Slovaquie - États-Unis (Deutschland Cup, jour 1)

MIKLIK Michel_P3141230L'équipe nationale de Slovaquie ferait presque peine à voir. Il est vrai peu habituée désormais à apparaître dans les premières lignes des palmarès, la sélection à la Double-Croix porte toutefois comme un lourd fardeau la déroute de sa « dream team » aux derniers Mondiaux organisés à domicile. Le chemin de croix a été rendu encore plus difficile par le traumatisme de la mort du dernier capitaine de la formation, Pavol Demitra, qui a péri comme le reste de l'équipe de Yaroslavl dans le crash de son avion en septembre. Bref. La morosité s'est installée dans le vestiaire slovaque.

Cette modestie s'est matérialisée davantage sur le trajet qui a mené l'ensemble du groupe vers Munich, où la Slovaquie, comme ses adversaires, lance sa saison internationale à l'occasion de la Deutschland Cup. Crise économique oblige, le voyage s'est effectué non plus en avion mais en… car ! Partis à 8h du mat' de la capitale Bratislava, les Slovaques avaient pour mission d'être déjà prêts le même jour à 18h pour leur premier entraînement. Pas forcément les meilleures conditions pour se mettre en jambes.

La Slovaquie a pris le pli depuis quatre éditions de terminer à la dernière place. Le nouvel entraîneur tchèque Vladimír Vůjtek entend bien, malgré tout, améliorer ce catastrophique bilan et, même si les grands noms ont fait faux bond au dernier moment (Miroslav Šatan, Ladislav Nagy, Ľuboš Bartečko), sa liste réunit des éléments « européens » au meilleur de leur forme quoique pour beaucoup inexpérimentés à l'échelle internationale. Si l'on compare avec les Mondiaux, la moyenne d'âge a complètement chuté, passant de plus de 32 ans à moins de 25.

Rien d'étonnant cependant, la principale mission de Vůjtek étant de préparer les Jeux Olympiques de Sotchi et d'injecter du sang neuf à une sélection vieillissante. Quatre joueurs font d'ailleurs leurs débuts : Patrik Lušňák (Skalica), Martin Bakoš (Bratislava), Mário Bližňák (Sparta Prague) et Marek Hovorka (Kladno) tandis que huit autres n'ont pas encore dépassé les dix capes. Le rapport de force semble clairement donner l'avantage à la bannière étoilée, dont douze joueurs ont goûté plus ou moins à la NHL.

La première banderille du match est à mettre à l'actif des Slovaques. Le néophyte Marek Hovorka remonte à gauche et provoque le portier John Curry après une dizaine de secondes. Les Slaves sont nettement les plus actifs mais la sortie de Michal Sersen (2'09, accrocher) stoppe un temps leur progression. Le jeu de puissance américain n'aboutit cependant sur aucune occasion. Quelques secondes après la fin de la supériorité, Ryan Lasch est en position favorable devant Peter Hamerlík mais il n'est pas assez prompt pour récupérer un centre venu de la gauche (4'29). Le gardien de Třínec annihile ensuite la frappe lointaine d'Hutchinson (5'25). Après quelques minutes de flottement, la Double-Croix reprend son rythme.

Marcel Hossa, en proie aux doutes en KHL, tente de se refaire une santé en sélection. Il est à l'origine de la première chaude alerte de la rencontre. Après avoir percé dans l'axe et entraîné avec lui deux adversaires, le « Moscovite » atteint l'enclave et passe à René Školiak, démarqué dans le cercle droit. Le slap du doyen de la sélection (32 ans) n'est cependant pas cadré (9'24). La pression des blancs ne tarde cependant pas à porter ses fruits. Freddy Meyer relance derrière sa cage mais se fait chiper la rondelle dans le cercle gauche par Michel Miklík. Le meilleur buteur de l'Extraliga 2010/2012 contourne la défense et arme dans le cercle droit. Le palet passe entre les jambières de Curry et termine au fond des filets (1-0, 9'56). C'est le premier but en sélection de l'attaquant de Košice.

