Présentation NHL 2011/2012: la division Pacifique

La division Pacifique est l'une des plus relevées de toute la ligue. Les trois franchises californiennes ont disputé les playoffs l'an passé, de même que Phoenix, Dallas échouant lors du 82e match. La saison 2011-12 ne devrait pas trop changer cet état de fait. San Jose apparait comme le grand favori, mais Los Angeles a gagné en profondeur. Anaheim reste toujours difficile à manoeuvrer. Dallas et Phoenix ont pour leur part perdu quelques joueurs majeurs et devront trouver le moyen de compenser.

 

San José SharksLogo SanJose_petit

Arrivées notables : Brent Burns (D, Minnesota), Michal Handzus (C, Los Angeles), Martin Havlat (AD, Minnesota), Jim Vandermeer (D, Edmonton), Andrew Murray (AD, Columbus), James Sheppard (C, Minnesota)

Départs notables : Ben Eager (AG, Edmonton), Dany Heatley (AD, Minnesota), Kent Huskins (D, St Louis), Jamal Mayers (AD, Chicago), Kyle Wellwood (C, Winnipeg), Ian White (D, Detroit), Scott Nichol (C), Devin Setoguchi (AD, Minnesota), Niclas Wallin (D, Lulea, SUE)

Double finaliste de conférence, San José reste une valeur sûre de la NHL. Toujours placé, mais jamais gagnant... la troupe de Todd McLellan a tendance à craquer dans les moments décisifs, même si les deux dernières saisons ont permis d'effectuer des progrès notables. La saison dernière, le début difficile à contraint l'équipe à cravacher, laissant des forces qui auront cruellement manqué contre Vancouver en finale de conférence. Le manque de profondeur en défense a poussé le staff à transformer l'équipe : Brent Burns débarque, au prix fort. Devin Setoguchi, l'espoir Charlie Coyle et un premier choix sont cédés au Minnesota, qui accepte un nouvel échange Heatley-Havlat dans la foulée. L'arrivée de Burns donne une nouvelle dimension à la défense, mais il faudra compenser la perte offensive de Heatley et Setoguchi : bilan payant sur la pré-saison, avec une seule défaite.

Gardiens ***

C'est sans doute le poste le moins spectaculaire de l'équipe. Le duo finlandais Antti Niemi - Antero Niittymaki récidive après une saison en demi-teinte. Niemi, auréolé de son titre de champion avec Chicago, a progressivement pris le poste de n°1 sans se montrer décisif en playoffs. Niemi et Niittymaki commencent la saison à l'infirmerie, et c'est l'Allemand Thomas Greiss qui devra assurer l'intérim, avec le jeune Finlandais Harri Säteri en backup.

Défense *****

BURNS Brent-20100508-107L'arrivée de Brent Burns donne à Dan Boyle un joli ballon d'oxygène. Boyle était de loin le plus utilisé de l'équipe et celui qui avait le plus de poids offensif. Il pourra partager son temps avec Burns, dont le profil technique et physique était très convoité. Il est vu comme la pièce manquante d'une équipe si proche du but. Le soutien a fière allure : des profils de relanceurs, avec les jeunes Marc-Edouard Vlasic et Jason Demers, et des profils de grands gabarits physiques, avec Douglas Murray et l'expérimenté Colin White, qui passe à l'ouest après 11 ans chez les Devils. La réserve est tout aussi fournie : Jim Vandermeer possède une solide carrière, et le jeune Justin Braun a marqué les esprits en fin de saison dernière.

Attaque *****

Beaucoup d'équipes aimeraient disposer d'un tel effectif. Certes, Dany Heatley et Devin Setoguchi ne sont plus là. Mais le premier a déçu, disparaissant chaque année en playoffs, alors que le second restait sur une saison délicate et irrégulière. Cette saison, les deux premiers trios accueillent des joueurs tous capables de franchir les 30 buts. Au centre, Joe Thornton est le distributeur de caviars attitré, et reste sur deux playoffs plutôt réussis, effaçant peu à peu son image négative aux moments décisifs. Derrière lui, Logan Couture vient d'être nominé pour le titre de rookie de l'année : il a joué dans toutes les situations et même souvent porté l'équipe. La confirmation est indispensable. À gauche, Patrick Marleau fait preuve de régularité depuis le début de sa carrière et le physique Ryane Clowe jouera le rôle de "power forward" nécessaire. À droite, on fait dans la technique avec "Little Joe" Pavelski et Martin Havlat : de la vitesse et de l'offensive.

