Wasquehal - Cholet (Division 2, 16e journée)

robinflorentL’embarrassante défaite subie chez la lanterne rouge orléanaise a quasiment réduit à néant les chances des Lions de terminer à une cinquième place détenue par les visiteurs du soir. Au contraire de leurs hôtes, les Dogs ont en effet l’espoir d’améliorer leur classement, sur la lancée d’une série de trois victoires depuis le début de l’année.

Les Dogs aiment les voyages

Les adducteurs de Roman Svaty lui jouant de mauvais tours, c’est à Florent Robin qu’est confiée la cage de Dogs par ailleurs privés du défenseur finlandais Mantyla, touché à la main. L’ancien Nantais devra toutefois patienter pour s’employer, car l’essentiel du jeu se déroule loin de ses bases.

Le gros travail de la troisième ligne contribue à acculer les Nordistes dans leur zone, d’où, en l’absence des deux blessés Thomas et Rusnak, les relances sont difficiles et souvent maîtrisées par le bon placement des Dogs dans la neutre. Les occasions pour Julien Peyre de s’employer s’enchaînent donc : d’abord sur un lancer soudain de Pihant sur mise au jeu, ensuite par Albert sur un deux contre un mené avec Björk, enfin sur un service d’Abramov pour Tharreau, dont la reprise en hauteur à bout portant est détournée. En accélération devant Delbecque, attaquant reconverti par la force des choses en défenseur de fortune, Julien Pihant contourne la cage et transmet la rondelle à Guillaume Drozdz, qui la contrôle et la propulse à mi-distance en force sous la barre (0-1 à 08'53").

valliriccardoBrett Moore est lui aussi contraint de redescendre très bas, mais les Lions disposent en Martin Domian, leur unique buteur des dernières rencontres, d’un danger de tous les instants, capable de transformer une demi-occasion en but. Il récupère ainsi le palet dans la crosse de Norbert Abramov, le long de la ligne, pour la rediriger sans tergiverser et dans un angle très réduit vers la cage de Florent Robin, totalement surpris (1-1 à 10'55").

Ce coup du sort n’altère aucunement la domination  des rouges, encore à l’œuvre par la paire Albert-Pihant, le lancer haut du premier étant capté en deux temps par le gardien, dont la plaque écarte aussi un lancer puissant du revanchard Abramov et un nouveau lancer frappé du local Drozdz. Il faut un nouvel arrêt de classe pour empêcher Pierre-Yves Albert, en position idéale sur une récupération de palet derrière la cage de Guinneberteau, de redonner les devants aux Dogs.

À la reprise, un accrocher de Fauchart sur Ribourg derrière le but ouvre aux hommes de Julien Pihant leur premier jeu de puissance. Servi deux fois par Albert, Guinneberteau ne peut tromper Peyre, son lancer étant soit trop à gauche, soit trop tardif. Dépossédé du disque par Edmond Chan, Mocquard voit même son adversaire venir défier Robin de la droite, pour un essai trop enlevé. Rare occasion de contrer pour les Wasquehaliens, le dispositif choletais épargnant jusque-là leur portier de lancers trop dangereux.

Car les bleus connaissent, à l’abord de la mi-match, leur temps fort. En débordement sur Cadoret, Brett Moore est à l’origine  de la première faute choletaise, si l’on excepte un échange d’amabilités entre l’Américain et Quentin Guineberteau en fin de premier tiers-temps. Le lancer de Domian est écarté par l’épaule de Robin, le Slovaque et son compère Moore étant ensuite contenus par la défense jusqu’à un nouveau tir puissant de Fauchart, repoussé par le gant du portier. Au retour à cinq, Maxime Boschetti tente d’imiter Domian dans un angle fermé, puis est contré au dernier moment par Cadoret.

La mainmise choletaise est contestée au cours de cette période intermédiaire, mais les occasions de briller ne manquent pas pour Julien Peyre, encore présent aux devants de Guinneberteau et Albert, danger de tous les instants. La deuxième attaque massive ne permet pas aux visiteurs de se détacher, car les slaps de Pihant et Drozdz sont tour à tour repoussés par un portier décisif aux devants de Pierre-Yves Albert, esseulé sur une perte de palet bien malvenue, et Quentin Guinneberteau, trop rapide pour Hugo Picard, poussé à la faute.

cadoretgabrielLe cinglage de Pierre-Yves Albert sur cette dernière action et le « non » de la tête dodelinante de Filip Björk semblent témoigner d’un certain agacement choletais. Il ne durera plus très longtemps... Le brio de Julien Peyre, encore à l’œuvre lorsque Norbert Abramov repique vers son but, et devant Gabriel Cadoret, oublié par sa défense, ne peut que retarder l’échéance. Le centre de Björk finit par trouver Benjamin Mocquard, plus prompt que tout le monde pour pousser  le disque au fond des filets du bout de la crosse (1-2 à 44’27").

