Strasbourg - Chamonix (Ligue Magnus, 13e journée)

Les Strasbourgeois veulent écrire une nouvelle page de leur croissance. Une croissance qui s'est aussi traduite au nombre de licenciés, puisque le CSG Strasbourg Alsace est le troisième club français à franchir le cap notoire des 400 licenciés. La numéro 400 est la petite Anémone, 4 ans, qui monte sur le glace pour le coup d'envoi symbolique du match.

Strasbourg prend une place de plus en plus massive dans le hockey français, mais n'est pas encore une forteresse. La qualification pour la demi-finale de Coupe de France a fait du bien à un public qui n'a connu qu'une seule victoire à domicile en championnat. Une statistique incompréhensible au vu des résultats affichés à l'extérieur. Ce n'est pourtant pas le soutien de l'Iceberg qui manque, surtout en cette période de Noël où il affiche complet.

Ce match semble bien se prêter à un succès puisque Chamonix se déplace sans son gardien Florian Hardy, blessé, qui a tenu un rôle prépondérant dans la deuxième place actuelle des Chamois au classement. Mais s'ils sous-estiment le second gardien adverse Tom Charton, les Strasbourgeois devront vite s'en mordre le cuir. Bien protégé et mis en confiance par sa défense, Charton marque en effet très rapidement son territoire avec des arrêts décisifs devant Dufournet et Gallagher dans les premières minutes.

Les Strasbourgeois ont beau tenir tête, ils payent au comptant leurs pénalités. Alors que Timothée Franck est en prison pour cinglage, Pierre-Antoine Devin va presser dans le coin et se fait sanctionner à son tour pour une charge incorrecte. Francis Charland dévie entre les jambières du gardien un lancer de la bleue de Kai Öhberg. Rebelote en deuxième période avec un slap de la bleue de Brent Patry dévié involontairement par Vincent Kara qui tournait le dos au tir.

Chamonix mène 2-0, et ajoute même un troisième but par Simon Lambert, mais il est refusé pour une obstruction de Gras sur le gardien Hiadlovsky (36'52"). Une décision qui relance alors l'Étoile Noire. David Cayer fait tomber Gras dans un duel pour le palet en bas de la zone neutre et ouvre alors une contre-attaque à Julien Correia qui lui sert ensuite une passe transversale décisive en zone offensive. Regonflés à la pause, les Strasbourgeois égalisent à la reprise par Lionel Taratino après un bon service d'Édouard Dufournet (2-2). Ils ont même les moyens de prendre l'avantage, maius le but de la victoire se refuse à Correia.

Strasbourg a sauvé un point mais n'a donc pas interrompu sa mauvaise série à domicile. En prolongation, Simon Lambert charge Kevin Young dans la bande, lui vole le palet et centre pour Carl Lauzon, inévitable buteur qui surgit toujours au bon moment.

Commentaires d'après-match (sur Stras TV) :

Julien Correia (attaquant de Strasbourg) : "Je pense qu'on en a un peu plein le cul de se faire marcher dessus à l'Iceberg. Donc je pense qu'on a montré qu'à cinq contre cinq, du cœur, on en avait. On a beaucoup parlé de nos victoires sur petite glace, je pense qu'on a montré aussi que notre système de jeu marchait aussi sur grande glace. On est frustré parce qu'on a lâché beaucoup d'énergie en jouant à quatre contre cinq. Contre une équipe deuxième du championnat, on les a étouffés à cinq contre cinq, cela faisait longtemps que cela ne nous était pas arrivé à l'Iceberg.

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : "C'est un match difficile à évaluer parce qu'il y avait l'impression que c'était arbitré par un gamin. C'était un match d'hommes. Quand tout le monde est agacé comme ça, ça devient assez perturbant parce que le rythme est souvent brisé."

 

Strasbourg - Chamonix 2-3 après prolongation (0-1, 1-1, 1-0, 0-1)
Lundi 26 décembre 2011 à 18h30 à l'Iceberg. 1598 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek assisté de David Courgeon et Sébastien Geoffroy.
Pénalités : Strasbourg 30' (6', 10'+10', 2', 2') ; Chamonix 22' (4', 4', 2'+10', 2').
Tirs : Strasbourg 40 ; Chamonix 38.

Évolution du score :
0-1 à 12'27" : Charland assisté d'Öhberg et Gras (double sup. num.)
0-2 à 26'40" : Kara assisté de Patry et Aimonetto (sup. num.)
1-2 à 39'00" : Cayer assisté de Correia et Marcos
2-2 à 45'51" : Tarantino assisté de Dufournet et Gallagher
2-3 à 65'47" : Lauzon assisté de Lambert


Strasbourg

Gardien : Vladimír Hiadlovský.

Défenseurs :  Michal Česnek - Kevin Young ; Hugues Cruchandeau (A) - David Stříž ; Maxime Mallette - Pasi Petriläinen.

Attaquants : Lionel Tarantino - Blake Gallagher - Édouard Dufournet ; Ján Cibuľa (A) - Timo Kuuluvainen - David Cayer ; Julien Correia - Élie Marcos (C) - Timothée Franck ou Pierre-Antoine Devin.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Julien Burgert.

Chamonix

Gardien : Tom Charton.

Défenseurs : Brent Patry - Damien Torfou ; Fabien Veydarier - Kai Öhberg ; Arthur Cocar - Michal Korenko.

Attaquants : Arnaud Hascoët - Richard Aimonetto (C) - Carl Lauzon (A) ; Francis Charland - Laurent Gras (A) - Simon Lambert ; Mathias Terrier - Clément Masson - Vincent Kara.

Remplaçants : Sébastien Gicquel (G), Clément Colombin, Laurent Deldicque, Alexandre Audibert, Mathieu Séguy. Absent : Florian Hardy (genou).