Finlande – Slovaquie (Mondial U20, quart-de-finale 1)

Barkov supplante Sidney Crosby

GRANLUND Mikael-110513-298C’est la troisième fois que Finlandais et Slovaques se disputent une place dans le dernier carré de la compétition juniors. C’est le Suomi qui a remporté les deux précédentes confrontations (3-1 en 2001 et 6-0 deux ans plus tard) et la Slovaquie indépendante n’a même réussi qu’une seule fois à s’imposer en phases finales, contre les Etats-Unis en 2009 (on passera le match, hors course au titre, glané aux dépens de la Suède en 1999 et qui avait permis à la Double-Croix de repartir avec le bronze). Les Leijonat, à la recherche depuis 1998 de leur troisième couronne internationale, font donc grandement figure de favoris de ce premier quart.

D’ailleurs, Joel Armia confirme de suite aux Slováci que leur tâche sera ardue. L’ailier d’Ässät Pori déborde à droite, effectue un tour de cage avant d’armer dans le coin opposé. Parallèle à la ligne de but, la trajectoire du palet est déviée par Matej Bene entre les jambières de son gardien Juraj Šimboch. La Finlande ouvre déjà le score (1-0, 4'29). Comme l’avant-veille contre les Suisses, les Slovaques réagissent plutôt bien à cette précoce ouverture du score. Ils s’efforcent d’offrir un visage intéressant en attaque et convertissent une erreur de la défense nordiste pour recoller dix muntes plus tard.

Dans sa zone, Jani Hakanpää tergiverse à relancer et se fait bêtement piquer le disque par Richard Mráz dans le cercle gauche. Sa tentative au second poteau est repoussée par Sami Aittokallio et Tomáš Jurčo, en bout de course, loupe le rebond sous la pression d’Aleksander Barkov. Matúš Chovan est en relais derrière son coéquipier et reprend avec succès. Il signe là sa quatrième réalisation du tournoi (1-1, 14'24).

La joie est pourtant de courte durée. Huit secondes pour être précis. Sur la remise en jeu qui suit l’égalisation, Roope Hämäläinen s’échappe sur la gauche mais sa frappe est contenue par le portier adverse, qui relâche toutefois la rondelle devant sa cage. Mikael Kuronen se jette sur le caoutchouc mais Šimboch, sentant le danger, plonge également et fait tomber comme des quilles l’attaquant finlandais ainsi que deux de ses camarades. Hämäläinen profite du méli-mélo et des filets désertés pour immédiatement redonner l’avantage aux siens d’un revers de palette (2-1, 14'32).

Les ouailles d’Ernest Bokroš sont tenaces. En jeu de puissance depuis la sortie de Konsta Mäkinen (accrocher, 18'23), ils font circuler la rondelle ici et là. Sur la bande gauche, Miloš Bubela sert en retrait Marek Tvrdoň dont la reprise instantanée, dans l’axe, à une demi-minute de la sirène remet les compteurs à zéro entre les deux formations (2-2, 19'30).

Les Granlund, tueurs d’espoirs

Relativement équilibrée dans son premier acte, la partie prend un tournant quasi décisif dans la première moitié de la deuxième période sous l’impulsion de la première formation finlandaise et encore plus des deux frangins Granlund. Alors que la Slovaquie n’avait rien offert sur son power-play (Armia, bâton élevé à 21'34), le jeu de puissance « blanc » provoqué dans la foulée (coups de poing de Bubela, 23'44) est utilisé avec succès par le capitaine Mikael Granlund. Le champion du Monde senior trouve depuis le cercle gauche un étroit passage entre la lucarne et l’épaule droite de Šimboch (3-2, 25'32). Toujours à gauche, il sert ensuite en transversale son frangin Markus qui creuse la marque d’un one-timer (4-2, 26'46).

On retrouve les deux frères trois minutes plus tard. Parti en zone neutre, Mikael réalise un joli numéro dans l’axe en slalomant dans la défense slovaque avant d’échouer dans son duel avec Šimboch. Pas grave ! Le cadet reprend le rebond au point d’engagement droit et double la mise (5-2, 29'53). C’est la goutte d’aeu qui fait déborder le vase du goalie slovaque, démis de ses fonctions par le coach Bokroš au profit de Dominik Riečický.

