La Russie transformée en équipe défensive

BARULIN Konstantin-110512-353Les Finlandais n'en ont pas cru leurs yeux dès le premier match du tournoi : la Russie pratiquant une trappe en zone neutre ?! Le nouveau sélectionneur Zinetula Bilyaletdinov a tiré un trait ferme et définitif sur les principes de jeu de Bykov, selon lequel un 6-5 vaut mieux qu'un 1-0. Il a clairement donné priorité à la défense, en insistant beaucoup sur les consignes tactiques, en particulier pour couper les accès à l'enclave. Une révolution jamais vue qui rompt avec toute la tradition russe ?

N'exagérons pas. Un Boris Mikhaïlov par exemple faisait jouer la Russie de manière repliée. Et on en oublierait presque que Bilyaletdinov avait déjà dirigé un tournoi de l'Euro Hockey Tour en décembre 2004 avant que son club de Kazan ne le fasse renoncer à la sélection. À l'époque, la Sbornaïa, avec une première ligne Kovalchuk-Datsyuk-Kovalev, avait bâti son succès sur la défense en ne concédant que deux buts sur l'ensemble du week-end. Elle repart sur les mêmes bases sept ans plus tard à Helsinki en n'encaissant qu'un but par match.

Ce dernier duel contre les Tchèques recèle toutefois un piège : jouer face à un miroir. Douchés par les Finlandais, les hommes d'Alois Hadamczik sont en effet revenus à une tactique plus prudente. Le match commence ainsi sur des bases fermées, qui ne se déride qu'en supériorité numérique. Biryukov succède à Korneev en prison et la République Tchèque joue près de 4 minutes en jeu de puissance, avec Miroslav Blatak à la pointe et quatre attaquants, dont Kotalik qui est surtout utilisé dans ce domaine après avoir été rétrogradé en quatrième ligne. Pas de but cependant.

En deuxième période, cependant, les Tchèques accroissent leur activité et parviennent à prendre le dessus. Pendant que Vishnevsky est en prison, l'unité spéciale finit par conclure : Blatak à la bleue décale en haut du cercle gauche le capitaine Petr Nedved, dont le tir va riicocher droit dans le masque du gardien Konstantin Barulin avant de rentrer (1-0, 27'27"). Barulin regarde son masque comme un tennisman regarde sa raquette après un point perdu... La réplique russe ne se fait pas attendre. Kirill Petrov se joue de l'arrière Lukas Zib et feinte le gardien, mais son revers échoue sur le poteau (29'42").

Le second gardien tchèque Jakub Kovar, lancé dans le grand bain de l'Euro Tour sur ce troisième match, a eu très chaud. Le reste du temps, il se montre très solide. Il réussit en particulier un arrêt à bout portant devant Zubov, et surtout une superbe mitaine face à Radulov servi à 2 contre 1 par Shirokov.

Aleksandr Radulov est-il retombé dans ses travers ? On peut se le demander quand il commet une faute idiote en zone offensive. Mais quand il ressort de prison, face à des Tchèques réduits entre-temps à quatre, le seul rescapé du Salavat Yulaev Ufa dans l'équipe nationale se précipite au premier poteau, où il reprend la passe de derrière la cage d'Ilya Zubov pendant que Zib et Caslava regardent le palet (1-1, 54'04"). Les coups de sifflet continuent d'alterner jusqu'à la fin, ce qui anime le match et les tribunes.

Les Tchèques croient tenir le match nul quand ils tuent une pénalité de Sevc. Il reste alors vingt secondes... soit dix de trop ! Evgeni Kuznetsov passe de derrière le but à Perezhogin, qui est bien contré par Caslava et tente un plan B avec un tour de cage sur le revers. Le portier Kovar détourne de la crosse... mais le junior Kuznetsov reprend le palet à pleine puissance au milieu d'une forêt de défenseurs tchèques (1-2, 59'50").

La Russie réussit donc le carton plein et le mandat de Bilyaletdinov commence parfaitement. Le fait qu'un junior ait inscrit le but décisif est un beau symbole dans la perspective du rajeunissement annoncé.

Commentaires d'après-match

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de la Russie) : "Je suis surtout content pour les joueurs. Ils voulaient montrer qu'ils méritaient de jouer en équipe nationale. Je suis satisfait de l'entente mutuelle et de l'efficacité de Radulov, Zubov et Shirokov. Le trio a bien fait son travail. Radulov est un joueur merveilleux, qui s'est montré sous son meilleur joueur. C'est un leader, un grand joueur, très disicipliné. Je pense qu'il a même changé de comportement humainement, il joue plus pour l'équipe."

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Kovar a été parfait, c'était un match difficile pour le tester. Petr Nedved a marqué la moitié de nos buts dans ce tournoi, il n'y a rien à dire. J'avais vu jouer Petruzalek, mais il s'adapte parfaitement dans l'équipe et a livré une performance très solide. Tout le monde a joué avec respect et engagement. Il est trop tôt pour parler des championnats du monde, mais maintenant nous avons une idée de chaque joueur."

 

République Tchèque - Russie 1-2 (0-0, 1-0, 0-2)
Dimanche 13 novembre 2011 à 13h00 à la Hartwall Areena d'Helsinki. 3794 spectateurs.
Arbitrage d'Antti Boman et Aleksei Rantala (FIN) assistés de Markus Hägerström et Juha Suoraniemi (FIN).
Pénalités : République Tchèque 14' (4', 2', 8'), Russie 14' (4', 4', 6').
Tirs : République Tchèque 23 (5, 9, 9), Russie 24 (7, 4, 13).

Évolution du score :
0-1 à 27'27" : Nedved assisté de Kotalik et Blatak (sup. num.)
1-1 à 54'04" : Radulov assisté de Zubov (sup. num.)
1-2 à 59'50" : Kuznetsov assisté de Perezhogin


République Tchèque

Gardien : Jakub Kovar.

Défenseurs : Miroslav Blaták - Martin Sevc (-1, 2') ; Petr Cáslava (-1) - Jakub Nakladal (-1, 2') ; Lukas Zib - Tomas Mojzis ; Marek Troncinsky (2').

Attaquants : Martin Adamsky (2') - Petr Nedved (C) - Petr Prucha ; Petr Hubacek - Jiri Novotny (-1) - Zbynek Irgl ; Jakub Klepis - Petr Koukal (-1) - Jakub Petruzalek ; Ales Kotalik (4') - Petr Vampola (2') - Marek Kvapil.

Remplaçants : Jakub Stepanek (G), Jakub Orsava, Lukas Pech.

Russie

Gardien : Konstantin Barulin.

Défenseurs : Konstantin Korneev (2') - Ilya Nikulin (+1, 2') ; Denis Denisov (+1, 4') - Denis Grebeshkov ; Evgeni Medvedev - Ivan Vishnevski (2') ; Evgeny Biryukov (2') - Maxim Chudinov.

Attaquants : Sergei Shirokov - Ilya Zubov - Aleksandr Radulov (2') ; Igor Makarov - Vadim Shipachev - Vladimir Tarasenko ; Kirill Petrov - Aleksei Tereschenko (+1) - Aleksandr Perezhogin (+1) ; Denis Kokarev - Evgeny Bodrov - Evgeny Kuznetsov (+1).

Remplaçants : Mikhaïl Biryukov (G), Igor Musatov.