Dunkerque - Mulhouse (Division 1, 14e journée)

Dunkerque résiste au leader

cernyales

Hasard du calendrier : vainqueur à Anglet, le leader mulhousien visite une autre patinoire située à quelques encablures de la mer. Les pépins physiques n'ont pas trop perturbé les hommes de Christer Eriksson ces derniers temps, car le rythme qu'ils imposent à leurs poursuivants demeure soutenu. Le coach suédois récupère ce soir Jure Stopar, touché au coude et non aligné en début de match, mais devra encore attendre pour compter sur Dmitri Lavrov. Dunkerque, de son côté, aborde la rencontre en essayant d'oublier le climat délétère ayant entouré la victoire rémoise sur sa glace. Si François Rozenthal espérait un temps faire son retour, il devra encore céder le 'C' à son jumeau, les Corsaires étant également privés de Grégory Dubois.

Habitués à évoluer en infériorité numérique contre Reims, les Corsaires n'attendent pourtant que trente-huit secondes pour évoluer avec un homme de plus, Michal Kapicka étant puni pour un faire-trébucher au centre de la glace. L'occasion pour Martin Tkac d'apporter son physique imposant aux abords de la cage de Radovan Hurajt, qui écarte son essai avec le haut du corps, avant de souffler par la suite. Plus dynamique que la semaine dernière, Dunkerque insiste à forces égales, Clément Thomas trouvant la mitaine du gardien mulhousien, dont le doigt a souffert ces derniers temps et par ailleurs sauvé par son poteau sur un essai de Pelletier, entré en force dans la zone.

Les Scorpions obtiennent leur première opportunité par David Sallander, à la reprise d'un palet écarté par la défense. Sur la mise en jeu, remportée par Lachapelle, ce dernier sert en retrait Alner devant la cage pour une nouvelle alerte d'une formation peu à peu maître de la zone neutre. Mais nullement à l'abri d'un contre nordiste, mené par N'Guyen et son tir en force, ou Destoop, à l'origine d'un rebond dangereux non converti par Wikström.

C'est cependant Mulhouse qui ouvre la marque, à la suite d'une montée puissante de David Sallander. Jacob Alner protège la rondelle sur la gauche et trouve au centre son compère Lachapelle, qui conclut de près (0-1 à 13'17"). Cet avantage demeure à la pause, après une deuxième infériorité numérique effacée grâce à un bon positionnement de Carlson devant Rousseau, parti vers la cage, et à la maladresse des Corsaires, incapables de cadrer leurs lancers. Il aurait pu être doublé par un débordement de Bacul aux dépens de Folcke, une passe inspirée de Cerny vers Alner, dont la reprise sans contrôle de la droite ne trouve pas le cadre, ou encore un bon travail du deuxième bloc, Lobachev employant deux fois le dernier rempart des Maritimes.

rozenthalmauriceLe deuxième acte donne lieu à un véritable cavalier seul des Alsaciens. Le premier trio monopolise le disque, à l'image de Stefan Lachapelle, qui contourne la cage sans pour autant tromper la vigilance de Martel. Soutenus par leurs très nombreux partisans, ils maintiennent la pression sur une défense en difficulté. Lukas Bacul résiste au dynamique Petr Zich et sert Lobachev, dont le lancer court ne trouve pas la faille, puis le pressing du capitaine Aubry est à l'origine d'une nouvelle occasion pour Kapicka.

Les rares occasions de riposter étant souvent galvaudées, comme une passe en profondeur de Pelletier pour Rousseau transformée en dégagement interdit, Dunkerque doit attendre plus de huit minutes pour employer à nouveau Hurajt, grâce à N'Guyen. Le danger se précise sensiblement par Folcke, monté sur la droite... mais sur la contre-attaque Martel sauve encore les meubles aux devants de Lukas Lang.

Profitant de la domination de sa formation, David Sallander s'offre une montée solitaire, pêchant dans le dernier geste car le palet lui échappe. Le score demeure étriqué car Marc-André Martel se rachète d'un rare rebond concédé devant Victor Lobachev et fait front devant Lachapelle, opportuniste dans défense trompée par la feinte de tir d'Alner, par ailleurs malmené le long de la balustrade par Martin Tkac. Le Québécois sort encore le grand jeu face à son ancien club lorsque Michal Kapicka dribble Zich pour s'ouvrir le chemin du but (37'40").

Les anciens Scorpions maintiennent le suspense

Mulhouse aborde le dernier vingt en supériorité numérique. Clément Thomas s'est en effet rendu coupable d'une faute sur Ales Cerny, impérial en défense, à une seconde du deuxième coup de sirène. L'occasion de prendre ses distances... mais aussi de se faire contrer. Par Wikström tout d'abord. Par Maurice Rozenthal ensuite, au contre sur Jacob Alner à gauche pour aller feinter Radovan Hurajt et expédier le palet sous la barre (1-1 à 41'48").

