Suède - Russie (Euro Hockey tour 3)

TARASENKO Vladimir-110515-032La Russie continue de s'illustrer brillamment dans cet Euro Hockey Tour 2011-2012. Même privée de son leader Radulov, même dans des conditions extrêmes en évoluant en extérieur, la Sbornaïa s'est imposée jeudi face aux Finlandais 2-0. De son côté, la Suède s'est inclinée contre la République Tchèque qui a remporté sa deuxième victoire de la saison chez la Tre Kronor. Comme prévu, Viktor Fasth, toujours aussi solide sous l'uniforme de l'AIK, et Ilya Yezhov, talentueux substitut de Jakub Stepanek au SKA Saint-Pétersbourg, prennent place devant leur cage respective. 

Sergei Shirokov est le premier à faire des étincelles dans la première minute mais son coéquipier Evgeny Biryukov rejoint rapidement le cachot. Le tir surpuissant de Magnus Johansson fait office d'une sérieuse mise en jambes pour Yezhov. Avec un double avantage numérique, la Suède est encore plus inquiétante, notamment par Mattias Weinhandl qui tente de reprendre un rebond. Carl Söderberg montre une fois de plus sa vivacité et sert Nicklas Danielsson qui attend patiemment au poteau gauche, la porte est toutefois fermée à double tour.

À la neuvième minute, les Russes vont se créer leur première occasion franche par Vladimir Tarasenko qui frappe avec force. Alors que Vadim Shipachev met la pression sur le but, Viktor Fasth pense avoir arrêté le palet mais celui-ci flotte devant la ligne de but. Plus de peur que de mal. Le même Tarasenko se crée ensuite un boulevard sur son couloir droit, nouvelle frayeur pour les spectateurs du Globe. Ces derniers seront frustrés avant la pause. Calle Järnkrok, face au but, reçoit une offrande mais le jeune centre de Brynäs loupe la rondelle à son premier essai, le deuxième est malheureusement trop mou. Les deux sélections se séparent sur le score de 0-0.

À 4 contre 4 en ce début de deuxième tiers, des espaces se libèrent et le jeu est extrêmement équilibré. Les virées d'un côté à l'autre de la patinoire s'enchaînent et chaque entrée en zone fait frissonner, comme celle de Viktor Tikhonov à la vingt-quatrième minute. Puis Söderberg lance sur orbite Mårtensson, Ilya Yezhov reste vigilant. Petit malheur pour Jonas Andersson qui se prend la crosse de Weinhandl en plein visage, un incident sans réelle conséquence même si cela permettra au remplaçant Robert Rosén de prendre un peu de temps de glace. La Tre Kronor connaît un temps fort, à plus forte raison lorsque Evgeny Artyukhin et Aleksandr Ryazantsev se retrouvent sanctionnés juste avant la mi-match.

À droite, Söderberg tente le passage en force puis Danielsson frappe côté opposé. Staffan Kronwall fusille de même que Christian Bäckman - photo de gauche - dont le rebond aurait pu sourire à Weinhandl devant le but grand ouvert. Quand Tony Mårtensson jette le palet dans l'enclave, c'est une fosse aux lions qui se forme. Malmenée, la Russie peut respirer un peu grâce à un 5 contre 4. Evgeny Kuznetsov et Shipachev sont les plus dangereux avant que Sergei Kalinin ne virevolte en passant derrière les filets de Viktor Fasth, mais le cerbère de l'AIK répond présent.

BACKMAN Christian-20100514-7083Dominés à leur tour, les Scandinaves répliquent. Mårtensson file comme une fusée à droite et réussit à trouver côté gauche Weinhandl, son collègue du SKA Saint-Pétersbourg préfère laisser à Rosén qui redonne astucieusement à Mårtensson qui échoue sur un Yezhov étonnant d'élasticité. Cela sonne comme un avertissement et la sanction tombe. Après l'engagement, Mattias Ekholm de la ligne bleue débloque le tableau de marque avant la deuxième pause (1-0, 38'46"). 

Prendre un but en fin de période, c'est extrêment rageant. En prendre un autre au début de la période suivante, cela peut s'avérer catastrophique psychologiquement. Installée en zone offensive, la Suède doublera la mise gâce à Nicklas Danielsson. Le récent nominé de janvier pour le Guldpucken (la récompense ultime en Suède) patine dos au but pour finalement pivoter et tromper le portier (2-0, 41'38"). Le moral semble atteint pour des Russes qui ne passeront leur ligne offensive qu'à la quarante-quatrième minute. Viktor Tikhonov ne baisse pas la tête et joue aux dribbles avec Fasth, cela ne rentre pas mais ça permet une supériorité numérique. La Russie convertit très rapidement cette opportunité, six secondes pour être précis. C'est le but d'un recordman, Aleksandr Ryazantsev, au lancer le plus puissant au monde. Le palet devient invisible, il semble se téléporter, Fasth ne peut que cligner des yeux (2-1, 45'04").

