Yunost Minsk - Rouen (Coupe Continentale, superfinale, jour 2)

2012-01-14-Minsk-Rouen2C'est le résultat de ce match qui déterminera si la tâche de Rouen sera simplement difficile ou complètement impossible contre Donetsk. Il faut gagner maintenant afin de ne pas avoir à ajouter d'autres exigences que la victoire demain lors de la "finale". Cela semble possible. Le Yunost est un adversaire sérieux mais pas insurmontable, comme il a pu l'être pour Rouen par le passé.

Les Dragons commence le match de façon engageante. Ils ont faim de palets et passent l'essentiel des quatre premières minutes en zone offensive. Mais la première occasion biélorusse fait frissonner : le centre d'Oleg Timchenko trouve Sergei Yakimovich monté dans l'axe pour un tir très dangereux. L'action se prolonge pendant plus d'une minute en zone rouennaise alors que l'arbitre a signalé un cinglage d'Elomo. Heureusement pour la troisième ligne que cette longue présence usante se déroule en début de partie. L'infériorité numérique rouennaise fait bien son travail : Alen débouche la vue de son gardien pendant que ses trois collègues perturbent les transmissions adverses.

2012-01-14-Minsk-Rouen

Lorsque le système du Yunost est en place, Rouen a du mal à passer en zone neutre. En revanche, dès qu'ils peuvent récupérer un palet, les Normands arrivent à placer des contre-attaques rapides. Le problème est qu'elles sont trop souvent gâchées par des passes mal assurées. Le rapport de tirs est donc défavorable aux Dragons (5 à 15). Leur mérite est de rester sérieux en défense et de ne pas prendre de pénalités en chassant les joueurs bleus quand ils font tourner le palet dans la zone rouennaise.

Le second prisonnier du match est Armands Berzins en fin de premier tiers-temps. Rouen revient donc sur la glace en avantage numérique, et Julien Desrosiers reprend une passe de Carl Mallette au second poteau. Le palet ne rentre pas, mais la cage sort... de ses gonds. Longue réparation de quatre minutes. On comprend pourquoi Leroy Merlin est un des sponsors affichés sur le mur derrière ce but... Les Dragons, habitués de ces opérations de bricolage, ne sont pas gênés par cette interruption et transforment cette première supériorité numérique hachée. Un tir de la bleue de Marc-André Thinel passe entre les bottes de Mika Oksa (0-1, 20'56").

2012-01-14-Minsk-Rouen3

Les deux arbitres lèvent le bras en même temps, heureusement pour signaler la même faute, un cinglage de Richard Démen-Willaume sur une action dangereuse biélorusse. Nouveau job impeccable de Rouen en infériorité numérique. Les tirs sont soit contrés, soit parfaitement visibles pour Lhenry. Le gardien français tient parfaitement son rôle en ne lâchant aucun rebond.

Une charge avec la crosse de Syrei donne un second jeu de puissance à Rouen. Certes les Dragons manquent de lancers en première intention, mais au moins, quand ils compliquent les actions, ils produisent du jeu. Au lieu d'une passe simple, Carl Mallette prend l'initiative d'un triangle avec Guénette sur la ligne de fond pour servir un tir dans l'enclave à Desrosiers. Puis un bon travail dans la bande de Paré sort le palet pour Salmivirta de près.

Rouen semble donc bien dans son match, jusqu'à une action apparemment anodine. Fabrice Lhenry arrête un tir de la bleue et les joueurs s'attendent au coup de sifflet de l'arbitre. Mais celui-ci tarde plus qu'en Ligue Magnus et Zadelenov vient chercher devant sa botte le palet relâché par le gardien (1-1, 33'19"). Les supporters huent l'action et n'en soutiennent que plu fort la suivante : Desrosiers part en 2 contre 1, voit le défenseur se coucher, le contourne et sert Carl Mallette en troisième homme qui ne finit pas.

2012-01-14-Minsk-Rouen6

Quelques échanges de coups de poing entre Manavian et Slysh (qui a plus mal) laissent les équipes à quatre contre quatre. Oleg Timchenko prépare derrière la cage une belle passe pour le défenseur-joker Andrei Bashko monté dans l'enclave (2-1, 35'07"). Les Dragons n'ont pas perdu leur vivacité en contre-attaque, Jean-Philippe Paré déshabille Yakimovich, mais Oksa tient encore la clé de sa garde-robe et gagne le face-à-face.

La crosse haute de Sheleg sur Mallette est beaucoup plus mal exploitée que les précédentes pénalités puisque Rouen comment deux hors-jeu de ligne bleue. La fin de période devient difficile et Lhenry est accusé d'avoir déplacé sa cage. Autant Alen est excellent pour garder le slot en infériorité numérique, autant les actions rapides lui conviennent moins. Il reste sur place face aux dribbles foudroyants d'Oleg Timchenko qui sert une cage ouverte à Bashko au poteau opposé (3-1, 39'58"). À deux secondes de la sirène !

Après une bronca à l'entrée des arbitres, le troisième tiers-temps commence par un petit accrochage de Turkin, tout de suite sanctionné. Darcy Werenka lance de la bleue, le gardien repousse de la jambière, Carl Mallette est au rebond à gauche et envoie un petit palet en cloche vers le filet... quand un mouvement de crosse désespéré d'Andrei Karev déplace le but pour éviter que le palet ne rentre. Les quatre arbitres écartent les capitaines, se concertent longuement et vont même voir le juge de but pour avoir un cinquième avis plus autorisé. Au bout d'un long suspense, les arbitres désignent le point central (3-2, 42'59"). Cela fait un but étrange de chaque côté, retour à l'équilibre en quelque sorte.

