Bélarus - Allemagne (Belswissbank Cup à Minsk, demi-finale 2)

STEPANOV Andrei-110505-136Dubaï plutôt que l'équipe nationale. Le nouveau sélectionneur du Bélarus, Kari Heikkilä, avait annoncé depuis longtemps son intention de réunir sa meilleure équipe (hors joueurs de NHL) en février. Il espérait éviter ainsi la déroute subie en novembre dans le précédent tournoi à domicile. Les vedettes évoluant dans les grands clubs russes (Kalyuzhny d'Omsk et Koltsov d'Ufa) sont bien là... mais pas tous les internationaux du Dynamo Minsk. Le représentant biélorusse de KHL ne donne pas l'exemple. Il a emmené une partie de ses joueurs aux Émirats Arabes Unis, où il a organisé un stage au soleil pendant la trêve. Denisov, Meleshko, Mikhalev et Kulakov sont donc à Dubaï, tandis qu'Ugarov, Demagin et Stas sont blessés. La meilleure équipe reste donc du domaine du rêve.

Maux de tête. Si Heikkilä a dû renoncer avec ses plans, son homologue Jakob Kölliker a cependant renoncé à sélectionner les joueurs du club champion. Les Eisbären de Berlin comptent en effet actuellement cinq (!) joueurs absents avec des commotions cérébrales. Une incroyable accumulation qui est devenu le sujet de débat et d'inquiétude du moment, comme en NHL. Les joueurs berlinois restants ont beaucoup plus de temps de jeu et ont donc eu le droit de souffler.

Naturalisés. Les absences donnent l'occasion de voir de petits nouveaux, mais tous ne sont pas des jeunes "du cru". Ainsi, l'Allemagne aligne Evan Kaufmann, un double passeport canadien que l'on avait déjà essayé de convoquer à l'automne. Le Bélarus, lui, compte un "Russe" de plus. Artem Bozhko avait déjà porté le maillot d'une sélection russe il y a six ans, en France, lors d'un des derniers tournois du Mont-Blanc, déclinant car organisé avec des équipes B. Cela lui avait donné envie de rejoindre une équipe nationale. Une opportunité qui s'est présentée par hasard. Voici quatre ans, il cherchait un club en Europe mais le visa se faisait attendre. Il a alors signé un contrat à Vitebsk au Bélarus... et aujourd'hui, il a tourné casaque et troqué sa nationalité, ce qui lui vaut d'être appelé en dernière minute après le forfait de Stas. Il a d'ailleurs retrouvé dans sa nouvelle sélection un vieux camarade : Andrei Antonov a été formé comme lui avec la génération 1985 du Khimik Voskresensk.

MEZIN Andrei-110429-340Débuts ratés. Kölliker souhaitait procéder à une large revue d'effectif pour se faire une idée du réservoir allemand. Il a donc vu à l'oeuvre 52 joueurs au total, en comptant la "Team Sotchi", une équipe de jeunes rassemblée en décembre pour affronter - et battre - la Russie B. C'est là que se sont révélés David Wolf et (l'autre naturalisé) Garret Festerling, les découvertes de la saison à Hambourg, mais aussi le défenseur Torsten Ankert, un gros gabarit. La première vraie sélection va cependant se passer plus mal : une mésentente avec son collègue Moritz Müller sur un engagement en zone allemande, et voilà Andrei Stepanov qui surgit pour une ouverture du score inattendue en infériorité numérique.

Faute sur faute. Tous les débutants ne sont pas aussi malheureux. Anatoli Protasenya, qui est resté cinq mois sans jouer après une blessure et regarde encore jouer le Dinamo Minsk depuis la tribune, rend grâce à son étonnante convocation. Il marque un but pour sa première sélection. Un but de raccroc, à vrai dire. Plutôt une belle boulette de Dmitri Kotschnew, le gardien allemand de KHL sélectionné "en voisin". Deux minutes plus tard, c'est Kaufmann qui échoue face au gardien, et sur la contre-attaque, Stepanov profite d'une erreur de Benedikt Kohl derrière sa cage pour surprendre Kotschnew d'un mouvement rapide et inscrire son second but.

