Finlande - Canada (Mondial U20, poule B)

Le Canada ouvre son tournoi face à une formation finlandaise qu'il vient de battre en préparation, 3-1. Un succès qui n'a pas trop rassuré l'équipe, car, après une victoire facile contre la Suisse, les Canadiens se sont inclinés face à la Suède lors de l'ultime rodage. Et la prestation de Mark Visentin dans les cages n'a pas vraiment convaincu ni le public, ni les médias. Visentin, auteur d'une fin de match calamiteuse en finale l'an passé, a concédé 4 buts sur 11 tirs face aux Suédois vendredi, avant de laisser sa place à un Scott Wedgewood immédiatement plus rassurant. De quoi alimenter la controverse, mais Don Hay reste avec son gardien expérimenté pour cette ouverture.

Le public a répondu en masse et remplit les travées du Rexall Place, habituel lieu des exploits des Oilers. Une marée rouge dans les tribunes pour une grosse pression sur les jeunes canadiens... En face, la Finlande lance Christopher Gibson, qui évolue en ligue junior du Québec, car Sami Aittokallio s'est blessé. 20 victoires, 7 défaites et 6 nuls en faveur du Canada dans l'histoire : une tâche ardue pour les Nordiques d'habitude.

Le Canada démarre fort

Les blancs tentent d'imposer leur physique d'entrée et c'est Devante Smith-Pelly qui allume la première mèche, lançant plein axe sur une remise du coin. Christopher Gibson sort la botte, et s'impose ensuite devant Mark Scheifele, bien décalé à la bleue lors d'un contre. La pression paie rapidement : une bonne présence de Ryan Strome décale Jonathan Huberdeau derrière le but qui offre un caviar à Mark Stone dans l'enclave, qui ne rate pas une cage ouverte (1-0 à 2'14"). Les Bleus peinent à sortir de la neutre et subissent. Un tir lointain de Dougie Hamilton n'est pas contrôlé par Gibson et le rebond est décalé par le capitaine Jaden Schwartz vers Brendan Gallagher, qui reprend mi-hauteur devant une cage ouverte (2-0 à 4'25"). Le coach finlandais Raimo Helminen demande immédiatement un temps mort. La pression se poursuit quand même, avec un débordement à gauche de Michael Bournival qui met Gibson en difficulté. En face, pas grand chose : seul Teemu Pulkkinen se crée une bonne chance avec un Visentin complètement hors de position, mais il ne parvient pas à éviter le retour d'un défenseur.

Les mises en échec pleuvent, un peu trop : Gallagher charge Häkanpää dans la neutre, qui prend le coin du plexiglas de plein fouet. Deux minutes logiques. Les nordiques combinent, avec Pulkkinen et les frères Granlund, qui font bouger la défense et Visentin, sans réussite. Boone Jenner et Jamie Oleksiak dégagent et gagnent du temps : un seul tir sur la pénalité et Gallagher revient... et Huberdeau repart, suite à une faute sur Ristolainen. Le jeu de puissance finlandais reste stérile, malgré une bonne déviation à bout portant de Joonas Donskoi sur un centre de Joel Armia. La partie manque de rythme, mais les Bleus se sont repris. Visentin sort la botte sur un joli centre de l'aile gauche de Mikael Granlund repris dans le slot par Pulkkinen. En réponse, le Canada sort les boites et appuie les mises en échec. La ligne Huberdeau-Strome-Stone tente plusieurs centres à travers l'enclave qui passent près de reprises dangereuses. Le Canada vire en tête grâce à deux buts rapides.

Le show Huberdeau

À la reprise, la Finlande doit se passer de son défenseur-vedette Olli Määttä, blessé suite à une charge de Boone Jenner en première période. Cela motive-t-il les visiteurs ? Alex Barkov trouve Miro Aaltonen, qui lance superbement Alexander Ruutu plein axe qui s'offre une ligne de tir en hauteur. Visentin est battu, trop tôt en papillon (2-1 à 21'21"). Réplique immédiate avec une énorme présence de la ligne Huberdeau-Strome-Stone ; Ristolainen doit donner sa crosse à Gibson, une pénalité différée est appelée et les blancs mettent le feu. Dougie Hamilton slalome et après une série de passes, alors que la défense est à la rue, Mark Stone double son compteur avec l'aide de la barre (3-1 à 23'02"). Stone, auteur de 96 buts en quatre saisons de junior, est décidémment un pur finisseur.

Dès lors, le Canada passe en mode défense. Le placement est bon et le marquage agressif, laissant peu d'espaces à l'attaque adverse. Visentin doit tout de même rester vigilant, bougé de droite à gauche par les frères Granlund. Harrington sauve même sur sa ligne pour seconder son gardien. C'est bien la Finlande qui a pris la main et insiste. Elle s'expose aux contres : terrible démarrage de Dougie Hamilton, qui lance Strome qui efface Makkinen. La pénalité est différée et Scheifele récupère le disque pour un lancer sauvé de la mitaine par Gibson. Le jeu de puissance s'installe très vite et, après une première alerte par Pearson, Huberdeau sort de la balustrade et nettoie la lucarne de Gibson depuis le cercle gauche (4-1 à 29'24"). Incertain faute d'avoir joué depuis six semaines, la star des St John Seadogs a déjà un but et deux passes à mi-match !

Peu après, les Canadiens perdent Devante Smith-Pelly, actuel de joueur de NHL à Anaheim, touché à la jambe lors d'une mise au jeu. La Finlande concède un surnombre dans la foulée et s'expose. Le jeu de puissance s'installe de suite. Scheifele fait l'écran, Dougie Hamilton plein axe expédie une mine de la bleue et fait mouche (5-1 à 32'54"). Le public répond par une "ola" bien méritée et la Finlande est KO debout. Même les frères Granlund et Pulkkinen ne trouvent pas d'espace dans la défense canadienne, voyant leurs tirs contrés ou facilement bloqués par Visentin.

