Dunkerque - Courbevoie (Division 1, 11è journée)

Les Corsaires arrachent la victoire en prolongation face à Courbevoie

Les spectateurs présents samedi soir à la patinoire Michel Raffoux ont pu tester leur résistance cardiaque ! Car il ne fallait pas l’être, tant la rencontre a été disputée et indécise jusqu’au bout. Il aura fallu attendre la prolongation et le but en mort subite de Clément Thomas pour départager deux formations au coude à coude pendant un peu moins de 65 minutes de jeu. Les Corsaires réalisent aussi la bonne opération de la soirée et gagnent ainsi une place au classement et se hissent à la 6ème position.



La Dunkerquoise Estelle Duvin réalise le coup d’envoi fictif du match, elle est ainsi mise à l’honneur grâce à sa récente sélection pour participer aux qualifications des championnats du monde U18 féminin. La rencontre démarre tambours battants pour les Corsaires qui mettent une pression intense sur toute la défensive de courbevoie. Ils multiplient les actions dangereuses : Péan, Rousseau, Pelletier et les frères Rozenthal ne concrétisent pas les actions nettes de but. Mais c’est avec une certaine patience et beaucoup de travail que les « Bleus » vont finir par ouvrir la marque. Arnaud Péan déborde sur le côté gauche et délivre un centre en retrait pour Benjamin N’Guyen, ce dernier trouve le « trou de souris » côté fermé et inscrit son deuxième but de la saison (1-0 à 10'59").

Les efforts des Corsaires depuis le début de la rencontre payent enfin. Statistiquement, on sait que lorsque les Corsaires ouvrent la marque ils remportent le match à 85% du temps. C’est de bon augure pour la suite… La supériorité des locaux continue, ils ont le puck en permanence et se créent les meilleures chances de marquer. Mais, à 3 minutes de la fin de la période, alors que les Corsaires ont un homme sur le banc des pénalités, les COC de Courbevoie va réduire le score. Un lancer de la ligne bleue et une déviation sur laquelle Marc-André Martel ne peut rien faire. Le palet lui glisse sous les jambières (1-1 à 16'58"). Tout est à refaire et le jeu du chat et de la souris ne fait que commencer entre Corsaires et Parisiens.

Au retour des vestiaires, coup de tonnerre sur Raffoux puisque c’est Courbevoie qui prend les commandes du match. Sur une action apparemment anodine et un lancer depuis la zone neutre, Martel doit s’incliner assez bêtement (1-2 à 22'38"). La période ne peut pas débuter plus mal. Les Corsaires décident de se remettre au travail et reprennent leurs efforts consentis dans les 20 premières minutes. C’est moins de 2 minutes après le but que, sur une supériorité numérique, Maurice Rozenthal lance en direction de Sylvain Michaud, le portier de Courbevoie. Son tir est dévié par une crosse adverse et propulsé en pleine lucarne (2-2 à 24'36").

On souffle un peu dans le public dunkerquois, qui voit en ce but un sursaut d’orgueil qui peut transcender leur équipe. C’est effectivement ce qu’il va se produire. Les nombreuses incursions dans la zone défensive adverse provoquent les fautes des joueurs parisiens. Ils écopent d’une nouvelle pénalité qui va instantanément être transformée au tableau d’affichage. La ligne des jumeaux Rozenthal et Kim Wikström réussit à poser son power play. Le jeu se met en place et le palet circule bien. Maurice Rozenthal se décale et arme un lancer. Son tir est cette fois dévié par le Finlandais, heureux de voir sa déviation se loger dans la lucarne côté fermé (3-2 à 29'25"). Les Corsaires empochent la seconde période (2-1) et prennent l’ascendant sur Courbevoie avant de rentrer au vestiaire.
Dans la troisième période, c’est une équipe de Courbevoie transformée qui va pousser des Corsaires dans leurs retranchements. Un homme en particulier va porter son équipe à bouts de bras. Le numéro 27 Kevin Gadoury montre l’étalage de ses qualités physiques et de son aisance technique. Les palets transitent tous par cet homme, et c’est lui qui par deux fois va remettre les siens sur de bons rails. Entre temps François Rozenthal bien servi par son frère avait redonné l’avantage à des Corsaires ultra-dominateurs. C’est sur le score de 4-4 que les 60 minutes réglementaires s’achèvent.

La patinoire Michel Raffoux s’apprête à vivre une prolongation de 5 minutes qui en général livre son lot d’émotions. De l’émotion il y en aura. Le jeu à 4 contre 4 lors de cet « Over-time » offre des boulevards aux attaquants et les occasions sur les buts sont franches. Le match peut basculer à n’importe quel moment. La fin nous la connaissons, Wikström récupère un palet en zone adverse, il sert Clément Thomas devant le but, ce dernier contrôle et shoot du revers, son tir se loge sous le bras du gardien de Courbevoie. Délivrance pour les 1000 personnes et les 20 joueurs dunkerquois qui s’empressent d’aller féliciter le héros du soir ! Deux nouveaux points acquis à domicile pour le plus grand bonheur des supporters ravis d’avoir vécu un match de cette intensité.

Le bilan de la soirée est très positif côté Corsaires, puisque cette victoire leur permet de continuer sur leur lancée et d’enchaîner deux victoires consécutives, chose qui n’était plus arrivée, depuis le 24 Septembre au soir de cette 3ème journée et cette victoire à domicile face au Mont-Blanc 8-2 ! Le temps file à toute allure dans ce championnat intense qui chaque samedi nous livre ses enseignements. Alors ne boudons pas cette victoire et savourons ces instants de bonheur.  Une victoire qui sera à coup sûr très importante pour la suite des événements et la suite du championnat.

Compte-rendu du site officiel des Corsaires de Dunkerque


Dunkerque – Courbevoie 5-4 (1-1, 2-1, 1-2, 1-0)
Samedi 19 novembre 2011 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 920 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Sueva Torribio et Charles-Edouard Salmon.
Pénalités : Dunkerque 16' (4', 6’, 6', 0’), Courbevoie 14' (6', 6', 2’, 0’).
Évolution du score :
1-0 à 10'59" : N’Guyen assisté de Péan
1-1 à 16'58" : Vinatier assisté de De Avelar (sup. num.)
1-2 à 22'38" : Denis assisté de Vinatier
2-2 à 24'36" : Wikström assisté de F. Rozenthal et M. Rozenthal (sup. num.)
3-2 à 29'25" : Wikström assisté de M. Rozenthal (sup. num.)
3-3 à 49'19" : Gadoury assisté de Tourigny
4-3 à 50'00" : F. Rozenthal assisté de Dubois et Wikström (sup. num.)
4-4 à 54'52" : Gadoury assisté de Jasko et Tourigny (double sup. num.)