Grenoble - Épinal (Ligue Magnus, 13e journée)

Épinal au bout du suspense

2011-12-26-Grenoble-Epinal3C'est la reprise en ce lundi, lendemain de Noël, date plutôt inhabituelle pour un match de hockey. Après deux semaines de pause internationale, la Ligue Magnus reprend ses droits avec la dernière journée de la phase aller. Les Brûleurs de Loups reçoivent ce soir les Dauphins d'Épinal alors que les deux équipes se retrouveront vendredi dans les Vosges pour la première journée retour. Éliminés de la coupe de France, les deux adversaires de ce soir n'ont même pas eu à disputer un quart de finale de coupe mercredi. Grenoble (9e) et Épinal (8e) se suivent au classement mais sont séparés de trois points. L'objectif est donc de se rapprocher des huit premières places pour les Isérois tandis que les Vosgiens voudront assurer un peu plus leur avance au classement sur leurs adversaires du soir.

Du côté grenoblois, on reste sur une victoire essentielle à Neuilly-sur-Marne avant la trêve qui avait permis de prendre ses distances avec le bas du tableau. Ce match avait d'ailleurs été le premier match officiel disputé par Anthony Aquino cette saison sous l'uniforme des Brûleurs de Loups. La recrue phare de l'intersaison s'était blessée pendant la pré-saison. Pour la première fois, les Grenoblois s'alignent donc au complet sur la glace de Pôle Sud. Côté spinalien, la courte défaite face à Angers avant la trêve est venue interrompre une série de quatre victoires consécutives. Mais il en faut plus pour faire douter les Dauphins qui restent sur une bonne dynamique et rêvent de grappiller quelques places au classement.

2011-12-26-Grenoble-Epinal2Les deux équipes semblent décidées à se porter tout de suite vers l'avant. Francis Desrosiers, aligné ce soir sur une première ligne intéressante avec Anthony Aquino et Mitja Sivic, déclenche les hostilités avec un premier face à face avec Loïc Lacasse mais le portier spinalien remporte le premier duel de la partie. La réponse des Dauphins ne se fait pas attendre avec Jan Plch qui s'avance vers la cage grenobloise sans guère d'opposition mais Ronan Quemener réalise à son tour un premier arrêt important. Le ton est donné dans une partie relativement ouverte et engagée. Michal Petrak est le premier joueur sanctionné, ce qui permet aux Brûleurs de Loups de mettre la pression. Avec Aquino à la distribution, le power-play grenoblois semble trouver un peu plus de cohésion mais ne crée pas suffisamment de décalages.

C'est au tour d'Amar de rejoindre la prison. Le power-play spinalien semble plus organisé que celui de Grenoble avec des passes qui arrivent régulièrement dans la palette, mais sur une erreur à la ligne bleue, les Dauphins laissent partir Alexandre Rouleau en contre-attaque, bien lancé par Steiner. Le défenseur québécois tire à peine la ligne bleue franchie et trouve la lucarne de Lacasse alors que ce dernier semblait en mesure de capter la rondelle (1-0, 08'00"). Cette ouverture du score inattendue en infériorité numérique récompense le bon début de match grenoblois.

Mené au score, Épinal a en plus la malchance de perdre Guillaume Papelier, touché à l'arcade sur un tir grenoblois. Retour au vestiaire pour le défenseur spinalien et intervention du staff technique pour nettoyer la glace. Le jeu se durcit dans la seconde moitié du tiers avec quelques coups qui partent de chaque côté. Elie Raibon aura toutes les peines du monde à se relever après une charge d'Armando Scarlato. Les mises en échec se font plus appuyées et les contacts plus rugueux mais M. Barbez ne juge pas nécessaire d'intervenir jusqu'à un coup de genou de Michal Petrak finalement sanctionné. Cette pénalité ne calme pas les esprits qui s'échauffent même entre Desrosiers et Plch, tous deux envoyés en prison après un début d'altercation. Les pénalités commencent à pleuvoir sur les joueurs de Santino Pellegrino. Mikko Jortikka et Jan Simko sont tour à tour pénalisés ce qui procure trente secondes de double supériorité numérique aux Grenoblois : une occasion rêvée de faire le break juste avant à la pause, une occasion ratée par les Brûleurs de Loups, encore beaucoup trop approximatifs en supériorité numérique.