Les ouailles de Don Waddell ne parviennent pas à poser le jeu dans le camp adverse, la défense slovaque étant vigilante. Les offensives slaves se font donc plus nombreuses grâce à la vitesse des ailiers. Les Américains sont dès lors poussés à la faute (Somma à 11'22 pour retard de jeu puis Collins à 15'37 pour cinglage). Školiak insiste plusieurs fois au poteau droit mais ne parvient pas à trouver la faille (12'55), de même que son coéquipier à Skalica Patrik Lušňák, dans une position identique (17'31). En toute fin de période, Lasch manque de nouveau de synchronisation dans le slot lorsqu'il loupe de quelques centimètres la reprise d'un centre alors que Hamerlík traînait à couvrir son but (19'21).

La Slovaquie a la possibilité de creuser la marque en tout début de deuxième tiers par une échappé de Marcel Hossa mais Curry s'interpose efficacement (20'54). Les Américains continuent à subir le jeu et sont souvent acculés dans leur zone. Si la partie est rythmée et sans temps mort, il n'y a rien de bien croustillant à se mettre sous la dent jusqu'au power-play américain, provoqué par la faute de Lušňák qui retient Yan Stastny après que l'Américain d'origine… slovaque a mis dans le vent le jeune attaquant à la sortie du cercle gauche (32'05).

L'Oncle Sam se montre bien plus menaçant sur son second jeu de puissance. Le centre de Jared Ross rebondit sur le bras droit du gardien Hamerlík et le palet cherche preneur dans le slot. Brian Salcido est certes le plus près mais la rondelle est dans son dos, si bien qu'un Slovaque a le temps de dégager in extremis avant que le défenseur de SaiPa ne puisse ajuster. Cette supériorité a remis les Américains sur les bons rails. Juste avant la pause, la rondelle passe de crosse en crosse et Marty Sertich, positionné au poteau droit, a par trois fois la possibilité de réduire la marque mais le portier slovaque est à la parade (39'47).

Les États-Unis sont contraints d'ouvrir le jeu dans le dernier acte et les Slovaques en profitent logiquement pour mener des contre-attaques dangereuses. Barry Tallackson se rend coupable d'une crosse haute et file en prison (42'39) et voilà les Slovaques s'installer durablement dans la zone américaine. La défense s'organise bien cependant. Aussi, Juraj Mikúš est bien placé pour reprendre le rebond du slap de Vladimír Mihálik mais il est de suite bâillonné par trois « bleus » (42'49). La pression offensive slovaque est maintenue, même accentuée, après le retour du fautif et les Américains ne sont pas loin de prendre l'eau. John Curry contient pour le moment les nombreux assauts.

Le goalie doit cependant plier une seconde fois. À l'origine, on trouve une belle remontée sur la droite de Mário Bližňák, qui honore avec brio sa première sélection. Le joueur du Sparta Prague centre du revers de sa crosse à hauteur de la ligne de but et si le palet est repoussé par Curry, Miklík arrive en pleine course au second poteau et reprend dans le dos du gardien (2-0, 48'39). Ça pendait aux nez des Etats-Uniens, trop approximatifs dans le geste et surtout pas assez rapides pour contrecarrer une défense slave discipliné ce qui n'est sans surprendre son monde. La sortie du portier associée à la double infériorité concédée par la Double-Croix (Baranka, faire trébucher à 57'57, Miklík, crosse haute à 59'05) propulsent la bande à Meyer à 6 contre 3 en toute fin de partie. Sans conséquence pour les blancs qui l'emportent logiquement après avoir démontré une solidité défensive prometteuse pour le reste de la compétition.

Désignés joueurs du match : Michel Miklík (Slovaquie) et Marty Sertich (États-Unis).

