Suède - Slovaquie (Mondial U20, poule A)

Avec déjà une victoire dans leur besace (3-1 aux dépens de la Lettonie), les Slovaques ne seraient pas contre un point glané face à son adversaire du jour, une Suède qui a enchaîné deux victoires en deux joutes, avant de jouer la Suisse pour un match qui vaudra une place en quart de finale. Côté scandinave, Johan Gustafsson est ménagé pour le dernier match de poule contre la Russie, très attendu, au profit du portier du MODO Anton Forsberg. Auteur d'un très bon début de tournoi (pourcentage d'arrêts de 93,9 %), Juraj Šimboch cède sa place à Dominik Riečický.

Bien conscient de la tâche à accomplir, Riečický va voir la vie en jaune. Viktor Rask est le plus dangereux en débordant sur la droite en tout début de rencontre. Et lorsque Tomáš Jurčo est invité à prendre place en prison, un frisson parcourt le Saddledome : c'est parti pour le meilleur jeu de puissance du tournoi (60 % de réussite !). Les Slovaques se débrouillent plutôt bien et leur cerbère repousse les essais de Max Friberg, Mika Zibanejad et Sebastian Collberg. Alors qu'ils avaient fait le plus dur, Erik Thorell récupère le disque devant le but et s'acharne à le pousser dans un trou de souris. Il ouvre la marque alors que Jurčo était revenu sur la glace depuis six secondes...

Alors qu'ils peinent à inquiéter Anton Forsberg, les Slaves connaissent un nouveau coup dur en perdant à la neuvième minute leur capitaine, Tomáš Matoušek sur une collision en zone neutre. Plus de peur que de mal, il reviendra plus tard. Petter Granberg au cachot, c'est l'occasion de retrouver quelque peu le moral. Michal Toman s'avance dangereusement sur son couloir droit et transmet à Miloš Bubela dans l'axe qui... rate le puck mais Peter Čerešňák le frappe bien, sa tentative est repoussée in-extremis. La Slovaquie repart tout de même à l'assaut. Toman entre rapidement en zone offensive et sert à sa gauche Marek Tvrdoň qui adresse un tir puissant au-dessus de l'épaule de Forsberg : 1-1.

La défense slovaque semble tenir bon mais à la 17e minute, Jonas Brodin adresse un tir de la ligne bleue. Johan Larsson se presse sur la cage pour récupérer le rebond et instinctivement envoie au côté opposé. Dominik Riečický semble surpris par son choix mais il va comprendre, bien trop tard, le tour de magie. Cette passe à l'aveugle trouve Max Friberg qui frappe instantanément, c'est le sixième but (en huit tirs !) du nouveau chouchou de la Tre Kronor junior. Une nouvelle fois, la Suède finit une première période en menant au score.

Le chouchou pénalisé au début du deuxième tiers, la Slovaquie se crée de bonnes opportunités. Mais ils ne vont pouvoir égaliser, l'écart va se creuser. Sur un contre, Johan Sundström s'isole sur le flanc droit et voit au loin le capitaine Larsson, celui-ci donne de suite à Sebastian Collberg au centre qui ajuste sans problème Riečický : 3-1. Rickard Rackell et Johan Sundström mettront le feu seulement quelques secondes après, de même que Richard Mráz, seul face à Forsberg mais avec un réel manque de lucidité. Le 5 contre 3 au bénéfice des Scandinaves s'annonce périlleux pour les Slovaques mais ils résistent et se créent par la suite une nouvelle occasion franche par... Richard Mráz, nous sommes à la mi-match.

Une déviation de Filip Forsberg et un lancer sur le poteau de William Karlsson traînant dans son enclave, le portier slovaque ne chôme pas. La domination est largement suédoise, elle est d'autant plus flagrante à 4 contre 4. Dans cette configuration, la défense slovaque s'essouffle par la mobilité incessante de leurs adversaires. Alors quand Johan Sundström rejoint ses coéquipiers, la sentence ne tarde pas à arriver. Ce dernier est tout heureux de dévier avec succès un tir de Rackell et donne une avance de trois buts.

Alors qu'une minute ne s'est pas encore écoulée dans le dernier tiers, Marko Daňo, face à Forsberg, reçoit un palet qu'il transmet à droite à Tomáš Jurčo, pourtant devant une porte grande ouverte. Alors que le jeu en supériorité numérique slovaque reste brouillon, celui de la Suède reste terriblement efficace. Riečický doit négocier plusieurs fusées à proximité de ses filets, celle de Mika Zibanejad sera imparable. Trente secondes plus tard, Viktor Rask transmet une passe dans le dos de la défense slovaque, William Karlsson accélère pour se retrouver seul et se permet d'armer un tir entre ses jambes ! La rondelle ne rentre pas mais les Slovaques sont définitivement à bout de souffle, les Suédois en pleine confiance.

