Suède - Finlande (Euro Hockey Tour 3)

Défaits jeudi, la Finlande et la Suède s'offrent malgré tout une finale pour ces Oddset Hockey Games ce dimanche au Globen puisque le vainqueur de cette rencontre remportera le tournoi à l'issue de ce week-end international. Les deux formations scandinaves ont su parfaitement rebondir avec une victoire historique des Finlandais sur la République Tchèque (7-0) et un gain solide des Suédois aux dépens des Russes (4-1).

SJOGREN Mattias-110430-331

Pour ce match, Jukka Jalonen est contraint et forcé de jeter dans la bataille le gardien Joni Ortio puisque Ari Ahonen est tombé malade après le Finlande-Russie au Stade Olympique d'Helsinki et Niko Hovinen, auteur du blanchissage samedi contre la République Tchèque, est également grippé. En fait, Ortio, 20 ans, n'a joué que deux rencontres avec le TPS Turku cette saison, cédé fin janvier par Abbotsford, la filiale AHL des Flames de Calgary. Le voilà devant le but finlandais face aux rivaux suédois pour son premier match en équipe senior. Convaincant malgré le peu de temps de glace qui lui a été offert durant la dernière rencontre, Robert Rosén, récent nouveau meilleur marqueur de l'Elitserien, est titularisé, Söderberg étant aussi malade.

Ce n'est pas une finale de championnat du monde, mais ce match n'a bien sûr rien d'amical entre Suomi et Tre Kronor. Le ton est donné, les mises en échec sont appuyées, Ortio et Fasth se doivent d'être concentrés à chaque instant. À la septième minute, Mattias Sjögren intercepte du gant une passe de ses adversaires, Jakob Silfverberg tente un tir gonflé de la zone neutre, cela n'inquiète pas Ortio mais, en revanche, le rebond est chaud, Calle Järnkrok échoue de peu. Une minute après, Tony Mårtensson fait mine de faire le tour de la cage mais il effectue en fait une passe dans le dos à destination de Jonas Andersson ; Joni Ortio a bien suivi l'action.

La valeur des Suédois est d'effectuer un pressing constant sur la cage afin qu'un tir puisse aboutir à une action dangereuse, c'est le cas sur les tentatives de Simon Hjalmarsson ou de Jonas Andersson. Avant la pause, alors que les esprits s'échauffent, Mattias Sjögren (sur une déviation) et Calle Järnkrok donnent des sueurs froides à Jukka Jalonen et sa formation. Néanmoins, ce premier tiers-temps est plutôt équilibré.

Pour faire trébucher, Fredrik Pettersson se retrouve pénalisé. Les parades de Fasth sont frustrantes, les reprises de volée ne le perforent pas, Antti Pihlström tente même d'y aller seul mais le portier de l'AIK fait face. Ça se bat dans les coins, ça travaille beaucoup, Silfverberg hérite d'ailleurs d'un joli cadeau à la vingt-septième minute et ne se pose pas de question. Par la suite, Staffan Kronwall part de sa zone pour déborder sur la gauche. L'opposition le force à transmettre à Robert Rosén, le palet semble frapper le poteau et ressort aussitôt, le jeu se poursuit. La consultation de la vidéo par l'arbitre le confirmera.

Malgré ce coup du sort, la Suède va pourtant passer la seconde, Joni Ortio est alors débordé mais il brille ce jeune lion. Notamment face à Danielsson qui se retrouve face à lui après une nouvelle passe fabuleuse de Kronwall, Ortio arrête de la jambière droite et régale les photographes. Les pénalités finlandaises pleuvent, les Suédois continuent de canarder, même à genoux à l'image de Joel Lundqvist. Le but semble imminent. Jakob Silfverberg rentre en zone offensive et élargit côté droit vers... Staffan Kronwall qui tape dans le mille (1-0, 35'59"). Mattias Weinhandl au cachot pour un vilain geste sur Mikko Kousa à la fin de la deuxième période, la tempête suédoise se calme. La Tre Kronor mène après une période largement à son avantage.

KONTIOLA Petri-100520-009

Weinhandl toujours emprisonné, Petri Kontiola tente une égalisation rapide en slalomant à grande vitesse. Weinhandl de retour sur la glace, il adresse une passe très appuyée à Mårtensson qui touche légèrement le puck, insuffisant pour lever le public du Globen. Le rythme s'emballe de nouveau, les deux gardiens sont encore plus sollicités, certains joueurs s'y prennent à plusieurs fois comme Janne Lahti. De l'autre côté, Danielsson est servi devant le but, Ortio a toujours d'aussi bons réflexes. L'attaquant du MODO retente un slap à la quarante-sixième minute, finalement il passe plus qu'il ne tire et fait un heureux : Jonas Andersson qui n'a plus qu'à pousser dans les filets (2-0, 45'52").

