Il n'est jamais trop tard pour devenir tchèque !

KLEPIS Jakub-100509-129

Quelle incroyable histoire que celle de Petr Nedved. En 1993, le hockeyeur tchèque était en dispute contractuelle avec les Canucks de Vancouver, et comme il venait d'obtenir la nationalité canadienne, il accepta alors la proposition du Team Canada de le rejoindre pour la saison olympique. Il a ainsi obtenu une médaille d'argent aux JO de Lillehammer... mais s'est privé du même coup de la possibilité de jouer pour son pays d'origine. Une seule fois, il a pu porter le maillot tchèque, c'était à la Coupe du monde 1996 organisée par la NHL. Mais dans les compétitions IIHF, il n'était plus éligible. Lorsqu'on veut changer de nation, il faut en effet jouer quatre ans dans le championnat du pays qu'on représente. Or, Nedved a passé l'essentiel de sa carrière en NHL.

En 2007, Nedved est rentré au pays. Nous sommes quatre ans plus tard et il peut donc de nouveau être sélectionné pour la République Tchèque. À un détail près : il a 39 ans et 11 mois. Un âge qui ne l'empêche pas d'être loin devant au classement des marqueurs de l'Extraliga et de passer plus de 25 minutes par match pour le leader Liberec. Il a donc été appelé en sélection tchèque, dont il est le plus vieux joueur de champ de l'histoire. Seul le gardien Hasek le dépasse. Et pour couronner le tout, il a été nommé capitaine.

Nedved lui-même ne savait pas trop comment justifier cet étonnant dénouement : "Je suis désolé. J'aurais pu vivre les années dorées aux championnats du monde, mais je ne peux rien y faire. Je n'en suis que plus reconnaissant d'être en équipe nationale. Le coach Alois Hadamczik m'a surpris. je ne savais même que cette possibilité existait. Je pensais que je ne pourrais jamais rejouer pour les Tchèques à cause de ma sélection pour le Team Canada et de mon âge."

L'histoire ne s'arrête pas là. Après seulement deux minutes et demie, Petr Nedved récupère le palet dans sa zone face à Falk, part à 2 contre 1, voit que le gardien anticipe la passe, conclut lui-même et devient aussi le plus vieux marqueur de l'histoire de l'équipe tchèque. Ce qui s'appelle un retour gagnant ! La Suède vient d'être douchée par un quasi-quarantenaire.

KRONWALL Staffan-110430-328

Ce retour du vétéran a failli éclipser un autre évènement, les débuts internationaux de Jakub Petruzalek. Aussi incroyable que cela paraisse, l'actuel meilleur marqueur de la KHL n'avait jamais porté le maillot de l'équipe nationale senior. Aucun doute sur sa nationalité, simplement, quand il portait les couleurs d'un petit club finlandais (Lukko Rauma), on ne le jugeait pas assez bon. Mais comme son nouveau club est l'équipe-surprise du début de saison en Russie, l'Amour Khabarovsk, Petruzalek se voit offrir sa chance. Et tout comme Nedved, il la saisit. Placé dans le cercle droit en avantage numérique, il s'appuie sur Jakub Klepis derrière la cage et reçoit le palet face au but pour le 0-2.

La Suède avait réagi à cinq contre cinq au premier tiers-temps, mais elle avait gâché deux supériorités numériques. Elle ne peut plus se le permettre. Staffan Kronwall, qui avait trop peu lancé de la ligne bleue, corrige ce défaut et fait résonner le poteau. Andreas Jämtin finit le travail en cage ouverte (1-2). Les Tchèques laissent désormais des espaces : le gardien Jakub Stepanek s'oppose à une échappée de Zackrisson puis à un 3 contre 1, mais ne peut pas résister seul. Jesper Fasth, le seul débutant parmi les attaquants suédois, gagne un engagement dans sa zone et envoie en contre-attaque Jonas Andersson qui marque dès le passage de la ligne bleue (2-2).

