Brest - Courbevoie (Division 1, 14e journée)

Une défaite bien méritée !

Landry Macrez_1

Dernière sortie de l’année 2011 au Rïnkla Stadium pour les Albatros qui enchaînent les victoires. Une série de sept succès est en cours mais les derniers gains furent plus difficiles à obtenir. Une prolongation fut nécessaire à Végapolis contre les Vipers, tandis que les Lynx de Valence poussaient Brest jusqu’à la séance de tirs au but à l’issue d’une performance en demi-teinte.

Les Coqs de Courbevoie sont également à la peine après un début de saison canon où ils avaient justement battu ces mêmes Brestois 8-5 lors de la première journée. Les joueurs de la région parisienne restent sur un 10-1 infligé par les Bordelais sur la glace de Mériadeck.

Landry Macrez retrouve sa place de titulaire dans les buts tandis que Sylvain Michaud effectue lui aussi son retour après avoir purgé un match de suspension. Le gardien visiteur est fidèle à sa réputation et n’hésite pas à intervenir avec sa crosse. Les choses se gâtent lorsque Landry Macrez s’essaye lui aussi dans cet exercice. Posté derrière son but, le gardien brestois effectue une relance déviée par un défaut de la balustrade. Le disque atterrit malencontreusement sur la palette de Marc Slupski qui n’a plus qu’à marquer dans un but vide (0-1 08’22’’).

Un but casquette qui fait mal mais qui force les Albatros à réagir. La ténacité de David Croteau paye. En entrée de zone offensive il résiste à deux joueurs adverses et parvient à ajuster un centre à son compatriote Nicholas Pard qui concrétise l’action (1-1 à 9’56’’). L’euphorie est de courte durée puisque Matus Hanes redonne l’avantage à son équipe dans la foulée (1-2 à 10’41’’). Déjà fautif sur le premier but, Macrez ne semble toujours pas rentré dans son match en encaissant un deuxième but évitable.

 

Le jeu se durcit clairement par la suite. Daniel Sevcik prend un bon choc au visage (11’05’). Heureusement le joueur porte une grille et s’en sort sans dommage. Ce n’est pas le cas de Roman Jasko dont la pommette semble avoir fait connaissance avec Nicholas Pard (12’44’’). Un événement qui amène l’un des tournants du match. Le défenseur slovaque, cherchant sans doute à se venger, assène une très mauvaise charge à David Croteau. L’attaquant canadien est percuté par le côté au niveau de la tête et tombe K.O (14’59’’).

Pendant que l’ancien Mulhousien agonise à terre, le jeu se poursuit. Macrez sort enfin un arrêt déterminant sur sa ligne sur une reprise à bout portant de Mickaël Denis. Thibaud Juret arrête enfin le jeu mais n’appelle pas de prison à la grande fureur du public. On ne verra plus David Croteau du match. L’absence du métronome de l’équipe pèse lourd dans le jeu brestois qui a du mal à créer de véritables occasions face à des Coqs qui se défendent bien sans concéder de prison. Dans les dernières minutes de la période Matus Hanes, seul face à Macrez, loupe le cadre (18’).

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. »

Vladimir Holik

Sans doute sous le choc de la blessure de leur coéquipier, les Brestois reviennent méconnaissables (dans le mauvais sens du terme) sur la glace pour le deuxième tiers. Rarement on n’aura vu aussi peu d’envie et d’organisation dans le jeu local. De manière plutôt étrange, les locaux semblent avoir déjà le souffle court. Courbevoie surclasse nettement l’opposition par un jeu de passes rapides et précis qui est un régal pour les yeux.

Le duo Kevin Gadoury - Matus Hanes s’amuse purement et simplement de l’opposition en pénétrant à sa guise en zone offensive. Landry Macrez confirme son regain de forme malgré une défensive complètement dépassée. La casse est plus que limitée tant la domination est visiteuse. En supériorité numérique, le gardien de Courbevoie effectue une longue relance jusqu’à la ligne bleue adverse pour Alexis Motte qui entre en zone offensive. Sa passe en retrait trouve Gadoury qui tire sur la barre transversale (29’23’’).

