Canada - Russie (Mondial U20, demi-finale)

Le pays organisateur a été dominateur en poule à Edmonton, et c'est maintenant Calgary qui accueille ces phases finales et qui a hâte de voir son équipe à l'ouvrage. Tout le Canada attend avec impatience cette demi-finale contre son adversaire de toujours, la Russie, qui lui avait infligé une cuisante défaite en finale l'an passé. Une Russie privée de Telegin et qui a récupéré Grigorenko précédemment touché à la jambe.

La vengeance est un plat qui se mange froid, mais le Canada laisse rarement le temps de refroidir. Dans cette compétition, il a systématiquement assommé ses adversaires en marquant dans les six premières minutes. Mais pas ce soir. L'opposition est d'un autre niveau technique, et la vigilance est de mise. La Russie fait face. Nesterov prend dans le visage la crosse de son coéquipier Zheldakov, chargé par Pearson en sortant du banc. Une pénalité est sifflée par erreur contre les rouges. Le deuxième meilleur powerplay du tournoi (les Russes tournent à 42% de réussite) fait face à la deuxième meilleure équipe en infériorité (95%) et teste Wedgewood sur de premiers tirs à mi-distance. Le Canada remporte ce premier affrontement d'unités spéciales.

Hat-trick... contre son camp !

2012-01-03-Canada-Russie-jun1

Il est impressionnant de constater à quel point la moindre interception du Canada est exploitée en direction de la cage adverse à toute allure. C'est effectivement un jeu de transition qui amène le premier but... mais il est russe ! Le centre téméraire de Ryan Murray en zone offensive est capté par le capitaine blanc Evgeni Kuznetsov qui lance aussitôt une contre-attaque à 3 contre 2. Il s'appuie sur Naïl Yakupov côté droit, mais aussi sur le pauvre Murray qui, en se couchant pour sauver son camp, emporte le gardien avec lui et dévie le tir non cadré dans sa propre cage (0-1). Triple boulette sur la même action pour le défenseur !

Naumenko prend une pénalité stupide pour une charge avec la crosse après le coup de sifflet devant sa cage. Maintenant, c'est le meilleur jeu de puissance (43%) face à la boîte russe inviolable (100%). Une statistique parfaite qui a failli s'évanouir en quinze secondes : Mark Stone donne une cage ouverte à Jonathan Huberdeau au second poteau, la lumière de but s'allume, certains attaquants canadiens lèvent les bras, mais en fait, le tir a été dévié juste au-dessus de la barre transversale par une fantastique parade de la botte d'Aleksei Vassilievski (photo de droite). Miraculeux arrêt !

2012-01-03-Canada-Russie-jun2Le scénario se complique encore pour le Canada. Tanner Pearson commet un accrochage en zone neutre, et la crosse de Ryan Murray dévie en lucarne un tir de la bleue de Nikita Nesterov (0-2, 13'50", photo de gauche). Freddie Hamilton n'a pas digéré ce but car il avait perdu sa crosse sur cette action. Au coup d'envoi, il reçoit donc une belle longue passe de Brandon Gormlev pour partir entre les arrières. Il envoie ainsi Sergeev en prison. En infériorité, le gardien Vassilievski frictionne le casque de Pearson avec sa crosse car l'attaquant canadien l'avait frotté un peu près. Il est sous les yeux d'un des arbitres, et concède ainsi un 3 contre 5. Une situation décisive, défendue avec courage par le trio Zheldakov-Nesterov-Apalkov. La relève arrive avec Dzhiganov qui reçoit une crosse haute de Dougie Hamilton. Avec cette double supériorité, on a le sentiment que le Canada a laissé passer l'immanquable.

À l'instar du harcèlement de Freddie Hamilton sur l'engagement, les Canadiens ont décidé d'être plus agressifs en deuxième période. Un lancer masqué de Brett Connolly ricoche sur le poteau. Vassilievski enchaîne avec un arrêt du bout du gant de Brandon Gormley. La pression rouge se maintient, étouffante. Pendant une pénalité différée, Brett Connolly entre en sixième homme et marque depuis le cercle gauche en fusillant le gardien au premier poteau (1-2, 22'37").

Le Canada semble totalement relancé, mais deux minutes plus tard, Aleksandr Khokhlachev remonte le palet sur l'aile droite et sert à l'opposé Evgeni Kuznetsov qui marque dans le haut du filet (1-3, 24'24"). Le tir a été dévié au départ sur la crosse de... Quand même pas ? Si si : Ryan Murray. Trois buts contre son camp pour le défenseur maudit !