Le portier cassovien n’est pas plus gâté : il encaisse moins de deux minutes après son arrivée. Parti de la bande gauche, Aleksander Barkov se défait de Matej Bene dans le cercle avant de faire mouche d’un back-hand au poteau droit (6-2, 31'45). Agé seulement de 16 ans et quatre mois, le Russo-finlandais, auteur de sa première réalisation sur ce Mondial, devient par la même occasion le plus jeune buteur de l’histoire du tournoi. Il succède à… Sidney Crosby, plus vieux de 21 jours lorsqu’il trouva la voie des filets le 28 décembre 2003 lors de Canada-Suisse.

Cela commence à prendre des airs de déculotté pour la Slovaquie, qui vient de prendre la bagatelle de quatre buts en six minutes. C’est, inversement, de la même manière qu’elle avait gagné son ticket pour ce quart-de-finale face à des Suisses incrédules. Si bien que lorsque Richard Mráz reprend sur la ligne de but finlandais le slapshot sur la « bleue » de Martin Marinčin, lui-même détourné au vol par Chovan dans le slot, la liesse qui explose sur le banc slave laisse penser que la formation des Tatras croit encore au retournement de situation (6-3, 33'36).

L’espoir slovaque grandit lorsque Martin Ďaloga réduit le débours des siens depuis le cercle gauche ; la rondelle est en fait détournée à l’intérieur par le haut du bâton d’Aittokallio (6-4, 44'59). Les « Bleus » vont-ils de nouveau créer la sensation ? Les cinq minutes infligées à Chovan (charge contre la bande, 51'19), combinées à une pénalité de match pour mauvaise conduite (le verdict sera jugé sévère dans le camp slovaque), freinent pourtant leurs velléités. C’est même complètement cuit lorsque, coup sur coup, le slap de Joonas Donskoi (7-4, 52'51) et le one-timer de Teemu Pulkkinen (8-4, 53'38) entérinent la qualification des Leijonat. Cette dernière réalisation avait été simplifiée par le tour en prison de Peter Trška (double-échec à 53'22), portant à deux unités l’infériorité slovaque.

En reprenant dans l’enclave le rebond de Mráz, Marko Daňo finalise une marque plus représentative des débats du soir (8-5, 59'30). La pluie de buts est terminée. La Finlande rencontrera le lendemain la Suède pour un ticket en finale tandis que la Slovaquie, qui malgré la défaite a réussi ses Mondiaux, affrontera leurs voisins tchèques pour la cinquième place.

Désignés joueurs du match : Joel Armia (Finlande) et Matúš Chovan (Slovaquie).

 

Commentaires d’après-match

Markus Granlund (attaquant de la Finlande) : « Les Suédois ont une excellente équipe et on ne peut pas espérer les battre en demi-finale si l’on joue comme aujourd’hui. On doit mieux faire défensivement, plus patiner et aller davantage au corps à corps. On n’a pas offert notre meilleur visage contre les Slovaques, on doit retenir les leçons de ce match. On avait la rencontre sous contrôle mais on a compliquée un peu les choses en commettant des erreurs un peu bêtes. »

Tomáš Jurčo (attaquant) : « Chovan n’avait pas à recevoir une pénalité de cinq minutes. Deux minutes auraient suffi. C’était très sévère pour nous. Je ne veux pas épiloguer sur les arbitres, ils ont pris leur décision, mais ça nous a quand même freinés. Je pense que si nous n’avions pas joué cette infériorité, nous aurions pu revenir dans le match. On ne sait jamais ce qui peut arriver. On aurait pu mettre quatre buts en quatre minutes, comme samedi contre la Suisse. »

