Toulouse-Blagnac – Mulhouse (Division 1, 20e journée)

Chute à l'arrière du peloton

Cette 20e journée est l'occasion de voir évoluer une des meilleures équipes de D1 en terre toulousaine. Les Scorpions survolent cette D1 version 2011-2012, et même si Nice les talonne, peu d'équipes ont contesté leur suprématie lors des journées précédentes. Mais voilà, en dépit d'une carte irréprochable de seulement 4 défaites aux compteurs, les Scorpions doivent se méfier des Bélougas qui ont été la première équipe à leur faire mordre la poussière lors de la phase aller. La lutte s'annonce déséquilibrée si on regarde les positions au classement, mais qui sait ? Un coup d'éclat est toujours possible.

Un bien mauvais départ

alnerjacobLa venue du leader du championnat a attiré beaucoup de monde en ce samedi de janvier et plus de 1200 supporters garnissent les gradins de la patinoire Jacques Raynaud. Le match débute sur un rythme peu élevé. Les deux équipes patinent bien, mais l'engagement est plutôt timide. Ces premiers instants laissent entrevoir la possibilité pour les Bélougas de contrer les Scorpions à l'image de Karl Dewolf qui se retrouve seul face au gardien de Mulhouse après avoir mis dans le vent toute la défense. Malheureusement pour lui le tir passe juste au-dessus. À la 6e minute, alors que les deux arrières locaux ont du mal à se placer, Michaël Marchand dévie un palet juste devant les cages de Lehti et ouvre le score pour les visiteurs. C'est magnifiquement exécuté mais la défense blagnaco-toulousaine peut s'en vouloir de ne pas vraiment s'être positionnée.

Ce tiers se déroule sur un faux rythme, peu de pénalités, un jeu pas très rapide, l'équipe visiteuse semble clairement moins conquérante que celle des Albatros venue s'imposer récemment du côté de Blagnac. Pourtant, face à une équipe qui domine le championnat, il ne faut jamais relâcher sa vigilance. À la 13e minute, suite à une nouvelle erreur de la défense locale qui ne couvre absolument pas le deuxième attaquant, Stephan Lachapelle pousse le palet au fond des filet et porte à 0-2 l'avantage pour les Scorpions. Les Bélougas ont pris un mauvais départ, ils peuvent s'en vouloir car il y avait largement moyen de tenir le score.

Une histoire de casque

Nous voilà dans le second tiers-temps. Avec deux buts à remonter les Bélougas se lancent dans la bataille. La possession du palet est clairement pour les locaux et Christophe Ribanelli mystifie la défense de Mulhouse mais rate son dernier contrôle devant le but. Toulouse joue quatre minutes consécutives en infériorité numérique et doit freiner ses attaques pour se concentrer sur la défense. Les Scorpions peinent à installer leur powerplay, et pourtant, Eric Mattias Ottosson trouve le fond des filets des locaux sur un tir lointain qui passe miraculeusement au milieu d'ne foule de joueurs. Imparable pour Lehti qui n'a pas vu le départ du tir. À 0-3 le score commence à être bien lourd mais pourtant au vu de la physionomie du match les Bélougas ne sont pas dominés.

C'est à la 33e minute que le match va définitivement basculer et plonger les Bélougas dans un enfer qui va encore durer un tiers-temps et demi. Niklas Lehti perd son casque lors d'une attaque des Scorpions, seulement voilà, l'arbitre ne le voit pas immédiatement et laisse le jeu s'écouler quelques secondes avant de siffler. C'est après cet incident que le portier local perd totalement sa concentration et n'est plus en mesure de jouer. Les buts s'enchaînent en trois minutes. Lehti ne bouge absolument pas sur le tir de Michael Kapicka (0-4). Stefan Lachapelle glisse tranquillement le palet le long de la jambière du malheureux portier (0-5). Viktor Lobachev voit son tir stoppé sur la ligne par Lehti qui se relève comme si le jeu était arrêté alors que l'attaquant a suivi et pousse le palet au fond (0-6).

