Neuilly-sur-Marne - Chamonix (Ligue Magnus, 7e jounée)

Justin ou les infortunes de la vertu

ohberg kai_091003_010Les deux adversaires de ce soir ont perdu un défenseur dans la semaine. Travis Zajac s'est cassé la jambe et sera absent trois mois. Neuilly-sur-Marne se demande si les moyens financiers sont disponibles pour engager un remplaçant, sachant que les lignes arrières sont maintenant composées de six joueurs dont deux juniors, et que leur "doyen" a... 24 ans !

Quant à Chamonix, Stéphane Gros a eu la mauvaise surprise de voir Justin Da Costa demander à le voir dimanche dernier : "il m'a expliqué qu'il pouvait signer dans le championnat d'Autriche, qui ne s'ouvre généralement qu'à des joueurs à gros CV, et que c'était donc une belle opportunité pour lui." Le cas n'a pas posé grande réflexion, car Gros a un principe pour préserver la vertu d'un groupe : "Quand un joueur demande à partir, j'ouvre la porte". Da Costa est donc parti pour le club hongrois d'Alba Volán, qui cherchait un remplaçant à l'international italien Christian Borgatello, rentré dans son pays à la suite de sa famille qui ne s'était pas acclimatée. C'est un ancien coéquipier universitaire, Tyler Dietrich, aujourd'hui reconverti en préparateur physique notamment pour Derek Ryan (le buteur d'Alba Volán), qui a recommandé Da Costa.

Le CHC le remplacera par Kai Öhberg, l'ancien défenseur du Mont-Blanc et de Rouen qui était déjà une piste envisagée à l'intersaison. Son entraîneur n'exclut pas d'avoir gagné au change : "Da Costa portait beaucoup le palet à l'offensive, mais ne relançait pas forcément bien. Or la relance est justement le point fort d'Öhberg." Le problème, c'est que le Finlandais n'est pas encore présent.

Le leader Chamonix (dont la venue a attiré une bonne affluence) aligne donc seulement 5 défenseurs face aux 12 attaquants de Neuilly, qui est au complet devant. Le joker tchèque Milan Baranyk n'a en effet pas été conservé : il était venu en pensant que le championnat de France était plus faible que celui de Pologne et n'a absolument pas réussi à se mettre dans le rythme.

La conviction offensive

Une attaque au complet signifie que la pépite israélienne Eli Sherbatov peut enfin disputer son premier match devant son public, à qui il offre d'entrée quelques dribbles ébouriffants dans la zone neutre. Il ne conclut cependant pas ses actions par un lancer, et c'est toute l'attaque des Bisons qui semble manquer de détermination dans le dernier geste. Chamonix est donc déjà plus près de la cible : Laurent Gras emmène le gardien en traversant devant le but et sert d'une passe aveugle dans son dos Francis Charland. Le patin du défenseur Jesse Lebreton, qui suit l'ailier, contre ce tir en cage ouverte et sauve miraculeusement le but (5'24").

Dans cette première période, c'est la troisième ligne de Chamonix qui laisse la meilleure impression, preuve de l'équilibre de cette équipe : Clément Masson maîtrise le jeu, Mathias Terrier presse bien, et Vincent Kara modifie le destin du match sur une action individuelle. Il remonte le palet depuis sa zone, envoie au fond pour permettre le changement de lignes, récupère la rondelle dans le coin, la garde contre la bande dans un sens puis dans l'autre avant de trouver la passe en retrait parfaite vers Arnaud Hascoët qui l'envoie en pleine lucarne (0-1, 11'56").

Neuilly ne trouve toujours pas la solution offensivement. La seule fois où une bonne passe en zone neutre libère Cacciotti, Brent Patry vient lui chiper le palet dans la crosse avec efficacité. Patry plongera à nouveau fort à-propos devant Pittarrelli.

Une gestion "hardie" des temps faibles

La surfaceuse ayant laissé trop d'eau sur la glace avant le deuxième tiers-temps, le juge de ligne Matthieu Loos se retrouve préposé à la balayette. Il ne peut pas refiler la tâche ingrate au "head" par principe hiérarchique, et s'il tendait l'ustensile de nettoyage à sa collègue Charlotte Girard, ce serait interprété comme un acte de sexisme éhonté. Bon gré mal gré, il n'a plus qu'à s'occuper de cette eau superflue, sous le regard hilare de ses confrères, en se rêvant champion de curling.

BolducPhilippe4

Cette pause rallongée et a peut-être amolli la défense chamoniarde. En deux minutes, elle commet deux grosses erreurs dans sa zone. D'abord Michal Korenko laisse échapper le palet devant sa cage, puis Patry est gêné par Lambert en relançant côté droit. Mais à chaque fois Neuilly ne convertit pas ces chances en or par manque de conviction. Neuilly tue ensuite sa première pénalité (Pittarrelli) et Damien Torfou évite de justesse la contre-attaque du rapide Sherbatov au retour au complet.

Chamonix n'a pas été puni de son temps faible et se montre alors réaliste. Carl Lauzon, dans l'axe, feinte le tir et trouve en fait une passe directement dans le patin immobile d'Aimonetto au poteau droit (0-2, 29'43"). Louis-Étienne Leblanc dégage ensuite au niveau du banc, Laurent Gras remporte l'engagement et convertit la pénalité huit secondes plus tard (0-3, 31'15").

