Russie – Slovaquie (Mondial U20, poule A)

2012 IIHF_U-20_Championship_logoLes Russes comme les Slovaques ont remporté leur premier match mais le favori est clairement désigné au moment où les deux formations slaves s’apprêtent à se rencontrer à Calgary. Les protégés de Valeri Bragin n’ont que la conservation du titre en tête tandis que les juniors à la Double-Croix ruminent l’objectif d’un quart-de-finale qu’ils n’ont plus goûté depuis les Mondiaux 2009. Si la Fédération dispose d’un groupe de qualité évidemment plus dense, les joueurs des Tatras disposent cependant de certaines individualités évoluant dans les ligues canadiennes capables de contrecarrer les pronostics.

Du côté russe, les yeux seront rivés sur la triplette d’attaquants prodigues : Nail Yakupov, auteur de 101 points (dont 49 buts) l’an passé en OHL et que l’on compare volontiers à son aîné Alexander Ovechkin pour ses qualités au tir, Michael Grigorenko, meilleure recrue de QMJHL, et Yevgeni Kuznetsov, capitaine de la sélection qui dispute cette année ses troisièmes Mondiaux U20 et qui a toujours figuré dans l’équipe-type du tournoi. Chez les Slovaques, c’est la défense qui semble offrir les meilleures garanties avec le quatuor Peter Čerešňák, Adam Jánošík, Martin Marinčin et Martin Gernát évoluant outre-Atlantique. Tomáš Jurčo sera quant à lui attendu en attaque.

Excepté le poste de gardien russe, le jeune Andrei Vasilevski cédant sa place au numéro un Andrei Makarov, les deux effectifs sont reconduits dans leur totalité et la composition des lignes est inchangée.

Comme attendu, la Russie lance les festivités en exerçant une pression offensive qui ne fera qu’augmenter au cours du premier tiers-temps. Les Slovaques disposent pourtant de presque quatre minutes de jeu de puissance dans les dix premières minutes (Isangulov à 5'18 puis Khokhlachev à 7'08) mais ils ne se montrent en aucun cas menaçants. Juraj Šimboch parvient à liquider tout raid adverse, la plupart individuel, comme ceux de Yakupov (10'45), Nikita Kucherov (15'12 puis 15'59) ou Kuznetsov (17'01). C’est un manque de précision dans la frappe de Grigorenko, bien servi par Nikita Gusev et idéalement positionné entre les deux cercles, qui avait auparavant sabordé l’offensive (12'11).

On doit reconnaître aux ouailles d’Ernest Bokroš une défense solide qui leur permet de sauver les meubles à l’approche de la pause. Mieux, ce sont eux qui ouvrent le score à quelques secondes seulement de la première sirène. Installés depuis quelques temps en zone russe, les Bleus bataillent pour conserver la rondelle d’abord dans le coin droit puis dans le coin gauche. Les Blancs tentent de dégager le rebond du slap de Gernát mais Miloš Bubela se jette sur le palet, récupère, se décale vers la droite et tire à l’entrée du cercle. Le caoutchouc passe entre les jambières de Makarov et finit dans les filets russes (0-1, 19'27). Ivan Telegin, enragé, en casse sa crosse en cinglant le capitaine slovaque Tomáš Matoušek. Le défenseur écope de deux minutes assorties de dix autres pour mauvaise conduite (19'59).

La Slovaquie ne se montre pas beaucoup plus active sur son troisième power-play que sur les deux précédents. Si bien que les Russes reprennent leur rythme et s’en vont poser le jeu de l’autre côté. Complètement démarqué un mètre après la « bleue », Igor Ozhiganov remet les compteurs à zéro après avoir transformé sans contrôle la passe de Yakupov, très besogneux dans la construction de l’action (1-1, 24'11). Les Slovaques subissent toujours par la suite, ne pouvant faire mieux que de dégager au loin les palets dangereux. Suite à une erreur de Gernát dans sa zone, Marinčin sauve la patrie au dernier moment (26'52). Juraj Šimboch est très sollicité et multiplie les parades, comme sur ce break-away de Kuznetsov ponctué d’un backhand que le portier slovaque anticipe toutefois (30'31).

Le score reste nul au deuxième souffle malgré les nombreux assauts russes et la fausse joie slovaque. Jurčo récupère en effet la rondelle suite à un mauvais contrôle adverse et porte le danger devant Makarov. Si la première tentative est infructueuse, la seconde entraîne une immense confusion dans le slot et le portier des Saskatoon Blades met fin tant bien que mal au branle-bas. Les arbitres consultent quand même la vidéo pour savoir si, dans ce fouillis, le palet a passé la ligne. La réponse est négative (34'41). Frustrés, les Bleus repartent à l’abordage mais leurs tentatives, trop lointaines, ne leurrent pas la vigilance de Makarov. À l’inverse, les Russes se débarassent de celle de Šimboch mais la passe de Grigorenko à destination de Kucherov est interceptée au vol par un défenseur slovaque. L’attaquant du CSKA Moscou avait pourtant la cage grande ouverte (39'37).

