Viry-Châtillon - Limoges (Division 3, groupe A)

La renaissance de Viry

KerneisYvan3Après la liquidation de l'ancien VCEH qui n'aura pas pu combler les dettes des années sans patinoire, le hockey à Viry-Châtillon est reparti cette saison sous une nouvelle identité : le Viry Hockey 91. Lors de son premier enregistrement, un nouveau club doit nécessairement racheter toutes les licences des joueurs, ce à quoi il a fallu consacrer l'essentiel du budget. Les hockeyeurs virois ne reçoivent donc aucun défraiement cette saison, même pour le matériel. C'est donc uniquement l'amour du maillot jaune et vert qui guide l'effectif des plus fidèles des Jets, mélange d'anciens et de jeunes.

Le principal poste à combler était celui de gardien. Après le désistement de Franck Constantin, rattrapé par l'ACBB, Viry a accueilli un gardien américain, Brennan Poderzay, qui a repris l'emploi dévolu la saison passée à Felix Chougui (assistant d'anglais au lycée privé de Viry-Châtillon). Comme il ne peut y avoir qu'un seul non-Européen en division 3, Viry n'a donc pas pu faire jouer un autre Américain, Chester Wang, un attaquant instllé dans la région à Sainte-Geneviève-des-Bois, déçu de ne pas pouvoir reprendre le hockey comme il l'espérait.

Le seul salarié du VH91 est Petr Prajsler, un ancien défenseur qui avait fui la Tchécoslovaquie pour jouer en NHL (47 matches avec les Los Angeles Kings) avant de rentrer après la révolution de velours dans sa ville natale de Hradec Kralové. C'est de là qu'il est revenu, par l'entremise de Peter Almasy que Viry avait contacté pour se reconstruire. Ce nouvel entraîneur est censé amener ce regard extérieur au microcosme du hockey virois et même au hockey français.

Peu après la mi-parcours dans cette poule A de division 3, les Jets se classent troisièmes derrière l'ACBB et Limoges, les deux seules équipes à les avoir battus. Le match de ce soir a donc pour enjeu la deuxième place, très importante car elle permet d'éviter les deux gros de la poule B (Brest II et Deuil) au premier tour des play-offs. Pendant la trêve internationale, l'affiche profite aussi de la présence de M. Bergamelli, un arbitre de niveau Magnus qui assure que le match sera tenu (ce qui n'avait pas été le cas d'un Viry-ACBB où la nervosité et l'indiscipline avaient régné).

Fort de sa victoire 6-3 à l'aller, Limoges commence un peu mieux. Jonathan Jorand, laissé seul devant la cage, prend déjà deux tirs sur Pozerlay (1'28"). Mais au fil des minutes, Viry prend le contrôle du palet et met une pression de plus en plus forte sur la cage adverse. Le compteur de tirs, qui affichait 6 à 2 pour Limoges après cinq minutes, s'achèvera sur la marque de 18 à 8 pour Viry.

De cette domination découlent deux buts. Florian Segura sert devant le but Romain Costes qui fixe le gardien et choisit la passe en retrait entre les cercles. De prime abord, il n'y a personne pour reprendre dans cette position idéale, mais Alexis Gautron a le temps de pivoter sur lui-même pour un tir à ras glace. Le deuxième but est ajouté pendant une pénalité de Barrier par Guillaume Jeannette, un tir en entrée de zone à cinquante centimètres du sol qui passe sous la mitaine de Milan Glevanak. Le public salue par des applaudissements ce premier tiers maîtrisé.

Sans doute frustrés de la situation, les Limougeauds se laissent aller à de mauvais gestes, mais M. Bergamelli met rapidement un terme à toute dérive en sévissant. Aurélien Carmona est renvoyé directement au vestiaire pour un cinglage sur le genou d'Alexis Gautron lors d'un engagement, et dans la foulée, Marc Pihan prend deux minutes de pénalité pour une charge incorrecte sur Baptise Arpin, violemment propulsé dans la balustrade. Limoges résiste pendant deux minutes à 3 contre 5, grâce à une belle mitaine de Glevanak sur un tir à bout portant de Killian Dufaut. Et quand les Taureaux de feu tentent une contre-attaque à 4 contre 5, mais elle est bien maîtrisée par Guillaume Jeannette et Nicolas Gosset. Ce dernier remonte le palet côté droit et passe en retrait pour le slap dans l'axe d'Yvan Kerneis. Le rebond est transformé par Thomas Gautron (3-0).