L'ancien portier de Dijon se fait une belle frayeur par la suite, sur une tentative du revers de Petr Zich, pourtant excentré et cerné sur la droite, le palet étant écarté en deux temps du bâton. Mulhouse reprend vite la direction du camp adverse par Johan Carlson, qui essaie en vain de surprendre Martel en profitant de l'écran d'un défenseur, et surtout après l'exclusion de Loïc Destoop, coupable d'une faute dans le pressing (47'18").

carlsonjohanChrister Eriksson profite de ces cinq minutes de supériorité pour faire entrer Jure Stopar. Martel passe près d'être pris à contre-pied sur un tir dévié, mais ferme encore la porte à Jacob Alner, par ailleurs privé d'un but devant la cage ouverte par un retour inespéré de Martin Croguennec. Les Corsaires, qui ont entre-temps raté un break par N'Guyen, s'en sortent encore, mais la pression alsacienne demeure dans les dernières minutes.

Le gant du rempart canadien est encore chauffé par Kapicka, à la réception d'un centre de Lachapelle, le troisième larron du premier bloc étant à son tour contré par le bâton sur un lancer soudain. Carlson bute par deux fois sur ce même Martel, qui préserve l'égalité jusqu'à la fin des soixante minutes. En effet, l'obstruction de Tkac à quinze secondes du terme n'est pas exploitée par Ales Cerny, au lancer pourtant surpuissant de la bleue.

Inflexible sur une accélération de Thomas, le défenseur tchèque est également à l'origine de la première action chaude de la prolongation, la défense dunkerquoise se repliant en urgence aux devants de Stefan Lachapelle, venu au rebond. Encore vainqueur d'un duel avec Jacob Alner, Marc-André Martel écarte une nouvelle rondelle brûlante devant la paire Chipaux-Stopar, ouvrant la voie à la séance des tirs au but.

À ce petit jeu, l'ancien Mulhousien, auteur d'une soixantaine d'arrêts, ne pourra ponctuer sa brillante prestation d'une victoire face à ses anciennes couleurs. Champion en 2005 avec les Scorpions, Maurice Rozenthal trompe Hurajt à deux reprises, d'une feinte et d'un lancer précis entre les bottes, mais, Kapicka, à ras glace, et Carlson réussissent aussi à trouver le fond des filets. Cinquième tireur mulhousien, Michal Kapicka s'élance une nouvelle fois, et feinte Martel, logeant la rondelle au-dessus de la jambière. La crosse de Radovan Hurajt aura raison du dernier tireur, Clément Thomas, pour ramener deux nouveaux points en Alsace. Dunkerque cède finalement devant une formation dominatrice et forte d'un soutien populaire sans faille, parvenant à préserver un point à l'aube de trois déplacements à Nice, Mont-Blanc et Cergy.

 

Dunkerque - Mulhouse 1-1 (0-1, 1-0, 0-0, 0-0) / 2-3 aux tirs au but
Samedi 10 décembre 2011 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 915 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Sueva Torribio et Jérémy Kahli.
Pénalités : Dunkerque 33' (0', 4', 4'+5'+20', 0'), Mulhouse 8' (4', 2', 2', 0').
Tirs : Dunkerque 27 (10, 6, 7, 4), Mulhouse 66 (12, 23, 19, 12).

Évolution du score :
0-1 à 13'17" : Lachapelle assisté de Alner et Kapicka
1-1 à 41'48" : Rozenthal (inf. num.)

Tirs au but :
Dunkerque : Rozenthal (réussi), Wikström (manqué), Pelletier (manqué), Rozenthal (réussi), Thomas (manqué).
Mulhouse : Kapicka (réussi), Alner (manqué), Lachapelle (manqué), Carlson (réussi), Kapicka (réussi).

 

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Ghislain Folcke (A) - Petr Zich ; Martin Croguennec - Martin Tkac ; Maxime Brachet.

Attaquants : Clément Thomas (A) - Kim Wikström - Loïc Destoop [Péan à 47'18"] ; Guillaume Pelletier - Éric Rousseau - Maurice Rozenthal (C) ; Aurélien Zajac - Benjamin N’Guyen - Antoine Houque ; Arnaud Péan à 37'00".

Remplaçant : Pierrick Boudot (G). Absents : François Rozenthal (genou), Grégory Dubois (suspendu), Matthieu Becuwe.

Mulhouse

Gardien : Radovan Hurajt.

Défenseurs : Ales Cerny - David Sallander ; Yann Marez - Lilian Prunet (A) ; Erik Mattias Ottosson - Johan Carlson.

Attaquants : Jacob Alner - Stefan Lachapelle (A) - Michal Kapicka ; Michaël Marchand - Victor Lobachev - Lukas Bacul ; Tarik Chipaux - Julien Aubry (C) - Lukas Lang puis Jure Stopar à 47'18".

Remplaçants : Mathilde Bopp (G), Jonathan Martinek. Absents : Dmitri Lavrov (blessé), Benoît Salvin.