Hommage. En quatre minutes en deuxième période, l'Allemagne encaisse la bagatelle trois buts. Le troisième est marqué en supériorité numérique par Aleksei Kalyuzhny, un des héros fêtés avant le match. Le Bélarus a en effet célébré le dixième anniversaire de sa qualification en demi-finale des Jeux olympiques de Salt Lake City. Trois internationaux sont toujours en poste, en comptant aussi Koltsov et l'éternel Andrei Mezin (blanchissage ce soir), mais le moment le plus émouvant fut l'élévation du maillot numéro 24 de Ruslan Salei sous l'arche de la patinoire. Le Bélarus évolue toujours sans capitaine, pour respect le deuil de son leader disparu en septembre dans l'accident d'avion de Yaroslavl.

Désignés joueurs du match : Andrei Stepanov pour le Bélarus et Felix Petermann pour l'Allemagne.

Commentaires d'après-match

Jakob Kölliker (entraîneur de l'Allemagne) : "Félicitations au Bélarus, qui a vraiment bien joué. Ce fut difficile dès le début : l'équipe a eu du mal à s'ajuster après le but encaissé en supériorité sur un engagement. Mais les Biélorusses nous ont mis une pression active."

Kari Heikkilä (entraîneur du Bélarus) : "Le premier but était important, il nous a donné confiance. Le deuxième tiers-temps était notre meilleure période, tous nos plans ont réussi, je suis satisfait. En troisième période, bien sûr, nous avons normalement cherché à défendre et à contrôler le palet. Nous nous sommes cependant un peu relâchés, et je suis très heureux pour Mezin que l'adversaire n'ait pas marqué."

Artem Bozhko (attaquant du Bélarus) : "En équipe nationale, les responsabilités sont complètement différentes. Je suis satisfait des émotions que j'ai ressenties, surtout en parlant avec les supporters. C'est le jour et la nuit avec le championnat. Il faut prendre la bonne décision en une fraction du seconde. Le combat se déroule partout sur la glace, car les adversaires sont athlétiques."

 

Bélarus - Allemagne 4-0 (1-0, 3-0, 0-0)
Vendredi 10 février 2012 à 19h00 à la Minsk-Arena. 8150 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Baluska (SVK) et Vladimir Nalivaiko (BLR) assistés de Dmitri Golyak et Ivan Dedyulya (BLR).
Pénalités : Bélarus 10' (8', 0', 2'), Allemagne 16' (6', 6', 4').
Tirs : Bélarus 23 (5, 14, 4), Allemagne 22 (10, 3, 9).

Évolution du score :
1-0 à 11'41" : Stepanov assisté de Kitarov (inf. num.)
2-0 à 24'18" : Protasenya
3-0 à 26'21" : Stepanov
4-0 à 28'26" : Kalyuzhny assisté de Kovyrshin et Kostyuchenok (sup. num.)


Bélarus

Gardien : Andrei Mezin.

Défenseurs : Dmitri Korobov (+1, 4') – Nikolai Stasenko (2') ; Andrei Kostyuchenok – Oleg Goroshko ; Andrei Bashko (+2) – Andrei Antonov (2') ; Pavel Chernook (+3).

Attaquants : Evgeni Kovyrshin – Aleksei Kalyuzhny – Konstantin Koltsov ; Andrei Stepanov (+2) - Aleksandr Kitarov (+2) – Sergei Dudko ; Aleksandr Pavlovich – Sergei Drozd - Mikhaïl Stefanovich ; Artem Bozhko (+2) - Andrei Kolosov (+1, 2') - Anatoli Protasenia (+1) ; Konstantin Zakharov.

Allemagne

Gardien : Dimitrij Kotschnew [remplacé par Dennis Endras de 11'41" à 12'53"].

Défenseurs : Christopher Fischer (2') - Nikolai Goc (-1, 4') ; Benedikt Kohl (-1) - Benedikt Schopper (-1, 4') ; Torsten Ankert (-2) - Moritz Müller (-1) ; Felix Petermann.

Attaquants : Philip Gogulla (-2) - Felix Schütz (-2) - John Tripp (-2) ; Michael Wolf (C, -1) - Alexander Barta - Patrick Hager (2') ; Martin Buchwieser (-1) - Daniel Pietta (-1) – Frank Mauer (2') ; David Wolf (2') - Garret Festerling – Patrick Reimer ; Evan Kaufmann.