Valenciennes - Colmar (Division 3, Groupe C)

kouznetsovevgueniAvant même le coup d’envoi de son dernier match à domicile, le Valenciennes Hainaut Hockey Club connaît son sort, à savoir une sortie prématurée, l’écart avec le quatrième Dijon étant désormais insurmontable. Avant de dire au revoir à l’entraîneur québécois Sylvain Beauchamp, bientôt de retour au pays, reste à tenter d’empocher une troisième victoire à domicile, là où les Diables Rouges ont perdu trop de points, notamment en entame de championnat. Seulement, l’adversaire du jour a pour nom Colmar et demeure en quête de points pour asseoir sa deuxième place, à la veille d’un déplacement sans doute décisif à Châlons-en-Champagne, son poursuivant immédiat.

Pour cette fin de saison où plusieurs joueurs ont quitté le club prématurément, Valenciennes tourne à seulement deux blocs face aux trois alignés par les Alsaciens. Privés de trois éléments et venus avec un seul gardien, ces derniers obtiennent leur meilleure occasion du début de rencontre par Evgueni Kouznetsov, dont l’échappée échoue sur la botte de Daniel Kysilka (03’30"). Son compère Koenig étant invité en geôle dans la continuité de l’action, Valenciennes en profite pour  réchauffer Julien Hagenmuller, une première fois secoué par un tir puissant de Lageard et surpris par une déviation au ras du poteau de l’Allemand Markus Klauss.

Les pénalités s’inversant, on retrouve la dangereuse paire Kouznetsov-Koenig, à l’origine d’un double arrêt de Kysilka, finalement battu au retour à cinq par la feinte de Maxime Loeffel en échappée (0-1 à 07'36"). Les Titans sont curieusement moins dangereux lorsque David Selin est puni pour une charge contre la bande, seul son premier buteur parvenant à contourner la défense hennuyère. C’est encore au retour à égalité numérique que Kysilka est mis en danger, contraint de fermer la porte avec la jambière devant Jason Koenig… avant de voir Kouznetsov rater le deuxième but, et le cadre, en échappée.

Le meilleur compteur de la division retrouve sa touche dans les secondes suivantes, quand il gagne la mise au jeu, lance et transforme son propre rebond au cœur d’une défense incrédule (0-2 à 15’57"). Valenciennes conteste toutefois la supériorité technique des Titans, encore par Rémi Lageard, dont l’accélération laisse Zaenker sur place et est ponctuée d’un essai surpuissant que Hagenmuller détourne sur la ligne, et David Selin, d’un lancer lointain dangereux pour le portier colmarien.

Evgueni Kouznetsov marque la reprise de son empreinte, de plusieurs mouvements et d’un essai repoussé par le cadre lors d’une infériorité numérique. Toujours très nombreux, le public exhorte ses protégés à résister à la pression haut-rhinoise, personnifiée par Vincent Besserer, puis Maxime Loeffel, qui contourne la défense et trouve le haut du but (0-3 à 27’21"), et enfin par le capitaine Eloi Lenner, au lancer croisé aussi précis que tendu (0-4 à 31’41"). Plusieurs parades de Daniel Kysilka empêchent les Titans de se détacher, notamment de la mitaine devant Santos.

selindavidLes Diables Rouges s’accrochent

Les Diables Rouges souffrent physiquement au cours de la période intermédiaire. Ils voient même un temps Maxime Loeffel, très en vue, jongler avec le palet dans leur propre zone, mais David Selin conteste la suprématie colmarienne en s’échappant sur la droite pour prendre le temps d’ajuster Hagenmuller sur sa gauche (1-4 à 35’14"). Le matelas de quatre buts d’avance est rétabli dans la minute suivante car Kouznetsov, après avoir donné de la voix envers ses équipiers et adversaires, exécute une passe millimétrée vers Alexandre Santos (1-5 à 36’24").

Le troisième tiers-temps prend des allures de chassé-croisé, permettant même aux hommes de Sylvain Beauchamp d’espérer rattraper leur retard pour les adieux de leur coach au public de Valigloö. Une erreur d’appréciation de Hagenmuller sur un palet aérien expédié par Jérôme Stachowiak depuis la neutre (2-5 à 43’19") ravive l’espoir, d’autant que Kysilka multiplie les arrêts, notamment face à Loeffel, oublié devant l’enclave, et réalise un triple arrêt au nez et à la barbe de Vincent Besserer, retardant l’échéance jusqu’à une feinte de Kouznetsov (2-6 à 48’38").