2012-01-14-Minsk-Rouen4

Les Rouennais souffrent pendant un passage en prison de Paré, mais résistent. Ce petit but de retard est encore un résultat convenable, puisqu'il leur suffit alors d'une victoire dans le temps réglementaire contre Donetsk. Mais à dix minutes de la fin, Fabrice Lhenry voit passer sous ses jambières un tir en entrée de zone d'Igor Voroshilov, peut-être dévié au départ par la crosse de Desrosiers (4-2, 49'25"). Aïe !

Les Dragons prennent le temps de souffler et repassent à l'attaque, poussant Mikhaïlov à la faute. Rodolphe Garnier utilise son temps mort pour préparer la séquence à 5 contre 4. Pour que les schémas prennent corps, il faut soigner l'exécution. Or, François-Pierre Guénette rate sa reprise sur une parfaite diagonale de Julien Desrosiers à la bleue. Paré n'arrive pas non plus à concrétiser une passe transversale d'Elomo.

Minsk reste sous pression et Zakharov demande son temps mort à trois minutes de la fin. Mais les Dragons, qui ont pourtant tout donné sur chaque palet (70% d'engagements gagnés !), n'ont plus les moyens de renverser ce scénario embêtant. Une défaite de deux buts au lieu d'un, et c'est deux buts de plus qu'il faut mettre demain en cas d'égalité à trois...

Si le Yunost bat Asiago (sinon, Rouen "n'a qu'à" gagner contre Donetsk), les enjeux demain soir promettent un final à suspense. Pour remporter la Coupe Continentale :

- Donetsk doit faire au moins match nul dans le temps réglementaire
- Rouen doit gagner par trois buts d'écart contre Donetsk
- Minsk doit espérer une victoire rouennaise d'un ou deux buts

Désignés joueurs du match : Mika Oksa pour Minsk et Julien Desrosiers pour Rouen.

Commentaires d'après-match

Rodolphe Garnier (entraîneur de Rouen) : "Leur gardien fait son match, plutôt solide. Cela se joue sur des détails, on n'est pas loin mais on n'est pas là. On a manqué un peu de vitesse aussi. On fera les comptes après Asiago-Minsk. Je suis sûr que les joueurs aborderont le troisième match avec le couteau entre les dents. Demain, il faut qu'on fasse le même genre de match avec un peu plus de réussite. Vu leurs ressources physiques, il faut les épuiser avec la tête. Donbass a plus de puissance offensive, mais a un peu plus de trous défensivement que Minsk, y compris au niveau des gardiens."

Jonathan Janil (défenseur de Rouen) : "On prend un but un peu con, tout le monde a arrêté de jouer. On est revenu au troisième tiers, on y croyait, on prend un shoot dévié, c'est dommage. On méritait au moins le point de la prolongation. Asiago ressemblait aux équipes de Magnus, aujourd'hui c'était un style différent avec plus de patinage. On y croit toujours, on ne baisse pas les bras."

 

2012-01-14-Minsk-Rouen5Yunost Minsk - Rouen 4-2 (0-0, 3-1, 1-1)
Samedi 14 janvier 2012 à 20h00 sur l'île Lacroix. 2747 spectateurs.
Arbitrage de Jan Hribik (TCH) et Mikael Sjoqvist (SUE) assistés d'Artur Hylinki (POL) et Marc Iwert (ALL).
Pénalités : Minsk 12' (2', 6', 4') ; Rouen 10' (2', 6', 2').
Tirs : Minsk 40 (15, 14, 11) ; Rouen 34 (5, 13, 16).

Évolution du score :
0-1 à 20'56" : Thinel assisté de Werenka (sup. num.)
1-1 à 33'19" : Zadelenov assisté de Yakimovich
2-1 à 35'07" : Bashko assisté de Tymchenko
3-1 à 39'58" : Bashko assisté de Tymchenko et Usenko (sup. num.)
3-2 à 42'59" : Mallette assisté de Werenka et Desrosiers (sup. num.)
4-2 à 49'25" : Voroshilov


Yunost Minsk

Gardien : Mika Oksa.

Défenseurs : Andrei Karev - Sergei Sheleg (2') ; Sergei Yakimovich (+1) - Ivan Usenko (A, +1) ; Aleksandr Syrei (+1, 2') - Andrei Bashko (+2) ; Dmitri Parakhonko.

Attaquants : Igor Voroshilov (+1) - Yegor Tsurikov - Nikolai Mikhaïlov (+1, 2') ; Oleg Timchenko (A, +1) - Armands Berzins (+1, 2') - Maksim Slysh (C, 2') ; Aleksandr Abakunchik - Viktor Turkin (+1, 2') - Konstantin Zakharov (+1) ; Irek Khafizov (+1) - Sergei Zadelenov (+1) - Yevgeni Kurilin (+1).

Remplaçants : Vitali Belinski (G), Vladislav Klochkov.

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry (2').

Défenseurs : Jimi Santala (-1) - Juha Alen (-1) ; Richard Demén-Willaume (-2, 2') - Darcy Werenka (A, -2) ; Antonin Manavian (2') - Jonathan Janil.

Attaquants : Julien Desrosiers (-1) - Carl Mallette (C, -1) - Anthony Rech (-1) ; Alexandre Mulle (-1) - François-Pierre Guénette (-2) - Marc-André Thinel (A, -2) ; Ilpo Salmivirta - Jean-Philippe Paré (2') - Teemu Elomo (2').

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Raphaël Faure, Nicolas Lehericey, Romain Gutierrez, Quentin Berthon, Maxime Joly. Absent : Loïc Lampérier (doigt cassé).