Mais les deux autres lignes sont tout aussi dangereuses. Michal Handzus aura un rôle clé en infériorité, avec Torrey Mitchell et Jamie McGinn. On trouve enfin une demi-dozaine de joueurs de devoir (Mashinter, Desjardins, Murray, McLaren, Wingels, McCarthy ou Ferriero), tous plus ou moins interchangeables, offrant une profondeur d'effectif peu égalée dans la ligue. James Sheppard pourrait être la surprise du chef : l'ancien premier choix, venu du Minnesota, a été limité par plusieurs blessures mais possède un potentiel intéressant.

Lignes d’attaque probables :
Patrick Marleau - Joe Thornton - Joe Pavelski
Ryane Clowe - Logan Couture - Martin Havlat
Jamie McGinn - Michal Handzus - Torrey Mitchell
Benn Ferriero / Tommy Wingels - Andrew Desjardins / James Sheppard - Andrew Murray

 

Los Angeles KingsLogo LosAngeles_petit

Arrivées notables : Mike Richards (C, Philadelphie), Simon Gagne (AG, tampa Bay), Colin Fraser (C, Edmonton), Trent Hunter (AD, Islanders), Ethan Moreau (AG, Columbus)

Départs notables : Ryan Smyth (AG, Edmonton), Wayne Simmonds (AD, Philadelphie), Brayden Schenn (C, Philadelphie), Alexei Ponikarovsky (AG, Carolina), Michal Handzus (C, San Jose), Peter Harrold (D, New Jersey)

Chez les Kings, on veut passer à la vitesse supérieure. Les années de bas de tableau ont permis de récupérer de bons jeunes et l'équipe a franchi un cap en retrouvant les playoffs. Cependant, la blessure de la star slovène Anze Kopitar en fin de saison, ainsi que celle de Justin Williams, a tué l'équipe avant la phase finale l'an passé : le manager général Dean Lombardi a donc beaucoup travaillé pour y remédier. L'arrivée de joueurs d'expérience comme Mike Richards et Simon Gagné doit permettre à l'équipe de voir ses ambitions à la hausse : l'heure de la maturité ?

Gardiens ****

Le duo Jonathan Quick - Jonathan Bernier va à nouveau se partager le temps de jeu. Quick, plutôt sous estimé, s'est montré régulier depuis son arrivée dans la ligue. Bernier, champion du monde junior 2008 et excellent en AHL, s'est bien installé en tant que remplaçant la saison dernière et cherchera à augmenter son temps de jeu.

Défense ****

BROWN Dustin-2009-7912Le feuilleton de l'été a tourné autour de Drew Doughty. Le nominé au trophée Norris et champion olympique 2010 a un peu regressé en 2011 mais reste le défenseur n°1 de l'équipe, grâce à ses capacités de relanceur et de meneur de jeu de puissance. Longtemps en conflit pour le renouvellement de son contrat, il a finalement resigné au début du camp d'entraînement pour une somme record : 56 millions sur 8 ans. À lui de justifier cette confiance. À ses côtés, l'ancien premier choix Jack Johnson est une valeur sûre et apporte une dimension physique et un état d'esprit irréprochables : il reste sur une saison de 42 pts.

Derrière eux, il y a beaucoup de rugosité avec Willie Mitchell, Rob Scuderi et Matt Greene, trois défenseurs qui jouent plutôt sur leur puissance physique. Alec Martinez, plus mobile, entamera pour sa part sa deuxième année. Los Angeles possède une jolie profondeur avec quelques jeunes très proches de la NHL : Davis Drewiske, Jake Muzzin, Vyacheslav Voïnov et l'ancien n°4 de draft Thomas Hickey.

Attaque ****

Les Kings ont perdu Wayne Simmonds et Ryan Smyth, mais ont gagné Mike Richards et Simon Gagné, ce qui semble plutôt une amélioration. Le trio de centres apparait comme le point fort de l'équipe : Anze Kopitar, passé au statut de superstar après un gros début de saison dernière, Mike Richards, polyvalent, et Jarret Stoll, efficace aux mises au jeu et au slap ravageur. Le jeune Trevor Lewis possède un bon potentiel également.