Frank Spinozzi demande son temps mort, et son équipe réagit en dominant très franchement la fin du tiers-temps. Florian Hardy réussit un bel arrêt de la jambière gauche sur une passe de Bellavance-Martin pour Kecka au poteau opposé. Korenko a fait faute sur l'action, et pendant l'infériorité qui en résulte, Hardy referme le trou sur un tir placé entre ses jambes à trois mètres par Martin Malat. Le gardien de Chamonix repoussera aussi le tir de Cacciotti, seul devant le but sur une action bien amenée par son ailier gauche Shebatov. La solidité de Hardy se révèle décisive durant cette fin de période.

Les certitudes de Chamonix

Le suspense tourne court au troisième tiers-temps. Billy Blase relâche un tir de Hascoët qu'il aurait dû capter et Richard Aimonetto en profite en vieux renard (0-4, 43'14"). Chamonix domine la fin de match, et seule la transversale empêche Laurent Gras de marquer le cinquième but. Dans la continuité de l'action, Gras décale Charland au second poteau avec les filets déserts, mais le Canadien voit son but annulé car il a commis auparavant une crosse haute sur Besson.

La confiance de Chamonix n'a donc pas été entamée par ses deux défaites consécutives (contre Morzine puis à Grenoble en coupe). On a retrouvé une formation en pleine confiance, sûre de son jeu et persuadée de ne pas être leader par hasard. On voit où on elle veut en venir, comme souvent avec les équipes entraînées par Stéphane Gros. Le système est assumé, les joueurs sont bien en place, et la dynamique de ce début de saison leur donne la certitude supplémentaire pour gérer leur match. Ce déclic, Neuilly-sur-Marne ne l'a pas, surtout face au but adverse.

Commentaires d'après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "Bonne prestation, je ne peux pas être déçu. Chamonix est une équipe très sereine, bien coachée, sans triche, qui joue bien défensivement avec les crosses posées sur la glace. On a fait 4 erreurs, on les a payées cash. Ils en ont fait plusieurs, mais on n'a pas capitalisé. On manque de réussite, mais c'est aussi à cause du gardien adverse, excellent. Entre un bon compteur en D1 et un bon compteur en Magnus, il y a une ligue. Les joueurs de soutien tiennent bien leur rôle, mais les joueurs qui devraient amener de l'offensive travaillent sans que ça rentre. J'ai la ligne de Bolduc qui fonctionne depuis le début de l'année, je pense avoir trouvé un autre bloc avec Sherbatov-Cacciotti-Kmec, mais il ne marque pas encore. Ce qui nous manque, c'est qu'on a perdu nos deux plus gros poids en défense, Wagenhoffer et Zajac. Ce qui faisait notre force chez nous, c'est que physiquement on était imposant."

Stéphane Gros (entraîneur de Chamonix) : "On ne voulait pas perdre notre place de leader ici. Pour avoir de vraies ambitions, il faut qu'on gagne aussi nos matchs contre les équipes présumées inférieures. Florian Hardy mérite son blanchissage, il nous a maintenus dans le match à certains moments. Neuilly a une bonne équipe, mais ils n'ont pas de buteur."

 

Neuilly-sur-Marne - Chamonix 0-4 (0-1, 0-2, 0-1)
Samedi 29 octobre 2011 à 18h30 à la patinoire municipale de Neuilly-sur-Marne. 519 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Charlotte Girard et Mathieu Loos.
Pénalités : Neuilly 10' (2', 4', 4') ; Chamonix 12' (2', 6', 4').
Tirs : Neuilly 35 (10, 15, 10) ; Chamonix 33 (10, 9, 14).

Évolution du score :
0-1 à 11'56" : Hascoët assisté de Kara et Patry
0-2 à 29'43" : Aimonetto assisté de Lauzon et Torfou
0-3 à 31'15" : Gras assisté de Masson et Lambert (sup. num.)
0-4 à 43'14" : Aimonetto assisté de Hascoët


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Billy Blase.

Défenseurs : Alexis Birolini - Stanislas Aubert ; Jules Breton - Louis-Étienne Leblanc ; Alexis Besson - Jesse Gauthier Lebreton (A).

Attaquants : Martin Malat - Philippe Bolduc - Lukas Pek ; Eliezer Sherbatov - Steven Cacciotti (C) - Andrej Kmec ; Juho Tuomas Appel - Étienne Bellavance-Martin - Anthony Pittarelli ; Arnaud Bougaran - Miroslav Kecka (A) - Clément Rey.

Remplaçant : Landry Labat (G). Absents : Jozef Wagenhoffer (retraite), Martin Zajac (jambe cassée), Milan Baranyk (non conservé).

Chamonix

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Fabien Veydarier - Michal Korenko ; Brent Patry - Damien Torfou ; Arthur Cocar.

Attaquants : Arnaud Hascoët - Richard Aimonetto (C) - Carl Lauzon ; Francis Charland - Laurent Gras (A) - Simon Lambert ; Mathias Terrier - Clément Masson - Vincent Kara.

Remplaçants : Tom Charton (G), Clément Colombin, Laurent Deldicque, Alexandre Audibert (A), Mathieu Séguy. Absent : Justin Da Costa (parti).