Brest - Lyon (Division 1, 10e journée)

 « La machine » est un diesel ?

Lemoine face  Bastien

Après avoir atomisé Dunkerque 10-0 sur la glace de Michel Raffoux, les Albatros affrontent l’autre équipe en provenance de D2, les Lions de Lyon. Un promu aux dents longues qui s’est incliné 5-4 après prolongation face à Bordeaux la semaine passée. Après avoir vu le retour de blessure de Vladimir Sabol en défense, le club rhodanien s’est renforcé en attaque. L’essai d’Erik Caladi, ancien joueur d’Extraliga slovaque, s’est avéré concluant et Baptiste Frioux reprend finalement du service. Ces deux joueurs ne sont cependant pas uniforme ce soir.

Pour Brest les choses tournent plutôt bien. L’équipe qualifiée de « machine » par Alexandre Lefebvre lors du match contre Anglet est sur une séquence de quatre victoires consécutives (coupe et championnat confondus). Cette bonne forme se confirme dans les chiffres puisque l’équipe bretonne est la meilleure attaque et la deuxième meilleure défense du championnat.

Pour obtenir cette cinquième victoire consécutive, les locaux doivent se passer des services de Nicholas Pard rentré précipitamment au Canada en raison d’un heureux événement. C’est son compère David Poulin, pourtant défenseur, qui le remplace en attaque. Un choix qui confirme définitivement la reconversion défensive de Nicolas Motreff. Enfin après une absence de plusieurs semaines, David Hennebert est de retour mais il est préservé en début de rencontre.

Un début de rencontre cauchemardesque pour les spectateurs qui voient leurs protégés retomber dans leurs travers. Les Albatros lancent leurs premières escouades sur la cage gardée par Guillaume Richard mais néglige le repli défensif. Une aubaine pour les Lyonnais qui laissent leurs adversaires venir pour mieux les piéger en contre. Un système de jeu qui convient parfaitement au rapide duo David Bastien - Vikhael To Landry.

Il n’est donc pas étonnant de voir ces deux très bons joueurs prendre en défaut la défense des Albatros alors que ces derniers évoluaient en supériorité numérique. C’est Bastien qui initie ce contre fulgurant en lançant sur orbite To-Landry. Le capitaine local Francis Ballet est complètement dépassé et assiste à distance au dribble imparable de l’ancien attaquant de Meudon sur Landry Macrez (0-1, 4’59’’).

Vikhael To LandryUne minute plus tard les Albatros paient encore leur laxisme défensif et les Lions doublent la mise pour le plus grand bonheur du seul courageux supporter lyonnais ayant fait le déplacement. Frédéric Figon marque après avoir eu tout son temps pour dribbler Macrez qui est complètement délaissé (0-2, 5’55’’). Un réalisme implacable mais une juste sanction pour rappeler Brest à l’ordre. L’entraîneur Sébastien Oprandi fait tomber les premières sanctions en laissant sur le banc Gaëtan Cannizzo qui semble fautif sur ce deuxième but. David Hennebert prend sa place.

Les choses ne s’arrangent pas lorsque Tristan Lemoine est sanctionné pour une charge contre la bande. Heureusement David Croteau montre l’exemple une nouvelle fois et effectue un travail très efficace en infériorité numérique. Des modifications de lignes bien trop nombreuses pour être décrites ici sont effectuées par le coach Brestois, sans effet. Francis Ballet a toujours toutes les peines du monde à arrêter Bastien et To Landry (14’30’’ et 19’). C’est donc la tête basse que les Bretons rentrent aux vestiaires.

Nul doute que Sébastien Oprandi a donné de la voix pendant la pause. Les Albatros reviennent plus déterminés et travaillent enfin dans les deux sens de la patinoire. « La machine » se met en route et c’est Alexandre Lefebvre qui sert de bougie d’allumage. L’ancien attaquant de Villard-de-Lans remonte la glace sur l’aile droite puis part en diagonale pour entrer en zone offensive. On peut alors penser qu’il va repiquer vers le but mais il n’en est rien. Il continue son avancée en diagonale et effectue un tir croisé qui trompe Guillaume Richard à mi-hauteur (1-2, 24’22’’).