Les ailes sont moins flamboyantes. À gauche, Dustin Penner est un gros gabarit solide dont on attend toujours plus. Simon Gagné est plutôt fragile, alors que Andrei Loktionov et Kyle Clifford sortent à peine de leurs années juniors. À droite, le capitaine Dustin Brown apporte une combinaison physique-leadership précieuse. Justin Williams s'est forgé une bonne carrière de buteur de soutien, alors que Scott Parse et Brad Richardson peuvent également dépanner offensivement.

La réserve se révèle bien fournie avec l'expérimenté Ethan Moreau, le gros bras Kevin Westgarth ou encore Colin Fraser : arrivé blessé lors de l'échange Ryan Smyth cet été, il est la source bien involontaire d'une légère tension avec les Oilers.

Lignes d’attaque probables :
Dustin Penner - Anze Kopitar - Dustin Brown
Simon Gagne - Mike Richards - Justin Williams
Andrei Loktionov - Jarret Stoll - Scott Parse
Kyle Clifford - Trevor Lewis - Brad Richardson
Ethan Moreau - Colin Fraser - Kevin Westgarth

 

Anaheim Ducks Logo Anaheim_petit

Arrivées notables : Mark Bell (C, Kloten, SUI), Mathieu Carle (D, Montréal), Andrew Cogliano (C, Edmonton), Jeff Deslauriers (G, Edmonton), Andrew Gordon (AD, Washington), Jean-Francois Jacques (AG, Edmonton), Bryan Rodney (D, Carolina), Matt Smaby (D, Tampa Bay), Kurtis Foster (D, Edmonton)

Départs notables : Kyle Chipchura (C, Phoenix), Josh Green (C), Jason Jaffray (AG), Andreas Lilja (D, Philadelphie), Todd Marchant (C, retraite), Mark Mitera (D, Montréal), Andy Sutton (D, Edmonton), Brad Winchester (AG, San José), Ray Emery (G, Chicago), Jarkko Ruutu (AG, Jokerit, FIN).

Les Californiens des Ducks d'Anaheim ont connu une saison contrastée. Si Corey Perry a explosé les défenses pour terminer meilleur buteur et être désigné MVP de la saison, l'équipe n'a pas réussi à aller très loin en playoffs, éliminée au premier tour, la faute à des vertiges persistants chez son gardien vedette Jonas Hiller. L'intersaison a été marquée par l'habituelle question sur l'avenir de Teemu Selänne : le Finlandais rempile pour un an après une saison monstrueuse, à 40 ans passés.

Gardiens ***

Jonas Hiller a réalisé une excellente saison et fut le principal artisan de la qualification de son équipe : on parlait même de lui pour le titre de MVP à l'approche du All-Star Game. Malheureusement pour lui, il a été victime de vertiges et a manqué quasiment toute la fin de saison. Les doutes sur son état de santé et sa capacité à tenir toute l'année sont toujours là pour 2011-2012, même s'il ne ressent plus aucun symptôme. Ray Emery, intérimaire solide, a été laissé libre et c'est Dan Ellis qui servira de remplaçant, avec Jeff Deslauriers en troisième larron.

Défense ***

BEAUCHEMIN Francois-20100508-065Le mélange jeunesse-expérience a fonctionné par intermittences la saison dernière. Lubomir Visnovsky a enquillé les points, et le rookie Cam Fowler a surpris son monde à 18 ans. Si Fowler a brillé offensivement, il a toutefois souffert défensivement et le club compte sur lui pour progresser. Derrière, la valeur sûre Toni Lydman continue sa carrière dans l'ombre, sans éclats mais avec une solidité rare. Le vétéran François Beauchemin a été rappelé de Toronto où il végétait quelque peu : un retour qui a coûté très cher aux Ducks qui ont dû céder le prometteur Jake Gardiner.

Enfin, on retrouve le slap puissant de Kurtis Foster, le jeune Suisse Luca Sbisa, qui progresse régulièrement, et quelques joueurs de complément comme l'ancien de Tampa Matt Smaby, l'ancien 'Canes Bryan Rodney et l'ancien Flyer Nate Guenin, en vue lors du camp. Le rugueux Sheldon Brookbank complète le tableau.

