Neuilly-sur-Marne - Morzine-Avoriaz (Ligue Magnus, 14e journée)

LabatLandry

Neuilly-sur-Marne et Morzine-Avoriaz se retrouvent quatre jours après leur première confrontation en Haute-Savoie (3-1 avec un dernier but en cage vide). Mais la grande différence, outre la localisation du match, est que les Morzinois ont entre-temps joué - et perdu - la finale de la Coupe de la ligue. Le temps qu'ils surmontent leur déception, les Bisons espèrent bien en profiter. Ils n'ont du reste pas le choix. Tous leurs concurrents directs au classement ayant pris des points, ils sont dans une position de plus en plus précaire.

Il serait pourtant exagéré de dire que le timing est favorable à Neuilly-sur-Marne. Il ne faut pas oublier que cette équipe a appris la semaine dernière le forfait de son gardien titulaire Billy Blase. Pendant la trêve internationale, il est rentré chez lui en Californie, et les examens pratiqués à UCLA ont détecté une fracture au niveau de sa main. Cela fait deux mois qu'il y ressentait des douleurs, qu'il encaissait sans broncher pour ne pas paraître abandonner le combat. Cette blessure peut expliquer ses contre-performances depuis un mois et demi.

Bien sûr, les mauvaises langues auront tôt fait de renverser l'argumentation, et d'imaginer que c'est le déclin de performance du gardien qui serait à l'origine d'une blessure "pratique", puisqu'elle est le seul moyen de chercher un remplaçant, par le biais de la règle du joker médical. Un soupçon né du fait que le HCNM93 est justement le dernier club à avoir appliqué cette règle, pour engager Stan Petrik lors des barrages de maintien il y a deux ans. À l'époque, cela avait fait jaser, parce que le gardien titulaire était parti et que c'est le numéro 2 Roman Svaty qui avait été substitué sur blessure.

On se doute bien cependant que, si Neuilly avait monté un coup, le nouveau gardien aurait déjà été recruté pour être prêt à jouer dès la fin de la trêve. Rien de tout cela. Les Bisons n'ont que leur numéro 2 initial Landry Labat pour tenir le fort.

Bien protégé par sa défense pour cette première titularisation à domicile, Labat peut entrer dans le match progressivement en repoussant proprement les premiers tirs morzinois, excentrés ou lointains. On sent qu'il est en quête de confiance. Il cherche à jouer la sécurité car il gèle systématiquement le palet pour ne pas risquer de commettre d'erreur en relançant. Hormis la très grosse huitième minute pour Neuilly-sur-Marne (avec plusieurs rebonds très chauds dans le slot), les Pingouins ont un léger avantage en première période, mais sans être extrêmement dangereux.

Leur première véritable occasion arrive à 12'20" : Josselin Besson décale au second poteau Guillaume Doucet, mais Bellavance-Martin se couche devant le tir. Doucet récupère le palet dans le coin et le donne à Toni Koivunen entre les cercles, mais cette fois Landry Labat pare de la jambière gauche. Trente secondes plus tard, Colin Shields prend la seule pénalité du tiers-temps, et les Morzinois s'usent en infériorité parce que Shane Lust ne sort pas le palet de sa zone quand il en a la possibilité. Le 0-0 semble logique à la fin du premier tiers-temps, mais vingt secondes avant la pause, le HCMA effectue une dernière entrée de zone rapide. Brad Smyth délivre une passe transversale dans le cercle droit pour le défenseur Kim Virtanen monté à l'offensive (0-1, 19'40").

Le coup est rude et immérité pour Neuilly-sur-Marne, qui reste mobilisé dans le vestiaire. Au retour sur la glace, les Bisons passent à l'attaque et domineront toute la deuxième période. Comme ils ajoutent à l'envie la discipline, ils en sont récompensés par des avantages numériques. La seule pénalité qu'ils concèdent est une simulation de Leblanc, mais ça n'empêche pas la faute (une obstruction de Koivunen) d'être sanctionnée en même temps. Les deux joueurs vont en prison, et comme Shields se rend coupable d'un cinglage, les Bisons jouent même une minute à 4 contre 3. Steven Cacciotti, trouvé près de la cage par Kmec, manque de conviction dans son tir. Mais il se rattrape dans la foulée à 5 contre 4 en mettant toute sa détermination dans un lancer en lucarne pendant une pénalité différée (1-1, 32'30"). Et dire que, quelques secondes plus tôt, les Bisons avaient eu la tentation de rendre le palet pour bénéficier d'une double supériorité ! Mais les crosses morzinoises n'en avaient pas voulu...

110825-NSM-092BISShields sort de prison, la pénalité différée d'Elian prend effet, et le seul défaut de Neuilly-sur-Marne est de ne pas bonifier ces deux minutes supplémentaires. Malgré un powerplay qui fait de mieux en mieux circuler le palet, les Bisons ne trouvent pas l'efficacité nécessaire pour prendre l'avantage. Idem quand Besson fait trébucher Cacciotti en zone neutre. Durant cette infériorité morzinoise, Henri-Corentin Buysse reste recroquevillé et se fait soigner sa main droite. Le jeune gardien français reste cependant en jeu et ne laissera toujours pas paraître la moindre faiblesse.

Les Bisons reviennent encore très fort sur la glace en troisième période. Neuilly-sur-Marne s'installe, et un lancer de la bleue de Jesse Lebreton, peut-être dévié au passage, entre dans la cage de Buysse à la surprise générale (2-1, 41'38"). Cet avantage minimal est la moindre des choses pour l'équipe locale, qui temporise alors de plus en plus en se jouant du forechecking de Morzine-Avoriaz, qui n'arrive pas à forcer et à déstabiliser son adversaire. Ce succès que Frank Spinozzi et ses joueurs attendent depuis deux mois et demi semble se dessiner...