2012-01-03-Canada-Russie-jun3

Un Murray bien malheureux qui essaie de se rattraper en montant à l'offensive et en remettant en retrrait à Quinton Howden dans le slot. Mais les Canadiens se font piéger en changeant de ligne tous en même temps. La relance rapide d'Artyom Sergeev à l'opposé de la glace permet à Yakupov de servir Kuznetsov seul face à la cage qui signe un triplé (1-4, 28'48"). Wedgewood, qui a pris Khokhlachev de plein fouet après ce but, sort de la glace et rentre directement aux vestiaires, plus touché moralement que physiquement. Mark Visentin fait son entrée, mais pas dans les meilleures conditions. Blake Gallagher est heureux de ne prendre que deux minutes pour une vilaine crosse haute. Kuznetsov traverse derrière la cage et délivre une magnifique passe du revers dans le slot pour Khokhlachev qui conclut en lucarne (1-5, 30'30", photo de droite). Et encore heureux que Visentin soit vigilant pour réussir une mitaine parfaite devant Yakupov, servi en 2 contre 1. Le Canada prend l'eau comme au troisième tiers l'an passé... Il est certes toujours actif offensivement, mais manque de craquer à chaque contre-attaque.

Ildar Isangulov lève le coude dans une charge sur Boone Jenner, et la pénalité aurait pu relancer les rouges... si Jenner n'avait pas harponné le capitaine russe Kuznetsov venu l'interpeller. Pour ce mauvais geste, il prend 5'+20' et est renvoyé aux vestiaires. C'est ensuite le meilleur joueur canadien dans la compétition, Jonathan Huberdeau, qui donne un coup de crosse et râle si bien qu'il prend une méconduite pour le match. Cette fois, les nerfs ont lâché et les carottes sont cuites. Connolly échappera à une sanction à la reprise pour une agression sur Apalkov.

Le Canada ne meurt jamais

Le troisième tiers-temps ne semble pas devoir donner lieu à un miracle. Zemchenko met sa crosse entre les jambes de Gallagher, et même si Freddie Hamilton dribble le gardien, celui-ci finit par écarter le palet. Cinq secondes plus tard, Nathan Beaulieu arrête de patiner en se voyant pénalisé après avoir fait trébucher son vis-à-vis. La sortie de prison de Zemchenko permet même à Grigorenko et Kucherov de finir l'action à deux contre zéro (1-6, 47'54"). Tout semble fini.

2012-01-03-Canada-Russie-jun4

Le Canada ne serait pas le Canada s'il abandonnait. Il suffit d'un avantage numérique, et Dougie Hamilton s'infiltre dans le slot pour dévier à ras glace une passe de Mark Schiefele. Et tout d'un coup, la chance tourne elle aussi. Sur la présence suivante, le palet envoyé de derrière la cage par le capitaine canadien Jaden Schwartz rebondit sur le patin de Grigori Zheldakov (3-6, 49'43", photo de gauche). L'entraîneur russe Valeri Bragin appelle immédiatement son temps mort pour dissiper la panique avant qu'elle ne naisse. Mais ce n'est déjà plus le même match Kuznetsov a encore un breakaway, mais Harrington plonge dans ses jambes. La défense russe a inconsciemment relâché sa concentration. Sergeev oublie Gallagher, dos au but, qui dévie dans le slot un tir de la bleue (4-6, 51'59"). Le public, qui était effondré, exulte. Huberdeau, qui a purgé sa méconduite, revient au jeu et prend de vitesse Sergeev qui l'accroche. Le Canada revient à un but grâce au lancer masqué de la bleue de Gormley (5-6, 54'17"). Le jeune gardien de 17 ans Vassilievski, splendide pendant deux périodes, se fait carrément sortir et remplacer après avoir encaissé quatre buts en cinq minutes.

Mais après être presque sorti du gouffre, le dernier mètre est souvent le plus difficile. La Russie est remobilisée, son nouveau gardien Andrei Makarov saisit sa chance et il ne reste plus beaucoup de temps. À l'avant-dernière minute, alors que le Canada a vidé sa cage, un palet parti dans les airs revient vers Brett Connolly qui tire... sur le poteau ! Dénouement d'un match imprévisible entre deux adversaires qui ne se livrent plus que des rencontres d'exception.

Les Canadiens n'ont pas su prendre à la gorge la Russie. Une fois menés, une situation qui ne leur a été jamais arrivée, ils ont pressé plus fort mais ont été achevés par les contre-attaques menées par le remarquable capitaine Evgeni Kuznetsov et ses collègues. Leur incroyable remontée, alors qu'ils avaient cinq buts de retard, ne leur laissera que plus de regrets. C'est le troisième échec consécutif pour le pays du hockey, et même Don Hay, jusqu'ici invaincu comme coach de l'équipe nationale junior, a concédé sa première défaite internationale.