C'est un autre exploit personnel à la 49e minute qui va faire office de sixième but. Rickard Rakell récupère le palet derrière la cage, virevolte entre trois défenseurs et trompe Dominik Riečický : 6-1. Puis Erik Thorell profite d'un rebond côté droit qu'il transmet à Joakim Nordström, la porte est grand ouverte et cette fois ça rentre : 7-1. Pour des Slovaques totalement écrasés, physiquement et psychologiquement, face à des Suédois sur un nuage, le double désavantage numérique ne promet rien de bon. Collberg reçoit une passe de John Klingberg, il contrôle et frappe : 8-1. Enfin, John Klingberg slalome en zone offensive et laisse à Ludvig Rensfeldt qui frappe, Erik Thorell s'élance sur le rebond, c'est poteau rentrant : 9-1.

L'addition est donc salée pour une jeune sélection slovaque surclassée dans tous les compartiments du jeu qui avait peut-être trop à l'esprit la rencontre importante contre la Suisse. Des unités spéciales efficaces, un effort soutenu et régulier, une prestation défensive et offensive satisfaisantes, voilà le match-référence de la Suède avant de jouer la finale du groupe contre la Russie.

Élus joueurs du match : Erik Thorell pour la Suède, Michal Toman pour la Slovaquie.

Commentaires d'après-match

Ernest Bokros (entraîneur de la Slovaquie) : "Notre équipe n'a pas bien patiné et nous étions plutôt indisciplinés. Nous avions à "tuer" huit pénalités. La Suède est une équipe très affûtée, on ne peut pas se permettre de prendre huit pénalités face à une équipe de ce niveau".

Roger Rönnberg (entraîneur de la Suède) : "Ce que j'apprécie, c'est notre faculté à tuer le match. Nous nous focalisons sur notre jeu et le fait de marquer but sur but. Maintenant, notre objectif est de remporter le groupe."

 
Suède - Slovaquie 9-1 (2-1, 2-0, 5-0).
Vendredi 30 décembre 2011 à 15h30 au Saddledome de Calgary. 19289 spectateurs.
Arbitrage de Ian Croft (USA) et Tom Laaksonen (FIN) assistés de Christopher Woodworth (USA) et Jiri Gebauer (TCH).
Pénalités : Suède 20' (2', 16', 2'), Slovaquie 16' (2', 8', 6').
Tirs : Suède 55 (13, 18, 24), Slovaquie 15 (4, 5, 6).
 
Évolution du score :
1-0 à 04'40" : Thorell assisté de Bäckman et Klefbom 
1-1 à 11'36" : Tvrdoň assisté de Toman et Jurčo
2-1 à 16'22" : Friberg assisté de Larsson et Brodin
3-1 à 24'15" : Collberg assisté de Larsson et Sundström
4-1 à 38'29" : Sundström assisté de Rakell
5-1 à 44'50" : Zibanejad assisté de Collberg (sup. num.)
6-1 à 48'06" : Rakell assisté de F. Forsberg et Zibanejad
7-1 à 51'28" : Nordström assisté de Thorell et Nemeth
8-1 à 53'42" : Collberg assisté de Klingberg et Sundström (sup. num.)
9-1 à 58'42" : Thorell assisté de Rensfeldt et Klingberg
 
 
Suède
 
Gardien : Anton Forsberg.
 
Défenseurs : Jonas Brodin (+2) - Oscar Klefbom (+5) ; John Klingberg (2', +2) - Fredrik Claesson ; Patrik Nemeth (+3) - Petter Granberg (2') ; Mattias Bäckman (+2).
 
Attaquants : Max Friberg (2'+10', +1) - Johan Larsson (C, +2) - Johan Sundström (A, 2', +3) ; Rickard Rakell (+2) - William Karlsson (+1) - Mika Zibanejad (+2) ; Erik Thorell (+3) - Joakim Nordström (A, +3) - Ludvig Rensfeldt (2', +2) ; Filip Forsberg (+1) - Victor Rask - Sebastian Collberg (+1) ; Jeremy Boyce Rotevall.
 
Remplaçant : Johan Mattsson (G).
 
Slovaquie (2' pour surnombre)
 
Gardien : Dominik Riečický.
 
Défenseurs : Martin Marinčin (-2) – Martin Gernát (-2) ; Adam Jánošík (A, -3) – Peter Čerešňák (-3) ; Peter Trška (2') – Michal Čajkovský (2', -1) ; Peter Bezuška (2', -2) – Mário Kurali (-2).
 
Attaquants : Richard Mráz (-4) – Tomáš Jurčo (2', -2) – Matúš Chovan (-2) ; Marek Tvrdoň – Michal Toman (2') – Miloš Bubela (2', -3) ; Matej Bene (A, -1) – Tomáš Matoušek (C, 2') - Vladimír Dolník (-2) ; Matej Hinďoš (-1) – Martin Ďaloga (-2) – Marko Daňo (-3).
 
Remplaçant : Juraj Šimboch (G).