Jamais cette saison les Albatros n’ont été aussi dominés. Kevin Gadoury continue son festival dans la défensive gruyère locale en effectuant un spinorama magnifique avant de centrer pour Matus Hanes toujours bien placé. Une action splendide annihilée par Macrez (33’40’’). L’inévitable finit par se produire lorsque David Poulin s’emmêle les patins et perd le palet au profit du rôdeur Matus Hanes qui marque le but du break d’un tir à mi-hauteur (1-3 à 35’16’’).

Quelques prisons adverses permettent à Brest de réagir timidement. Malheureusement un nouveau coup dur se produit lorsque Nicholas Pard prend un mauvais coup au niveau des côtes (37’19’’). Voilà les Albatros privés de leurs deux meilleurs pointeurs jusqu’au terme de la rencontre !

Une ultime occasion est offerte à Courbevoie sur une mauvaise relance de Vladimir Holik interceptée par Anthony Kodyjasz. Ce dernier passe à Matus Hanes qui a le coup du chapeau au bout de sa crosse face à un but grand ouvert. Landry Macrez n’essaie même pas d’effectuer l’arrêt et regarde en simple spectateur le palet passer à côté ! 1-3 donc à la fin de ce deuxième tiers. Un vrai miracle au vu de la prestation offerte par les locaux dans ce qui constitue sans doute leur plus mauvais tiers-temps de la saison à domicile.

Ultimes soubresauts

Une réaction d’orgueil est attendue par les spectateurs qui se sont jusqu’à présent davantage régalés devant les occasions parisiennes que bretonnes. Francis Ballet trouve d’une passe en profondeur millimétrée Benjamin Rubin qui remporte son duel face à Sylvain Michaud. Le Franco-Canadien ouvre son compteur but sous ses nouvelles couleurs (2-3 à 41’49’’).

La tendance semble s’inverser et cela se constate au niveau des prisons sifflées puisque Courbevoie est sanctionné trois fois de suite. La finition n’est toujours pas au rendez-vous pour les Albatros qui restent vulnérables aux coups de bec bien placés des Coqs. Ce diable de Matus Hanes s’illustre à nouveau par une succession de feintes qui laissent sur place Jaroslav Prosvic qui ne comprend pas ce qui arrive. L’ancien Caennais est déshabillé des pieds à la tête par Hanes qui termine son action par un tir puissant sur la barre transversale (45’40’’).

Malgré plusieurs supériorités numériques pour Brest, le jeu collectif reste laborieux. Les joueurs ne se trouvent pas sur la glace, les passes sont quasi systématiquement en retard par rapport au placement des joueurs. L’attaque amoindrie permet à un joueur comme Benjamin Rubin d’obtenir beaucoup de temps de jeu. Le néo-Brestois est d’ailleurs l’une des rares satisfactions de ce match.

Francis Ballet

Le meilleur jeu de puissance de la division finit néanmoins par trouver la faille sur un tir en cloche de Vladimir Holik. Sylvain Michaud est masqué par plusieurs joueurs et ne voit pas la rondelle venir en pleine lucarne (3-3 à 48’49’’).

Brest semble plus que jamais sur la bonne voie après cette égalisation. Mieux, les joueurs du COC enchaînent les fautes. Roman Jasko commet d’abord un énorme cinglage sur Jaroslav Prosvic (50’03’’) puis William Place commet une bourde en dégageant directement dans les gradins (50’20’’). Le joueur accuse le coup et sait que son retard de jeu est lourd de conséquence pour son équipe qui va évoluer à trois contre cinq pendant 1’46’’.

Ce double jeu de puissance est le véritable tournant du match. Courbevoie est acculé dans sa défense mais Michaud tient bon et les deux pénalités sont tuées. Brest gâche complètement cette occasion en or de prendre les devants et ne s’en remettra jamais.

À cinq minutes du terme, Marc-André Tourigny marque en poteau rentrant et remet la tête des Brestois sous l’eau (3-4 à 54’47’’). La prison de David Hennebert pour cinglage est concrétisée en 15 secondes par Tourigny à nouveau qui marque du revers (3-5 55’57’’). Les deux derniers clous du cercueil brestois sont plantés.

