Compiègne - Clermont (Division 2, 9e journée)

Compiègne s'en sort à l'envie

« Avant le match, j'avais dit aux joueurs de ne penser qu'à la victoire. » Message bien reçu par les hommes de David Dostal. Dans un match où tout n'a pas été parfait, les Lions ont dominé Clermont (5-3). Une victoire qui fait du bien aux Picards. Compiègne restait en effet sur une série de cinq défaites. Les Jaunes n'avaient donc pas le droit à l'erreur puisqu'avant la rencontre les Sangliers Arvernes se trouvaient juste derrière les Lions en position de relégation, mais à égalité de point, les Auvergnats ayant dominés lors de la journée précédente Orléans (3-6).

Des défenses aux abonnés absents

IMG 4807[1]

peine le temps de se chauffer que Clermont prend déjà les devants. Sur leur première supériorité, les Sangliers Arvernes ouvrent le score par Sdenek Novosad (0-1, 1'12''). Il n'en faut pas plus pour réveiller Compiègne qui profite à son tour d'une supériorité pour marquer. Delplanque trouvant la lucarne droite de Geoffroy Voyer (1-1, 3'10''). Les Lions veulent au plus vite reprendre les commandes et conservent le palet dans la zone auvergnate. Mais sur une interception, Varga adresse un long renvoi à Cyril Gavalda qui s'en va tromper Richard Caladi (1-2, 4'06''). Le festival continue par Plichta qui, sur la gauche, efface un puis deux adversaires, feinte le gardien et envoie le palet dans le but vide (2-2, 6'52'').

Les deux équipes sont jusqu'ici ultra-réalistes, marquant pratiquement sur leurs seules occasions. Il faut dire que les défenses ne sont pas au mieux. Après cette période un peu folle, Les Lions entrent enfin dans leur match et monopolisent le palet. Les Sangliers Arvernes se content eux de jouer en contre ou de slaper depuis la bleue. Mais malgré une possession favorable, les Picards peinent à se procurer des situations dangereuses. Les deux équipes multiplient les pénalités et la rencontre baisse clairement en intensité.

Il faut alors attendre la fin du premier tiers pour voir Compiègne hausser le ton. Premier avertissement lancé par Chenard qui voit son but refuser pour avoir poussé le palet du patin (18'05''). Dans le même temps, le tableau d'affichage de la patinoire ne fonctionne plus. Christopher Texeira Leite profite du flottement ambiant pour mettre les siens devant d'un slap depuis la bleue qui heurte la transversale avant de rentrer (3-2, 18'40''). Le premier acte se conclut sur ce score. Après un début de match complètement fou, Compiègne a pris la mesure de Clermont. Malgré tout les Sangliers Arvernes n'ont qu'un but de retard et peuvent encore espérer.

Clermont s'accroche...

Comme en début de rencontre, Clermont ne se pose pas de question et profite de sa supériorité numérique pour revenir au score. Varga, opportuniste à l'image de son équipe, reprend de près un palet venant de derrière le but (3-3, 20'42''). Vexés de s'être fait cueillir à froid, les Lions reprennent leur marche en avant. Texeira Leite perd d'abord son face-à-face avec Voyer (23'37''). Puis le tir de Nicolay trouve le poteau (24'15'').

À force de pousser, les Jaunes finissent par faire sauter le verrou auvergnat. Ondrej Prokop remonte le palet et s'excentre sur la gauche avant de remettre dans l'intervalle pour Texeira Leite qui trompe pour la deuxième fois de la soirée Voyer (4-3, 29'16''). Les Lions montrent de l'envie sur la glace et s'appliquent à remonter proprement le palet. Les Picards restent pourtant encore loin de leur meilleur niveau de jeu. Leurs relances défensives ne sont notamment pas à la hauteur. Heureusement pour eux, Clermont ne profite pas de ces imprécisions, ne s'approchant que trop rarement du but de Richard Caladi.

Pourtant, face à l'inefficacité offensive de Compiègne, les Sangliers Arvernes se remettre à y croire en fin de tiers-temps, sentant qu'il y a peut-être la place de faire douter les Lions. Las, la défense picarde est solide et annihile sereinement les offensives auvergnates. Les joueurs regagnent ainsi les vestiaires avec ce léger avantage pour Compiègne.