À sept minutes de la fin, pourtant, Juho Appel, qui a glissé au sol dans le coin, essaie de jouer le palet et est curieusement pénalisé pour un "trébucher" peu évident. C'est la première infériorité nocéenne, et elle aurait pu être payée cash car un lancer de la bleue de Kim Virtanen frappe le poteau. Quand la pénalité est finie, Morzine-Avoriaz repasse à l'attaque et inscrit un but chanceux : un tir de Weston Tardy, dévié par le patin de Cintala, passe entre les bottes de Labat (2-2, 54'51").

Les Bisons tiennent au moins un point quand Andrej Kmec est pénalisé à son tour, en zone offensive ! Mickaël Brodin, du cercle droit, se montre incapable pour Landry Labat qui cède au plus mauvais moment (2-3, 56'23"). Après un temps mort, les Nocéens se ruent à l'offensive et se jettent comme des morts de faim sur le palet et sur la cage, jusqu'à une charge dans le dos sifflée contre Yan Golubovsky. Mais dorénavant, les Morzinois sont très prompts à dégager le palet de leur zone et ne se font plus piéger. Colin Shields, depuis son camp, ajoute un dernier but en cage vide (2-4, 59'55").

Neuilly-sur-Marne a vécu bien des défaites amères cette saison, mais celle-ci est la plus cruelle de toutes, tant la victoire avait paru à portée. Les deux points auront rarement été aussi mérités, mais le destin tourne toujours le dos aux Bisons. Pire encore, la nouvelle victoire villardienne contre Amiens ce soir les laisse à la dernière place de la Ligue Magnus. Cette fin d'année 2011 aura été avare en bonheur pour Neuilly, en attendant les meilleurs voeux de bonheur et surtout de réussite pour 2012.

Commentaires d'après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "On s'était donné 10 matches pour apprendre le niveau de la Ligue Magnus, 8 pour progresser et 8 pour ramasser le maximum de points. On est dans la deuxième séquence. On est plus constant dans notre jeu, nos relances sont meilleures. Cela fait quatre matches qu'on perd de deux buts seulement. Les gars se sont démenés. Mais on prend de la pression défensivement parce qu'on ne compte pas assez offensivement."

Santeri Immonen (entraîneur de Morzine-Avoriaz) : "C'est la plus petite patinoire de France, même si la nôtre est déjà une petite glace. J'ai dit aux joueurs de faire simple, mais nous nous sommes nous-mêmes mis en difficulté en prenant trop de pénalités en deuxième période. Neuilly a déjà été bon à Morzine, Je respecte cette équipe, elle était au moins à notre niveau. Physiquement, ce n'était pas un problème de rejouer après la finale, mais mentalement c'était dur de ravaler la déception."

 

Neuilly-sur-Marne - Morzine-Avoriaz 2-4 (0-1, 1-0, 1-3)
Vendredi 30 décembre 2011 à 18h30 à la patinoire municipale de Neuilly-sur-Marne. 250 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté d'Aurélien Smeeckaert et Pierre Dehaen.
Pénalités : Neuilly 6' (0', 2', 4'), Morzine 24' (2', 10', 2'+10').
Tirs : Neuilly 45 (11, 20, 12), Morzine 33 (13, 10, 10).

Évolution du score :
0-1 à 19'40" : Virtanen assisté de Smyth et C. Papa
1-1 à 32'30" : Cacciotti assisté de Pek et Sherbatov (sup. num.)
2-1 à 41'38" : Lebreton assisté d'Appel et Kecka
2-2 à 54'51" : Tardy assisté de J. Besson et Doucet
2-3 à 56'23" : Brodin assisté de C. Papa et Jestin (sup. num.)
2-4 à 59'55" : Shields assisté de Jestin et C. Papa (cage vide)


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Landry Labat [sorti à 59'18"].

Défenseurs : Jesse Gauthier Lebreton (A) - Louis-Étienne Leblanc ; Peter Cintala - Jules Breton ; Peter Klepac - Stanislas Aubert ; Alexis Besson.

Attaquants : Andrej Kmec - Jan Bohac - Steven Cacciotti (C) ; Martin Malat - Étienne Bellavance-Martin - Lukas Pek ; Arnaud Bougaran - Miroslav Kecka (A) - Philippe Bolduc ; Juho Tuomas Appel - Eliezer Sherbatov - [Cacciotti ou Pek ou Bolduc].

Remplaçants : Valentin Havy (G), Alexis Birolini, Clément Rey. Absents : Billy Blase (fracture de la main), Martin Zajac (fracture de la jambe), Anthony Pittarelli (tendinite au poignet).

Morzine-Avoriaz

Gardien : Henri-Corentin Buysse.

Défenseurs : Mathieu Jestin - Kim Virtanen ; Weston Tardy - Lauri Kinos ; Jonatan Arildsson - Yan Golubovsky ; Christian Elian (A).

Attaquants : Mickaël Brodin (C) - Cyril Papa - Brad Smyth ; Marko Mäkinen - Colin Shields - Shane Lust ; Guillaume Doucet - Toni Koivunen (A) - Josselin Besson ; Raphaël Papa - [Shields] - Loïc Gaydon.

Remplaçant : Evgeny Kochetov (G). Absent : Tomi Tuomisto.