2011-12-26-Grenoble-Epinal4Épinal passe l'accélérateur en début de seconde période. Les Dauphins semblent bien décidés à remonter leur but de retard et prennent les commandes du jeu. Ils monopolisent la rondelle grâce à un jeu collectif bien au point, fait de sorties de zones propres et de remontées de palet fluides. À l'inverse, les Grenoblois subissent et se contentent de dégager comme ils peuvent. Ronan Quemener, plutôt à l'aise dans la première partie du match, réalise quelques arrêts décisifs qui permettent à Grenoble de préserver ce maigre avantage au score.

Une pénalité de Toby Lafrance vient libérer les Brûleurs de Loups de la pression spinalienne. Du moins le croit-on, car ils installent rapidement le jeu de puissance dans la zone d'attaque. Aquino tente de trouver plusieurs coéquipiers en bonne position mais il n'assure pas une passe en retrait, ce dont profite Jan Plch pour lancer le rapide Niko Mäntylä lequel ne rate pas son face-à-face avec Quemener pour une égalisation en infériorité numérique, copie conforme du but grenoblois (1-1, 28'55"). Cette égalisation assez logique met un coup sur la tête des Grenoblois qui semblent dépassés par les événements. Loïc Lacasse récupère un palet mal dégagé par la défense grenobloise et relance rapidement sur son frère Chad qui profite d'un changement de ligne grenoblois complètement raté pour servir Boisclair lequel n'a plus qu'à effacer Amar, dernier joueur de champ grenoblois restant dans sa zone, et marquer dans la lucarne de Quemener (1-2, 30'37"). En moins de deux minutes, les commandes de la partie ont changé de camp.

Les Grenoblois se liquéfient au fil des minutes. La différence de niveau se matérialise jusqu'à la fin du tiers entre des locaux brouillons et mal organisés et des visiteurs collectivement au point et sûrs de leur jeu. Les Brûleurs de Loups n'arrivent à se montrer réellement dangereux que sur des contre-attaques offertes par la défense spinalienne mais la finition est rarement au rendez-vous. Sur l'une d'entre elles, Julien Baylacq ne peut freiner sa course et termine violemment dans la balustrade. Il regagne le banc en grimaçant puis le vestiaire. Bras gauche en écharpe, le capitaine grenoblois ne pourra terminer la rencontre. Ses coéquipiers n'y sont plus du tout et encaissent un nouveau but sur une combinaison classique : tir de Gervais, rebond de Petrak pour Plch qui n'a plus qu'à pousser le palet au fond de la cage de Quemener au milieu d'une défense grenobloise complètement passive (1-3, 37'39"). Les mauvaises nouvelles continuent pour les Grenoblois avec une blessure de Tartari qui rejoint le banc sur une jambe. Trois buts encaissés, deux blessés : les Brûleurs de Loups viennent de vivre l'un des pires tiers-temps de leur saison.

2011-12-26-Grenoble-Epinal5Avec deux buts de retard et une infériorité réelle dans le jeu, on ne voit pas très bien d'où peut venir le salut grenoblois dans le troisième tiers-temps. Finalement, les sauveurs grenoblois seront l'arbitre M. Barbez et de manière indirecte l'entraîneur spinalien Santino Pellegrino : tout part d'une pénalité de Yannick Offret fortement contestée par ce dernier. Le joueur pénalisé s'énerve et prend dix minutes de méconduite supplémentaires. Vives protestations de Santino Pellegrino qui retient un arbitre assistant à son banc. M. Barbez, qui avait ordonné l'engagement, perd patience et donne à Épinal deux minutes de pénalité supplémentaires pour retard de jeu. Grenoble va donc évoluer pendant deux minutes en double supériorité numérique. L'occasion est trop belle pour la laisser passer ! Anthony Aquino profite des espaces pour centrer au cordeau devant la cage à destination de Mitja Sivic qui reprend victorieusement au second poteau (2-3, 43'32"). Un but digne du duo Broz-Masa de la grande époque. À cinq contre quatre, les Grenoblois enfoncent le clou sur une contre-attaque rondement menée entre Aquino et Desrosiers qui se trouve à la conclusion de l'action (3-3, 44'13").

Santino Pellegrino demande immédiatement un temps mort pour arrêter l'hémorragie et recadrer ses troupes. Grenoble s'est complètement relancé dans la rencontre en moins d'une minute. Une faute aussi grossière qu'inutile d'Arrossamena en zone offensive freine l'élan grenoblois et aurait pu relancer les Dauphins. Mais le banc spinalien est décidément dans le collimateur de l'arbitre. Pour avoir tergiversé avant de disputer un engagement, Épinal reçoit deux minutes de pénalité. Les deux pénalités n'auront pas de conséquence, ni pour l'une, ni pour l'autre des deux équipes.