À l’image du travail de sape de la ligne Abramov-Bretault-Tharreau pour conserver le palet très haut, les Dogs prennent l’ascendant sur des Lions peu à peu submergés physiquement, et dont la réaction se réduit à des tirs lointains, comme celui de Riccardo Valli. Un jeu rapide à une touche entre Albert et Pihant tue le suspense à neuf minutes du terme (1-3 à 51’05"). Le temps tourne et Wasquehal se casse encore les dents sur la défense des Dogs et passe près de la correctionnelle lorsque un retour désespéré de Piquet empêche Albert de défier son portier, dont la sortie prématurée sera vaine.

Profitant comme face à Tours du culot de Martin Domian et du talent de Julien Peyre pour tenir tête à une formation plus forte techniquement, les Lions subissent la revanche de Dogs pris en contre-attaque au match aller et vainqueurs pour la septième fois à l’extérieur cette saison.

Commentaires d'après-match :

Julien Pihant (attaquant de Cholet) : "Julien [Peyre] fait un gros match. On lui a plusieurs fois tiré dessus, mais il réalise environ dix gros arrêts. En face, Wasquehal marque sur sa première occasion. Il nous fallait être agressifs en zone offensive et ne pas se faire contrer comme à l’aller. Le déplacement fut difficile car Roman Svaty était blessé et, par précaution, nous n’avons pas pris de risques. Quant à notre deuxième gardien, il a pris un shoot à l’entraînement au niveau du genou… Je sens bien la suite car nous pouvons battre tout le monde. Reste Tours, que nous n’avons pas vaincu en deux rencontres, Coupe de France comprise. Depuis le début de l’année, l’équipe fait preuve de solidité défensive, mais n’est toujours pas assez efficace devant la cage. Si l’effectif n’est pas au complet, la dynamique est intéressante. On ne regarde plus le classement, qui ne change pas grand-chose pour nous, à la différence des autres années. On sait ce que dominer une saison sans connaître beaucoup d’adversité signifie…"

Frédéric Nilly (entraîneur de Wasquehal) : "Je ne suis bien entendu pas satisfait du résultat, mais je suis satisfait de l'engagement de chacun. J'ai pu faire jouer tout le monde, c'est important avant les play-offs. Encore une fois, il est dommage de ne pas avoir lancé plus au but. Cholet a beaucoup de qualités techniques et mérite sa victoire."

Wasquehal – Cholet 1-3 (1-1, 0-0, 0-2)
Samedi 4 février 2012 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 240 spectateurs.
Arbitrage de Christian Maltaverne assisté de Nicolas Dessaint et Alexandre Lebegue.
Pénalités : Wasquehal 8' (2', 6', 0'), Cholet 6' (2', 4', 0').
Tirs : Wasquehal 24 (7, 10, 7), Cholet 50 (15, 16, 19).

Évolution du score :
0-1 à 08'53" : Drozdz assisté de Pihant
1-1 à 10'55" : Domian assisté de Moore et Boschetti
1-2 à 44’27" : Mocquard assisté de Björk
1-3 à 51’05" : Pihant assisté de Albert et Guinneberteau

Wasquehal

Gardien : Julien Peyre [sorti de 57’23" à 58’32"].

Défenseurs :  François Lenière-Piquet - Hugo Picard ; Riccardo Valli - Nicolas Hamoudi (A) ; Arthur Delbecque.

Attaquants : Martin Domian - Maxime Boschetti - Brett Moore ; Edmond Chan - Romain Sauvage - Thomas Fauchart ; Valentin Vienne - Adrien Colongo - Thibault Maes.

Remplaçant : Fabien Chardon (G). Absents : Alexis Thomas et Stefan Rusnak (blessés), Axel Canaguier (obligations professionnelles).

Cholet

Gardien : Florent Robin.

Défenseurs : Henrik Ruud - Guillaume Jacob ;  Guillaume Drozdz - Nicolas Blum ; Gabriel Cadoret.

Attaquants : Pierre-Yves Albert  (C) - Quentin Guineberteau (A) - Julien Pihant ; Benjamin Mocquard (A) - Filip Björk - Guillaume Ribourg ; Arnaud Tharreau - Rodolphe Bretault - Norbert Abramov.

Absents : Roman Svaty (adducteurs), Iiro Mantyla (main).