Slovaquie : l'Extraliga en folie (II)

SMACH Ondrej_PA308017Le championnat de Slovaquie version 2011/2012 est plus que jamais en quête d'un patron. Alors que l'on est quasiment à la moitié de la saison régulière (déjà 27 matches disputés sur 55), tous les leaders en place jusque-là ont certes été convaincants mais leur posture est toujours restée fragile. Vendredi, le choc au sommet entre le premier Košice et son dauphin Skalica a entraîné un énième chassé-croisé entre les deux formations : les Záhoráci, vainqueurs, ont récupéré le trône aux dépens de leur adversaire du soir. Les Oceliari, quant à eux, dégringolent de trois places dans la hiérarchie après cette défaite, preuve en est que le classement peut être chamboulé à chaque journée. Observez donc le tableau, en bas de page, et vous vous rendrez compte vous-même de l’incroyable étroitesse dans laquelle vit le quatuor de tête ! Après s'être penché sur le cas des triples tenants de la couronne la semaine dernière, attardons-nous maintenant sur Skalica qui, sans parler toutefois de surprise, n’était pas cité parmi les favoris au lancement des festivités.

HK 36 Skalica

Les dirigeants de Skalica ont eu le nez fin ! Le recrutement estival a peut-être été le moins important de toute la classe, il n’empêche qu’il est à ce jour un exemple de perspicacité aux vues des performances des nouvelles têtes : Ondřej Šmach est le défenseur le plus productif de la ligue (6+14), son acolyte Martin Vyrůbalík est dans son sillage (3+8) et l’attaquant Jan Hruška est l’un des archers les plus inspirés du championnat (14+9). Si l’idole Žigmund Pálffy, revenu aux affaires après un an sabbatique, est le meilleur joueur actuel en Extraliga, il n’est donc plus l’arbre qui a longtemps caché la forêt des Záhoráci.

Les excellentes prestations offensives sont par ailleurs assurées par des éléments déjà présents l’an passé, à savoir le vieux roublard René Školiak (deuxième meilleur marqueur derrière « Žigo ») et le jeune loup Patrik Lušňák, tous deux justement appelés sous les drapeaux pour la Deutschland Cup de novembre, ou encore par le Tchèque Petr Obdržálek (7+14). Difficile pour une fois de trouver une déception sous le maillot vert, hormis, dans les statistiques, le gardien Vlastimil Lakosil, seulement neuvième en pourcentage d’arrêts (91,31 %). Et encore… 

LUSNAK Patrik_PA307939HRUSKA Jan_PA307699

Cependant, la mise en route a été poussive, marquée par deux défaites contre deux faibles calibres (Martin et Nitra) sur les quatre premières sorties. Après la huitième journée, les hommes Peter Oremus accusaient un débours de treize points sur le leader Košice, qu’ils dominent désormais de trois longueurs au classement. C’est dire si la trajectoire a été rectifiée par la suite (neuf succès sur dix entre la 9e et la 18e). L’attaque, (rapidité, technicité, réalisme) est le secteur le plus abouti : les « Double-Croix » ont le meilleur taux de réussite en jeu de puissance (22,76 %) et la deuxième efficacité aux tirs derrière Poprad (10,23 %).

VYRUBALIK Martin_PA307469Enfin, il convient de consacrer quelques lignes au capitaine Pálffy. Fer de lance (et non plus socle) des performances collectives de son club maternel, le champion du monde de Göteborg impressionne toujours autant par sa classe, d’autant plus qu’il ne s’est montré en rien rouillé par l’absence d’exercice (plus d’un an tout de même !). Sur vingt-quatre parties disputées, l’ancien « King » de Los Angeles n’a pas capitalisé le moindre point sur seulement deux sorties et cette belle régularité lui a valu d’être désigné par Eurohockey deuxième joueur européen du mois d’octobre derrière le Tchèque Jakub Petružálek (Amur Khabarovsk). À presque 40 piges, Pálffy est encore et toujours la référence du championnat slovaque.

Son statut d’icône s’est toutefois écorné à l’issue du match contre les juniors d’Orange au cours duquel Pálffy, très nerveux, a écopé rapidement d’une pénalité de match. Cette histoire a fait les choux gras de la presse people qui s’est empressé de fouiller le passé tumultueux du meilleur marqueur des JO 1994 : sur la feuille de match de la sélection U20, on retrouvait un certain Denis Hudec… le fils illégitime de la star slovaque ! C’est parce qu’il estimait anormal qu’il soit toujours le plus prolixe à son âge et parce qu’il était agacé du traitement que lui réservaient certains médias que Žigmund Pálffy avait tourné le dos à la Slovaquie en avril 2010. D’un côté comme de l’autre, il semble donc que très peu de choses aient changé en son absence.

Arrivée : Milan Karlíček (D, TCH, 30, sans équipe)

Départ : Kristián Grman (D, 20, Nitra)

 

 Classement au 3 décembre 2011 (après 27 matches)

Classement (27 matches)

 

 

 

 

 

 

 

 Marqueurs

Marqueurs (27 matches)


Trombi Top 5 marqueurs (27 matches)

Photos Michel Bourdier / www.hockeyarchives.info