La Russie prend finalement l’avantage en début de troisième période après un engagement dans le cercle gauche slovaque. Ignat Zemchenko décale pour Mikhail Naumenkov, en retrait sur la bande gauche, qui marque d’une belle diagonale (2-1, 41'45). La Double-Croix n’a plus d’autre choix que d’attaquer – ce qu’elle fait d’ailleurs -  mais ni Jurčo (52'16) ni Richard Mráz (53'09) ne peuvent entretenir l’espoir de glaner ne serait-ce qu’un point contre les tenants du titre. La messe est de toute façon dite lorsque ces derniers ajoutent un troisième but. Grigorenko remonte la bande droite et au moment d’entamer un tour de cage sert Kucherov dans le dos de Marinčin. Un geste de toute beauté. Le moscovite poursuit la belle action en marquant au poteau droit (3-1, 54'31) et entérine un succès russe que l’on pouvait prédire plus large.

Désignés joueurs du match : Andrei Makarov (Russie) et Tomáš Jurčo (Slovaquie).

Commentaires d’après-match

Igor Ozhiganov (défenseur de la Russie) : "On a été meilleurs sur nos phases offensives que lundi contre la Suisse mais nous devons convertir davantage nos occasions, nous avons besoin de marquer plus de buts. Il y a encore dans notre jeu des failles à boucher, nous avons encore de quoi nous améliorer. Nous avons quand même déjà effectué un bon début de championnat."

Ernest Bokroš (entraîneur de la Slovaquie) : "On a réussi notre rencontre aujourd’hui, et ce même si nous n’avons marqué aucun point. Par rapport au jeu que l’on a présenté, on méritait d’avoir un point. On a mené 1-0 et à la fin de la deuxième période le score était toujours indécis. Celui qui marquerait le second but allait gagner et ce sont les Russes qui y sont parvenus, lorsqu’après un engagement perdu, un défenseur a marqué. C’était un but un peu chanceux. Après ça, on a attaqué davantage. On se prend le troisième but encore une fois avec un peu de malchance. (…) J’apprécie énormément la performance des gars, ils ont joué avec discipline et une seule fois nous avons évolué en infériorité. Les Russes sont en effet très forts en jeu de puissance."

Miloš Bubela (attaquant de la Slovaquie) : "Sur mon but, le palet est passé dans la crosse de plusieurs joueurs avant que je m’en empare. J’ai frappé sans préparation mais j’ai quand même réussi à marquer. Notre gardien Šimboch a été très en verve aujourd’hui mais, malheureusement, nous n’avons pas su mettre à profit les nombreuses occasions que nous nous sommes créées."

 

Russie – Slovaquie 3-1 (0-1, 1-0, 2-0)
Mercredi 28 décembre 2011 à 20h00 à la Scotiabank Saddledome de Calgary. 19 289 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Piechaczek (ALL) et Derek Zalaski (CAN) assistés de Hannu Sormunen (FIN) et Christopher Woodworth (USA).
Pénalités : Russie 20' (16', 2', 2') ; Slovaquie 2' (0', 2', 0')
Tirs : Russie 40 (18, 8, 14) ; Slovaquie 32 (11, 8, 13)

Evolution du score :
0-1 à 19'27'' : Bubela 
1-1 à 24'11'' : Ozhiganov assisté de Yakupov et Kosov
2-1 à 41'45'' : Naumenkov assisté de Zemchenko
3-1 à 54'31'' : Kucherov assisté de Grigorenko et Nesterov

 

Russie

Gardien : Andrei Makarov.

Défenseurs : Artyom Sergeyev (-1) – Zakhar Arzamastsev (A, -1) ; Viktor Antipin (+1) – Igor Ozhiganov (2', +1) ; Ivan Telegin (2'+10') ; Grigori Zheldakov (+1) – Nikita Nesterov (+1) ; Mikhail Naumenkov (+1) – Ildar Isangulov (2', +1).

Attaquants : Danil Apalkov (A, -1) – Sergei Barbashev (-1) – Yevgeni Kuznetsov (C, -1) ; Nail Yakupov (+1) ; Alexander Khokhlachev (2', +1) ; Nikita Gusev (+1) – Nikita Kucherov (+1) – Mikhail Grigorenko (+1) ; Pavel Kulikov (2', +1) – Ignat Zemchenko (+1) – Yaroslav Kosov (+2).

Remplaçant : Andrei Vasilevski (G). En réserve : Sergei Kostenko (G).

Slovaquie

Gardien : Juraj Šimboch.

Défenseurs : Martin Marinčin – Martin Gernát ; Adam Jánošík (A) – Peter Čerešňák ; Peter Trška (-1) – Michal Čajkovský (-1) ; Peter Bezuška (-1) – Mário Kurali (-1).

Attaquants : Richard Mráz (-1) – Tomáš Jurčo (-2) – Matúš Chovan (-1) ; Michal Toman (2') – Marek Tvrdoň – Miloš Bubela (+1) ; Matej Bene (A, -1) – Vladimír Dolník (-1) – Tomáš Matoušek (C, -1) ; Matej Hinďoš – Martin Ďaloga – Marko Daňo.

Remplaçant : Dominik Riečický (G). En réserve : Richard Sabol (G).