La confiance est de retour dans le camp russe, Shirokov et Shipachev, déjà très actifs, deviennent incontrôlables. À la cinquantième minute, Nikolai Zherdev envoie le puck sur l'épaule de Fasth, Shirokov tente de le reprendre acrobatiquement. Quelques secondes plus tard, c'est Shipachev qui tente un premier tir puis un passage en force. Quant à Tarasenko, même déséquilibré, il inquiète la Tre Kronor, Viktor Fasth est débordé mais il ne lâche rien.

Ryazantsev temporise derrière sa cage et tente de relancer. Mais après avoir lui-même lancé un feu d'artifice quelques minutes auparavant, il va alors se brûler les mains puisque sa passe est interceptée par Mårtensson qui sert Jakob Silfverberg sur un plateau, le jeune assistant-capitaine frappe instantanément (3-1, 55'36"). Kalinin emprisonné, le match est désormais à sens unique. Côté droit, Mattias Weinhandl combine avec Tony Mårtensson qui alourdit la facture des Russes (4-1, 56'33"). Stanislav Chistov partira bien en échappée avant que le buzzer ne retentisse mais il est bien trop tard. La Russie s'incline face à une Suède solide et efficace qui peut remporter ses Hockey Games en battant la Finlande ce dimanche.

Commentaires d'après-match :

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "C'était un très bon match avec beaucoup de rythme. Du banc, vous pouvez voir clairement à quel point c'était rapide. C'est une victoire solide et nous avons fait ce que nous devions faire. Nous avons notamment mieux jouer défensivement que lors du match précédent. Les Russes sont plus techniques que les Tchèques et on se devait de mieux jouer, c'est ce que nous avons fait."

Zinetula Bilialetdinov (entraîneur de la Russie) : "Nous avons connu de bons moments mais c'était insuffiant. Nous avons pris beaucoup trop de pénalités, j'ai compté au moins 20 minutes (18 en fait). Les Suédois ont mis beaucoup plus de rythme, nous étions plutôt bien organisés mais nous avons manqué de fraîcheur. Et puis, 20 minutes de pénalités, ça ne peut pas passer inaperçu."


Suède - Russie 4-1 (0-0, 1-0, 3-1) 
Samedi 11 février 2012 à 16h30 à l'Ericsson Globe de Stockholm. 9062 spectateurs.
Arbitrage de Jari Leppäalho et Jari Levonen (FIN) assistés de Tobias Haster et Johannes Käck (SUE).
Pénalités : Suède 12' (4', 6', 2'), Russie 18' (4', 10', 4').
Tirs : Suède 40 (13, 14, 13), Russie 24 (4, 10, 10).

Évolution du score :
1-0 à 38'46" : Ekholm assisté de Weinhandl (sup. num.)
2-0 à 41'38" : Danielsson assisté de Jämtin et Söderberg (sup. num.)
2-1 à 45'04" : Ryazantsev assisté de E.Biryukov et Tarasenko (sup. num.)
3-1 à 55'36" : Silfverberg assisté de Mårtensson
4-1 à 56'33" : Mårtensson assisté de Weinhandl et Johansson 


Suède

Gardien : Viktor Fasth.

Défenseurs : Magnus Johansson (C) - Mattias Ekholm (2') ; Staffan Kronwall (A) - Christian Bäckman (+1) ; Daniel Fernholm - Klas Dahlbeck (+1) ; Jonas Frögren.

Attaquants : Mattias Weinhandl - Tony Mårtensson (+1, 2') - Jonas Andersson ; Jakob Silfverberg (A, +1) - Calle Järnkrok - Mattias Sjögren (+1) ;  Nicklas Danielsson (4') - Carl Söderberg - Andreas Jämtin (2') ; Patrik Zackrisson (2') - Joel Lundqvist - Simon Hjalmarsson.

Remplaçant : Johan Gustafsson (G), Frederik Pettersson, Robert Rosén.

Russie

Gardien :  Ilya Yezhov.

Défenseurs : Maksim Chudinov - Ilya Nikulin (C) ; Nikolai Belov (-1) - Aleksandr Ryazantsev (-1, 2') ; Ivan Vishnevski - Evgeny Biryukov (A, 2') ; Andrei Zubarev - Anton Belov (2').

Attaquants : Sergei Shirokov - Ilya Zubov (2') - Evgeny Artyukhin (A, 4') ; Nikolai Zherdev - Evgeny Kuznetsov - Stanislav Chistov (2') ; Vladimir Tarasenko (-1) - Vadim Shipachev (-1) - Viktor Tikhonov (-1) ; Denis Kokarev - Sergei Kalinin (2') - Anton Burdasov (2').

Remplaçants : Mikhaïl Biryukov (G).