Ernest Bokroš (entraîneur de la Slovaquie) : « Les première et troisième périodes ont été, de notre côté, plutôt intéressantes. En fait, tout s’est décidé dans la deuxième. Les gars se sont énervés, ils ont été plus souvent sanctionnés. La pénalité de cinq minutes de Chovan a été dure. Je pense que la commission va réévaluer sa charge et qu’il pourra jouer le prochain match. Sinon, neuf pénalités sifflées contre nous, ça fait beaucoup. Huit d’entre elles nous ont été signalées par le même arbitre, les joueurs étaient vraiment énervés contre lui et on a eu quelques problèmes pour les calmer. C’est une belle perf’ de planter cinq buts aux Finlandais mais, d’un autre côté, c’est trop d’en encaisser huit. Dans ce genre de matches, nos gardiens doivent eux aussi se surpasser. Si l’on veut battre le Canada, la Russie, la Finlande ou la Suède, ils doivent être dans une forme exceptionnelle. A leur charge, leurs coéquipiers, à certains moments, ne les ont pas beaucoup aidés. De toute façon, la qualité était chez notre adversaire. Quand nos joueurs jouent en majorité dans des équipes juniors, une grande partie des leurs intègrent régulièrement les rangs seniors. On ne dispose pas de telles individualités comme l’ont les Finlandais. Leurs expériences en séniors se ressentent tout de suite dans des parties aussi exigeantes qu’aujourd’hui. »


Finlande – Slovaquie 8-5 (2-2, 4-1, 2-2)
Lundi 2 janvier 2012 à 15h00 à la Scotiabank Saddledome de Calgary. 14 558 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov (RUS) et Brent Reiber (SUI) assistés de Nicolas Fluri (SUI) et Dmitry Sivov (RUS).
Pénalités : Finlande 8' (2', 2', 4') ; Slovaquie 51' (6', 4', 41')
Tirs : Finlande 38 (13, 13, 12) ; Slovaquie 29 (9, 7, 13)

Evolution du score :
1-0 à 04'29'' : Armia 
1-1 à 14'24'' : Chovan assisté de Mráz
2-1 à 14'32'' : Hämäläinen assisté de Kuronen 
2-2 à 19'30'' : Tvrdoň assisté de Bubela et Jánošík (sup. num.)
3-2 à 25'32'' : Mi. Granlund assisté de Ristolainen et Pulkkinen (sup. num.) 
4-2 à 26'46'' : Ma. Granlund assisté de Mi. Granlund 
5-2 à 29'53'' : Ma. Granlund assisté de Mi. Granlund
6-2 à 31'45'' : Barkov assisté de Aaltonen et Ristolainen
6-3 à 33'36'' : Mráz assisté de Marinčin et Chovan
6-4 à 44'59'' : Ďaloga assisté de Daňo
7-4 à 52'51'' : Donskoi assisté de Pokka (sup. num.)
8-4 à 53'38'' : Pulkkinen assisté de Mi. Granlund et Ma. Granlund (double sup. num.)
8-5 à 59'30'' : Daňo assisté de Mráz et Jurčo

 

Finlande

Gardien : Sami Aittokallio.

Défenseurs : Konsta Mäkinen (2') – Jani Hakanpää (A, 2', +1) ; Miro Hovinen (-1) – Vile Pokka ; Simo-Pekka Riikola (2', +1) – Rasmus Ristolainen (+1).

Attaquants : Teemu Pulkkinen (+1) – Markus Granlund (+1) – Mikael Granlund (C, +1) ; Joel Armia (2') – Miika Salomäki – Joonas Donskoi (A) ; Alexander Ruutu (-1) – Miro Aaltonen (-1) – Aleksander Barkov (-1) ; Roope Hämäläinen (+1) – Mikael Kuronen (+1) – Otto Paajanen (+1) ; Markus Hännikäinen.

Remplaçant : Christopher Gibson (G). En réserve : Richard Ullberg (G). Blessé : Olli Määtä (D).

Slovaquie

Gardien : Juraj Šimboch [remplacé par Dominik Riečický à 29'53''].

Défenseurs : Martin Marinčin – Martin Gernát (-1) ; Adam Jánošík (A, +2) – Peter Čerešňák (2', -1) ; Peter Trška (2'+2', -1) – Michal Čajkovský (2', -1) ; Peter Bezuška – Mário Kurali.

Attaquants : Richard Mráz (+3) – Tomáš Jurčo (+3) – Matúš Chovan (5'+20', +2) ; Michal Toman (-1) – Marek Tvrdoň (10', -2) – Miloš Bubela (2', -1) ; Matej Hinďoš (-2) – Matej Bene (A, 2', -3) – Tomáš Matoušek (C, -3) ; Vladimír Dolník  – Martin Ďaloga – Marko Daňo (2'+2', +1).

En réserve : Richard Sabol (G).