ACBB - Viry-Châtillon (Division 3, groupe A)

Pénurie d'arbitres dans les championnats

BlossierEric2Jamais le manque d'arbitres n'est apparu de façon si critique dans le championnat de France de hockey sur glace. Le passage de la division 2 de deux à trois arbitres, s'il est nécessaire pour s'adapter au niveau de ce championnat, emploie largement les ressources arbitrales disponibles, assez limitées. La division 3, maintenant qu'elle a des poules géographiques plus larges et donc des déplacements plus longs, se joue de plus en plus le samedi et non le dimanche. Dans la ligue Île-de-France, il suffit dès lors de quelques arbitres blessés pour qu'il n'y ait tout simplement plus personne qui puisse être désigné ! Quand les clubs vont-ils s'acquitter de leurs obligations de fournir des arbitres à former ?

Ce week-end, la victime de cette pénurie est le match au sommet de la poule A. Le premier (ACBB) et le deuxième (Viry) s'affrontent sans le moindre arbitre pour les cornaquer. Il pourrait pourtant s'agir d'un match à risque quand on sait qu'ils avaient cumulé 104 minutes de pénalité à l'aller... La seule solution, refusée par le club organisateur, aurait été de déplacer le match. Il faut donc faire contre mauvaise fortune bon coeur.

Le bon coeur, ce soir, ce sera celui de Peter Matousek. Il lui en faudra pour tenir tout le match, seul sur la glace à tout siffler... ou plutôt à ne rien siffler ! En l'absences de zèbres, le règlement exigerait normalement que deux joueurs, un dans chaque camp, se vêtissent en noir en blanc. C'est pourtant l'entraîneur du hockey mineur de l'ACBB qui s'y colle, et on comprend vite qu'il compte sur la bonne volonté des joueurs et pratique une politique de non-ingérance. Même en D3, deux yeux et deux jambes ne suffisent pas pour surveiller fautes, hors-jeu, changements, etc. L'arbitre de circonstance, pour ne pas être pris en porte-à-faux en intervenant à tort, reste en retrait et n'intervient pas.

Zéro minute de pénalité : tel sera le total après deux tiers-temps. Le jeu n'a pas besoin d'être haché par les coups de sifflet pour être confus. Le début de match est hésitant avec beaucoup d'erreurs de passes et de contrôles. L'ACBB peine à assumer son statut de leader invaincu, et ne profite pas des bourdes adverses. Christophe Jolly vole le palet à Dufaut en zone offensive et sert une passe de derrière la cage à Mathias Deles, puis tente lui-même un tour de cage, en vain. Jan Timko, après avoir mis une charge à la hanche à Alexis Gautron, continue son pressing en interceptant une passe de Foata pour Chrétien, mais il échoue à son tour sur le gardien Brennan Pozerlay.

Viry n'a pas plus de réussite face à Franck Constantin, jusqu'à ce que celui-ci se troue sur un tir de Kerneis de derrière la bleue, qu'il ne fait que détourner de la jambière sur le poteau (15'38"). Les Jets prennent confiance en constatant qu'ils ont les moyens de prendre l'avantage. Alexis Gautron, dont la bonne résolution 2012 est d'être repositionné en défenseur, centre pour Robin Chrétien qui manque le palet... Du coup c'est Éric Blossier qui marque au second poteau (0-1, 18'21").

L'ACBB modifie un peu ses lignes pour repartir de l'avant en deuxième période. Anthony Becaglia est en bonne position dans l'enclave, mais il tire après contrôler, laissant le temps à Pozerlay de se placer pour un bon arrêt de la jambière droite. Le gardien américain s'incline finalement sur une contre-attaque locale à 2 contre 1, Timko servant Jolly qui marque dans le gaut du filet. Mais aussitôt, Fabien Foata redonne l'avantage à Viry sur une action individuelle. Il monte sur l'aile gauche, traverse devant le gardien et place le palet au second poteau (1-2, 32'53").

DufautKillian

La troisième période s'ouvre sur une mitaine de Pozerlay devant Jolly et un évènement, la première pénalité du match contre Nicolas Gosset. Les Boulonnais peinent à s'installer, et à sa sortie de prison, Gosset reçoit le un palet sorti de la bande par Rauline et se présente seul devant Constantin, qui détourne le tir dans les airs. L'ACBB repart à l'offensive et égalise peu après sur un lancer de la bleue d'Antoine Motte qui passe au-dessus de la botte droite de Pozerlay (2-2, 43'07").