2011-12-26-Grenoble-Epinal6

Le suspense est total pour les dix dernières minutes de jeu. Loup Benoît se distingue sur une de ses rares présences ce soir sur la glace en recevant une pénalité au plus mauvais moment. L'avantage numérique peut permette à Épinal de prendre un avantage décisif mais c'est tout le contraire qui se produit : les défenseurs spinaliens se font surprendre à la ligne bleue et perdent le palet. Sivic et Desrosiers partent à deux contre zéro. L'attaquant slovène attend le bon moment pour servir Desrosiers qui ajuste Lacasse pour la deuxième fois de la soirée (4-3, 54'32").

Grenoble semble avoir match gagné à ce moment-là. Il ne reste qu'à jouer prudemment la défensive mais les Grenoblois font tout le contraire en se livrant de manière inopportune en attaque : la contre-attaque des Dauphins est foudroyante : Plch sert Boisclair qui ajuste Quemener pour la deuxième fois de la soirée (4-4, 56'19"). Tout est à refaire pour les deux équipes qui se dirigent vers la prolongation.

Vu le scénario de la rencontre, chaque équipe peut s'estimer finalement heureuse du point de pris. Pour aller chercher le deuxième, Grenoble mise sur ses joueurs cadres en réussite ce soir : Desrosiers, Sivic, Aquino ou Rouleau qui ont eu énormément de temps de glace. Tartari est également présent, lui qui a pu revenir au jeu au troisième tiers-temps malgré sa blessure. Mais c'est Arrossamena qui est tout près de faire la décision lorsqu'il reprend son propre rebond et que le palet vient mourir sur les montants des cages de Lacasse. Finalement rien ne sera marqué pendant ces dix minutes où les équipes semblaient marquées physiquement par ce match à rebondissement. Aux tirs au but, Maxime Boisclair marque sur le premier tir spinalien alors que les trois tireurs grenoblois (Desrosiers, Ouimet et Sivic) vont échouer dans leur tentative, seul Sivic parvenant à cadrer son tir. Lacasse donne donc un point supplémentaire à son équipe !

Épinal remporte un succès logique au vu de la supériorité affichée dans le jeu tout au long de la rencontre. Les transmissions de palet sont propres et les passes qui arrivent dans la palette ont déstabilisé la défense grenobloise, notamment quand Épinal a accéléré au deuxième tiers. Sans un relâchement sur la double infériorité numérique au troisième tiers, les Dauphins auraient pu remporter les deux points dès le temps règlementaire. L'attaque a été flamboyante avec un Maxime Boisclair des grands soirs, auteur de deux buts et du penalty de la gagne. Jan Plch a montré que l'âge n'avait pas de prise sur lui et a également réussi un match plein. Si l'attaque marche fort, la défense en revanche a connu quelques ratés : Lacasse n'a pas été irréprochable même s'il a détourné bon nombre de tirs grenoblois et les deux buts encaissés en infériorité numérique font désordre. La faute à des défenseurs qui, à l'exception de l'excellent Mäntylä, manquent de vitesse, notamment en fin de match.

2011-12-26-Grenoble-Epinal1Sixième défaite en sept matchs à domicile cette saison, les Brûleurs de Loups sont sur les bases d'un bien piètre record, celui de la saison 1987-88 qui avait vu les Grenoblois s'incliner à onze reprises sur leur glace. Leur début de match a pourtant été plutôt convaincant mais leur manque d'efficacité en supériorité numérique en fin de premier tiers les a empêchés de creuser un écart plus substantiel qui aurait pu changer le cours du match. Complètement dépassés au deuxième tiers-temps, les Grenoblois se remettent dans le match au troisième grâce au coup de pouce de M. Barbez et à la double supériorité numérique de deux minutes. Mais ils ruinent finalement leurs efforts en fin de match en ne verrouillant pas le jeu après avoir inscrit le quatrième but. Tout cela reflète un manque de contrôle certain sur une partie que les Brûleurs de Loups n'ont jamais vraiment maîtrisé, à l'image d'un jeu collectif toujours aussi pauvre.

