pour annoncer à ses joueurs la tactique à mettre en place pour profiter de cette supériorité. De retour sur la glace, Asnières garde le contrôle du palet et pilonne la cage de Richard Caladi. Mais le gardien des Lions est dans la forme du siècle et ne laisse absolument rien passer !

hccPlus les minutes passent, plus la tension est palpable sur la glace. Les deux équipes croient dur comme fer à la victoire finale et se livrent un combat sans merci. En fin de match, Asnières semble un cran au-dessus. Les Castors font bien tourner le palet et parviennent à créer le danger sur le but des Lions dont la défense est loin de respirer la sérénité. Pourtant Compiègne joue ses phases offensives à fond et se jette en attaque pour tenter d'inscrire le but de la victoire. Mais à force de jouer haut, les Jaunes se font punir par Asnières en contre. Gaëtan Portier récupère le palet et met sur orbite Sébastien Guillon qui gagne son duel face à Richard Caladi (3-4, 50'07). Les Lions sont douchés.

Il faut dire que les hommes de David Dostal bafouillent leur hockey. Les Castors, eux, ne se posent pas de question et continuent à se créer des occasions. Sébastien Guillon et Ville Joonas Appel se mettent tour à tour en évidence.

On entre dans le money time. Compiègne, qui doit marquer pour encore exister, tente le tout pour le tout. David Dostal demande un temps mort, remotive ses troupes et sort son gardien. Les Lions jouent désormais à six contre cinq pour les deux dernières minutes. Le palet circule dans la zone d'Asnières. Christopher Texeira Leite s'infiltre dans l'axe mais bute sur James Andrew La Cour. La rondelle revient sur Ondrej Prokop qui remise à Michal Plichta. L'attaquant picard passe à David Dostal qui égalise sur l'action de jeu de la soirée, un slap plein axe depuis la bleue (4-4, 58'52''). Mission accomplie pour les Lions qui égalisent et poussent Asnières à la prolongation.

La période supplémentaire est globalement dominée par les Picards qui se créent les occasions les plus franches. Mais probablement usées physiquement, les deux équipes ont du mal à produire du jeu. Après cinq minutes, le score n'a pas évolué. La séance de tirs au but est inévitable. Une séance qui ne commence pas de la meilleure des façons pour les Jaunes, puisque les deux premiers tireurs, à savoir Prokop et Levasseur, ne marquent pas, alors que dans le même temps Ville Joonas Appel donne un avantage aux Franciliens. Troisième tireur compiégnois, David Dostal prend ses responsabilités et trompe James Andrew La Cour. Du côté des Castors, Sébastien Guillon ne transforme pas. Après les trois tirs au but initiaux, les deux équipes sont à égalité, un partout. David Dostal s'élance alors une deuxième fois, marque, puis une troisième ! La fois de trop, puisque le gardien francilien stoppe le palet. Nous en sommes à deux partout après cinq tentatives. La tension est à son paroxysme lorsque Léo Cuzin s'élance face à Richard Caladi. Dans un grand soir, le second met en échec le premier. Ondrej Prokop tient alors la victoire au bout de sa crosse. Il s'élance... et marque ! Fin du match.

Après deux défaites consécutives, les Lions renouent enfin avec la victoire et se replacent en championnat (6e place). Pourtant, les Picards peinent à trouver leurs marques depuis le début de la saison et il manque aux hommes de David Dostal un match référence pour définitivement lancer leur saison. Dans les rangs franciliens c'est la déception qui domine. Après une défaite en prolongation, les Castors échouent cette fois-ci aux tirs au but. La troupe de Dimitri Fokine, qui n'est tout de même pas passée loin de la victoire, prouve qu'il faudra compter sur elle dans les journées à venir.

Charles Thelliez / Photo : Hervé Reynaud

Commentaires d'après-match :

David Dostal (entraîneur-joueur de Compiègne) : « On de la chance. Je me doutais que ça allait être dur ce soir pour nous. Heureusement on a eu un très bon Richard (NDLR : Caladi). Dans le deuxième tiers-temps, on se relâche, on laisse venir l'adversaire. Dans le troisième, pareil. Mais c'est une victoire ! Et c'est bon pour le moral. Mais si on continue comme ça, la saison risque d'être longue. Il manque de leader dans cette équipe ».

Dimitri Fokine (entraîneur d'Asnières) : « C'est le deuxième match où on ne passe pas loin. On commence à monter en pression. L'équipe en face a plus d'expérience et ça l'a aidée ce soir. Il nous manquait des joueurs ce soir. D'ailleurs nous sommes actuellement à la recherche d'un défenseur. Bien sûr on pouvait gagner aujourd'hui, mais je pense qu'il nous a manqué du physique en fin de rencontre ».

 

Compiègne – Asnières 4-4 (2-0, 0-1, 2-3, 1-0) / 3-2 aux tirs au but
Samedi 22 octobre 2011 à 20h30 à la patinoire des Mercières. 300 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Nicolas Dessaint et Frédéric Masse.
Pénalités : Compiègne 22' (8', 10', 2', 2') ; Asnières 10' (6', 2', 0', 2')

Evolution du score :
1-0 à 13'58" : Levasseur assisté de Brochard et Delplanque
2-0 à 17'10" : Prokop assisté de Dostal (inf. num.)
2-1 à 26'33" : Bourges assisté d'Appel et Mikula (sup. num.)
2-2 à 40'36" : Appel assisté de Mikula (sup. num.)
2-3 à 42'56" : Ehrhart assisté d'Appel
3-3 à 45'18" : Plichta assisté de Prokop et Dostal
3-4 à 50'07" : Guillon assisté de Portier
4-4 à 58'52" : Dostal assisté de Prokop et Plichta
Tir au but gagnant : Prokop


Compiègne

Gardien : Richard Caladi.

Défenseurs : Tanguy Skelding – Filip Vychodil ; Pierre Brohard (C) - Julien Levasseur.

Attaquants : Alexis Nicolay - David Dostal - Michal Plichta ; Alexandre Delplanque - Christopher Texeira Leite - Ondrej Prokop (A) ; Jonathan Boucher (A) - Rémy Feuillet – Anthony Panto.

Remplaçants : Thibault Varin, Luc Polverelli. Absent : Jérémy Lebreton.

Asnières

Gardien : James Andrew La Cour.

Défenseurs : Artjom Abramov – Mark Samorukov ; Christophe Bourges – William Guillon ; Nicolas Cousin – Guillaume Dos Santos Viera.

Attaquants : Franz Ehrhart – Dave Duclos Bertrand – Ville Joonas Appel ; Vladimir Mikula – Guillaume Pfeiffer – Gaëtan Portier ; Sébastien Guillon – Alexandre Capet – Léo Cuzin.

Remplaçant : Arthur Rabany (G).