Présentation NHL 2011/2012 : la division Nord-Ouest

La division Nord-Ouest n’avait pas offert l’an passé beaucoup de suspense. Vancouver avait alors dominé ses adversaires directs de la tête et des épaules pour être la seule équipe de la division à atteindre les playoffs. Le début de saison offre toutefois plusieurs surprises puisque c’est actuellement Edmonton et le Colorado, derniers du précédent exercice, qui sont à la tête de la division alors que le départ de Vancouver est plus poussif. La situation ne devrait néanmoins pas durer : les Oilers et l’Avalanche devraient s’essouffler tandis que les Canucks seront sans doute dans la course pour le titre. Si le Minnesota a connu une nouvelle saison sans atteindre les playoffs, le staff a effectué plusieurs changements qui pourraient ramener le Wild parmi les huit premiers, ce qui ne devrait pas être le cas de Calgary, qui ne s’est pas vraiment renforcé à l’intersaison.

 

Vancouver CanucksLogo Vancouver_petit

Arrivées notables : David Booth, AG (Floride)

Départs notables : Christian Ehrhoff, D (Buffalo), Raffi Torres, AG (Phoenix), Mikael Samuelsson, AD (Floride), Marco Sturm, AG (Floride) et Tanner Glass, AG (Winnipeg)

Vancouver est passé à une victoire de la coupe Stanley l’an passé mais la franchise a connu sa meilleure saison depuis sa création et Mike Gillis, le manager général, a réussi à conserver les principaux cadres de son équipe. Ainsi, seul Christian Ehrhoff n’a pas souhaité resigner avec les Canucks, préférant rejoindre Buffalo et son gros contrat. Raffi Torres, pilier de la troisième ligne et l’un des meilleurs joueurs physiques du club est également parti. Vancouver devrait donc être à nouveau une des meilleures équipes de la saison régulière en espérant faire mieux lors des playoffs.

Si le début de saison a été un peu difficile pour les Canucks, Mike Gillis a rapidement réagi en faisant venir David Booth de Floride contre les vétérans Mikael Samuelsson et Marco Sturm. Le prix semble faible pour un joueur de 26 ans talentueux qui avait signé en 2009 une saison à 31 buts mais une grave blessure l’avait handicapé la saison suivante. Si Booth était avec Stephen Weiss un des rares joueurs de Floride à avoir été conservé malgré les nombreux changements d’effectif de Dale Tallon, son début de saison moyen (une assistance en 6 matchs) du fait d’une difficulté à s’adapter au système de Kevin Dineen, le nouvel entraîneur des Panthers, a convaincu Tallon de le transférer.

Gardiens *****

La défaite en finale de coupe Stanley a sans doute laissé des traces sur Roberto Luongo même si, rétrospectivement, s’incliner face à un adversaire qui dispute une saison exceptionnellement bonne en battant plusieurs records du poste n’est pas humiliant, comme le souligne une nomination pour le trophée de meilleur gardien de la ligue. Luongo devra à nouveau affronter les critiques avec toujours le solide Cory Schneider comme remplaçant. Ce sera sans doute la dernière année avec ce tandem : Schneider est en fin de contrat et la masse salariale ne supportera pas les salaires de deux titulaires en puissance.

Défense ****

La solide escouade défensive des Canucks est restée quasiment inchangée depuis les derniers playoffs avec seulement le départ de Christian Ehrhoff. La contribution offensive de l’Allemand en supériorité numérique devrait être compensé par Kevin Bieksa, auteur l’an passée d’une solide saison. Il sera accompagné sur la première paire par Dan Hamhuis pour sa deuxième saison sous les couleurs de Vancouver. Après plusieurs saisons émaillées par les blessures, Sami Salo est en forme en ce début de saison, aux côtés du polyvalent Alexander Edler sur la deuxième ligne. La dernière paire sera formée avec Keith Ballard, Andrew Alberts ou Christopher Tanev.

Attaque *****

Les Canucks ont terminé l’an passé avec la meilleure attaque de la ligue et ce n’est pas un hasard. Elle est menée par les jumeaux Sedin, qui se sont succédés au sommet du classement des marqueurs de la saison régulière (Henrik en 2010 et Daniel en 2011) avec l’appui d’Alexandre Burrows sur le premier trio. L’arrivée de David Booth comble un manque à l’aile de la deuxième ligne depuis la blessure de Mason Raymond lors des derniers playoffs. Booth devrait évoluer avec Ryan Kesler, qui tentera d’atteindre à nouveau la barre des 40 buts, et Chris Higgins. Malgré les difficultés face à Boston en finale de coupe Stanley, Mike Gillis n’a pas vraiment renforcé son bottom-6, avec notamment le départ de Raffi Torres. Le spécialiste des mises au jeu Manny Malhotra et l’agitateur Maxim Lapierre sont toutefois toujours là.


