Slovaquie - Suisse (Deutschland Cup, Jour 3)

Contre toute attente, la Slovaquie, dernière des quatre précédentes éditions de la Deutschland Cup, s’empare de la victoire finale 2011 avant même d’affronter la Suisse dans la troisième et ultime journée de compétition. Même en cas de défaite, les hommes de Vladimír Vůjtek ont donc déjà remplit leur cahier des charges. C’est la troisième fois que la formation slave inscrit son nom au palmarès allemand, après 1997 et 2006. C’est peut-être cette absence de pression, ou bien les quelques verres levés la veille au soir en l’honneur de la naissance le même jour du second enfant de Roman Kukumberg, qui explique la fébrilité des lauréats du tournoi en entame de rencontre.

Les Helvètes, plutôt décevants jusque-là, imposent immédiatement un rythme soutenu qui fait tourner la tête à leurs adversaires. À deux contre un, Benjamin Plüss feinte la passe avant de trouver Peter Hamerlík sur sa frappe (1'22). Le double-échec sanctionné de Daniel Rubin (2'16) ne change en rien la donne, les blancs se montrant incapables de mettre à profit leur jeu de puissance, gênés dans leur entreprise par une défense très haute et bien organisée. C’est de nouveau le cas sur le second power-play slovaque (Walker, faire trébucher, 6'41). Le portier slave a même du pain sur la planche : après avoir repoussé la tentative de Simon Bodenmann, venu de la gauche, le rebond est récupéré par Plüss, contenu finalement par Michal Sersen (9'58).

La formation de Sean Simpson exploite à merveille la fébrilité des joueurs d’Europe centrale. Le jeune Inti Pestoni maraude sur la ligne médiane ; l’attaquant d’Ambri-Piotta s’échappe à droite après une belle passe d’Alessandro Chiesa dans le dos de la défense puis enfile l’aiguille au centre du cercle (0-1, 11'56). La Suisse a l’occasion d’enfoncer le clou en supériorité (coup de coude de Kudroč, 12'22) mais ce sont paradoxalement les Slovaques qui se créent les meilleures occasions. Le break-away de Marek Hovorka est annihilé par Daniel Manzato qui s’était judicieusement avancé (13'15). On assiste à la même action une minute plus tard, mais cette fois c’est Milan Bartovič qui négocie mal l’opportunité de réduire le score. Il percute de plein fouet le gardien suisse qui se fait mal dans l’affaire et qui est contraint de céder son poste à Reto Berra (14'18).

Bis répétita sur le second jeu de puissance suisse provoqué par un geste un peu dur de Hovorka (16'15). Kukumberg lance à gauche une rapide contre-attaque en compagnie de Bartovič mais le « Tigre blanc » de Liberec est un peu juste pour récupérer au second poteau la passe de son camarade et sa tentative manque d’ajustement (16'31). Largement dominée dans ce premier-tiers, la Slovaquie réagit en fin de période et parvient, en grande partie grâce à son gardien, à rejoindre les vestiaires qu’avec un léger retard au score.

Il est clair que jouer avec un homme de plus sur la glace ne sera pas un atout sur ce match. Sur leur troisième jeu de puissance (Pestoni, obstruction, 21'14), les Slovaques se montrent une nouvelle fois dans l’incapacité de créer quelque action dangereuse, et même s’ils s’installent en zone suisse, les Helvètes sont efficacement agressifs sur chaque porteur de palet. De nouveau à égalité numérique, la première ligne slave lance un raid depuis son camp et parvient à faire le décalage : Bakoš transmet à Kukumberg sur la droite qui remet à Bartovič qui trouve le gardien Berra sur sa frappe (23'39).

L’ancien des Buffalo Sabres est sans aucun doute le plus actif des attaquants slovaques ce soir. C’est lui qui se crée les occasions les plus franches mais le geste final lui fait défaut, soit par précipitation soit parce que bien pris par la défense suisse. C’est le cas sur deux nouvelles offensives. Bartovič part une  première fois en break mais Chiesa lui dégage le palet du bout de la crosse (25'15). C’est ensuite au tour du gardien Berra de lui couper l’herbe sous le pied en se jetant sur la rondelle dans l’enclave sur une énième échappée du Slovaque (26'43). La Confédération ne domine plus son sujet comme dans le tiers précédent et, presque sans surprise, il n’y a rien à signaler sur son power-play provoqué par la sortie de Vladimír Mihálik (retenir, 34'09). Berra réalise une nouvelle parade digne d’un gardien de football lorsque Mário Bližňák et Marcel Haščák se présentent devant lui après un rapide deux contre un (37'05).

Partis sur les chapeaux de roues, la Suisse perd progressivement son souffle et la troisième période confirme la tendance. Dès la reprise, Martin Bakoš (41'04) puis Michel Miklík (41'49) sont en position favorable mais le portier de Bienne est encore sur la trajectoire. Le spectacle est enivrant, le palet circule d’un camp à l’autre et les occasions sont très nombreuses, même si c’est essentiellement du côté slovaque. Les ailiers des Tatras font désormais parler leur vitesse. Ainsi, Juraj Mikúš remonte comme une flèche le long de la bande droite puis sert en retrait depuis le coin à Marcel Hossa, démarqué dans l’enclave et qui trompe – enfin ! – Reto Berra (1-1, 43'09). Très décevant depuis son arrivée dans la capitale russe (deux réalisations seulement), le frangin de Marián retrouve des couleurs en sélection avec un troisième but inscrit en vingt-quatre heures.