Loin d’abdiquer, les Nordistes reviennent à deux unités de leur adversaire, par Selin à l’affût d’un palet abandonné devant la cage d’un Hagenmuller étendu sur la glace et s’estimant victime d’une faute sur le coup (3-6 à 51’35") et Lageard, à l’origine précédemment d’un coup de semonce au ras de la lucarne et auteur d’un centre qui ricoche malencontreusement sur le portier alsacien (4-6 à 58’00").

La remontée s’arrête là. Colmar termine la rencontre par un dernier but signé Mickaël Tin, de la ligne bleue, au grand dam d’un Kysilka masqué sur le coup (4-7 à 59’56"). L’essentiel est assuré pour les Titans, venus dans le Hainaut chercher deux points supplémentaires dans la course à la deuxième place derrière leur voisin du Bas-Rhin. Il reste une rencontre pour les Valenciennois, un match retardé à Besançon, pour espérer améliorer leur classement.

Commentaires d'après-match :

Sylvain Beauchamp (entraîneur de Valenciennes) : "Nous avons essayé de contenir Colmar le plus longtemps possible, en jouant avec seulement deux blocs, puis la différence s’est fait sentir. Sur l’ensemble de la saison, les deux matchs perdus d’entrée face à Luxembourg et Dijon ont coûté cher. Certaines équipes étaient au-dessus du lot, comme Strasbourg et Châlons, mais nous étions assez proches de Dijon, que nous aurions pu accrocher. Les différences entre la France et le Canada tiennent dans l’attitude et le professionnalisme, même si nous ne sommes ici qu’en Division 3. Après les difficultés connues l’an dernier, l’objectif était surtout de retrouver la sérénité sur le plan financier, ce qui est atteint."

Mickaël Tin (défenseur de Colmar) : "La victoire est logique, malgré un effectif qui n’était pas au complet. Avec deux matchs ce week-end, ce soir avons réussi notre match sans trop de problèmes. Nous essaierons d’aller le plus loin possible, avec un joueur comme Kouznetsov tout est possible. Mais nous demeurons une équipe où l’état d’esprit prédomine, sans prise de tête, dans un club familial."

 

Valenciennes – Colmar 4-7 (0-2, 1-3, 3-2)
Samedi 11 février 2012 à 18h30 à Valigloö.
Arbitrage de Jean-Christophe Rohart et S. Fessier.
Pénalités : Valenciennes 20' (6', 8', 6'), Colmar 26' (4', 6'+10’, 6').
Tirs : Valenciennes 36 (13, 12, 11), Colmar 58 (17, 22, 19).
Évolution du score :
0-1 à 07'36" : Loeffel assisté de V. Besserer
0-2 à 15’57" : Kouznetsov
0-3 à 27’21" : Loeffel assisté de Tin
0-3 à 27’21" : Loeffel assisté de V. Besserer
0-4 à 31’41" : Lenner assisté de Feist
1-4 à 35’14" : Selin
1-5 à 36’24" : Santos assisté de Kouznetsov et Tin (sup. num.)
2-5 à 43’19" : Stachowiak assisté de Selin
2-6 à 48’38" : Kouznetsov assisté de Heintz (inf. num.)
3-6 à 51’35" : Selin assisté de Stachowiak et Klauss
4-6 à 58’00" : Lageard
4-7 à 59’56" : Tin assisté de Leconte
 
Valenciennes

Gardien : Daniel Kysilka.

Défenseurs : Ludovic Mathieu - Sébastien Fronty (A) ; Jérémy Calvin - Jonathan Calvin ; Romain Carlier - Louis Camurat.

Attaquants : Markus Klauss - Jérôme Stachowiak(C)  - David Selin ; Antoine Janot - Nicolas Avez - Rémi Lageard.

Remplaçant : Alexis Bachetti (G). Absents : Kevin Tillier (blessé), Grégoire Giguerre (pompier, de garde), Thomas Van Desteene.

Colmar

Gardien : Julien Hagenmuller.

Défenseurs : Eloi Lenner (C) – Gilles Heintz ; Pierre Zaenker – Mikaël Tin (A) ; Quentin Besserer.

Attaquants : Maxime Loeffel - Benjamin Leconte - Vincent Besserer ; Genia Kouznetsov (A) - Joan Koenig – Alexandre Santos ; Xavier Dufilh - Joris Eigelthinger [ou Lenner] - Jean-Baptiste Feist.

Absents : Sébastien Muller (ménisque), Jordan Mouget (sciatique), Baptiste Rahm (obligations professionnelles), Sylvain Haenlin.