Finlande - Russie (Euro Hockey Tour 2)

NIKULIN Ilya-110512-408On prend les mêmes et on recommence. En convoquant une sélection très proche de celle vue lors du premier tournoi de l'Euro Hockey Tour, le nouvel entraîneur de la Russie, Zinetula Bilyaletdinov, a clairement signifié qu'il n'avait pas l'intention de faire tourner excessivement son effectif. À Moscou, les Russes alignent toujours leurs meilleurs joueurs, et on y retrouve donc ceux sur qui se bâtira l'avenir (sauf Kuznetsov qui prépare le Mondial junior). Et la grande surprise est donc l'absence des habitués Zaripov et Morozov, qui ont été entraînés ces six dernières années à Kazan par... Bilyaletdinov ! Ils paient soit un rajeunissement, soit leur méforme cette saison. Aleksei Morozov vient pourtant de réussir un hat-trick en championnat, mais trop tard, puisque la sélection venait d'être dévoilée.

Plus généralement, l'ère n'est plus guère propice aux attaquants-vedettes en ce moment en Russie. Ils ont peu de succès en KHL, et l'équipe nationale ne compte plus guère qu'une star offensive, l'incontournable Aleksandr Radulov. Ses collègues sont pour la plupart de jeunes attaquants qui préparent l'avenir. Il y a tout de même une surprise avec la sélection imprévue de Nikolaï Zherdev. Après un début de saison raté, l'ex-espoir qu'on avait presque enterré revient en forme avec l'Atlant depuis le changement d'entraîneur qui l'a propulsé en première ligne. Il avait été envisagé de l'envoyer en Slovénie avec l'équipe de Russie B (contre la France et la Norvège), mais l'ancien joueur de NHL a été réorienté vers la vraie Sbornaïa où il obtient une seconde chance inattendue.

La Finlande, elle, a largement modifié son effectif et continue d'utiliser un grand nombre de joueurs comme elle l'a toujours fait. C'est un défenseur offensif débutant en équipe nationale, Mikko Kousa, qui se crée ainsi la première occasion en se présentant en angle sur la cage russe. Les Finlandais patinent vite et fort pour mettre en difficulté la Russie chez elle. Evgeni Biryukov et Ilya Nikulin sont même envoyés en prison à douze secondes d'intervalle. À cinq contre trois, les visiteurs font bien circuler le palet en zone offensive... mais ne prennent pas le moindre tir cadré !

C'est la première fois que Bilyaletdinov a passé un test en double infériorité dans son mandat, et c'est sans doute déjà un tournant du match. Quelques minutes plus tard, un lancer de Nikulin rebondit sur le dos du défenseur Mikko Mäenpää et se transforme en but.

1-0, la plus minimale des victoires. Longtemps, cela semble devoir être l'histoire du match, la marque de fabrique de cette nouvelle équipe russe qui pense d'abord à défendre. La seconde période semble consacrée à préserver cette avance, mais face à des Finlandais poussifs devant, ce sont quand même les Russes qui sont les plus dangereux, notamment par l'intermédiaire d'Aleksei Tereshchenko. Il manque tout de même l'efficacité devant.

Kokarev, qui avait gâché un service en or de Bodrov en fin de première période, se rattrape au troisième tiers-temps en marquant un but magnifique : il revient de derrière la cage, dos au gardien Teemu Lassila qu'il mystifie en pivot. L'écart est fait, et il sera définitivement porté à 3-0 par un but de Shipachev entre les jambières du gardien. Le dernier évènement de la soirée est une bagarre déclenchée par Aleksandr Radulov qui vient asséner trois coups de poing à Janne Jalasvaara qui avait brutalisé son compagnon de ligne Ilya Zubov.

Commentaires d'après-match

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "À mon avis, la Russie a construit une défense plus solide que lors de notre précédente confrontation à la Coupe Karjala. En tous les cas, il était très difficile de se créer des occasions. Nous en avons eu, surtout en première période, où nous avons joué presque deux minutes à cinq contre trois. La Russie était plus forte en défense et en attaque."

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de la Russie) : "C'était le match d'ouverture, donc les gars étaient un peu nerveux. Nous avons marqué trois buts, c'est du hockey défensif ?"

 

Finlande - Russie 0-3 (0-1, 0-0, 0-2)
Jeudi 15 décembre 2011 à 20h00 à l'Arena Khodynka de Moscou. 14000 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Sindler et Milan Minar (TCH) assistés de Dmitri Sivov et Sergey Shelyanin (RUS).
Pénalités : Finlande 35' (4', 2', 4'+5'+20'), Russie 35' (4', 2', 4'+5'+20').
Tirs : Finlande 20 (5, 8, 7), Russie 28 (10, 8, 10).

Évolution du score :
0-1 à 16'02" : Nikulin assisté de Shirokov et Radulov
0-2 à 42'40" : Kokarev assisté de Bodrov
0-3 à 55'46" : Shipachev assisté de Tarasenko


Finlande

Gardien : Teemu Lassila.

Défenseurs : Mikko Mäenpää (C, 2') - Juuso Hietanen ; Ilkka Heikkinen (A) - Mikko Kousa (2') ; Janne Jalasvaara (5'+20') - Ville Uusitalo ; Joonas Järvinen (4') - Mikko Jokela.

Attaquants : Tommi Huhtala (2') - Perttu Lindgren - Jonas Enlund ; Harri Pesonen - Matti Kuparinen - Tuomas Kiiskinen ; Oskar Osala - Petteri Wirtanen - Marko Anttila ; Masi Marjamäki - Joonas Kemppainen - Ossi Louhivaara ; Juhani Jasu.

Remplaçant : Mikko Koskinen (G).

Russie

Gardien : Konstantin Barulin.

Défenseurs : Konstantin Korneev - Ilya Nikulin (C, 2') ; Denis Grebeshkov - Denis Denisov ; Nikolaï Belov - Dmitri Kalinin ; Evgeny Biryukov (2') - Ivan Vishnevski.

Attaquants : Sergei Shirokov - Ilya Zubov (2') - Aleksandr Radulov (A, 5'+20') ; Nikolaï Zherdev - Aleksei Tereshchenko (2') - Aleksandr Perezhogin ; Viktor Tikhonov (2') - Vadim Shipachev - Vladimir Tarasenko ; Igor Makarov - Evgeny Bodrov - Denis Kokarev.

Remplaçants : Mikhaïl Biryukov (G).