Minnesota WildLogo Minnesota_petit

Arrivées notables : Devin Setoguchi, AD (San José), Dany Heatley, AG (San José), Jordan Hendry, D (Chicago), Mike Lundin, D (Tampa Bay) et Darroll Powe, C (Philadelphie)

Départs notables : Brent Burns, D (San José), Martin Havlat, AD (San José), Patrick O’Sullivan, C (Phoenix), Cam Barker, D (Edmonton), José Théodore, G (Floride), Andrew Brunette, AG (Chicago), Chuck Kobasew, AD (Colorado), Antti Miettinen, AD (Ak Bars Kazan, KHL) et James Sheppard, C (San José)

Le Wild n’a jamais été renommé lors de sa courte histoire pour ses prouesses offensives mais l’insuffisance de l’attaque (26e sur 30 l’an dernier) a été fatal pour les espoirs de playoffs au Minnesota, malgré la volonté de l’entraîneur Todd Richards d’instaurer un jeu plus offensif. Le manager général Chuck Fletcher a réagi en conséquence cet été en effectuant plusieurs transferts avec San José. Exit Martin Havlat, qui n’a pas laissé que des bons souvenirs au Minnesota et l’offensif arrière Brent Burns et bienvenue à Dany Heatley et Devin Setoguchi. Du changement également sur le banc de touche où Mike Yeo remplace Todd Richards. C’est une promotion pour Yeo qui entraînait l’équipe réserve du Wild, les Aéros de Houston, vainqueurs de la coupe Calder l’an passé en AHL.

Gardiens ****

La transition d’une stratégie purement défensive à une orientation plus offensive a rendu le travail de Niklas Bäckström dans les buts plus difficile ces deux dernières saisons, d’où une baisse dans les performances du Finlandais. Bäckström sera néanmoins essentiel pour le Wild atteigne les playoffs. Remplaçant régulier de Bäckström depuis plusieurs années, Josh Harding a été re-signé cet été malgré une longue blessure qui l’a longtemps tenu éloigné de la glace l’an passé.

Défense ***

Le départ de Brent Burns n’a pas été compensé, ce qui laisse un vide dans l’escouade défensive, aggravé en ce début de saison par les blessures de plusieurs joueurs. S’il a été limité à 46 matchs l’an passé, Marek Zidlicky est présent pour le moment et il sera l’un des seuls soutiens de l’attaque. Néanmoins, la physique paire Nick SchultzGreg Zanon est toujours là et les jeunes espoirs comme Marco Scandella et Jared Spurgeon, 21 ans tous les deux, vont avoir l’occasion de s’affirmer pour leur première saison complète avec la grande équipe.

Attaque ***

Lors de la resignature de Mikko Koivu avec le Wild, beaucoup s’étonnaient que le club investisse quasiment 7 millions par an pour un joueur au record personnel de 71 points. On pouvait néanmoins remarquer que la production de Koivu avait pâti de l’orientation défensive de l’équipe et parfois de la qualité de ses coéquipiers de ligne. Mais la roue semble avoir tourné pour le Finlandais avec l’arrivée de Dany Heatley et Devin Setoguchi. Les deux anciens Sharks restent sur une saison en deçà des attentes à San José mais ils devraient se relancer aux côtés de Mikko Koivu. Matt Cullen sera sans doute au centre de la deuxième ligne, en compagnie de Pierre-Marc Bouchard et Guillaume Latendresse, revenus après de longues blessures l’an passé ou du physique Cal Clutterbuck.


Calgary FlamesLogo Calgary_petit

Arrivées notables : Chris Butler, D (Buffalo), Scott Hannan, D (Washington) et Lee Stempniak, AD (Phoenix)

Départs notables : Robyn Regehr, D (Buffalo), Daymond Langkow, C (Phoenix), Fredrik Modin, AG (Retraite) et Adam Pardy, D (Dallas)

Ayant terminé l’an passé à la mauvaise place de la conférence ouest, neuvième, les Flames pourraient espérer arriver aux playoffs cette année mais cela devrait être difficile, l’équipe semblant être entrée dans une phase de reconstruction sous la houlette du nouveau manager général de l’équipe, Jay Feaster. En effet, Calgary était la deuxième équipe la plus âgée de la ligue et l’effectif n’a quasiment pas bougé à l’intersaison, ce qui n’augure pas une amélioration notable des performances.

