Toulouse-Blagnac – Mont-Blanc (Division 1, 22e journée)

Une précieuse victoire

Nous voici déjà à la 22e journée de championnat. C'est la dernière ligne droite avant la fin de la saison, l'occasion de consolider sa position ou de tenter de grappiller quelques places pour se sauver. Du côté de l'ex-pensionnaire de ligue Magnus il faut s'accrocher à cette 8e place synonyme de play off. En revanche du coté des Bélougas, la situation est critique. Une 13e place et un statut de relégable. Comme le précise Jean-Noël Botella le président du club : "Il reste 7 matchs à jouer dont deux en retard. Le TBHC reste maître de son destin, mais rien ne sera simple, plus le droit à l'erreur et chaque match sera un combat sans merci." Le fait important de la soirée c'est que le match ne se déroule pas sur l'habituelle glace de la patinoire Jacques Raynaud qui est indisponible suite à des problèmes techniques, mais dans le complexe flambant neuf Alex Jany.

20 minutes d'observation

La délocalisation du match ainsi que la plus petite taille des gradins ont limité le public à 923 spectateurs.

Le match débute sur un rythme très lent. Des deux côtés on s'observe, on fait tourner le palet et on tente de timides attaques. Les 10 premières minutes de jeu sont très pauvres en occasions. Le jeu est principalement mené par l'équipe du Mont-Blanc qui joue un jeu collectif avec l'ensemble des lignes qui montent et redescendent au gré des phases offensives ou defensives. En revanche, pour les Blagnaco-Toulousains, c'est l'habituel jeu de contre-attaque, sans vraiment maîtriser le jeu, avec un attaquant qui tente des percées solitaires et parfois se sent un peu esseulé. Toujours est-il que des deux côtés la maladresse devant le but ne permet pas d'ouvrir le score. Et c'est sur un pauvre 0-0 que les deux formations rentrent aux vestiaires.

Deux minutes de folie

Après ce premier tiers vraiment décevant sur le plan offensif, les deux équipes remontent sur la glace avec des intentions visiblement plus marquées. Dès la 2e minute, Maxime Faup sert parfaitement Anthony Wagret dont le tir rase le but d'Adrien Morin. C'est la première grosse occasion du match. Les Bélougas prennent la direction du jeu. Mont-Blanc ne semble pas réagir et laisse les vagues blagnaco-toulousaines déferler sur les cages d'Adrien Morin. La frustration des deux équipes devient palpable. Du côté local, c'est parce qu'on n'arrive pas à concrétiser les occasions, et pour Mont Blanc, c'est parce qu'on sent le contrôle du match lui échapper.

À la 30e minute, Jimi Palanto manque son contrôle et vient percuter le gardien de Mont Blanc. Quarante secondes plus tard, alors que le même Palanto se présente devant les cages, le portier visiteur est à nouveau bousculé. Un bagarre générrale éclate, vite maîtrisée par le trio arbitral qui envoie Sébastien Borini, Sébastien Subit, Sébastien Savajol et Maxime Michaud sur le banc de la prison. En fait ce sont les locaux qui durcissent le jeu pour essayer de déstabiliser le Mont Blanc et pour tenter de concrétiser leur domination jusque là stérile.

À la 36e minute Jeremy Pradel attend dans le dos de la défense du Mont Blanc près de la ligne bleue et reçoit une passe en profondeur qui lui permet de se retrouver seul face à Adrien Morin, mais le tir passe légèrement à droite de la cage. Cette fin de tiers sent le chaos. Mont Blanc ne fait que subir et seule la maladresse des Bélougas leur a évité l'ouverture du score.

Il reste deux minutes à jouer, deux minutes de folie. Rémi Peronnard, tout seul à la bleue et excentré, frappe au but et trompe Adrien Morin. Quel but magnifique ! Même pas le temps de célébrer ce but, car dès l'engagement, soit 12 secondes plus tard, Jeremy Ares suite à une action construite réussit à tromper Niklas Lehti. Quel manque de concentration pour les Bélougas, tout est à refaire. Mais c'est sans compter sur Remi Peronnard qui réussit de façon incroyable à marquer un deuxième but identique au premier, dans la même position. 2-1, les Bélougas prennent l'avantage.

Les deux équipes changent leur gardien. Luc Saccomano entre pour Mont-Blanc, certainement pour éviter de prendre un 3e but suite à un manque de concentration. En revanche, la rentrée de Thibault Saez est la conséquence d'une blessure aux adducteurs de Niklas Lehti. Les deux équipes rentrent au vestiaire.

Echec et mat

Le troisième tiers démarre sur des bases beaucoup plus calmes que celles du deuxième. En dépit du faible écart au score, Mont Blanc ne se déchaîne pas pour tenter de recoller au tableau d'affichage et on assiste à un tiers plutôt mou. Les attaquants du Mont-Blanc ne construisent plus vraiment et tentent souvent de tirs à mi-distance comme Maxime Belov à la 55e minute qui tente un tir au ras de la glace mais stoppé de la mitaine par Thibault Saez. Le temps passe sans vraiment que le jeu change de physionomie. A la 58e minute les visiteurs prennent un temps mort et font sortir leur gardien. Kirk Golden scelle le sort des visiteurs en marquant en cage vide. 3-1, score final.

Conclusion.

Ce match qui s'est déroulé dans la toute nouvelle patinoire Alex Jany ne restera pas dans les annales du hockey sur glace. Techniquement le match a été assez pauvre et peu engagé. Sur le plan du jeu, c'est à oublier pour les deux équipes. Sur le plan comptable, ce match permet au TBHC de recoller au classement en attendant les confrontations directes qui vont décider de son sort. En ce qui concerne Mont Blanc sa 8e place est fragilisée et la participation au play off ne tient qu'à un fil tellement la meute de poursuivants est proche.

 

Toulouse-Blagnac - Mont-Blanc 3-1 (0-0, 2-1, 1-0)
Samedi 11 février 2012 à la patinoire Alex Jany 923 spectateurs.
Arbitrage de Marie Tjana Picavet assisté de Adrian Popa et Olivier Salicio.
Pénalités : TBHC 12' (4', 8', 0'), Mont Blanc 14' (4', 6', 4').

Évolution du score :
1-0 à 38'02" : Péronnard
1-1 à 38'14" : Ares assisté de Biscard et Silvennoinen
2-1 à 39'17" : Péronnard (inf. num.)
3-1 à 59'36" : Golden (sup. num.)

 

Mont-Blanc

Gardien : Adrien Morin puis Luc Saccomano à 39'17".

Défenseurs : Riku Silvennoinen, Sébastien Borini, Fabien Satonay, Victor Cocar, Lionel Simon, Sacha Jean, Maxim Belov.

Attaquants : Raphaël Ranzoni, Loïc Le Moine, Jérémy Ares, Raphaël Rohwedder, Morgan Vialle, Sébastien Subit, Romain Orset, Patxi Biscard, Étienne Croz

Toulouse-Blagnac

Gardiens : Niklas Lehti puis Thibault Saez à 40'00".

Défenseurs : Damien Gadiot, Benoît Pourtanel, Taneli Ahlfors, Karl Dewolf, Terry Prunier, Maxime Michaud, Harold Ten Braak, Robin Drogue.

Attaquants : Jérémy Pradel, Anthony Wagret, Augustin Gillardin, Sébastien Savajol, Alexis Codevelle, Remi Peronnard, Christophe Ribanelli, Kirk Golden, David Gaydon, Jimi Palanto, Antoine Pelisse, Maxime Faup.