...et finit pas céder

Le début du troisième tiers est clairement à l'avantage de Compiègne. Geoffroy Voyer doit d'abord s'employer sur un slap de Plichta (41'44''), avant de stopper un tir de Brochard (42'24'') et de Delplanque (42'46''). Par la suite le match s'équilibre. Probablement usés physiquement, les Lions lèvent le pied, se contentant de gérer le score. Il faut dire que Clermont ne semble pas capable d'inscrire un nouveau but. Les Sangliers Arvernes sont en effet incapables de créer le danger sur le but de Caladi. Pourtant les deux équipes ne concèdent qu'une pénalité chacune au cours de ce tiers-temps.

HCC Clerm

La possession reste tout de même à l'avantage de Compiègne. Preuve de cette maîtrise picarde, les Jaunes vont finir le travail au meilleur moment. Delplanque hérite du palet derrière le but. Pas attaqué, il revient sur le côté et place le palet dans un trou de souris (5-3, 55'33''). Le break est fait. Malgré le temps mort demandé par Clermont et une fin de match en supériorité, les Sangliers Arvernes ne pourront revenir au score, les dernières minutes étant même à l'avantage des Lions.

Grâce à cette victoire, Compiègne se donne de l'air en prenant deux points d'avance sur son adversaire et s'éloigne ainsi de la zone de relégation. Un succès arraché à l'envie par les hommes de David Dostal auxquels on peut accorder un état d'esprit conquérant. Il faudra maintenant être capable d'enchaîner à Orléans pour passer l'hiver au chaud. Une équipe qui ne réussit pas à Compiègne puisque la lanterne rouge de la poule a glané sa seule victoire de la saison sur la glace compiégnoise. Pour Clermont cette défaite fait mal. Les Sangliers Arvernes manquent l'occasion de dépasser les Picards et vont devoir cravacher pour espérer se qualifier pour les play-offs.

Charles Thelliez / Photos : Hervé Raynaud

Réactions d'après-match :

David Dostal (entraîneur-joueur de Compiègne) : « On voulait jouer ce soir. On a mis l'envie. Je suis content d'être devant (Clermont) ce soir. On a été opportuniste. Notre première ligne avec Texeira Leite, Delplanque et Brochard a été très bonne. En face on a une équipe qui a peut-être moins d'individualité mais du collectif, à l'inverse de nous ce soir où les individualités se sont mises au service du collectif. »

Christophe Tagliapietra (président de Compiègne) : « Si on ne gagnait pas ce soir, c'était le suicide collectif. Mais ça manque encore d'agressivité. On n'a pas assez la passion du but. Ça doit jouer plus. On prend des buts sur des infériorités ou des changements. On fait des erreurs qu'on aurait pu payer. Mais c'est bien, on arrête l'hémorragie. On a maintenant 15 jours pour préparer le match d'Orléans. Il faut aller prendre deux points pour se mettre à l'abri. Si on montre un bon visage là-bas, on peut bien lancer notre phase retour. »

Nicolas Ducrohet (entraîneur de Clermont) : « L'engagement était bon des deux côtés. Il nous a manqué de la discipline et de la réussite, surtout dans le premier tiers durant lequel on a dominé. On avait de l'envie. C'est difficile de perdre ici. On va essayer de se battre pour les 7e, 8e places. L'équipe progresse, l'ambiance est bonne. Mais il nous manque de la confiance offensivement. »

 

Compiègne – Clermont 5-3 (3-2, 1-1, 1-0)
Samedi 3 décembre 2011 à 20h30 à la patinoire de Mercières. 200 spectateurs.
Arbitrage de Christophe Picard assisté de Julia Cruchandeau et Yann Furet.
Pénalités : Compiègne 14' (8', 4', 2') ; Clermont 36' (8'+10', 6'+10', 2').

Evolution du score :
0-1 à 01'12" : Novosad assisté de Segin et Gavalda (sup. num.)
1-1 à 03'10" : Delplanque assisté de Texeira Leite et Brochard (sup. num.)
1-2 à 04'06" : Gavalda assisté de Varga
2-2 à 06'52" : Plichta assisté de Nicolay
3-2 à 18'42" : Texeira Leite assisté de Panto et Plichta
3-3 à 20'42" : Varga assisté de Segin et Novosad (sup. num)
4-3 à 29'16" : Texeira Leite assisté de Prokop et Brochard (sup. num.)
5-3 à 55'33" : Delplanque assisté de Plichta et Texeira Leite