L'égalité est revenue, mais ce n'est pas grave, Nedved s'en charge à nouveau. Servi par Zbynek Irgl qui a conquis le palet en zone neutre, le vieux capitaine s'avance côté droit et trouve la lucarne proche. Trois minutes plus tard, un centre de Jiri Novotny est dévié dans la cage par le patin du malheureux Jonas Brodin, défenseur de 18 ans à peine qui a été détourné de la sélection U20 vers les seniors après les forfaits de deux arrières de Brynäs (Ekholm et Bertilsson). Et dans la foulée, Jakub Petruzalek signe un doublé à son tour, du revers, après avoir remporté son duel face à Petrasek pour s'emparer du palet après un tir de la bleue de Blatak (2-5).

Décidément, les Tchèques aiment bien visiter la Suède pour un match déporté de l'Euro Hockey Tour. Cette escapade dans le grand nord à Örnsköldsvik est leur plus belle victoire depuis celle d'il y a trois ans à Malmö au sud du pays.

Commentaires d'après-match

Jakub Petruzalek (attaquant de la République Tchèque) : "J'ai caché le palet avec lequel j'ai marqué le premier but, 'Kuba' Klepis me l'a donné. Je pense que nous avons été plus patients que les Suédois. Nous leur avons laissé la main dix minutes en deuxième période, mais dès que nous sommes revenus à notre hockey, cela s'est reflété dans le match. Nous jouons un style différent que celui auquel je suis habitué à Khabarovsk. Tout se fait en combinaisons avec Klepis et Koukal, et nous nous comprenons. Cela fait du bien de parler en tchèque et de quitter pour un moment l'environnement russe. En Russie, on est sous la supervision du coach, rien ne se fait en dehors. Ici, chacun sait ce qu'il doit faire, s'il va courir ou pédaler... La différence est évidente. C'est le professionnalisme."

 

Suède - République Tchèque 2-5 (0-1, 2-1, 0-3)
Jeudi 10 novembre 2011 à 19h00 au Fjällräven Center d'Örnsköldsvik. 5227 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov et Aleksei Ravodin (RUS) assistés d'Emil Yletyinen et Johannes Käck (SUE).
Pénalités : Suède 8' (0', 4', 4'), République Tchèque 10' (4', 4', 2').
Tirs : Suède 28 (6, 11, 11), République Tchèque 27 (6, 10, 11).

Évolution du score :
0-1 à 02'34" : Nedved
0-2 à 21'42" : Petruzalek assisté de Klepis (sup. num.)
1-2 à 26'14" : Jämtin assisté de Kronwall et Warg (sup. num.)
2-2 à 34'26" : Andersson assisté de Fasth et Karlsson
2-3 à 42'40" : Nedved assisté d'Irgl
2-4 à 45'12" : Novotny assisté de Kotalik
2-5 à 45'53" : Petruzalek assisté de Blatak et Klepis


Suède

Gardien : Gustaf Wesslau.

Défenseurs : Staffan Kronwall (-2, 2') - David Petrasek (-2, 2') ; Christian Bäckman (+1, 2') - Mattias Karlsson (+1) ; Daniel Fernholm (-2) - Jonas Brodin (-1) ; Klas Dahlbeck (-1) - Simon Hjalmarsson.

Attaquants : Martin Thörnberg (-2) - Calle Järnkrok (-2) - Mika Hannula (-2) ; Jonas Andersson (+1) - Niklas Persson (+1, 2') - Jesper Fasth (+1) ; Andreas Jämtin - Fredrik Warg - Johan Harju ; Oscar Sundh (-2) - Andreas Falk (-2) - Patrik Zackrisson (-2).

Remplaçant : Viktor Fasth (G).

République Tchèque

Gardien : Jakub Stepanek.

Défenseurs : Miroslav Blaták (+1) - Martin Sevc (+1) ; Petr Cáslava (+1) - Jakub Nakladal (+1, 2') ; Lukas Zib (+1) - Tomas Mojzis (+1).

Attaquants : Petr Prucha (+2) - Petr Nedved (C, +2, 2') - Zbynek Irgl (+2, 2') ; Petr Hubacek (2') - Jiri Novotny - Ales Kotalik (-1, 2') ; Jakub Klepis (+1) - Petr Koukal (+1) - Jakub Petruzalek (+2) ; Martin Adamsky - Petr Vampola - Marek Kvapil.

Remplaçants : Jakub Kovar (G), Marek Troncinsky, Jakub Orsava, Lukas Pech.