Attaque ****

Le staff du manager général Bob Murray a beaucoup travaillé sur la profondeur de banc à l'intersaison. Anaheim dépendait beaucoup trop de sa première ligne d'impact Bobby Ryan - Ryan Getzlaf - Corey Perry, qui a dynamité toutes les défenses en imposant un jeu rapide, physique et opportuniste, dans lequel les trois joueurs se complètent parfaitement. C'est ensuite que le bât blessait : Saku Koivu et Teemu Selänne restent productifs - surtout Selänne installé en supériorité avec le premier trio et auteur de 31 buts à 41 ans ! - mais manquent de soutien, Jason Blake peinant à retrouver son niveau.

Les Ducks ont donc récupéré un jeune centre, Andrew Cogliano, en disgrâce dans une équipe d'Edmonton qui avait trouvé encore plus jeune et plus prometteur que lui. À ses côtés, la fusée Cogliano composera avec les jeunes Nick Bonino, Matt Beleskey, Brandon McMillan, en vue lors des playoffs, et Dan Sexton, qui voudra retrouver son niveau d'il y a deux ans. Pour compléter l'effectif, une série de gros bras ou de joueurs défensifs comme George Parros et Jean-François Jacques, qui poursuivront la tradition locale du jeu physique : les Ducks sont souvent parmi les plus pénalisés de la ligue. D'anciens bons choix de draft comme Peter Holland ou Kyle Palmieri patienteront en ligue mineure, tout comme l'ancien espoir des Flyers Patrick Maroon. Le junior Devante Smith-Pelly a pour sa part surpris tout le monde en gagnant une place au camp, profitant de quelques blessures de coéquipiers.

Lignes d’attaque probables :
Bobby Ryan - Ryan Getzlaf - Corey Perry
Jason Blake - Saku Koivu - Teemu Selänne
Devante Smith-Pelley - Andrew Cogliano - Andrew Gordon
Maxime MacEnauer - Brandon McMillan - George Parros
Jean-François Jacques, Matt Beleskey, Dan Sexton, Nick Bonino, Kyle Palmieri.

 

Phoenix Coyotes Logo Phoenix_petit

Arrivées notables : Daymond Langkow (C, Calgary), Raffi Torres (AG, Vancouver), Mike Smith (G, Tampa Bay), Kyle Chipchura (C, Anaheim), Boyd Gordon (C, Washington), Alexandre Bolduc (C, Vancouver), Curtis McElhinney (G, Ottawa), Dean Arsene (D, Edmonton), Nathan Oystrick (D, Atlanta/Winnipeg), Justin Pogge (G), Patrick O'Sullivan (C, Minnesota), Marc Pouliot (C, Tampa Bay), Tyler Eckford (D, New Jersey), Petteri Nokelainen (AG, Jokerit, FIN)

Départs notables : Ilya Bryzgalov (G, Philadelphie), Vernon Fiddler (C, Dallas), Ed Jovanovski (D, Florida), Andrew Ebbett (C, Vancouver), Nolan Yonkman (D), Eric Belanger (C, Edmonton), Lee Stempniak (AD, Calgary)

L'avenir extra-sportif des Coyotes de Phoenix reste toujours aussi incertain : il manque toujours un repreneur, et seule l'insistance de la ville de Glendale maintient l'équipe dans l'Arizona. La franchise était auparavant à Winnipeg et est désormais épargnée par un retour au Manitoba, mais d'autres villes lorgnent l'équipe du désert (Québec, Kansas City, Hamilton...).

Sportivement, c'est déjà meilleur avec deux apparitions en playoffs de suite et un entraineur, Dave Tippett, très réputé. L'équipe a encore perdu au 1er tour contre Detroit avec une saison moins bonne que 2009-10, notamment en infériorité numérique. Le départ du gardien vedette Ilya Bryzgalov laisse un trou béant dans la franchise. Les problèmes de renouvellement de contrat du jeune Kyle Turris, 3e choix total en 2007, n'arrangent rien aux doutes entourant les Coyotes...

Gardiens *

Qu'il est incertain, ce poste de gardien ! Bryzgalov parti, Phoenix se retrouve sans doute avec le duo de gardien apportant le moins de garantie de toute la ligue. Mike Smith a été recruté pour être n°1, poste qu'il n'a guère réussi à confirmer partout où il est passé, et surtout pas à Tampa Bay où il s'est fait déloger par Dwayne Roloson, 41 ans. Son backup sera Jason LaBarbera, ancien King et Ranger et baroudeur de la ligue. Pas mieux pour le 3e gardien Curtis McElhinney, longtemps pensionnaire du système de Calgary et peu convaincant à Anaheim l'an passé. Le point fort de l'équipe est désormais le point faible et le système défensif "made-in-Tippett" va devoir compenser.