Gardiens ****

Après une saison où il a été en dessous de ses performances habituelles, les fans de Calgary espèrent que Miikka Kiprusoff sera en meilleure forme. Même si le gardien vient de fêter ses 35 ans, le portier finlandais devrait assurer un grand nombre de sorties. Il avait ainsi l’année dernière joué 71 matchs pour la sixième saison d’affilée. Henrik Karlsson sera son remplaçant, comme l’an passé.

Défense ***

Le départ de Robyn Regehr à Buffalo après 11 saisons en Alberta constitue le principal changement de l’effectif. Il devrait être remplacé par Scott Hannan, qui joue lui aussi dans un registre physique, ou par Chris Butler. La première paire devrait être comme l’an passé Mark GiordanoJay Bouwmeester. Giordano reste sur une saison réussie à 43 points mais il doit encore confirmer et Bouwmeester peine à confirmer son statut (et son salaire) de superstar offensive qu’il avait lors de son arrivée à Calgary il y a quelques années.

Attaque ***

Si l’attaque des Flames est plutôt profonde avec plusieurs joueurs ayant déjà atteint la barre des 20 buts, elle ne comporte pas d’excellents joueurs. La pression sera donc forte sur les épaules du capitaine Jarome Iginla, 34 ans, qui devrait être la principale arme offensive de l’équipe. Il sera aligné avec Alex Tanguay, les deux joueurs ayant l’an passé retrouvé l’alchimie qu’ils avaient lors du premier passage de Tanguay à Calgary. Le passeur québécois a ainsi vu son contrat prolongé de 5 ans pour continuer à distiller ses passes à Iginla. Le centre vétéran Brendan Morrison complètera le trio. L’entraîneur Brent Sutter avait d’abord pensé à Mikael Backlund pour centrer le premier trio mais le jeune Suédois de 22 ans s’est blessé au doigt au début octobre.

La deuxième ligne sera centrée par Olli Jokinen avec René Bourque à ses côtés et David Moss ou Lee Stempniak. Bourque est la principale menace offensive de ce trio mais il traîne une mauvaise réputation concernant un manque d’implication dans le jeu.

 

Colorado AvalancheLogo Colorado_petit

Arrivées notables : Semyon Varlamov, G (Washington), Jean-Sébastien Giguère, G (Toronto), Jan Hejda, D (Columbus), Chuck Kobasew, AD (Minnesota), Gabriel Landeskog, AG (Kitchener Rangers, OHL) et Shane O’Brien, D (Nashville)

Départs notables : Adam Foote, D (Retraite), John-Michael Liles, D (Toronto), Tomas Fleischmann, AG (Floride), Peter Budaj, G (Montréal), Philippe Dupuis, C (Toronto) et Brian Elliott, G (St. Louis)

Difficile de savoir à quoi s’attendre de la part des hommes de Joe Sacco. On leur prévoyait une saison 2009/10 compliquée, la jeune équipe a fini par accrocher les playoffs. On a alors pensé qu’ils confirmeraient en 2010/11 cette bonne saison mais ils ont terminé dans les tréfonds de la conférence, avec la consolation de sélectionner Gabriel Landeskog à la draft en juin dernier. Préparés à vivre une nouvelle saison difficile, l’Avalanche surprend à nouveau en caracolant en tête de la conférence Ouest en ce début de saison. Les playoffs sont encore loin mais les fans du Colorado profitent de leur spectaculaire équipe, très portée sur l’offensive.

Gardiens ****

Les portiers ont souvent été un des points faibles du Colorado ces dernières années. Conscient du problème, le manager général Greg Sherman a réagi cet été en allant chercher Semyon Varlamov à Washington contre deux choix de draft et signant le vétéran Jean-Sébastien Giguère. S’il n’est pas sûr que le duo soit suffisant pour atteindre les playoffs, l’amélioration est notable par rapport à la doublette Brian Elliott – Peter Budaj tant que Varlamov ne se blesse pas.

Défense ***

Après le départ d'Adam Foote à la retraite et celui de John-Michael Liles à Toronto, la physionomie de la ligne bleue est simple : c’est du costaud. L’arrivée des physiques Jan Hejda et Shane O’Byrne s’ajoutent à la présence d'Erik Johnson et Ryan O’Byrne pour une escouade défensive qui dépasse le mètre 90 de moyenne. Si la défense de l’Avalanche devrait répondre au défi physique de ses adversaires, son apport offensif sera sans doute limité. Seul Johnson, 29 points l’an dernier entre St. Louis et le Colorado apportera un soutien aux avants et mènera le jeu de puissance pour sa première saison complète à Denver. Cette nouvelle tendance aux arrières puissants dans le Colorado a été également perceptible à la draft où Sherman a sélectionné au premier tour le physique Duncan Siemens, qui a été signé mais est retourné à son club junior.

