Rouen - Donbass Donetsk (Coupe Continentale, Superfinale, jour 3)

2012-01-15-Rouen-Donetsk2Rouen a bien droit à la finale espérée quand Guy Fournier a concocté le calendrier par ordre de difficulté croisant. Mais après la frustrante défaite d'hier contre Minsk, le challenge semble ardu. Il faudrait gagner de trois buts pour soulever le trophée, alors qu'une victoire d'un but - qui donnerait la victoire au Yunost - serait déjà un exploit face à l'impressionnante armada de Donetsk. Pour relever ce défi, Rodolphe Garnier tente une nouveauté en sortant Teemu Elomo de la troisième ligne pour l'aligner pour la première fois sur le premier bloc aux côtés de Desrosiers et Mallette.

La pression est énorme dès les premières minutes sur la cage de Rouen. Un palet traîne de longues secondes dans le slot, les blancs l'écartent et Demen-Willaume doit faire barrage de la jambe devant un tir avant que Lhenry ne capte le suivant de la mitaine. Les quatre lignes ukrainiennes sont toutes dangereuses. Tatarinov décale Egin en deux contre un, et Lhenry détourne du bouclier. Retour du premier trio, nouveau moment chaud dans le slot et charge avec la crosse sifflée contre Salmivirta. L'infériorité numérique passe inaperçue car le jeu est déjà à sens unique à cinq contre cinq.

Il faut attendre plus de sept minutes pour que les Dragons entrent en zone offensive, et près de douze minutes pour qu'ils enregistrent leur premier lancer, une mine du cercle gauche d'Antonin Manavian après une longue supériorité numérique où les passes vers les joueurs libres ont été systématiquement manquées. La cage, déplacée deux fois, continue de faire des siennes et doit être réparée. Au moins Rouen s'est-il libéré de la pression adverse pour équilibrer le jeu. En contre-attaque, Teemu Elomo fait ainsi un beau mouvement pour éviter le retour d'Egin et tirer en l'utilisant comme écran (12'54").

2012-01-15-Rouen-Donetsk4

Le danger revient quand Guénette part en prison pour crosse haute. Fabrice Lhenry doit alors réussir un magnifique arrêt-réflexe de la mitaine sur un rebond à bout portant de Sergei Piskunov, mais Paré se crée à son tour une occasion en infériorité. Alexandre Mulle prend une pénalité idiote en zone offensive, mais elle est aussi tuée grâce à un palet contré par Thinel à la bleue. Rodolphe Garnier avait parlé d'"épuiser avec la tête" cette équipe de Donetsk, ce 0-0 à la pause peut y contribuer.

La deuxième période commence bien différemment de la première. En confiance, Rouen se procure une longue séquence à 6 contre 5 pendant une pénalité différée contre Dubrovin. Le palet est d'abord dégagé in extremis devant Salmivirta qui avait un beau rebond avec la cage ouverte. Puis, au moment où la pénalité s'achève, Julien Desrosiers derrière la cage sert François-Pierre Guénette dans l'enclave pour l'ouverture du score (1-0).

Les réjouissances ne durent pas car une obstruction est sifflée contre Rech. Une pénalité bien défendue par Alen et Thinel notamment, mais pas sans dégâts pour Jonathan Janil qui a pris un palet dans le visage. Le défenseur reviendra courageusement deux minutes plus tard.

Fabrice Lhenry est alors le grand bonhomme de la partie pendant plusieurs minutes. Il sauve Rouen à deux reprises, sur un 3 contre 2 magnifique de Vassiliev, Egin et Tatarinov, puis sur un 2 contre 1 d'école de Varlamov et Kochetkov en infériorité numérique.

2012-01-15-Rouen-Donetsk3

Une longue passe de Carl Mallette trouve Anthony Rech à la bleue, mais le junior tremble un peu au cours de ce breakaway trop beau pour être vrai. Ce n'est pas grave, car trente secondes plus tard, Marc-André Thinel piège Tsaregordtsev d'un tour de cage avec un écran complice de Desrosiers sur Shafarenko (2-0, 31'55").

Les supporters ukrainiens n'avaient pas prévu ça, mais scandent encore "Donbass". Leurs désirs seront entendus : cinglage d'Elomo et slap de Valeri Dydykin au-dessus de la jambière droite de Lhenry (2-1, 35'48"). Mais les Dragons sont en folie ce soir. Thinel, démarqué, reçoit un palet de Mallette derrière le filet et met exactement le même tour de cage que sur son but précédent (3-1, 38'37"). Thinel mérite donc ce soir d'être appelé "le petit prince" en hommage aux deux tours de cage de Stéphane Barin lors du match d'ouverture des Jeux olympiques d'Albertville !