CostesRomain

Viry est rarement pris en défaut. Même lorsque c'est le cas, Romain Costes réussit un joli plongeon pour que sa crosse fasse opposition à un tir de Jacquimet. Les Jets enchaînent ensuite les pénalités. Ils jouent quatre minutes à 4 et une minute à 3. Poderzay y récolte des acclamations pour un arrêt-mitaine sur un lancer de la bleue de Kohler. Killian Dufaut se permet deux échappées, mais il manque de précision dans ses tirs. Idem pour Robin Chrétien qui fait montre d'une bonne pointe de vitesse mais ne cadre pas souvent ses lancers. Ce problème d'efficacité est récurrent. En fin de tiers, Segura lance dans la profondeur Kerneis qui dribble parfaitement le gardien... mais manque le tir en cage ouverte.

La troisième période est du même acabit. Hormis un breakaway en infériorité de Jonathan Jorand, le jeu est dominé par Viry qui a toujours de la peine dans le dernier geste. Un travail derrière la cage d'Alexis Gautron est tout de même conclu entre les jambes du gardien par Florian Segura pour le 4-0. Pendant que les Jets se congratulent, Kévin Léger s'énerve et est exclu à son tour. Il passe sa rage dans le vestiaire, d'où résonnent des bruits sourds pendant de longues minutes...

Viry a construit sa victoire sur sa défense rigoureuse, aussi bien dans le placement que dans les relances. Le métier défensif de Guillaume Jeannette et les mises en échec d'Yvan Kerneis leur ont permis d'être les patrons sur la glace. Il y a pourtant dans ces lignes arrières un joueur qui n'avait jamais joué en senior, mais il se révèle tout à fait au niveau dans cette saison de division 3. Viry a livré un match-référence avec une prestation pleine de sérieux.

Commentaires d'après-match

Petr Prajsler (entraîneur de Viry-Châtillon) : "J'ai trouvé ici une culture totalement différente. Il n'y a pas de pros, tout le monde joue pour le plaisir. Les joueurs arrivent parfois fatigués à l'entraînement après une journée de travail, il faut les comprendre. Ce qui m'a choqué ici, c'est que les joueurs parlent autant à l'arbitre. On prenait des pénalités de dix minutes à chaque match. Aujourd'hui, tout le monde a su rester discipliné et concentré, c'est la raison de cette victoire importante pour la deuxième place."

Philippe Badin (entraîneur de Limoges) : "J'attendais mes joueurs au tournant car ils étaient un peu trop confiants. Viry nous a cueillis comme il faut, en forecheckant, en jouant l'homme, en travaillant. Nous n'avons fait aucun jeu, aucune belle passe, nous manquions d'intensité et de cohésion. Les gars se sont fait avoir comme des gamins, en répondant par un coup de crosse plus fort devant l'arbitre, puis en donnant un coup de poing à un joueur qui parlait. Tant pis, ils paieront leur amende et apprendront. L'objectif du club serait de monter en D2, mais ça va être compliqué. Les vacances font faire du bien pour revenir fort."

 

Viry-Châtillon - Limoges 4-0 (2-0, 1-0, 1-0)
Samedi 17 décembre 2011 à 20h30 à la patinoire des Lacs. 72 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Arnaud Bornais.
Pénalités : Viry 16' (4', 6', 6'), Limoges 74' (6', 2'+5'+20', 6'+10'+25').
Tirs : Viry 50 (18, 15, 17), Limoges 26 (8, 10, 8).

Évolution du score :
1-0 à 11'26" : Gautron assisté de Costes et Segura
2-0 à 16'03" : Jeannette assisté de Costes (sup. num.)
3-0 à 26'47" : Gautron assisté de Kerneis et Gosset (sup. num.)
4-0 à 51'00" : Segura assisté de Gautron


Viry-Châtillon

Gardien : Brennan Poderzay.

Défenseurs : Yvan Kerneis (A) - Guillaume Jeannette (C) ; Romain Costes (A) - Baptiste Arpin ; Pierre-Jean Karimboccus.

Attaquants : Nicolas Gosset - Killian Dufaut - Thomas Gautron ; Fabien Foata - Robin Chrétien - Éric Blossier ; Yves Lespérance - Alexis Gautron - Florian Segura.

Remplaçant : Hendrik Chiffi (G). Absents : Gautier Rauline (dos), Olivier Roujon (paternité).

Limoges

Gardien : Milan Glevanak.

Défenseurs : Lukas Janos - Damien Tauter ; Benjamin Kohler - Quentin Jacquet ; (Janos) - Kévin Léger.

Attaquants : Marc Pihan (A) - Aurélien Carmona (A) - Benjamin Rochette (C) ; Tomas Smolka - Jonathan Jorand - Thomas Jacquinet ; Thomas Étienne - Simon Brun - Benjamin Barrier ; Yann Loïc Girardin.

Remplaçants : Aurélien Billo (G), Laurent Pacherie, Marek Matej (blessé au poignet). Absents : Quentin Waldschmidt (cheville), Romain Fauré (entorse du genou).