Bélarus - Danemark (Coupe de Polésie, 3e jour)

Le calice jusqu'à la lie

GOROSHKO Oleg-110429-307Le Bélarus pouvait-il tomber plus bas ? Normalement, non, surtout après 1 but marqué et 10 encaissés en deux jours. Il semblait en voie d'amélioration, et rien ne le prédestinait à ce qu'il allait vivre dans le dernier match de son tournoi.

Sinon, le nouveau sélectionneur Kari Heikkilä n'aurait pas envoyé Maksim Samankov dans les cages. Ce gardien de 21 ans, jamais passé par les équipes nationales juniors, effectue cette année sa première saison en élite, à la faveur de la création d'un nouveau club dans la ville de Lida, pour occuper une des nouvelles patinoires que le Bélarus construit à la pelle. Mais entre faire un bon début de championnat et se confronter au niveau international, il y a une marge. La nervosité est sans doute plus grande à porter le maillot de la sélection nationale. En un quart d'heure, il prend trois buts, deux en supériorité numérique de Morten Madsen, et surtout un d'Olafur Gunnarsson, moins beau à voir car il s'agit d'une mitaine ratée.

S'il ne s'agit que de l'inexpérience d'un gardien, ce n'est pas encore trop grave. Quand Igor Brikun entre en jeu devant les filets, le coup peut encore être rattrapé puisqu'il y a "seulement" 1-3. Le Bélarus a en effet su convertir un double avantage numérique grâce à des automatismes retrouvés, un tir de la bleue de Goroshko et une conclusion dans le slot de Drozd.

Le problème, c'est que l'hémorragie continue. Elle bat même tous les records. Les sept premières pénalités biélorusses aboutiront ainsi à... sept buts danois. Du jamais vu ! Amorphe et désorganisée, l'équipe totale explose totalement en infériorité numérique. Ce n'est plus une claque, c'est une fessée, et les services sociaux ont déjà été appelés pour soupçons de maltraitance.

Désignés joueurs du match : Sergei Dudko pour le Bélarus et Mads Christensen pour le Danemark.

Commentaires d'après-match

Per Bäckman (entraîneur du Danemark) : "Il y a eu tellement de pénalités qu'on a rarement joué à cinq contre cinq. C'est là que s'est décidé le match. Je ne sais si c'est nous qui étions si bons en supériorité numérique, ou si ce sont les Biélorusses qui se sont ratés en infériorité. Je suis bien sûr content du résultat, mais ce match est difficile à analyser. J'entraîne depuis 32 ans, et cela n'est jamais arrivé. C'est un record. Je crois que notre première ligne a joué huit fois en supériorité et y a marqué sept fois."

Kari Heikkilä (entraîneur du Bélarus) : "Nous avons pris quatre pénalités en zone offensive, et nous avons encaissé un but à chaque fois. Chacun a essayé de sauver seul la situation, c'était la panique. Dès que la situation se détériore, les joueurs oublient tout et retournent aux schémas en vigueur dans leurs clubs. Il faut du temps pour mettre en place mon système, 4 à 5 semaines, parce qu'il contient des éléments révolutionnaires. Ces tournois sont courts, mais nous aurons un mois avant le championnat du monde. Quatre ou cinq joueurs de cet effectif seront appelés au prochain tournoi. Maintenant, la tâche principale est de faire une revue exhaustive des ressources humaines en Extraliga. Je ne dirai pas que les meilleurs ont été rassemblés ici, et l'explication est que je ne l'ai pas assez étudiée. J'ai assez vu le Dynamo Minsk en KHL, mais en un mois et demi, je n'ai assisté à un match du championnat du Bélarus que six ou sept fois. Pour tirer des conclusions valables, il faudrait voir chaque équipe quatre à cinq fois. Je dois combler ce manque."

 

Bélarus - Danemark 2-8 (1-4, 1-3, 0-1)
Samedi 12 novembre 2011 à 17h00 au palais de glace de Gomel. 2900 spectateurs.
Arbitrage de Maksim Manin (RUS) et Vladimir Nalivaiko (BLR) assistés de Dmitri Golyak et Ivan Dedyulya (BLR).
Pénalités : Bélarus 20' (6', 8', 6'), Danemark 30' (6', 8'+10', 6').
Tirs : Bélarus 42 (10, 20, 12), Danemark 27 (8+2, 8, 9).

Évolution du score :
0-1 à 05'50" : Madsen assisté de Jakobsen (sup. num.)
0-2 à 09'01" : Gunnarsson assisté de K. Jensen
1-2 à 11'04" : Drozd assisté de Goroshko et Bashko (double sup. num.)
1-3 à 14'45" : Madsen assisté de Christensen et Jakobsen (sup. num.)
1-4 à 16'05" : Jakobsen (sup. num.)
1-5 à 25'08" : Staal assisté de Christensen et Jakobsen (sup. num.)
1-6 à 30'09" : J. Jensen [att] assisté de Staal et Christensen (sup. num.)
2-6 à 32'21" : Kachan assisté de Dudko et Revenko (sup. num.)
2-7 à 33'12" : Jakobsen assisté de Christensen et J. Jensen [déf] (sup. num.)
2-8 à 52'35" : Staal assisté de J. Jensen [att] et Hersby (sup. num.)


Bélarus

Gardien : Maksim Samankov puis Igor Brikun à 14'45".

Défenseurs : Andrei Bashko (C) – Oleg Goroshko ; Andrei Antonov (2') - Andrei Filichkin ; Ivan Usenko (A) - Ilya Kaznadeï (-1) ; Oleg Misyul (-1) - Sergei Sheleg.

Attaquants : Aleksandr Pavlovich (4') - Sergei Drozd (A, 2') - Mikhaïl Stefanovich (2') ; Sergei Yanovsky (2') - Sergei Kukushkin - Evgeni Nikolaev (2') ; Aleksei Efimenko - Artem Kisly - Nikita Osipov (2') ; Igor Revenko (-1, 2') - Sergei Dudko (-1) - Aleksandr Kashan (-1, 2').En réserve : Dmitri Milchakov (G), Sergei Kolosov, Pavel Razvadovsky.

Danemark

Gardien : Simon Nielsen (2').

Défenseurs : Kasper Jensen (+1, 2'+10') - Jesper Jensen (+1) ; Philip Hersby (4') - Stefan Lassen (2') ; Rasmus Nielsen - Michael Eskesen ; Anders Overmark Larsen.

Attaquants : Morten Madsen (C) - Julian Jakobsen - Mads Christensen ; Fredrik Storm - Jesper Jensen (2') - Morten Poulsen ; Kim Lykkeskov - Thor Dresler (4') - Kim Staal (2') ; Mads Lund (+1) - Olafur Gunnarsson (+1, 2') - Lasse Lassen (+1) ; Morten Andreasen.

Remplaçant : Patrick Galbraith (G).