Stone, l'homme du match

Les joueurs de Don Hay entament le dernier tiers pied au plancher, avec un premier lancer dangereux de Brendan Gallagher. Puis, Gormley, de son camp, lance Pearson qui dévie pour Brett Connolly, lequel efface Hamalainen le long de la bande, décolle à gauche et ajuste Gibson (6-1 à 40'52"). Le festival se continue : jeu à trois entre Strome, Stone et Huberdeau, lequel est décalé plein axe, fonce sur Gibson qui sauve. Stone a suivi et son revers trouve la cible pour le triplé (7-1 à 44'05"). La première ligne canadienne est en feu dans ce match, et continue. Après quelques minutes de gestion, Huberdeau trouve Strome qui ramène son palet et expédie le disque en pleine lucarne (8-1 à 45'18").

Les bleus sont totalement absents mais reçoivent une opportunité lorsque Nathan Beaulieu fait trébucher un attaquant. Markus Granlund est à la réception d'une bonne combinaison entre Mikael et Pulkkinen, mais son tir manque de force devant Visentin. La deuxième vague, menée par Donskoi et Armia, ne fait pas mieux. Au retour de Beaulieu, les Canadiens viennent titiller Gibson, d'abord par Mark Pysyk de loin, puis par Stone, lancé sur l'aile droite. Un Pysyk puni lors d'une intervention défensive dans son enclave. Les frères Granlund combinent encore, Visentin sauve et coupe la passe qui aurait donné une cage ouverte de la jambière. La pénalité est tuée, sans problème. Les Canadiens restent en position défensive, jouant la contre-attaque, à l'image d'une percée de Schwartz qui vient menacer Gibson. Les dernières minutes filent : Don Hay demande même un temps mort pour recadrer ses troupes, qu'il trouve trop sur le reculoir. C'est ce qu'on appelle le souci du détail...

Victoire écrasante du Canada en ouverture ; un Canada porté par la ligne Huberdeau-Strome-Stone, inarrétable. Les Finlandais, qui ont perdu très tôt leur meilleur arrière Olli Määttä, n'ont que trop rarement fait bouger la défense adverse. Les frères Granlund ont essayé mais ont manqué de soutien sur les autres lignes.

Désignés joueurs du match : Alexander Ruutu (Finlande) et Mark Stone (Canada).

Commentaires d'après-match :

Mark Stone (attaquant du Canada) : "Nous n'avions pas trop joué ensemble, seulement eu quelques entraînements. Mais nous avons très bien joué et on va continuer à travailler l'alchimie entre nous."

Don Hay (entraineur du Canada) : "Nous sommes très bien rentrés dans le match et le soutien du public a été extraordinaire. Cet avantage de deux buts d'entrée a été très important pour nous."

Christopher Gibson (gardien de la Finlande) : "Rien n'est allé comme prévu. C'est une belle expérience de jouer à Edmonton dans une patinoire pleine, jouer le Canada... Il faudra construire là dessus."


Finlande 1-8 Canada (0-2, 1-3, 0-3)
Lundi 26 décembre 2011 au Rexall Place d'Edmonton, Alberta (Canada), 13h.
15 296 spectateurs. Arbitrage de Mikael Nord (SUE) et de Soeren Persson (SUE) assistés de Johannes Kack (SUE) et Milan Novak (SVK).
Tirs : Finlande 25 (6, 11, 8), Canada 42 (12, 15, 15)
Pénalités : Finlande 4' (0', 4', 0'), Canada 8' (4', 0', 4').

Récapitulatif du score
0-1 à 02'14" : Stone assisté de Huberdeau et Strome
0-2 à 04'25" : Gallagher assisté de Schwartz et D. Hamilton
1-2 à 21'21" : Ruutu assisté de Aaltonen et Barkov Jr
1-3 à 23'02" : Stone assisté de Huberdeau et F. Hamilton
1-4 à 29'24" : Huberdeau assisté de Pearson et Beaulieu en supériorité numérique
1-5 à 32'54" : D. Hamilton assisté de Strome et Schwartz en supériorité numérique
1-6 à 40'52" : Connolly assisté de Pearson et Gormley
1-7 à 44'05" : Stone assisté de Huberdeau et Strome
1-8 à 47'18" : Strome assisté de Gallagher et Huberdeau


Canada

Gardien : Mark Visentin.

Défenseurs : Brandon Gormley - Doug Hamilton (A) ; Scott Harrington - Ryan Murray ; Jamie Oleksiak - Mark Pysyk (2') ; Nathan Beaulieu (2').

Attaquants : Jaden Schwartz (C) - Mark Scheifele - Brandon Gallagher (2') ; Jonathan Huberdeau (2') - Ryan Strome - Mark Stone ; Quinton Howden - Freddie Hamilton - Devante Smith-Pelly (A) ; Michael Bournival - Boone Jenner - Brett Connolly (A) ; Tanner Pearson.

Remplaçant : Scott Wedgewood (G).

Finlande

Gardien : Christopher Gibson

Défenseurs : Konsta Mäkinen (2') - Jani Hakanpää (A) ; Olli Määttä - Ville Pokka ; Simo-Pekka Riikola - Rasmus Ristolainen ; Miro Hovinen

Attaquants : Markus Granlund - Mikael Granlund (C) - Teemu Pulkkinen ; Joonas Donskoi - Miika Salomäki - Joël Armia ; Miro Aaltonen - Alexander Barkov - Alexander Ruuttu ; Markus Hännikäinen - Otto Paajanen - Mikael Kuronen ; Roope Hämäläinen.

Remplaçant : Sami Aittokallio (G).