Commentaires d'après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Je voudrais saluer la performance collective de nos joueurs. On a bien patiné, on a joué activement, c'est pour cela qu'on a pris l'avantage au score. Notre adversaire a haussé son niveau en deuxième période et on a alors rencontré quelques difficultés, heureusement que Hamerlík a été excellent. Les Américains ont joué leur va-tout en fin de match, ils ont dû ouvrir le jeu, ce que nous avons utilisé pour inscrire le second but. »

Dominik Graňák (défenseur et capitaine de la Slovaquie) : « Quand bien même nous sommes venus à ce tournoi avec une équipe jeune, nous sommes parvenus à surprendre notre adversaire par une belle prestation. Personne n'a évoqué Pavol Demitra dans le vestiaire mais nous étions tous conscients de la portée symbolique de l'écusson que nous portions sur notre maillot aujourd'hui. On veut dédier ce succès à Paľo, qui nous voit depuis le ciel. »

Michel Miklík (attaquant de la Slovaquie) : « La victoire est plus importante que mes deux buts même si, évidemment, je suis ravi d'avoir marqué pour la première fois en sélection. Un grand merci à toute l'équipe ! Nous avons rendu une copie sérieuse. Peter Hamerlík a été très inspiré dans les buts. D'un côté, c'est vrai qu'on est quelques-uns à n'avoir qu'une faible expérience internationale, d'un autre, on compense par une combativité à revendre. »
 
Peter Hamerlík (gardien de la Slovaquie) : « J'ai effectué un bon match, cela même alors qu'il faisait très chaud dans la patinoire. Mon blanchissage est le mérite des défenseurs qui ont très bien joué. En plus, même les attaquants nous ont filé un coup de pouce. Je suis très reconnaissant vis-à-vis des gars pour cet excellent résultat. »

 

Slovaquie – États-Unis 2-0 (1-0, 0-0, 1-0)
Vendredi 11 novembre 2011 à 16h15 à l'Olympiahalle de Munich.
Arbitrage de Stefan Bauer et Marcus Brill (ALL) assistés de Benjamin Hoppe et Christoffer Hurtik (ALL)
Pénalités : Slovaquie 8' (2', 2', 4') ; États-Unis 6' (4', 0', 2')
Tirs : Slovaquie 31 (14, 5, 12) ; États-Unis 26 (10, 10, 6)

Évolution du score :
1-0 à 09'56" : Miklík 
2-0 à 48'39" : Miklík assisté de Bližňák et Sersen


Slovaquie

Gardien : Peter Hamerlík.

Défenseurs : Dominik Graňák (C) – Richard Stehlík ; Ivan Baranka (A, 2', +1) – Tomáš Starosta (+1) ; Michal Sersen (2', +1) – Peter Mikuš (+1) ; Vladimír Mihálik –  Kristián Kudroč.

Attaquants : Milan Bartovič (A) – Marek Hovorka – Roman Kukumberg ; Marcel Hossa – Patrik Lušňák (2') – René Školiak ; Marcel Haščák (+2) – Mário Bližňák (+2) – Michel Miklík (2', +2) ; Martin Bakoš – Juraj Mikúš – Rastislav Dej.

Remplaçant : Július Hudáček (G). Non-utilisés : Libor Hudáček (A), Radoslav Tybor (A).

États-Unis

Gardien : John Curry [sorti à 57'57"].

Défenseurs : Andrew Hutchinson (C) – Freddy Meyer (A, -1) ; Andy Wozniewski – Jeremy Dehner (-1) ; Kyle Klubertanz – Steve Wagner (-1) ; Brian Salcido (-1).

Attaquants : Yan Stastny (A, -1) – Jared Ross (-1) – Chris Collins (2', -1) ; Broc Little – Barry Tallackson (2') – Robbie Schremp ; Marty Sertich (-1) – Sergio Somma (2', -1) – Ryan Lasch (-1) ; Stephen Werner – Corey Elkins – Noah Clarke.

Remplaçant : Don Waddell (G).