Défense ****

ROZSIVAL _Michal-100509-116Fort heureusement, la défensive des Coyotes apporte bien plus de garanties. Keith Yandle explose depuis deux ans, et l'ancienne star junior apparait désormais comme le prétendant n°1 au All-Star Game de l'équipe. Il pourrait bien postuler au trophée Norris, grâce à ses qualités dans les deux sens du jeu. À ses côtés, de l'expérience, avec Michal Rozsival et Rostislav Klesla, solides joueurs sans être spectaculaires, ou le slap d'Adrian Aucoin, un peu déclinant à 38 ans mais valeur établie. Derek Morris apporte une caution physique. Le renouvellement des lignes arrières débute enfin par Oliver Ekman-Larsson, pour sa 2e saison, à 20 ans. C'est le plus gros potentiel de l'équipe. En cas de coup dur, Chris Summers, Nathan Oystrick, David Schlemko et Maksim Goncharov sont très proches de la NHL. Schlemko, brillant lors des derniers playoffs, devrait même débuter dans le top-6.

Attaque ***

Les lignes d'attaque apparaissent sous-estimées, faute d'avoir un talent hors norme capable de finir parmi les meilleurs marqueurs. C'est donc plutôt un travail de groupe. La première ligne est tout à fait efficace, avec le vétéran abrasif Shane Doan et le passeur Ray Whitney, tous deux très expérimentés. Le jeune pivot tchèque Martin Hanzal a progressé régulièrement depuis son arrivée et s'est installé parmi les très bons centres de la conférence.

Il y a de la vitesse avec le sniper Radim Vrbata, le Finlandais Lauri Korpikoski et donc Kyle Turris, qui a manqué le début de saison en pleine dispute contractuelle : les rumeurs font état d'une demande de transfert. Il faudra le remplacer au centre et l'assurance s'appelle Daymond Langkow. L'ancien Flame a cumulé les blessures depuis plusieurs saisons mais dépannera. Le Danois Mikkel Bødker apportera la vitesse et Raffi Torres le côté physique. Enfin, on trouve pléthore de candidats pour la 4e ligne : le bagarreur Paul Bissonnette, au compte Twitter très suivi, mais aussi Taylor Pyatt, excellent défensivement, et de nombreux jeunes comme l'universitaire de l'année Andy Miele ou d'anciens premiers choix déchus comme Kyle Chipchura ou Petteri Nokelainen. Brett MacLean a lui été pris au ballotage par Winnipeg à la fin du camp.

Lignes d’attaque probables :
Ray Whitney - Martin Hanzal - Shane Doan
Lauri Korpikoski - Daymond Langkow - Radim Vrbata
Mikkel Boedker - Boyd Gordon - Raffi Torres
Taylor Pyatt - Alexandre Bolduc - Paul Bissonnette
Andy Miele, Kyle Chipchura, Petteri Nokelainen
Kyle Turris (sans contrat)

 

Dallas Stars Logo Dallas_petit

Arrivées notables : Jake Dowell (C, Chicago), Radek Dvorak (AD, Atlanta/Winnipeg), Vernon Fiddler (AG, Phoenix), Eric Godard (AD, Pittsburgh), Adam Pardy (D, Calgary), Michael Ryder (AD, Boston), D Sheldon Souray (D, Edmonton)

Départs notables : Jamie Langenbrunner (AD, St-Louis), Brad Richards (C, Rangers), Jason Williams (AD, Pittsburgh), Jeff Woywitka (D, Montréal), Aaron Gagnon (C, Winnipeg), Karlis Skrastins (D, décédé dans l'accident d'avion du Lokomotiv Yaroslavl).

Pendant quatre ans, le coeur de l'attaque des Stars tournait autour de Brad Richards. Agent libre le plus convoité de l'été, le pivot a choisi de quitter le Texas pour rejoindre New York, laissant l'équipe dans l'incertitude. Dallas a manqué les playoffs la saison dernière en perdant contre Minnesota à la dernière journée. Trois ans sans playoffs, et avec une attaque anémique malgré Richards, les Stars paraissent en mauvaise posture dans une division Pacifique de plus en plus coriace. Il faudra de plus s'adapter à un nouvel entraineur : Glen Gulutzan a été promu de l'équipe AHL, apportant une certaine fraîcheur et un enthousiasme nécessaires pour relancer la franchise. Suffisant pour un nouvel élan ?

