Rouen - Strasbourg (Coupe de France, demi-finale)

Ne pas s'arrêter là !

2012-01-03-Rouen-StrasbourgMarqués par la lourde défaite à domicile contre Dijon (1-5), les Rouennais se sont retrouvés le week-end dernier contre ces même Ducs et, ce soir, contre Strasbourg en coupe de France en étant réalistes sur leurs temps forts, ce qui leur va si bien. Et les Normands ne comptent pas s'arrêter là... d'abord à Chamonix, leurs dauphins en championnat, puis face à Amiens pour le crunch, enfin en finale de Coupe continentale à la  fin de la semaine prochaine. Que du lourd !

Les meilleures occasions tardent un peu à se dessiner. Carl Mallette bute sur les bottes de Hiadlovsky (3'14) et Devin se heurte à Lhenry (4'49). Les Dragons dominent. Thinel ne cadre pas (7'30) et Salmivirta n'a pas encore compris comment Hiadlovsky ait pu détourner une rondelle des filets. À moins que ce ne soit Maxime Mallette (10'52). Les Strasbourgeois résistent à leur première infériorité (12'52) mais pas vraiment à la deuxième. Il n'y a que quatre secondes que Correia a quitté la prison, pour avoir fait trébucher Desrosiers, lorsque Manavian ouvre la marque (1-0 à 18'13). En fin de premier tiers, Guénette ne doublera pas la mise car Hiadlovsky fait (très bien) le boulot (19'01).

Le RHE76 annihile d'abord deux infériorités en deuxième période (Manavian puis Demen-Willaume se relaieront dans la geôle), avant de doubler son avance en power-play grâce à une terrible inspiration de son capitaine Carl Mallette (2-0 à 29'14).

2012-01-03-Rouen-Strasbourg2Dans une action où Tarantino ne peut éviter Lhenry - car il est en partie projeté sur le gardien international - mais où l'ex-Dragon n'a rien fait pour l'éviter, l'arbitre distribue moult pénalités à cause des échauffourées qui s'en suivent. Néanmoins, se sont les coéquipiers d'Elie Marcos qui y perdent le plus de concentration. Suite à une relance de Lhenry, Carl Mallette lance Jean-Philippe Paré en échappée. Hiadlovsky ne complète pas son arrêt (3-0 à 33'12).

Daniel Bourdages prend son temps mort et l'Étoile Noire est plus offensive. Correia se présente en break mais Manavian revient du diable vauvert et Lhenry peut bloquer la rondelle de sa mitaine (35'21). Guénette s'en va en prison pour une faute sur Petriläinen, et lorsque le joueur de centre revient en jeu, c'est pour voir Cruchandeau reprendre victorieusement un rebond de Marcos (3-1 à 38'07).

Ensuite, les joueurs de Rodolphe Garnier auront une double infériorité longue de une minute et cinquante-sept secondes ! Le trio Thinel-Allen-Guénette réalisera principalement l'exploit de ne pas encaisser le moindre but à cheval sur les deux derniers tiers.

Dans la dernière période, les visiteurs n'ont pas les moyens de renverser la vapeur. Hiadlovsky retarde l‘échéance et frustre Elomo (41'19) puis Thinel (50'20). Mais ne pourra rien sur un lancer de loin dans le haut des filets de Manavian (4-1 à 56'21).

Rouen ira donc en finale de coupe de France, à Bercy, pour la cinquième fois.


 
Rouen – Strasbourg : 4-1 (1-0, 2-1, 1-0).
Mardi 3 janvier à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2012 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assistés de Thomas Caillot et Mathieu Loos.
Pénalités : Rouen 40' (2', 16'+10', 2'+10') ; Strasbourg 30' (4', 10'+10', 6')

Évolution du score :
1-0 à 18'13" : Manavian assisté de Mallette et Desrosiers
2-0 à 29'14" : Mallette (sup. num.)
3-0 à 33'12" : Paré assisté de Mallette et Lhenry
3-1 à 38'07" : Cruchandeau assisté de Marcos et Correia (sup. num.)
4-1 à 56'21" : Manavian assisté de Desrosiers et Santala (sup. num.)


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Juha Alen – Jimi Santala ; Richard Demén-Willaume – Darcy Werenka (A) ; Antonin Manavian – Jonathan Janil.

Attaquants : Julien Desrosiers – Carl Mallette (C) – Teemu Elomo puis Romain Gutierrez à 51'13" ; Alexandre Mulle – François-Pierre Guénette – Marc-André Thinel (A) ; Anthony Rech – Jean-Philippe Paré – Ilpo Salmivirta.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Raphaël Faure, Nicolas Lehericey, Quentin Berthon, Maxime Joly.
Absent : Loïc Lampérier.
 
Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Kevin Young – Michal Cesnek ; Pasi Petriläinen – Maxime Mallette ; Hughes Cruchandeau (A) – David Striz.

Attaquants : Timo Kuuluvainen – Jan Cibula (A) – David Brisette Cayer ; Lionel Tarantino – Édouard Dufournet – Blake Gallagher ; Pierre-Antoine Devin – Elie Marcos – Julien Correia ; Timothée Franck – [Cibula] – Julien Burgert.

Remplaçant : Gilles Beck (G).