Avant le dernier tiers-temps, Rouen est maintenant plus près du titre que Donetsk. Avec deux buts de retard sur leur objectif, les Ukrainiens doivent fatalement se découvrir. Anthony Rech contre Dubrovin à la ligne bleue et lance une contre-attaque relayée par Mallette pour Desrosiers au second poteau, mais Tsaregorodtsev a rapidement lu l'action pour se déplacer. Les occasions rouennaises ne manquent pas : revers de Salmivirta de peu hors cadre, tir de Thinel après un festival technique, déviation de Paré devant la cage.

2012-01-15-Rouen-Donetsk6Les Ukrainiens ont aussi leur lot d'actions chaudes, et Janil est sanctionné pour avoir accroché Zhurun. La supériorité numérique est transformée en neuf secondes par un tir à mi-distance de Denis Kochetkov, sous la barre (3-2, 49'52"). Rouen commence à flageoler. Werenka perd le palet dans sa zone et c'est Demen-Willaume qui rattrape la situation en plongeant pour couper la passe. Shafarenko fait une passe aveugle entre ses jambes pour Materukhin, et seul Fabrice Lhenry peut encore éviter le pire.

La crosse de Varlamov au niveau du cou de Manavian fait du bien, sinon à l'intéressé, du moins à tous les Dragons qui étaient en difficulté avant cette supériorité numérique bienvenue. Garnier utilise d'ailleurs son temps mort. Malheureusement, Rouen n'arrive pas à s'installer. Mais à 5 contre 5, Carl Mallette arrive à droite de la cage. Quand on n'a aucun joueur à qui passer le palet, que faire ? Envoyer le palet en retrait dans le slot. On ne sait jamais, le palet pourrait ricocher sur le patin du défenseur adverse placé là... Quand même pas ? Mais si (4-2, 57'16").

Les Ukrainiens veulent riposter, mais Oleksandr Materukhin rate sa reprise à trois mètres devant la cage. Sur la contre-attaque, Carl Mallette trouve la ligne de passe vers Julien Desrosiers qui feinte le gardien et marque (5-2, 57'30"). Le public hurle : "Ici c'est Rouen". Hormis un centre qui passe quarante centimètres devant Materukhin, les Dragons ne seront plus inquiétés par un Donbass déboussolé.

Le navire amiral du hockey français a essuyé pendant six minutes une tempête d'une puissance inouïe, mais ensuite le gros grain est passé sans qu'aucune voie d'eau n'ait été signalée. Il fallait survivre à ce terrible orage pour que les Ukrainiens doutent de leur force. Les Rouennais, pour leur part, n'ont jamais douté. Ils remportent donc la seule compétition européenne officielle de l'IIHF, après laquelle ils couraient depuis de longues années.

2012-01-15-Rouen-Donetsk1orsque Mika Oksa reçoit le trophée du meilleur gardien, qu'il n'a pas volé, les supporters scandent le prénom de "Fabrice" qui aurait aussi pu le mériter. Le prix du défenseur est remis à un joueur du Donbass (Malevich), et le prix de l'attaquant est délivré à Marc-André Thinel. Il y en a donc, comme c'est un peu la règle, pour tout le monde... Mais les médailles d'or, elles, sont exclusivement pour Rouen, et c'est tout ce qui compte !

Les joueurs du Yunost Minsk, qui ne croyaient pas à la victoire de Rouen et ont failli pourtant en bénéficier, à deux minutes près, reçoivent leurs médailles d'argent avec en accompagnement sonore la Marseillaise chantée par le public.

Carl Mallette et ses coéquipiers soulèvent le plateau de la Coupe Continentale, et les spectateurs sont conviés sur la glace pour partager ce jour de fête auquel bien peu croyaient... sauf ceux qui l'ont réalisé.

Désignés joueurs du match : Valeri Dydykin pour Donetsk et Marc-André Thinel pour Rouen.

Commentaires d'après-match

Jonathan Janil (défenseur de Rouen) : "Hier, j'avais annoncé qu'on ne baisserait pas les bras. Au-delà d'un simple match, on a gagné avec la manière. Ils voulaient nous mettre un coup au moral au début, mais on a été solides, on s'est accroché. Dès qu'on marquerait le 4e but, je savais que le 5e but viendrait derrière avec la folie de la patinoire. Les gros joueurs sont présents dans les gros évènements. Carl [Mallette], Julien [Desrosiers], Marc[-André Thinel], ce sont de grands messieurs. Carl, surtout, a été incroyable."