La bonne nouvelle du jour c'est tout de même ce premier bloc avec Desrosiers, Sivic et Aquino devant, Rouleau et Dufresne derrière, présent sur la plupart des buts grenoblois. Dufour fait enfin jouer ses meilleurs joueurs ensemble et ça marche. En revanche derrière, le manque de profondeur est évident : Ouimet a perdu sa réussite de début de saison et semble peu à l'aise avec Tartari et Arrossamena comme partenaires, deux joueurs en baisse cette saison. Autre satisfaction : la bonne rentrée de Joris Bedin suite à la blessure de Baylacq. Il a de nouveau apporté un plus en technique et en vitesse et semble plus en forme que certains titulaires "indiscutables". On pourra s'étonner également de l'absence de temps de jeu de Suzzarini dont le grand gabarit aurait pu être utile dans certaines situations chaudes autour de la cage. Quemener a réalisé un match correct, étant souvent laissé à l'abandon par une défense guère plus organisée que l'attaque.

Les Brûleurs de Loups terminent la phase aller à la neuvième place après avoir perdu contre les huit équipes qui les devancent au classement tout en ayant gagné contre les cinq équipes qui les suivent. À croire que cette neuvième place reflète finalement bien leur niveau actuel et qu'il leur sera difficile de faire mieux dans la seconde partie du calendrier. À eux de prouver le contraire dès vendredi pour le match revanche à Épinal, première étape de la phase retour.

Désignés meilleurs joueurs du match : Francis Desrosiers (Grenoble) et Jan Plch (Épinal)

(photos www.hockey-passion.com)

Commentaire d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Baptiste Amar (défenseur de Grenoble) : "On a eu une réaction intéressante au troisième tiers, mais il y a toujours ce sentiment d'impuissance puisqu'on est incapable de conclure. Ce n'est pas le hockey qu'on aimerait jouer, on voudrait plus de contrôle."

 

Grenoble - Épinal 4-4 / 0-1 aux tirs au but (1-0, 0-3, 3-1, 0-0)

Lundi 26 décembre 2011 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Anne-Sophie Boniface et Gabriel Pointel.
Pénalités : Grenoble 8' (4', 0', 4', 0'), Épinal 28' (10', 2', 6'+10', 0').
Tirs cadrés : Grenoble 53 (12, 16, 19, 6), Épinal 25 (7, 9, 7, 2).

Évolution du score :

1-0 à 08'00" : Rouleau assisté de Steiner (inf. num.)
1-1 à 28'55" : Mäntylä assisté de Plch (inf. num.)
1-2 à 30'37" : Boisclair assisté de C.Lacasse et L.Lacasse
1-3 à 37'39" : Plch assisté de Petrak et Gervais
2-3 à 43'32" : Sivic assisté de Aquino et Dufresne (double sup. num.)
3-3 à 44'13" : Desrosiers assisté de Aquino (sup. num.)
4-3 à 54'32" : Desrosiers assisté de Sivic (inf. num.)
4-4 à 56'19" : Boisclair assisté de Plch et Mäntylä

Tirs au but :
Grenoble : Desrosiers (non cadré), Ouimet (non cadré), Sivic (arrêté).
Épinal : Boisclair (réussi), Plch (arrêté).


Grenoble

Gardien : Ronan Quemener

Défenseurs : Alexandre Rouleau - Sylvain Dufresne ; Baptiste Amar (A) - Kévin Dusseau ; Jason Crossman (A) - Michael Steiner.

Attaquants : Mitja Sivic - Francis Desrosiers - Anthony Aquino ; Nicolas Arrossamena - Christophe Tartari - François Ouimet ; Julien Baylacq (C) [puis Bedin après 35'] - Mathieu Le Blond - Graham Avenel ; Elie Raibon - Loup Benoît - Joris Bedin.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Maxime Suzzarini, Rémi Colotti.

Épinal

Gardien : Loïc Lacasse

Défenseurs : Niko Mäntylä - Fabien Leroy (C) ; Mikko Jortikka - Stéphane Gervais ; Armando Scarlato - Peter Slovak ; Guillaume Papelier.

Attaquants : Chad Lacasse - Toby Lafrance - Maxime Boisclair (A) ; Michal Petrak - Jan Plch (A) - Guillaume Chassard ; Jan Simko - Nathan Ganz - Yannick Offret.

Remplaçants : Nicolas Ravel (G), Erwan Agostini, Kevin Benchabane.