Completement anéanti, le gardien des Bélougas, qui a toujours été irréprochable lors de la saison, a craqué et se voit remplacé par Thibault Saez. Immédiatement le jeu redevient plus équilibré et au 7e but de Michael Marchand répond immédiatement Christophe Ribanelli pour le premier but des Bélougas. 1-7, le score est très lourd. Cette période a été un cauchemar pour les locaux qui n'ont pas vraiment eu la possibilité de jouer, écrasés par une équipe de Mulhouse qui a saisi leur moindres erreurs ou instants de déconcentration du gardien.

C'est fini

Le troisième tiers débute avec une équipe de Mulhouse qui ne craint plus le retour de son adversaire. Pour les Bélougas, il faut faire en sorte de bien figurer et surtout reprendre un peu de couleurs en tentant au moins de réduire l'écart. Jimi Palnato redonne un peu d'espoir aux locaux avec un but d'entrée en supériorité numérique. Malheureusement l'éclaircie est de courte durée car Viktor Lobachev remet Mulhouse à six buts d'avance.

La suite du tiers est plutôt molle, le match est déjà joué et à l'exception de la sortie du gardien mulhousien Radovan Hurajt, remplacé par Mickael Muller, et du 9e but des Scorpions à moins de deux minutes de la fin du match par Lukas Bacul.

Conclusion

L'issue de la rencontre est très lourde de conséquences pour les Bélougas qui retombent dans la zone de relégation (avec deux matchs en retard). Les Scorpions, eux, maintiennent leur poursuivant à distance en tête de championnat. En tout cas cette rencontre à un goût très amer, car Mulhouse n'a pas donné l'impression d'une équipe imbatable comme certains autres leaders et pourtant le score est tellement lourd. Alors c'est sûr que, du côté des Scorpions, le jeu développé à été sérieux, appliqué, parfois un peu froid mais efficace. Du coté des Bélougas, entre les erreurs défensives et la déconcentration du Niklas Lehti, l'équipe est passée complètement au travers d'un match qui aurait pu être plus équilibré.

Toulouse-Blagnac - Mulhouse 2-9 (0-2, 1-5, 1-2)
Samedi 28 janvier 2012 à la patinoire Jacques Raynaud. 1263 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Garbay assisté de Frederic Hemmery et Liv Anderson.
Pénalités : TBHC 6' (0', 4', 2'), Mulhouse 8' (2', 2', 4').

Évolution du score :
0-1 à 05'21" : Marchand assisté de Lachapelle et Ottosson
0-2 à 12'02" : Lachapelle assisté d'Alner et Cerny
0-3 à 25'31" : Ottosson assisté de Prunet et Sallander
0-4 à 32'14" : Kapicka assisté de Lang
0-5 à 33'12" : Lachapelle assisté d'Alner (inf. num.)
0-6 à 35'09" : Lobachev assisté de Bacul
0-7 à 36'23" : Marchand
1-7 à 39'50" : Ribanelli assisté de Dewolf et Gillardin
2-7 à 41'02" : Palanto assisté de Gaydon (sup. num.)
2-8 à 42'06" : Lobachev assisté de Cerny
2-9 à 58'17" : Bacul assisté de Kapicka et Lobachev

Mulhouse

Gardiens : Radovan Hurajt puis Mickaël Muller à 46'50".

Défenseurs : Lilian Prunet, Yann Marez, Lukas Lang, David Sallander, Ales Cerny, Erik Mattias Ottosson

Attaquants : Stefan Lachapelle, Victor Lobachev, Jacob Alner, Michal Kapicka, Jure Stopar, Julien Aubry, Mats Johan Carlson, Tarik Chipaux, Michael Marchand, Arnaud Fuss, Lukas Bacul.

Toulouse-Blagnac

Gardiens : Niklas Lehti puis Thibault Saez 35'09".

Défenseurs : Damien Gadiot, Benoit Pourtanel, Taneli Ahlfors, Karl Dewolf, Terry Prunier, Maxime Michaud, Harold Ten Braak, Robin Drogue.

Attaquants : Jérémy Pradel, Anthony Wagret, Augustin Gillardin, Sébastien Savajol, Alexis Codevelle, Remi Peronnard, Christophe Ribanelli, Kirk Golden, David Gaydon, Jimi Palanto, Antoine Pelisse Maxime Faup.