Finlande - République Tchèque (Euro Hockey Tour 3)

AALTONEN Juhamatti-110512-013Pendant que Tchèques et Suédois bataillaient jusqu'aux tirs au but bien au chaud au Globe Ericsson de Stockholm jeudi, Russes et Finlandais s'affrontaient au stade olympique d'Helsinki en extérieur par -15°C. Outre que les Finlandais ont perdu 0-2 à domicile sans même réconforter leurs fans, venus braver le froid, avec le moindre but, ils ont perdu leur gardien Ari Ahonen, qui est tombé malade. La faute à une équipe finlandaise solide et accrocheuse qui a parfaitement dominé sans marquer, comme elle sait si souvent le faire.

Côté tchèque, Tomas Pöpperle a autant brillé l'avant veille face à la Suède que cette année en championnat, que ce soit dans le cours du jeu ou bien aux fusillades. Il est donc logiquement reconduit dans les cages. D'ailleurs Alois Hadamczik a annoncé qu'il ferait jouer Jakub Kovar seulement dimanche, contre les Russes.

Et pourtant. Comme le hockey sait réserver bien des surprises ! Le gardien du Sparta de Prague ne se doutait pas qu'il allait participer à sa manière à un record historique de son équipe nationale.

Tout ne commence pas trop mal pour lui et son équipe avec une pénalité contre Jaakola pour crosse haute. Mais alors que le jeu s'installe en zone offensive, Leo Komarov récupère le palet et file vers la cage adverse sur la gauche en compagnie de Jesse Joensuu au centre. Michal Barinka seul face à ce duo empêche bien toute passe, alors Komarov tire et ouvre la marque, en infériorité numérique (1-0 à 9'55").

Jukka Jalonen a aussi ajouté à son effectif Janne Lahti et Juhamatti Aaltonen, qui avait manqué le match en extérieur justement parce qu'il était malade. Moins de trois minutes plus tard, ce dernier exécute un parfait jeu en triangle initié par Perttu Lindgren et sert Janne Pesonen qui a la cage ouverte (2-0 à 12'38").

Une petite escarmouche de Mojzis et Kreps contre Pihlström et Joensuu envoie les quatre en prison mais n'a pas d'incidence sur le jeu qui se poursuit à 5 contre 5. Ni sur la super forme de Aaltonen, qui tire du rond gauche en pleine lucarne en toute fin du premier tiers-temps (3-0 à 19'01").

Les Finlandais semblent avoir vaincu leur inefficacité offensive. Mais le deuxième tiers-temps commence par une supériorité numérique tchèque car Pasi Puistola est envoyé en prison au bout de 15 secondes pour faire trébucher. Cette fois, les Tchèques ne se font pas prendre en contre-attaque, mais leurs tirs ne sont pas masqués et n'inquiètent pas Hovinen.

En revanche, Pöpperle a de quoi s'inquiéter : Salminen fait sonner une première fois le son du palet contre la barre transversale. Puis Nedved commet une charge irrégulière. Le jeu de puissance s'installe. Janne Niskala tape le poteau sur un tir de la bleue. Les Tchèques s'en sortent bien. Puis ce même Niskala décale Lahti qui finit par battre à nouveau le gardien d'un tir croisé (4-0 à 31'19").

HUBACEK Petr-110513-004Les Finlandais continuent d'appuyer avec des charges nombreuses et des missiles de Aaltonen et Eeronen, au plus grand bonheur du public, composé de nombreux Finlandais qui ont traversé la mer Baltique. À la pause publicitaire, Tomas Pöpperle est remplacé par Jakub Kovar. Mais cela n'inverse pas la tendance et ce dernier est tout de suite mis à contribution par Kontiola.

Sur une action pourtant éloignée du but, Prucha lance sa crosse pour contrer le palet. L'arbitre signale aussitôt un tir de pénalité. Leo Komarov s'en charge mais son tir trop haut ne trompe pas le portier tchèque. Il est en revanche battu sur l'action suivante : un 3 contre 1 tellement rapide que les arbitres recourent à la vidéo pour finalement se rendre compte que le tir de Kontiola a rebondi à l'intérieur du but (5-0 à 39'21").

Avec 12 tirs à 5 dans la deuxième période et une pression tant physique que sur le but adverse, la domination finlandaise tourne à la correction. On se demande ce qui pourrait sauver les Tchèques au troisième tiers-temps. Rien. La rencontre tourne au massacre. On joue depuis seulement 12 secondes que sur un engagement gagné par Kontiola en zone offensive, Niskala slape puissamment de la bleue (6-0 à 40'12").

On rejoue depuis seulement 18 secondes que c'est au tour de Väänänen de prendre un slap plein axe que Pesonen dévie dans le but (7-0 à 40'30"). La débâcle est totale.

