Slovaquie – Suisse (Mondial U20, poule A)

C’était cousu de fil blanc, cette histoire. Toutes deux battues par les gros calibres de la poule (Russie et Suède), la Slovaquie et la Suisse, après trois points inscrits grâce aux Lettons, se disputent la dernière place pour les quarts-de-finale en tomber de rideau de la première phase. Les deux formations sont d’ailleurs habituées à se crêper le chignon : depuis deux ans, le Top 6 mondial échoit à la Confédération aux dépends de la Double-Croix. Au coup d’envoi de ce match-couperet, l’avantage est légèrement à mettre du côté des Helvètes, tombeurs des Baltes la veille (5-3) alors que les Slovaques ont lourdement chuté devant la « Tre Kronor » sur leur dernière sortie (9-1).

L’entame est prudente dans les deux camps, le jeu se concentrant surtout en zone neutre, mais les Suisses ont une plus grande mainmise sur le palet. Richard tente sa chance à l’entrée du cercle droit. Juraj Šimboch, qui retrouve les filets, est sur la trajectoire mais relâche le palet qui est alors dévié par un patin slovaque. Joël Vermin reprend en bout de course au poteau gauche et ouvre le score (0-1, 6'09). La Suisse fait le break presque dans la foulée : Alessio Bertaggia est surveillé par Martin Marinčin derrière la cage slave mais parvient toutefois, après s’être décalé vers la gauche, à servir Sven Andrighetto qui reprend sans contrôle entre les deux cercles (0-2, 7'16).

Les Bleus ont la bonne idée de réagir immédiatement. La relance de Dean Kukan en fond de zone embrasse la bande gauche et le palet est difficilement repoussé dans son camp par Richard. Tomáš Jurčo est plus prompt pour récupérer que la défense suisse et remonte avant de centrer pour Matúš Chovan : la reprise en back-hand du Cassovien trompe Lukas Meili au second poteau (1-2, 8'20). On vient d’assister, en l’espace de deux minutes et onze secondes, aux faits essentiels de la première période. La folie n’est que passagère et l’enjeu de la rencontre calme quelque peu le jeu jusqu’au premier souffle. 

Juraj Šimboch et Lukas Meili, les deux gardiens, sont mis à contribution dans la première moitié de la deuxième période même si les assauts, de part et d’autre, sont rarement marqués du sceau de la dangerosité. La situation s’aggrave tout de même pour la Slovaquie lorsque Vladimír Dolník (27'54, retenir) rejoint Matej Bene en prison (27'12, faire trébucher). En double supériorité, les Blancs ne tardent pas à creuser l’écart au score grâce à Vermin, qui double la mise à l’entrée du cercle droit (1-3, 28'40). Avec ce quatrième but inscrit en autant de matches, le Bernois confirme son excellente forme depuis le début du tournoi.

La défense helvétique baisse sa garde après cette troisième réalisation et commet davantage d’erreurs dans sa zone. Les protégés d’Ernest Bokroš profitent de cette fébrilité pour rester au contact. Après un engagement à droite, le disque frappe la bande dans le coin. Jurčo est à l’affût, tente un tour de cage mais tombe sous la pression de deux défenseurs. Qu’à cela ne tienne, à terre, l’archer des Saint-John Sea Dogs réussit à centrer pour Chovan qui contrôle tant bien que mal avant d’armer dans le slot : la rondelle passe entre les jambes de Meili (2-3, 32'46). En fin de tiers-temps, Marek Tvrdoň est en position favorable pour égaliser mais sa frappe trouve le goalie adverse.

Les premiers instants de la troisième période sont en règle avec les deux précédentes, la Suisse se donnant une bouffée d’air au tableau d’affichage. Christoph Bertschy slalome du cercle droit vers la « bleue » puis tente sa chance en se retournant dans l’axe. Martin Gernát est pile sur la trajectoire mais le défenseur slovaque n’a pas le temps de dégager : Richard lui pique le caoutchouc de sa crosse, se décale sur la gauche pour sortir du trafic et trouve la faille au premier poteau (2-4, 40'47). Sauf qu’encore une fois, la Double-Croix ne se laisse pas couler. Matej Bene, sur la bande gauche, sert Tomáš Matoušek : le capitaine de la Slovaquie réduit la marque au second poteau (3-4, 45'14).

C’est la même chanson, donc, mais la différence est que la Slovaquie va prendre enfin les commandes de la partie. Et de quelle manière ! Sur leur lancée, les Bleus vont planter ni un, ni deux mais trois buts supplémentaires ! Martin Marinčin, à l’angle de la bande gauche et de la « bleue », reçoit le palet du trublion Jurčo et, malgré le retour de Bertaggia, le défenseur slovaque égalise d’une belle diagonale, peut-être déviée par Martin Ďaloga dans l’enclave (4-4, 46'05). Après une belle lutte en fond de zone avec Dave Sutter et Gaetan Haas arrivé en soutien, Richard Mráz récupère finalement le palet à gauche puis centre. Tomáš Jurčo est sur la trajectoire au premier poteau puis manœuvre jusqu’au second. Son back-hand est repoussé. Pas celui de Chovan qui se jette sur le rebond et entérine ainsi un bel hat-trick (5-4, 48'15).