Le coup de théâtre se produit quand Constantin laisse passer entre ses bottes un tir de Killian Dufaut depuis l'aile droite (2-3, 48'19"). Pozerlay, lui, réussit un arrêt décisif du bras droit face à Bruno Chevalier (50'47").

Avec un score serré, la tension monte, comme on pouvait le craindre dans les dernières minutes, à partir d'une action où Alexis Gautron reste au sol. Une minute plus tard, c'est Julien Libat qui reste allongé contre la bande sur la ligne médiane, sur une action à retardement que peu de gens ont effectivement vue puisque le palet a été envoyé au fond. Cette fois Peter Matousek sévit et renvoie Thomas Gautron au vestiaire. Pour ajouter à la confusion, la table de marque indiquera cinq minutes de pénalité au tableau d'affichage, alors que l'arbitre avait apparemment appelé 2'+10' puisque le cinquième Virois entre au bout de deux minutes. Puisque les jaunes sont au complet, Éric Blossier reçoit une longue passe, va seul à la cage et place un joli revers dans le haut du filet (2-4, 55'08").

L'unique pénalité de l'ACBB, contre Fauvre qui fait trébucher Alexis Gautron en zone neutre, sonne le glas des espoirs de son équipe car elle survient à un peu plus de deux minutes de la fin. Les Jets, qui contrôlaient déjà le jeu en gardant le palet, ont beau jeu de maintenir l'action en zone offensive, sans modifier le score.

Dans ces circonstances spéciales, ne retenons que des points positifs. Viry a sans doute consolidé définitivement sa deuxième place. En gardant l'avantage aux confrontations particulières (6-2 et 2-4), l'ACBB est à peu près certain de terminer premier. En plus, puisqu'on sait que le club boulonnais ne roule pas sur l'or, il a fait des économies en frais d'arbitrage...

Commentaires d'après-match

Petr Prajsler (entraîneur de Viry-Châtillon) : "C'est étrange [de jouer sans arbitres] mais je ne pense pas que ça ait changé le cours du match. Nous avons fait une mauvaise première période, nous jouions trop haut entre la rouge et la bleue. Ensuite, nous avons été plus attentifs en défense et nous avons sécurisé nos sorties de zone. Si on joue notre système, on ne doit avoir peur de personne."

 

ACBB - Viry-Châtillon 2-4 (0-1, 1-1, 1-2)
Samedi 21 novembre 2012 à 18h30 à la patinoire de Billancourt. 116 spectateurs.
Arbitrage de Peter Matousek.
Pénalités : ACBB 2' (0', 0', 2') ; Viry 14' (0', 0', 4'+10').
Tirs : ACBB 26 (10, 7, 9) ; Viry 28 (11, 8, 9).

Évolution du score :
0-1 à 18'21" : Blossier assisté de Chrétien et A. Gautron
1-1 à 31'21" : Jolly assisté de Timko
1-2 à 32'53" : Foata assisté de Kerneis
2-2 à 43'07" : Deles assisté de Motte
2-3 à 48'19" : Dufaut
2-4 à 55'08" : Blossier


ACBB

Gardien : Franck Constantin.

Défenseurs : Bruno Chevalier - Antoine Motte ; Warren Demirdjian ou Aloïs Gallet (A) - Jean-Baptiste Lamandé.

Attaquants : Anthony Becaglia (C) - Julien Libat [puis Timko à 20'] - Christophe Jolly ; Nam Duong - Matthias Deles - Jan Timko [puis Libat à 20'] ; Franck Ferey (A) - Florent Fauvre - Arthur Schmidt.

Remplaçants : Marc-Antoine Fourcade (G), Anthony Daguerre, Xavier Legarrec. Absent : Jean-Marie Chevalier.

Viry-Châtillon

Gardien : Brennan Poderzay.

Défenseurs : Yvan Kerneis (A) - Guillaume Jeannette (C) ; Romain Costes (A) - Baptiste Arpin ; Alexis Gautron.

Attaquants : Nicolas Gosset - Killian Dufaut - Thomas Gautron ; Fabien Foata - Robin Chrétien - Éric Blossier ; Florian Segura - Yves Lespérance - Gautier Rauline.

Remplaçant : Hendrik Chiffi (G). Absent : Pierre-Jean Karimboccus.