Attaque ****

À l’avant, Sacco peut compter sur plusieurs joueurs qui ont dépassé l’an dernier la barre des 20 buts. Même s’il n’a que 20 ans, Matt Duchene sera l’une des principales armes offensives de l’équipe avec l’autre centre du top-6, Paul Stastny, même si ce dernier devra rebondir après une saison décevante. Ils pourront compter à leurs côtés le surprenant David Jones, T.J. Galiardi et le vétéran Milan Hejduk. La grande inconnue de cette attaque concerne Peter Mueller. Après une saison blanche à cause d’une commotion cérébrale, le centre reconverti ailier droit retrouvera-t-il son niveau ? Le nouvel espoir suédois Gabriel Landeskog a lui commencé la saison avec Ryan O’Reilly sur la troisième ligne.


Edmonton OilersLogo Edmonton_petit

Arrivées notables : Ryan Nugent-Hopkins, C (Red Deer Rebels, WHL), Ryan Smyth, AG (Los Angeles), Ben Eager, AG (San José), Cam Barker, D (Minnesota), Andy Sutton, D (Anaheim), Eric Bélanger, C (Phoenix), Darcy Hordichuk, (Floride) et Yann Danis, G (Amur Khabarovsk, KHL)

Départs notables : Andrew Cogliano, C (Anaheim), Kurtis Foster, D (Anaheim), Sheldon Souray, D (Dallas), Jim Vandermeer, D (San José), Jean-François Jacques, AG (Anaheim), Jeff Deslauriers, G (Anaheim), Zack Stortini, AD (Nashville) et Colin Fraser, C (Los Angeles)

Après deux saisons au fond du classement de la ligue, la roue semble enfin tourner pour Edmonton. Les playoffs sont encore loin mais, comme le Colorado, les fans apprécient de voir leur équipe caracoler pour le moment au sommet de la conférence. La bonne surprise de ce début de saison est venue de Ryan Nugent-Hopkins. On estimait que le frêle centre n’était pas encore physiquement prêt pour la grande ligue mais la vitesse et la technicité de Nugent-Hopkins ont pris tout le monde de court. Arrivé à la date butoir des 9 matchs de saison régulière à laquelle démarre le contrat pro du jeune centre, il était en tête du classement des meilleurs marqueurs de son équipe avec 9 points. Sans surprise, Steve Tambellini a choisi de garder le jeune homme à Edmonton pour le reste de la saison, avec néanmoins la possibilité de le renvoyer à son club junior avant la mi-saison en cas de défaillance.

Gardiens **

Les deux saisons de Nikolai Khabibulin à Edmonton n’ont pas été de tout repos pour le portier russe. Outre des démêlés avec la justice locale et des blessures, Khabibulin n’a pas convaincu sur son niveau de jeu. À 38 ans, il peut sembler hors du coup mais il signe pour l’instant un bon début de saison. En cas de défaillance du Russe, Tom Renney, l’entraîneur des Oilers, comptera sur Devan Dubnyk, auteur d’une belle progression devant les filets ces deux dernières années et possible numéro 1.

Défense ***

Si les gardiens semblent trop justes pour qu’Edmonton espère jouer les premiers rôles, c’est également le cas de l’escouade défensive. L’offensif Ryan Whitney est l’une des rares valeurs sûres de cette ligne bleue. Ladislav Smid et Tom Gilbert devront assumer des responsabilités importantes pour maintenir le cap. Renney pourra aussi compter sur des vétérans comme Andy Sutton ou Cam Barker qui cherchent à se relancer après plusieurs saisons ratées.

Attaque ****

La bonne performance de Nugent-Hopkins permet à Edmonton d’aligner une première ligne qui compte les deux premiers choix de draft de 2010 et 2011 puisqu’il joue avec Taylor Hall à sa gauche. L’association fait déjà des étincelles mais elle est surtout prometteuse pour l’avenir car elle n’affronte pas encore les meilleures défenses adverses. Un autre jeune espoir complète cette « Kid Line » à l’aile droite : Jordan Eberle, 21 ans.

Il y a également des vétérans comme « Captain Canada » Ryan Smyth ou Shawn Horcoff, sans compter Ales Hemsky qui est sans doute actuellement le meilleur attaquant de l’équipe mais qui est pour le moment blessé. Son absence a ouvert la porte du top-6 au physique Ryan Jones tandis que la troisième ligne est également composée de joueurs prometteurs comme Sam Gagner et Magnus Pääjärvi.