Les pénalités de Jan Kovar puis de Jan Kolar n'aident évidemment pas la République Tchèque à sortir la tête de l'eau. Aaltonen est tout près de mettre un huitième but. À la souffrance morale des Tchèques, Janne Lahti vient ajouter la souffrance physique avec une charge violente sur Jakub Nakladal qui se fait mettre une poche de glace sur la cou pendant que le joueur du Jokerit va cirer le banc de la prison. Hovinen s'emploie alors à garder sa cage inviolée sans trop de mal... On ne comptera que 3 tirs tchèques en troisième période contre 11 pour les Lions, complètement déchainés ce soir.

C'est la plus grosse défaite de l'histoire de la République Tchèque depuis son indépendance en 1993 (et historiquement la plus large victoire de la Finlande contre des Tchèques). La rencontre était à l'avantage des Finlandais dans tous les compartiments du jeu. L'efficacité offensive a été retrouvée, grâce en partie au retour d'Aaltonen, qui fait aussi le bonheur du Metallurg Magnitogorsk cette saison. Ironie du sort, même le meilleur joueur tchèque du match est le seul de la sélection qui évolue en SM-Liiga (JYP Jyväskylä).

Joueurs du match : Juhamatti Aaltonen pour la Finlande et Petr Hubacek pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match :

Jakub Kovar (gardien, République Tchèque) : "Ce n'est certainement pas ainsi que j'avais imaginé la première fois que je jouerais en équipe nationale avec mon frère (Jan Kovar). Quand je suis rentré à 4-0, c'était horrible. À la fin, je regardais l'horloge et priais pour que ça se termine."

Jukka Jalonen (sélectionneur de la Finlande) : "Aujourd'hui, on a été efficaces. En première période, l'efficacité a été énorme et évidemment, ça a libéré notre jeu. Contre la Russie, la ligne de Joensuu-Koskiranta-Anttila était la meilleure. Mais les lignes de Kontiola et Lindgren ont clairement élevé leur niveau par rapport au match contre les Russes."

Juhamatti Aaltonen (attaquant, Finlande): "Ce matin, on a regardé quelques vidéos des Tchèques pour voir comment ils jouaient et les bons moments pour se créer des occasions de but et frapper. Aujourd'hui tout a joliement marché dans mon jeu et celui de l'équipe, mais demain il faudra faire mieux contre la Suède qui nous reçoit."


Finlande - République Tchèque 7-0 (3-0, 2-0, 2-0)
Samedi 11 février 2012 à 12h00 au Globe Ericsson de Stokholm. 3755 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Nord et Mikael Sjöqvist (SUE) assistés de Jimmy Dahmén et Emil Yletyinen (SUE).
Pénalités : Finlande 10' (6', 2', 2'), République Tchèque 10' (4', 2', 4').
Tirs : Finlande 34 (11, 12, 11), République Tchèque 18 (10, 5, 3).

Evolution du score :
1-0 à 09'55" : Komarov assisté de Hovinen (inf. num.)
2-0 à 12'38" : Pesonen assisté de Aaltonen et Lindgren
3-0 à 19'01" : Aaltonen assisté de Väänänen
4-0 à 31'19" : Lahti assisté de Niskala et Salminen
5-0 à 39'21" : Kontiola assisté de Lahti et Salminen
6-0 à 40'12" : Niskala assisté de Kontiola
7-0 à 40'30" : Pesonen assisté de Väänänen et Aaltonen


Finlande

Gardien : Niko Hovinen.

Défenseurs : Pasi Puistola (2') - Janne Niskala ; Teemu Eronen - Ossi Väänänen ; Joonas Järvinen - Mikko Kousa ; Topi Jaakola (2') - Lasse Kukkonen.

Attaquants : Janne Lahti (2') - Petri Kontiola - Sakari Salminen ; Janne Pesonen - Perttu Lindgren - Juhamatti Aaltonen ; Leo Komarov (2') - Juha-Pekka Hytönen - Antti Pihlström (2') ; Jesse Joensuu (2') - Jarmo Koskiranta - Marko Anttila.

Remplaçant : Ari Ahonen (G), Jani Tuppurainen.

République Tchèque
 
Gardien : Tomas Pöpperle puis Jakub Kovář à 35'34".
 
Défenseurs : Michal Barinka - Zdenek Kutlak ; Tomas Mojzis (2') - Ondrej Nemec ; Jakub Krejcik - Jakub Nakladal ; Jan Kolar (2') .
 
Attaquants : Petr Hubacek - Petr Nedved (2') - Zbynek Irgl ; Tomas Rolinek - Kamil Kreps (2') - Lukas Kaspar ; Michal Vondrka - Jan Kovar (2') - Jakub Klepis ; Petr Prucha - Petr Koukal - Jan Kolar.
 
Remplaçants : Jakub Kovář (G). Tomas Netik, Jiri Novotny.