Gardiens ****

Dallas a fait plutôt une bonne affaire avec Kari Lehtonen. Le 2e choix de la draft 2002 stagnait à Atlanta, connaissant de nombreuses blessures. Il a plutôt bien rebondi depuis son arrivée au Texas. Son remplaçant sera Andrew Raycroft, ancien vainqueur du trophée Calder avec Boston mais qui n'a jamais confirmé son potentiel. Il reste un remplaçant de niveau tout à fait correct, en attendant l'éclosion de l'ancien universitaire Richard Bachman ou du multi-médaillé aux Mondiaux U18 et U20 Jack Campbell.

Défense **

LARSEN Philip-100516-447Une défense rajeunie : Dallas a été contraint de beaucoup renouveler ses lignes arrières ces dernières années. Le n°1 s'appelle donc... Stéphane Robidas, solide et expérimenté, qui a même participé au All-Star Game. C'est aussi peu spectaculaire à ses côtés. Alex Goligoski est arrivé contre James Neal et Matt Niskanen à la date limite des transactions, avec un potentiel de défenseur offensif certain. Trevor Daley, petit gabarit mobile, s'est bien installé et fait figure "d'ancien" dans l'équipe désormais.

Les jeunes Nicklas Grossman, Adam Pardy, Mark Fistric, Brenden Dillon et Philip Larsen complèteront l'alignement, le Danois apparaissant comme le meilleur espoir du lot. Le joker s'appelle Sheldon Souray : l'ancien Habs et Oilers n'a pas joué de la saison dernière et cherche à se relancer, à 35 ans. Si le pari réussit, il apportera un gros plus au jeu de puissance grâce à sa qualité de tir. Brad Lukowich, 35 ans et champion 1999 avec les Stars, servira de mentor aux jeunes en réserve, quitte à dépanner également en NHL.

Attaque ***

Le départ de Brad Richards va peser dans une attaque anémique, mais non dénuée de talent. Comme en défense, Dallas a du sérieusement rajeunir l'effectif. Pire, la masse salariale touche le... plancher ! En effet, Dallas était responsable d'une partie du salaire de sean Avery et, lorsque les Rangers l'ont mis au ballotage, ils ont involontairement placé Dallas sous le plancher salarial. Une situation qui illustre le type d'effectif des Stars : des jeunes, des méconnus et donc moins de talent a priori que ses rivaux de la division Pacifique.

En tête de ligne, Mike Ribeiro. L'ancien de Montréal se montre très régulier, avec une vision du jeu au-dessus de la moyenne (52 assists l'an passé). Sur l'aile gauche, Loui Eriksson est devenu l'un des plus gros "snipers" de la ligue, alors que le capitaine courage Brenden Morrow fait figure de parfait deuxième ligne, fort d'un record de carrière de 33 buts. À droite, on s'appuiera sur Michael Ryder, auréolé d'une coupe Stanley avec Boston, et le rugueux Steve Ott, capable d'atteindre les 20 buts malgré les bagarres. Le 2e centre sera le jeune Jamie Benn, 22 ans, au potentiel intéressant puisqu'il a atteint deux fois les 22 buts et a fini très fort la dernière saison.

Les 3e et 4e lignes sont plus décevantes. Les spécialistes du jeu défensif seront les vétérans Radek Dvorak, Vernon Fiddler et Adam Burish, aux rôles clairs : respectivement vitesse en infériorité, mises au jeu et gros bras. Puis, une cascade de seconds couteaux peu convaincants, un peu jetés de partout et à la relance, tels que Krys Barch, Toby Petersen, Eric Godard... et quelques jeunes comme Tom Wandell, Tomas Vincour, l'ancien premier choix Scott Glennie, 20 ans, ou l'ancien 'Hawk Jake Dowell. Une profondeur quasi inexistante pour les Stars qui vont devoir prier pour que Ribeiro et Eriksson tiennent la baraque... sinon, on jouera des muscles, et l'équipe est bien bâtie pour cela.

Lignes d’attaque probables :
Loui Eriksson - Jamie Benn - Steve Ott
Brenden Morrow - Mike Ribeiro - Michael Ryder
Radek Dvorak - Vernon Fiddler - Adam Burish
Jake Dowell - Tom Wandell - Krys Barch
Tomas Vincour - Toby Petersen - Eric Godard