2012-01-15-Desrosiers-Garnier-Thinel

Rodolphe Garnier (entraîneur de Rouen) : "À force de rabâcher, ça finit par rentrer... J'ai mes joueurs dans la tête 24 heures sur 24, et au bout de trois ans je commence à les connaître. Je savais qu'ils auraient les ressources mentales pour rebondir. Je les avais prévenus que [Donbass] voudrait nous mettre la tête sous l'eau tout de suite. Je voulais juste être fier de mes joueurs. C'est la réussite de l'équipe qui a le plus essayé. Fab' a été exceptionnel après les deux buts-casquettes d'hier. Cela montre que le championnat français n'est pas qu'un championnat de baltringues, et ça valorise un peu ce que font la fédération et les clubs."

Anthony Rech (attaquant de Rouen) : "On est passé par toutes les émotions après trois matches. Ce matin, on avait un peu des têtes d'enterrement. Hier soir, la défaite était dure à avaler, car il y avait de la place aussi contre le Yunost. Mais on savait qu'on pouvait encore gagner. [Donbass] a quatre lignes pros, et même l'année dernière en finale à Minsk, je n'avais pas l'impression que ça gardait autant le palet. C'était dur, mais on savait que le premier but serait important. C'est spécial pour moi parce que j'ai joué tous les matches. Un titre n'a pas la même saveur quand on ne joue pas. Cela va être dur de se remettre dans le bain. L'année dernière, on avait gardé le même tempo [après la Coupe Continentale] et on avait tout gagné ensuite. Il faudra gérer le hors glace pour ne pas mettre en péril notre fin de saison."

 

Rouen - Donbass Donetsk 5-2 (0-0, 3-1, 2-1)
Dimanche 15 janvier 2012 à 19h30 à l'île Lacroix. 2747 spectateurs.
Arbitrage de Jari Leppaalho (FIN) et Didier Massy (SUI) assistés de Marc Iwert (ALL) et Anton Semionov (EST).
Pénalités : Rouen 12' (6', 4', 2') ; Donetsk 8' (2', 4', 2').
Tirs : Rouen 23 (6, 10, 7) ; Donetsk 37 (15, 12, 10).

Évolution du score :
1-0 à 23'29" : Guénette assisté de Desrosiers et Thinel
2-0 à 31'55" : Thinel assisté de Paré et Salmivirta
2-1 à 35'48" : Dydykin assisté de Kochetkov (sup. num.)
3-1 à 38'37" : Thinel assisté de Mallette et Desrosiers
3-2 à 49'52" : Kochetkov assisté de Dubrovin et Hult (sup. num.)
4-2 à 57'16" : Mallette
5-2 à 57'40" : Desrosiers assisté de Mallette et Thinel


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Jimi Santala (+1) - Juha Alen (+2) ; Richard Demén-Willaume (+1) - Darcy Werenka (A, +2) ; Antonin Manavian (+2) - Jonathan Janil (+1, 2').

Attaquants : Julien Desrosiers (+4) - Carl Mallette (C, +4) - Teemu Elomo (2') ; Alexandre Mulle (2') - François-Pierre Guénette (+1, 2') - Marc-André Thinel (A, +5) ; Ilpo Salmivirta (+1, 2') - Jean-Philippe Paré (+1) - Anthony Rech (2').

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Raphaël Faure, Nicolas Lehericey, Romain Gutierrez, Quentin Berthon, Maxime Joly. Absent : Loïc Lampérier (doigt cassé).

Donbass Donetsk

Gardien : Evgeni Tsaregorodtsev.

Défenseurs : Vitali Lyutkevich (-2) - Vladimir Malevich (-3) ; Evgeni Dubrovin (-1, 2') - Valeri Dydykin (-1) ; Yakov Seleznov (-1) - Oleksandr Pobyedonostsev (-1) ; Vladislav Egin (-1, 2') - Andrei Esipov.

Attaquants : Sergei Piskunov (A, -1) - Evgeni Belukhin (-1) - Aleksandr Zhurun ; Denis Kochetkov (-1) - André Hult (-1) - Serhyi Varlamov (C, -3, 2') ; Oleksandr Materukhin (A, -3) - Oleg Shafarenko (-3) - Vitali Donika (-1) ; Evgeni Gladskikh - Aleksandr Tatarinov - Aleksandr Vassiliev (-1, 2').

Remplaçant : Stepan Goryachevskikh (G).