Dunkerque - Bordeaux (Division 1, 21è journée)

Les « Boxers » l’emportent en prolongation

La loi des séries a une nouvelle fois eu raison des Corsaires samedi à la patinoire Michel Raffoux. Les protégés de Marc Leroux ont enregistré leur 14ème défaite de la saison (la 3ème d’affilée), devant s’incliner face à des Bordelais réalistes dans une prolongation de mort subite. Ils empochent néanmoins un point important qui leur permet de remonter à la 9ème place au classement, en attendant bien sûr les nombreux matchs en retard à jouer dans deux semaines.

L’ambiance à Raffoux est pour la première fois de la saison carnavalesque (premier bal de carnaval tombant en même temps qu’un match à domicile), les masques sont présents, la fanfare entonne ses airs favoris, bref tous les éléments réunis pour que les Corsaires passent une bonne soirée, l’objectif gagner face à un adversaire direct à la lutte au maintien.



Mais, à peine 1 minute après que Monsieur Peronnin, l’arbitre de la rencontre, ait lancé le morceau de caoutchouc, les Bordelais profitent d’un concours de circonstances pour le moins rocambolesque. Une pénalité est annoncée, Marc-André Martel se précipite sur le banc pour qu’un coéquipier supplémentaire puisse porter le danger en zone offensive. Un Corsaire tente une passe en retrait, celle-ci est contrée par un Boxer, le palet se dirige tout doucement vers le but déserté dunkerquois. But (0-1 à 01'28") ! Personne n’ose y croire, les Dunkerquois semblent KO et tout le monde se demande comment réussiront-ils à se relever après ce fait de match inédit.

La réponse Corsaire ne tarde pas, à peine 30 secondes plus tard, Gregory Dubois « le revenant » profite d’un avantage numérique pour décocher un superbe slap en pleine lucarne du portier bordelais Gasnier (1-1 à 01'58"). L’erreur malencontreuse est réparée, les Corsaires relancés. Profitant de ce moment d’euphorie, les Corsaires ne laissent pas le moindre répit à leurs adversaires. Benjamin N’Guyen bien servi par un Matthieu Becuwe très en vue en ce début de match, double la mise (2-1 à 02'37"). Tout semble bien se présenter en ce début de match. Les Corsaires gèrent très bien cette avance, la défensive bien en place et des attaques bien placées mettent en danger l’organisation défensive bordelaise.

Mais il faut croire que dans ces moments d’aisance que les Corsaires peuvent connaître, le danger peut venir à n’importe quel moment…La preuve : En deux minutes ils se mettent à nouveau en danger et perdent les bénéfices de leur travail durant cette première période. Un doublé de Xavier Lassalle permet aux Boxers de rentrer aux vestiaires avec un avantage inespéré d’un but. 2-3 en faveur des hommes de Tartari !

Les 20 minutes suivantes voient d’abord la réaction des locaux initiée par Benjamin N’Guyen. Le numéro 9 Corsaire reprend un service de Becuwe. Sur la mise au jeu en zone offensive, il reprend de volée et envoie un lancer frappé en pleine lucarne (3-3 à 25'02") ! Joie de courte durée. Les Corsaires ces derniers temps sont habitués à souffler le chaud et le froid. Ils alternent trop souvent le bon et le moins bon. Ceci a pour conséquence directe de remettre les Bordelais dans le match. Un moment de flottement dans la défense bleue, après deux minutes passées en supériorité numérique, et c’est le Québécois Gladu Piché qui trompe Martel (3-4 à 28'54"). Les Corsaires peinent à trouver leur rythme de croisière. La blessure de Marc-André Martel à 36ème minute de jeu jette encore plus le trouble dans l’esprit des Maritimes. Pierrick Boudot entre en jeu et se montre tout de suite décisif. Fin de période et les Corsaires sont menés d’un but.

Pierrick Boudot devra être solide pour permettre à ses coéquipiers de remporter ce match. C’est ce qu’il fait ! Il se montre sûr et c’est toute la défense dunkerquoise qui reprend des couleurs. Le jeu se simplifie et les Corsaires se montrent à leur avantage dans cette dernière période. C’est tout logiquement qu’ils vont parvenir à égaliser par Eric Rousseau qui reprend un rebond laissé libre par Gasnier après un excellent travail initié par tout le bloc Dunkerquois (4-4 à 45'27"). La fin du match voit une nette domination de Dunkerque, mais sans réussir à concrétiser. L’enjeu du match semble paralyser les deux équipes qui semblent heureuses de se diriger vers la prolongation.

Le dénouement ne sera malheureusement pas favorable aux Corsaires puisque ce sont les visiteurs qui, sur une nouvelle errance de la défense Dunkerquoise, vont s’emparer des deux points de la victoire. Fin du match, les Corsaires regagnent les vestiaires la tête basse déçus de n’avoir pu retrouver le chemin de la victoire.


Compte-rendu du site officiel des Corsaires de Dunkerque


Dunkerque – Bordeaux 4-5 (2-3, 1-1, 1-0, 0-1)
Samedi 4 février 2012 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 890 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Jérémy Métais et Jérémy Kahli.
Pénalités : Dunkerque 16' (6’, 4', 4’, 2’), Bordeaux 18' (8', 6’, 4', 0’).
Évolution du score :
0-1 à 01'28" : Paquin, cage vide
1-1 à 01'58" : Dubois assisté de F. Rozenthal et Wikström (sup. num.)
2-1 à 02'37" : N’Guyen assisté de Becuwe et Folcke
2-2 à 17'37" : Lassalle assisté de Larrieu et Gladu Piché (sup. num.)
2-3 à 19'21" : Lassalle assisté de Gladu Piché et Paquin
3-3 à 25'02" : N’Guyen assisté de Becuwe
3-4 à 28'54" : Gladu Piché assisté de Lassalle et Paquin
4-4 à 45'27" : Rousseau assisté de Tkac
4-5 à 65'34" : Larrieu assisté de Gillet