Le prochain but s’annonce déterminant. C’est au tour des Brestois de profiter de larges trous dans la défense lyonnaise. Tristan Lemoine à la lutte le long de la bande en zone offensive parvient à adresser une passe transversale vers la droite à Mans Papaux. Ce dernier décale immédiatement vers la gauche à destination de Serge Toukmatchev posté devant l’enclave (2-2, 25’45’’).

En l’espace d’un peu plus d’une minute, tout est à refaire pour les visiteurs qui accusent sérieusement le coup. Alexandre Lefebvre effectue une nouvelle percée solitaire et fait preuve d’une patience incroyable en forçant le portier adverse à sortir. Puis il fait le choix audacieux de partir vers la gauche du but, ce qui réduit son angle de tir. Mais ceci lui permet de contourner tranquillement Richard et de marquer dans un but vide (3-2, 30’08’’).

Et ce n’est pas fini… La défense lyonnaise prend l’eau de toutes parts sur les coups de boutoirs de l’intenable David Croteau. Vladimir Sabol le fait trébucher mais il parvient à adresser un bon centre à Daniel Sevcik. Richard est couché mais effectue un superbe arrêt avec sa jambière (31’25’’). Sabol est pénalisé sur l’action. La supériorité numérique est concrétisée par Lemoine qui profite d’un rebond laissé par le gardien lyonnais sur un tir de Ballet (4-2, 32’21’’).

Les Lions réagissent et pressent les Albatros en cette fin de tiers. Quelques situations chaudes ont lieu devant le but brestois. La vitesse des attaquants rhodaniens leur permet toujours de placer quelques bons contres. Mais Landry Macrez est solide comme en témoigne son arrêt de la mitaine sur Mathieu Combe (38’25’’).

Cette fois c’est avec une avance de deux buts que Brest rentre aux vestiaires. Mais comme on a pu le voir cet écart est faible et tout peut basculer rapidement. Lefebvre jusque là impeccable effectue une charge dangereuse dans le dos d’Alexander Olsson. Il reçoit très logiquement deux plus dix minutes de pénalité (41’43’’). Une occasion en or pour les visiteurs de se relancer.

Le jeu de puissance est installé mais les tirs en direction de Macrez sont trop rares. La prison est tuée par les Albatros qui vont montrer leur efficacité sur la prison concédée par Jonathan Piras (44’58’’). Jonathan Avenel derrière le but parvient à remettre devant la cage pour Jaroslav Prosvic. Ce dernier tire, Richard laisse un rebond poussé au fond par Avenel qui avait eu le temps de se repositionner devant le but (5-2, 45’22’’).

SalutationsLes Albatros écœurent leurs adversaires en donnant au score des proportions inattendues. Macrez dégoûte To Landry sur un 2 contre 1 mené par Bastien (46’25’’). Leurs efforts ne sont pas récompensés, contrairement à ceux de David Croteau qui marque du revers sur un bon service de Nicolas Motreff. Dans la foulée Papaux sert Prosvic pour le septième but (7-2, 51’39’’).

La messe est dite et l’agacement est perceptible dans les rangs visiteurs. La fin de match est houleuse et les pénalités pleuvent. Dany Roch se fait voler par la mitaine de Macrez (52’14’’). S’ensuit une altercation entre le défenseur canadien et Croteau. Alors que les choses semblent se calmer, Roch agresse Croteau. Le corps arbitral expulse l’ancien joueur de Cergy et adresse un 2+10’ à l’attaquant brestois.

Une situation étrange se crée alors. Les deux équipes sont sanctionnées mais Brest est en infériorité car Roch n’a eu qu’une méconduite de match ce qui ne pénalise pas son équipe. La chose se reproduit dans la dernière minute avec Prosvic qui est pénalisé de deux minutes et Bastien qui lui prend une méconduite (59'02’’). Qu’importe, cette fin de match tendue ne fera pas évoluer la marque.