Sébastien Oprandi n’a plus rien à perdre et fait sortir Macrez. Prosvic prend une prison et annule donc le six contre cinq mais Brest continue de jouer en cage vide. Courbevoie loupe à plusieurs reprises le sixième but. C’est même Mans Papaux, bien décalé à gauche par Alexandre Lefebvre, qui réduit la marque d’un tir sous la barre (4-5 à 58’44’’).

Une égalisation serait miraculeuse et aurait même allure de hold-up mais pourquoi pas ? Alexandre Lefebvre n’est pas loin de réussir cet exploit mais son tir à bout portant est dévié au dernier moment juste au-dessus du but de Michaud (59’10’’). Courbevoie tient ses deux points !

Pas de revanche pour les Albatros donc, loin de là. Ils s’inclinent une deuxième fois contre Courbevoie, une équipe qui ne les avait pourtant jamais battus avant cette saison. Les récentes victoires à l’arrachée montraient une petite baisse de régime de la part des Bretons. Cette fois ça n’est pas passé. Les deux premiers buts évitables, les supériorités numériques gâchées, les sorties de Croteau et Pard sur blessure comptent parmi les raisons de cette défaite. Sur le plan physique ce n’est pas plus rassurant. Les joueurs semblaient fatigués dès le deuxième tiers avant d’effectuer une dernière période plus réussie.

Pour Courbevoie c’est une bouffée d’oxygène après plusieurs défaites consécutives. Cette victoire obtenue sur le glaçon brestois est incontestable et largement méritée. Le duo Gadoury-Hanes déborde de talent et a gratifié l’assistance de quelques actions somptueuses. Les Coqs ont également su ébranler l’opposition par de nombreuses charges, parfois limites comme en témoigne la blessure de David Croteau. Courbevoie s’est fait peur en fin de match mais après un tel match on peut s’interroger sur leur place au classement (10e). Cette équipe mérite bien mieux !

 

 

Brest – Courbevoie 4-5 (1-2, 0-1, 3-2)
Samedi 10 décembre 2011 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 763 spectateurs.
Arbitrage de Thibaud Juret, assisté de Nicolas Piedigrossi et Romain Herrault.
Pénalités : Brest 14' (4', 6', 4'), Courbevoie 18' (0', 8', 10’).

 

Évolution du score :

0-1 à 08'22'' : Slupski 

1-1 à 09'56'' : Pard assisté de Croteau et Lemoine

1-2 à 10'41'' : Hanes assisté de Gadoury

1-3 à 35'16'' : Hanes assisté de Gadoury

2-3 à 41’49’’ : Rubin assisté de Ballet et Poulin

3-3 à 48’49’’ : Holik assisté d’Avenel et Prosvic (sup. num)

3-4 à 54’47’’ : Tourigny assisté de Place et Gadoury

3-5 à 55’57’’ : Tourigny assisté de Hanes et Jasko (sup. num)

4-5 à 58’44’’ : Papaux assisté de Lefebvre (inf. num)

 

 

Brest

Gardien : Landry Macrez [sorti de 57’30’’ à 57’45’’ puis de 57’50’’ à 60’].

Défenseurs : Vladimir Holik – David Hennebert ; David Poulin – Francis Ballet (C) ; David Nicolas Motreff (A) – Aurélien Gréverend.

Attaquants : Jonathan Avenel – Jaroslav Prosvic – Alexandre Lefebvre (A) ; Tristan Lemoine – David Croteau – Nicholas Pard ; Benjamin Rubin – Mans Papaux – Daniel Sevcik ; Serge Toukmatchev, William L’Arvor. 

Remplaçant : Arnaud Goetz (G).

Courbevoie

Gardien : Sylvain Michaud.

Défenseurs : Luc Tanesie – Roman Jasko ; William Place – Vladimir Konopka ; Grégory Boissière – Yoann Petiot.

Attaquants : Alexandre Motte – Kevin Gadoury – Matus Hanes ; Anthony Kodyjasz – Marc-André Tourigny – Mickaël Denis ; Maxime Levot, Marc Slupski.

Remplaçants : Thibault Hiret (G), Thomas Giorgi. Absents : Hugo Vinatier (équipe de France U20), Benoît Paillet, Oussama Sabky, Benjamin De Avelar.