On ne sait plus où donner de la tête sur le banc suisse, complètement douché par la tempête slave. L’accalmie n’est pas en vue lorsque Manuele Celio décide de remplacer Meili par Tim Wolf devant la cage (48'31). L’initiative ne change en rien la donne. Les Slovaques sont déchaînés en attaque et poussent la défense blanche à la faute. Haas est ainsi sanctionné d’une charge trop appuyée contre la bande (49'34). Neuf secondes suffisent pour que l’avance des Slovaques soit accentuée d’une unité : Martin Gernát n’a qu’à bien positionner sa crosse au poteau gauche pour détourner au fond des filets suisses le centre venu du coin droit de l’insatiable Jurčo (6-4, 49'43). 

Quatre buts en cinq minutes… Bref, les Slovaques se qualifient pour les quarts-de-finale.

Désignés joueurs du match : Tomáš Matoušek (Slovaquie) et Tanner Richard (Suisse).

Commentaires d’après-match (www.hokejportal.sk)

Ernest Bokroš (entraîneur de la Slovaquie) : « La victoire, pour un petit pays comme le nôtre, représente un grand succès. On est maintenant qualifiés pour la phase suivante, chaque succès désormais sera pour nous un bonus. On a préparé la rencontre face à la Suisse très soigneusement, sur le plan tactique et psychologique. (...) C’est vraiment très mauvais d’être menés 0-2, 1-3 puis 2-4 dans une rencontre aussi importante. Dans les vestiaires, on a martelé 'Mauvais début, fin heureuse'. (…) Les Finlandais alignent l’une de leurs plus fortes équipes depuis vingt ans, donc la qualité est de leur côté. On les a rencontrés en préparation, on avait fait plutôt une bonne prestation (défaite 0-3, ndlr). Là, c’est autre chose, ce sont les Mondiaux. On a atteint notre but, on peut désormais jouer plus librement, les garçons ne vont plus ressentir cette pression sur leurs épaules. »

Matúš Chovan (attaquant de la Slovaquie) : « On se réjouit énormément de cette victoire. C’est une très belle façon de terminer l’année et de commencer la nouvelle. J’ai marqué trois buts mais ce n’est pas important. Ça l’est bien plus de jouer les quarts-de-finale, ce qui constituait notre objectif. »

Tanner Richard (attaquant de la Suisse) : « Je ne sais absolument pas ce qui s’est passé dans le troisième tiers-temps. On avait le match en mains mais on s’est d’un coup arrêtés de jouer. Il n’y a aucune explication à trouver à ça. C’est pour nous difficile. »

 

Slovaquie – Suisse 6-4 (1-2, 1-1, 4-1)
Samedi 31 janvier 2011 à 16h00 à la Scotiabank Saddledome de Calgary. 13 029 spectateurs.
Arbitrage de Thomas Sterns (USA) et Derek Zalaski (CAN) assistés de Jiří Gebauer (TCH) et Hannu Sormunen (FIN).
Pénalités : Slovaquie 10' (4', 4', 2') ; Suisse 6' (2', 2', 2')
Tirs : Slovaquie 31 (9, 8, 14) ; Suisse 28 (13, 8, 7)

Evolution du score :
0-1 à 06'09'' : Vermin assisté de Richard et Bertschy
0-2 à 07'16'' : Andrighetto assisté de Bertaggia
1-2 à 08'20'' : Chovan assisté de Jurčo et Ďaloga
1-3 à 28'40'' : Vermin assisté de Richard (double sup. num.)
2-3 à 32'46'' : Chovan 
2-4 à 40'47'' : Richard
3-4 à 45'14'' : Matoušek assisté de Hinďoš et Bene
4-4 à 46'05'' : Marinčin assisté de Daňo et Jurčo
5-4 à 48'15'' : Chovan assisté de Jurčo et Mráz
6-4 à 49'43'' : Gernát assisté de Jurčo et Tvrdoň (sup. num.)

 

Slovaquie

Gardien : Juraj Šimboch.

Défenseurs : Martin Marinčin (+1) – Martin Gernát ; Adam Jánošík (A, +2) – Peter Čerešňák (+1) ; Peter Trška – Michal Čajkovský (2'+2') ; Peter Bezuška – Mário Kurali.

Attaquants : Richard Mráz (+2) – Tomáš Jurčo (2', +4) – Matúš Chovan (+3) ; Michal Toman (-1) – Marek Tvrdoň (-1) – Miloš Bubela (-2) ; Matej Hinďoš – Matej Bene (A, 2', +1) – Tomáš Matoušek (C, -1) ; Vladimír Dolník (2', -1) – Martin Ďaloga (+1) – Marko Daňo (+1).

Remplaçant : Dominik Riečický (G). En réserve : Richard Sabol (G).

Suisse

Gardien : Lukas Meili [remplacé par Tim Wolf à 48'31'', sorti de 57'33'' à 57'40'' puis à 58'52'' ].

Défenseurs : Christian Marti (-2) – Dario Trutmann (C, -2) ; Mike Vermeille (-2) – Dave Sutter (-2) ; Cédric Hächler (+2) – Dean Kukan (+2) ; Phil Baltisberger.

Attaquants : Lino Martschini (-1) – Gregory Hofmann (2', -1) – Samuel Walser (A, -1) ; Alessio Bertaggia (2', -1) – Gaetan Haas (2', -1) – Sven Andrighetto (-1) ; Reto Amstutz – Cédric Schneuwly – Dario Simion ; Joël Vermin (A) – Christoph Bertschy – Tanner Richard.

En réserve : Luca Boltshauser (G), Sven Bärtschi (A).