Amiens – Morzine-Avoriaz (Ligue Magnus, 8e journée)

amiens-morzine1

Un match entre gardiens

Habituellement, les matchs Amiens-Morzine opposent deux équipes d'outsiders luttant en général entre la 3e et la 6e place. Cette année, les Morzinois ont dû se demander s'ils ne s'étaient pas trompé de patinoire en montant dans le nord de la France. 2500 spectateurs seulement (pourtant plus que lors des dernières rencontres), un public davantage observateur que supporter, des Gothiques dans le ventre mou du championnat et une pancarte déposée dans un coin du Coliseum sur laquelle on peut lire : « Le vrai problème : Richer pas Kyle ». D'ailleurs, le président des Gothiques annoncera avoir trouvé en marge du match un accord avec le défenseur Kyle Sibley pour le rendre libre de tout contrat. Voilà, voilà...

Niveau jeu, la rencontre est plus engagée que lors du match de coupe Amiens-Angers. Est-ce l'équipe de Morzine qui fait cet effet ou une véritable réaction amiénoise ? Toujours est-il que ce sont les Pingouins qui ouvrent la marque après quatre petites minutes de jeu : Guillaumes Doucet parvient à se libérer d'Angel Nikolov et glisse le puck dans le petit côté de Thompson (4'50, 0-1). Les Picards ne tardent pas à égaliser sur une réaction d'orgeuil et Nikolov se rattrape : une montée offensive pour recevoir une passe derrière le but de Morissette, et voilà les compteurs remis à zéro (6'18, 1-1). Cette stratégie de jouer derrière la cage des blancs, elle sera permanente durant tout le match, même lorsque les Pingouins bloqueront les Gothiques dans les coins. Mais c'est Morzine qui s'offre les occasions les plus tranchantes, notamment ce break en infériorité numérique de Brad Smyth, remporté par Thompson. En face, Bergin derrière le but trouve Claireaux qui lance droit sur Buysse. Réduits ensuite à trois contre cinq, les Picards tiennent bien le choc pendant 1'36. Il y a du jeu, les gardiens se donnent la réponse par arrêts, et Thompson doit encore s'employer sur un duel face à Shane Lust.


amiens-morzine2Le match de gardien se poursuit en second tiers : les Gothiques tentent des accélérations et shootent après deux, trois passes en zone offensive quand les morzinois préfèrent hausser le niveau et le pressing par période. Une stratégie mise à mal par le zèbre du soir – dont c'est l'anniversaire – qui trouve à redire sur les visiteurs. Cela a le don d'énerver le banc des Pingouins. Côté picard, on ne se plaindra pas de l'indulgence arbitrale sur quelques accrochages, presque un cadeau offert. Cela n'empêchera pas les blancs de reprendre l'avantage sur un cafouillage devant la cage locale dont Tuomisto profite (24'06, 1-2).

Alors, sur les nombreuses supériorités, on appréciera le grande forme physique de Grégory Béron : arrière lors des unités spéciales pour son slap, ailier sur la troisième ligne pour sa vitesse, centre sur la quatrième pour sa capacité à créer le jeu... À cinq contre trois – donc avec Béron à l'arrière – c'est Bergin qui loupera l'immanquable au second poteau. Puis, au complet, Luka Basic se fait apercevoir pour sa course qui finira dans le slot pour un shoot... sur Buysse. Mais pourtant, les Picards vont avoir raison des Pingouins, qui plus est en supériorité numérique. Derrière le but – encore – Basic récupère le palet et transmet plein axe à Tomasek qui fusille le gardien côté mitaine (36'48, 2-2).


amiens-morzine3Allez, on passe au troisième tiers ou il n'y a pas grand-chose à redire. Morzine domine, sollicite Thompson (qui a dû bien dormir au soir du match), quand les locaux sont franchement brouillons dans la transmission. À dix minutes du terme, ça sent la prolongation quand Amiens a le palet, le hold-up quand Morzine le détient. Les locaux sont en effet bloqués par les Pingouins à leur ligne bleue. De l'autre côté, Kim Virtanen abime le bouclier du portier des Gothiques à coup de slap.

En prolongation, le jeu s'équilibre. D'un côté, de l'autre, on shoote sur le portier en espérant que ça passe – des fois que, sur un malentendu – parfois de la bleue. Un match de gardien : 37 tirs cadrés pour Amiens, 41 pour Morzine. Le dernier est fatal aux picards : Derrière leur but, les noirs relancent du mauvais côté. Récupération contre la bande des blancs, retour derrière le but. Doucet s'empare du palet, n'est pas inquiété, peut revenir tranquillement devant Thompson qu'il ne manque pas de fusiller. La joie du commando morzinois tranche avec la déception amiénoise. Le Coliseum reste sans réaction, se vide immédiatement. Un point, pas suffisant. Buysse, le mal-aimé du Coliseum, tient sa revanche contre son ancien club, remporte son match face à Thompson, ange gardien des Gothiques. Morzine poursuit son ascension, Amiens fait du surplace, même avec du mieux dans le jeu. Rideau, trêve...