Les Albatros décrochent une cinquième victoire consécutive. Mais malgré l’ampleur du score elle fut longue à se dessiner. L’entame de match a été catastrophique et ce n’est pas la première fois que cela arrive. La machine semble donc bien carburer au diesel … Cette équipe a clairement des capacités, elle l’a montré haut la main dans les deux derniers tiers. Mais on peut regretter que ces efforts ne se fassent pas constamment tout au long de la rencontre. Quand elle veut, elle peut ! Quand l’effort n’est pas là, la sanction est immédiate : un retard de deux buts qui heureusement n’était pas insurmontable.

Au final  Brest passe deuxième suite à la défaite de Nice à Mulhouse dans le choc de la soirée. À noter que le lendemain du match la signature de l’attaquant Franco-Canadien Benjamin Rubin a été annoncée, soit deux jours avant la clôture des transferts. Ce joueur n’a pas été conservé par Valence et son essai à… Lyon s’est révélé infructueux. Une arrivée qui rallonge un banc brestois un peu court selon certains.

Pour les Lyonnais la pilule est dure à avaler. L’avance de deux buts a été dilapidée en un instant. Ensuite, malgré les efforts des Bastien et To Landry, la finition n’était plus au rendez-vous. Les pénalités accumulées en fin de match montrent clairement une frustration face à un score qui a pris de l’ampleur dans un match pourtant longtemps accroché. Mais cela est souvent le cas en ce moment pour les adversaires des Albatros. Anglet et Dunkerque peuvent en témoigner.


Brest – Lyon 7-2 (0-2, 4-0, 3-0)
Samedi 12 novembre 2011 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 923 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin, assisté de Nicolas Piedigrossi et Romain Herrault.
Pénalités : Brest 34' (4', 4’, 6'+10’+10’), Lyon 46' (6', 4', 6’+10’+20’).

Évolution du score :
0-1 à 04’59’’ : To Landry assisté de Bastien et Deshaies (inf. num)
0-2 à 05’55’’ : Figon assisté de To Landry et Medeiros
1-2 à 24’22’’ : Lefebvre
2-2 à 25’45’’ : Toukmatchev assisté de Papaux
3-2 à 30’08’’ : Lefebvre
4-2 à 32’21’’ : Lemoine assisté de Ballet et Croteau (sup. num)
5-2 à 45’22’’ : Avenel assisté de Prosvic (sup. num)
6-2 à 50’32’’ : Croteau assisté de Motreff et Sevcik
7-2 à 51’39’’ : Prosvic assisté de Papaux et Poulin


Brest

Gardien : Landry Macrez.

Défenseurs : Vladimir Holik – Gaëtan Cannizzo ; Nicolas Motreff (A) – Clément Gonzales ; Aurélien Gréverend – Francis Ballet (C) ; David Hennebert.

Attaquants : Jonathan Avenel – Jaroslav Prosvic – Alexandre Lefebvre (A) ; Serge Toukmatchev – Mans Papaux – Daniel Sevcik ; Tristan Lemoine – David Croteau – David Poulin.

Remplaçants : Arnaud Goetz (G), William L’Arvor. Absent : Nicholas Pard (naissance).

Lyon

Gardien : Guillaume Richard.

Défenseurs : Nicolas Deshaies – Vladimir Sabol ; Martin Dubaj – Martin Milleroux (C) ; Dany Roch – François Henri Désérable ; Etienne Chiappino.

Attaquants : Arnaud Magallon – David Bastien – Jonathan Piras ; Alexander Olsson – Mathieu Combe (A) – Dorian Duchosal ; Frédéric Figon – Eric Medeiros (A) – Vikhael To Landry.

Remplaçant : Gabriel Lyant (G), Quentin Wilhem. Absents : Arthur Guinche, Xavier Simoni, Baptiste Frioux, Erik Caladi, Charly Cirgues.