La partie devient alors à sens unique. L’égalisation accentue les ardeurs de la bande à Graňák qui poursuivent leur harcèlement de la cage adverse. Marek Hovorka, encore dans le coin droit, effectue un gros boulot pour conserver la rondelle et parvient à s’extirper de ses deux gardes du corps suisses. L’attaquant de Kladno file vers le but, centre en retrait pour Libor Hudáček, qui attend dans le slot et ouvre son compteur sous le maillot à la Double-Croix (2-1, 49'24). L’excellent fore-checking slovaque bloque par la suite la construction de jeu suisse, même si Peter Hamerlík, pierre angulaire du succès des siens, s’exerce encore une ou deux fois avant la sirène et que Rastislav Dej sauve in extremis sur sa ligne un palet perdu (58'02). Le temps-mort suisse suivi de la sortie de Reto Berra ne bouleversent rien : la Slovaquie restera invaincue en Bavière.  

Désignés joueurs du match : Peter Hamerlík (Slovaquie) et Tim Ramholt (Suisse).

Commentaires d’après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Notre entame du premier tiers-temps a été médiocre. Les garçons savaient qu’ils avaient déjà remporté le tournoi et il leur a manqué la motivation nécessaire. À la première pause, on a convenu qu’il fallait augmenter le rythme et à partir de la 25e minute on a retrouvé le niveau de performance que l’on a affiché contre l’Allemagne et les Etats-Unis. On a accentué notre pression dans la dernière période et on a alors inversé la tendance de la rencontre. J’ai d’excellentes impressions après ce tournoi, j’ai notamment été agréablement surpris par les gardiens et les jeunes joueurs. »

Dominik Graňák (défenseur et capitaine de la Slovaquie) : « On est super contents d’avoir aussi gagné notre dernière rencontre du tournoi. On a vraiment bien joué collectivement. On est parvenus à respecter les consignes de l’entraîneur. Mises à part quelques petites imperfections, notre défense s’est très bien débrouillée. Il ne faut pas non plus oublier les deux gardiens, dont les performances ont été exceptionnelles. »

 

Slovaquie – Suisse 2-1 (0-1, 0-0, 2-0)
Dimanche 13 novembre 2011 à 13h30 à l’Olympiahalle de Munich.
Arbitrage de Stefan Bauer et Georg Jablukov assistés de Christoffer Hurtik et Marc Iwert (tous ALL)
Pénalités : Slovaquie 6' (4', 2', 0') ; Suisse 6' (4', 2', 0')
Tirs : Slovaquie 17 (6, 11, 0) ; Suisse 28 (17, 11, 0)

Evolution du score :
0-1 à 11'56'' : Pestoni assisté de Chiesa
1-1 à 43'09'' : Hossa assisté de J. Mikúš
2-1 à 49'24'' : L. Hudáček assisté de Hovorka et Miklík

 

Slovaquie

Gardien : Peter Hamerlík.

Défenseurs : Dominik Graňák (C) – Michal Sersen (+1) ; Tomáš Starosta – Ivan Baranka (A, +1) ; Kristián Kudroč (2') – Vladimír Mihálik (2') ; Peter Mikuš.

Attaquants : Martin Bakoš (-1) – Milan Bartovič (A) – Roman Kukumberg (-1) ; Marcel Hossa (+1) – Juraj Mikúš (+1) – Radoslav Tybor ; Marcel Haščák – Mário Bližňák – Michel Miklík (+1) ; Patrik Lušňák – Rastislav Dej – Marek Hovorka (2', +1) ; Libor Hudáček (+1).

Remplaçant : Július Hudáček (G). Non-utilisés : René Školiak (A), Richard Stehlík (D).

Suisse

Gardien : Daniel Manzato [remplacé par Reto Berra à 14'18'', sorti à 58'25''].

Défenseurs : Patrick Von Gunten (C) – Alessandro Chiesa (+1) ; Robin Grossmann – Tim Ramholt (-2) ; Thomas Wellinger (+1) – Romain Loeffel (-2).

Attaquants : Thibaut Monnet (A) – Inti Pestoni (2') – Simon Bodenmann ; Julien Sprunger (A) – Andrei Bykov – Benjamin Plüss ; Dino Wieser – Morris Trachsler – Daniel Rubin (2') ; Julien Walker (2', -1) – Fabian Schnyder – Reto Suri (-1) ; Pascal Berger (-1) ; Damien Brunner.

Remplaçant : Leonardo Genoni (G). Non-utilisés : Eric Blum (D), John Gobbi (D), Simon Lüthi (D), Simon Moser (A), Kevin Romy (A), Janick Steinmann (A).