2012-01-03-Canada-Russie-jun5Désignés joueurs du match : Jaden Schwartz pour le Canada et Evgeni Kuznetsov pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Don Hay (entraîneur du Canada) : "Nous n'avons pas débuté comme l'avions normalement fait dans ce tournoi, nous aurions dû mettre pluis de trafic devant la cage. Nous avons été menés, nous avons donné des buts faciles. Nous sommes bien revenus, nous avons mieux joué, mais il est dur de remonter un 1-6. On veut toujours gagner une médaille, quelle que soit la couleur, et on se concentre sur le match pour le bronze contre la Finlande."

Valeri Bragin (entraîneur de la Russie) : "Jusqu'ici, le Canada a été l'équipe la plus forte du tournoi. Elle a peut-être manqué de pratique ces derniers jours, pendant nous nous sommes préparés par des matchs très difficiles. Nous avons sans doute été affectés par la fatigue après notre victoire en prolongation contre les Tchèques hier. Je pense que ça a été une erreur de ne pas changer Vassilievski après le troisième but encaissé. À 6-1, nous aurions dû remporter une victoire calme, mais c'est le hockey junior, où de telles choses arrivent. Kuznetsov a joué son meilleur match dans ce tournoi, notre capitaine était là pour ce grand match, et grâce à lui l'équipe a été bonne."

 

Canada - Russie 5-6 (0-2, 1-3, 4-1)
Mardi 3 janvier 2012, 19h00, Calgary. 19289 spectateurs.
Arbitrage de Ian Croft (USA) et Jyri Petteri Rönn (FIN) assistés d'André Schrader (ALL) et Christopher Woodworth (USA).
Pénalités : Canada 45' (6', 4'+10'+5'+20', 0'), Russie 16' (6', 4', 6').
Tirs : Canada 56 (13, 22, 21), Russie 24 (8, 10, 6).

Évolution du score :
0-1 à 07'26" : Kuznetsov assisté de Yakupov
0-2 à 13'50" : Nesterov assisté de Zheldakov (sup. num.)
1-2 à 22'37" : Connolly assisté de F. Hamilton et Huberdeau
1-3 à 24'37" : Kuznetsov assisté de Khokhlachev et Yakupov
1-4 à 28'48" : Kuznetsov assisté de Yakupov et Sergeev
1-5 à 30'30" : Khokhlachev assisté de Kuznetsov et Yakupov (sup. num.)
1-6 à 47'54" : Kucherov assisté de Grigorenko et Zemchenko
2-6 à 49'20" : D. Hamilton assisté de Scheifele et Strome (sup. num.)
3-6 à 49'43" : Schwartz assisté de Gallagher
4-6 à 51'59" : Gallagher assisté de D. Hamilton
5-6 à 54'17" : Gormley assisté de Gallagher (sup. num.)
 

Canada

Gardien : Scott Wedgewood puis à 28'48" Mark Visentin [sorti de 58'47" à 59'35" et de 59'44" à 60'00"].

Défenseurs : Scott Harrington (-1) - Ryan Murray (-1) ; Brandon Gormley (A) - Dougie Hamilton (+1, 2') ; Mark Pysyk - Jamie Oleksiak ; Nathan Beaulieu (-1).

Attaquants : Quinton Howden (A, -2) - Freddie Hamilton (-1) - Brett Connolly (-1) ; Jonathan Huberdeau (2'+10') - Ryan Strome (+1) - Mark Stone ; Michael Bournival - Boone Jenner (5'+20') - Tanner Pearson (4') ; Jaden Schwartz (C, +1) - Mark Scheifele (-1) - Brendan Gallagher (+1, 2').

Blessé : Devante Smith-Pelly (fracture du pied).

Russie
 
Gardien : Andrei Vasilevski puis à 54'17" Andrei Makarov.
 
Défenseurs : Zakhar Arzamastsev (A, -1) - Artyom Sergeyev (6') ; Igor Ozhiganov (+2) - Viktor Antipin (+3) ; Grigori Zheldakov (-1) - Nikita Nesterov (-1, 2') ; Mikhail Naumenkov (2') - Ildar Isangulov (2').
 
Attaquants : Sergei Barbashev - Danil Apalkov (A) - Yaroslav Kosov ; Nail Yakupov (+3) - Alexander Khokhlachev (+3) - Yevgeni Kuznetsov (C, +2) ; Nikita Gusev (-3) - Mikhaïl Grigorenko (-1) - Nikita Kucherov (-2) ; Pavel Kulikov - Ignat Zemchenko (+1, 2') - [Yakupov].
 
Blessé : Ivan Telegin (palet dans la main).