Adrien Lhermitte / Photos : Pascal Enault

Avec Déborah Lüder

Commentaires d'après-match

Antoine Richer (entraîneur d'Amiens) : « Aujourd'hui, on n'est pas une grosse équipe en terme de résultats, mais on se doit de travailler, de se repositionner par rapport à nos qualités. Ce soir, on voit quatre blocs prêts à jouer. Même si l'adversaire a contrôlé le rythme, ce n'était pas à outrance. Billy a fait des arrêts, Henri aussi. C'est ce genre de match plein qui nous attend de toute façon pour la suite. Là on a quelques jours de trêve, on va s'oxygéner, ça va faire du bien à tout le monde. On a plusieurs joueurs qui vont partir en équipe nationale. Vincent Bachet c'est sûr, Thomas Roussel peut-être. On verra. Il faudra revenir à bloc car on a des échéances qui vont arriver rapidement. »

Kevin Bergin (attaquant d'Amiens) : « Bien sûr que je suis déçu ! Ce soir, on doit prendre les deux points, on ne doit même pas aller en prolongation. On a fait un gros match, on a toujours été de l'avant tous ensemble. On a tout donné, on a shooté sur le filet... Je sais pas ce qu'il nous manque. Peut-être un déclic, un petit but chanceux qui rentre à l'aide d'un patin, d'une fesse, je sais pas quoi. Celui qui trouvera ce qui nous manque résoudra probablement la plus grande énigme de Ligue Magnus de la saison. »

Thomas Henno (président d'Amiens, par communiqué) : "Le club remercie Kyle [Sibley] pour ses qualités humaines et ses qualités de travailleur. Dans l'attente d'un prochain club, en fonction des circonstances et en accord avec le groupe et l'entraîneur, Kyle pourra poursuivre les entraînements avec le groupe élite. Je souhaite préciser qu'en aucun cas Kyle n'est sanctionné personnellement au nom du groupe. Cette décision ne concerne que Kyle et le club, et aucun joueur ne saurait servir de fusible. Cette décision s'appuie exclusivement sur un ratio de performances individuelles ramenées aux exigences financières du club."

 

Amiens - Morzine-Avoriaz 2-3 (1-1, 1-1, 0-0, 0-1)
Samedi 5 novembre 2011 à 20h au Coliseum d'Amiens. 2480 spectateurs.
Arbitrage de Aleandre Hauchart assisté de Anne-Sophie Boniface et Nicolas Piedigrossi.
Pénalités : Amiens 8' (4', 4', 0', 0') ; Morzine 14' (6', 8', 0', 0').
Tirs cadrés : Amiens 37 (10, 18, 7, 2) ; Morzine 41 (15, 12, 10, 4).
Mises au jeu : Amiens 41 (17, 15, 8, 1) ; Morzine 33 (10, 8, 11, 4).

Évolution du score :
0-1 à 04'50" : Doucet assisté de Koivunen et Smyth
1-1 à 06'18" : Nikolov assisté de Morissette et Claireaux
1-2 à 24'06" : Tuomisto assisté de R.Papa et Besson
2-2 à 36'48" : Tomasek assisté de Basic et Roussel (sup num)
2-3 à 63'53" : Doucet assisté de Jestin

 

Amiens

Gardien : Billy Thompson

Défenseurs : Angel Nikolov – Teddy Trabichet ; Aziz Baazzi – Vincent Bachet ; Romain Bault – Thomas Roussel.

Attaquants : Kevin Bergin – Jake Morissette – Valentin Claireaux ; Luka Basic – Martin Tomasek – Jaroslaw Rzeszutko ; Grégory Béron – Anthony Mortas – Mickaël Bardet ; Marius Serer – Grégory Béron – Aïna Rambelo.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Nicolas Leclerc (U22), Antoine Vanwormhoudt. Absent : Kyle Sibley (encore sous contrat au soir du match).

Morzine-Avoriaz

Gardien : Henri-Corentin Buysse

Défenseurs : Mathieu Jestin – Kim Virtanen ; Yan Golubovsky – Jonathan Arildsson ; Weston Tardy – Lauri Kinos.

Attaquants : Mickaël Brodin – Cyril Papa – Théophile Mourin ; Colin Shields – Shane Lust – Marko Mäkinen ; Guillaume Doucet – Toni Koivunen – Brad Smyth ; Raphaël Papa – Tomi-Pekka Tuomisto – Josselin Besson.

Remplçants : Yevgeni Kochetov (G), Christian Ellian, Loïc Gaydon.