La Finlande, pourtant en infériorité numérique, ne se laisse pas abattre grâce à un exploit de Janne Pesonen. En zone neutre, Magnus Johansson se fait berner par son tour de passe-passe, Pesonen semble avoir échoué devant Fasth, du moins c'est ce que pensent trois joueurs suédois complètement à l'ouest qui cherchent le disque au corner gauche. Pesonen a en fait bloqué le palet avec son pied et bat entre les jambes tranquillement Viktor Fasth délaissé par ses gardes-du-corps (2-1, 46'34").

Cinq minutes plus tard, Jesse Joensuu manque l'immanquable. Leo Komarov lui transmet une longue passe de la zone neutre, Joensuu défie seul Fasth qui stoppe ce lancer du revers avec sa mitaine. La défense suédoise se mobilise sous une tempête qui est désormais finlandaise. Joensuu, à droite, décale Janne Niskala, sur sa gauche, qui envoie un boulet de canon avant que Viktor Fasth ne doive une fois de plus s'interposer sur un face à face, encore Janne Pesonen qui s'était débarrassé facilement de Tobias Viklund. La Finlande domine largement la fin de match mais elle se découvre. L'échec avant de Joel Lundqvist va lui sourire, il réussit à récupérer la rondelle, fait le tour de la cage et bat du revers un Ortio toutefois éblouissant pour sa première sélection (3-1, 58'11"). Le débat est clos...

La Suède remporte cette troisième étape de l'Euro Hockey Tour, après la Coupe Channel One obtenue en Russie en décembre, grâce à ce gain face aux champions du monde. Cela permet ainsi aux suédois de prendre la tête de l'EHT avec un point d'avance sur les Russes. Si leur premier match fut plein de bonnes intentions sans avoir été récompensée, la troupe de Pär Mårts aura retrouvé par la suite une efficacité qui lui faisait défaut avec un jeu toujours aussi énergique et agressif, dans le bon sens du terme, entendons-nous bien...

Commentaires d'après-match :

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "C'est une incroyable sensation de se tenir debout derrière le banc et de voir les joueurs exercer du très bon hockey. Je pense que nous nous sommes améliorés. Bien sûr, j'aurais aimé que l'on prenne la tête avec une marge de plusieurs buts mais c'est très bien d'avoir gagné même si nous avons été bousculés à la fin. Ekholm a été brillant, Hjalmarsson fantastique en infériorité numérique et Joel (Lundqvist) est un vrai guerrier."

Élu meilleur joueur du tournoi : Viktor Fasth (Suède).

Équipe étoile du tournoi :

Gardien : Viktor Fasth (Suède)
Défenseurs : Ossi Väänänen (Finlande) - Mattias Ekholm (Suède).
Attaquants : Juhamatti Aaltonen (Finlande) - Evgeny Kuznetsov (Russie) - Nicklas Danielsson (Suède).
 
 
Suède - Finlande 3-1 (0-0, 1-0, 2-1)
Dimanche 12 février 2012 à 15h30 à l'Ericsson Globe de Stockholm. 9263 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Jimmy Dahmén et Johannes Käck (SUE).
Pénalités : Suède 8' (2', 4', 2'), Finlande 12' (4', 6', 2').
Tirs : Suède 36 (10, 14, 12), Finlande 28 (7, 7, 14).
 
Évolution du score :
1-0 à 35'59" : Kronwall assisté de Silfverberg (sup. num.)
2-0 à 45'52" : Andersson assisté de Danielsson 
2-1 à 46'34" : Pesonen (inf. num.)
3-1 à 58'11" : Lundqvist
 
 
Suède
 
Gardien : Viktor Fasth.
 
Défenseurs : Magnus Johansson (C) - Mattias Ekholm (+1) ; Staffan Kronwall (A) - Christian Bäckman ; Daniel Fernholm - Klas Dahlbeck ; Tobias Viklund.
 
Attaquants : Mattias Weinhandl (-1, 4') - Tony Mårtensson - Jonas Andersson ; Mattias Sjögren - Calle Järnkrok - Jakob Silfverberg (A) ; Nicklas Danielsson (+1, 2') - Robert Rosén (+1) - Andreas Jämtin (+1) ; Frederik Pettersson (2') - Joel Lundqvist (+1) - Simon Hjalmarsson (+2).
 
Remplaçants : Johan Gustafsson (G), Patrik Zackrisson.
 
Finlande (2' pour surnombre)
 
Gardien : Joni Ortio.
 
Défenseurs : Pasi Puistola (-1) - Janne Niskala (-1) ; Teemu Eronen - Ossi Väänänen (A, +1) ; Joonas Järvinen (2') - Mikko Kousa (-1) ; Topi Jaakola - Lasse Kukkonen (C, 2') .
 
Attaquants : Janne Lahti - Petri Kontiola (+1) - Sakari Salminen ; Janne Pesonen (+1) - Perttu Lindgren - Juhamatti Aaltonen (2') ; Jani Tuppurainen (-1) - Juha-Pekka Hytönen (-1) - Antti Pihlström (-1) ; Jesse Joensuu (-1) - Jarmo Koskiranta (-1, 4') - Leo Komarov (A, -1).
 
Remplaçants : Niko Hovinen (G), Marko Anttila.