Statshot - Bilan de la saison régulière de Ligue Magnus

Stats individuelles :

LES POINTEURS : Il occupait cette place depuis déjà de très nombreuses semaines, les points inscrits lors des dernières journées (4 points en clôture de saison à Bozon contre Chamonix, et à l’issue d’une série de 10 points en 5 matchs) l’ont confirmé un peu plus, c’est un véritable triomphe pour le numéro 13 des Ducs de Dijon : Martin Gascon.

Il remporte le titre de meilleur pointeur de la saison régulière avec 59 points (15 buts et 44 assistances, une moyenne personnelle de 2,36 points par match), soit 8 unités de plus que son coéquipier Yanick Riendeau (24 buts pour 27 assistances). Un autre québécois complète le podium : le Diable Rouge Eric Castonguay et ses 45 points (7 buts et 38 assistances). En outre comme il fut souligné dans un précédent article, le Top 5 est bien resté 100% canadien, avec les Dragons Marc-André Thinel et l’habitué Carl Mallette en 4e et 5e position. Il aura d’ailleurs manqué deux petits points à Thinel pour empêcher les Dragons de connaitre une statistique inédite : depuis la création de la Ligue Magnus, c’est la première fois que le podium des pointeurs ne compte aucun rouennais.

Avec ses 59 points, le natif de Ville Saint-Pierre est clairement dans la moyenne des meilleurs pointeurs de ces dernières saisons. Le record est détenu par Jonathan Bellemare qui a inscrit 61 points pour Angers en 2009-2010, devant le duo rouennais Carl Mallette (en 2005-2006) et Marc-André Thinel (en 2007-2008) avec 60 unités.

En outre, il réussit un doublé puisque la saison passée il était déjà meilleur pointeur de la Division 1 avec les Albatros de Brest (95 points).

 

LES MEILLEURS POINTEURS PAR EQUIPE :

- les Gothiques d’Amiens : Martin Tomasek – 24 points (13 buts, 11 assistances)

- les Ducs d’Angers : Marc Belanger (16,14) et Jonathan Bellemare (11,19) – 30 points

- les Diables Rouges de Briançon : Eric Castonguay – 45 points (7,38)

- les Drakkars de Caen : Jean Christophe Gauthier – 15 points (6,9)

- les Chamois de Chamonix : Carl Lauzon – 33 points (14,19)

- les Ducs de Dijon : Martin Gascon – 59 points (15,44)

- les Dauphins d’Epinal : Jan Plch – 39 points (12,27)

- les Rapaces de Gap : Cody Campbell (12,13) et Jiri Jelen (6,19) – 25 points

- les Bruleurs de Loups de Grenoble : François Ouimet (17,10) et Mitja Sivic (11,16) – 27 points

- les Pingouins de Morzine-Avoriaz : Bradley Smyth – 25 points (8,17)

- les Bisons de Neuilly sur Marne : Lukas Pek – 24 points (9,15)

- les Dragons de Rouen : Marc-André Thinel – 44 points (18,26)

- l’Etoile Noire de Strasbourg : Jan Cibula – 26 points (4,22)

- les Ours de Villard de Lans : Peter Szabo – 32 points (10,22)

 

LES BUTEURS : Le meilleur buteur de la saison régulière a été Yanick Riendeau pour les Ducs de Dijon. Il termine avec 24 buts marqués, devant son coéquipier Anthony Guttig (seul français des podiums individuels) et ses 22 buts. Le numéro 3 est Marc-André Thinel avec 18 buts.

S’il apparait comme le meilleur buteur le moins prolifique de l’histoire de la Magnus, il n’en demeure pas moins que le dijonnais doit cette place à une belle régularité tout au long de la saison : ayant joué 25 rencontres sur 26, il termine la phase aller avec 13 buts, et en inscrit 11 durant les matchs retours. S’appuyant notamment sur une constance en jeu de puissance, il a marqué à 9 reprises en power play, et à même inscrit 3 buts en infériorité numérique.

C’est là son meilleur total en Ligue Magnus, bien qu’il s’en soit approché en 2008-2009 avec Strasbourg, lors d’une saison où il a inscrit 23 buts. Son record personnel est toujours placé à 36 buts (en 26 matchs) lors de la saison 2005-2006. Pour sa première saison en France, il évoluait alors en Division 1 pour les Taureaux de Feu de Limoges.

 

LES PASSEURS : Martin Gascon a dominé très largement ce classement des meilleurs assistants avec 44 passes, soit 6 de plus qu’Eric Castonguay (38 assistances) et 17 de plus qu’un duo composé de Yanick Riendeau et du Dauphin Jan Plch qui terminent tous deux avec 27 assistances.

Ce joueur peut être considéré comme un coutumier du fait. S’il termine cette saison avec une belle moyenne de 1,76 passe par match, il peut déjà se targuer de certaines moyennes hallucinantes : 2,04 avec Neuilly sur Marne en 2007-2008, et même 2,30 avec les Albatros de Brest la saison passée (60 assistances en 26 rencontres !).

Et puisque les statistiques en hockey, c’est aussi cette donnée, le joueur le plus pénalisé de la saison régulière est le Rouennais Antonin Manavian qui termine la saison avec 82 minutes de pénalité cumulées.

 

 

Stats collectives:

« Chahutés » cette saison suite au succès en Continental Cup, les Dragons de Rouen ont su retrouver en fin de saison l’énergie nécessaire pour terminer leaders de la saison régulière, pour la troisième année consécutive. Il n’est donc pas étonnant de retrouver les Dragons en tête de plusieurs classements collectifs. Rouen termine notamment avec la meilleure moyenne de résultats à domicile (88,5% de victoires), grâce à ses 11 succès sur 13 rencontres à l’Ile Lacroix. Seuls l’Etoile Noire de Strasbourg en prolongation pour le compte de la 6e journée (3-4, 22 octobre 2011) et les Ducs de Dijon lors de la 13e journée (1-5, 26 décembre 2011) sont parvenus à s’imposer en Normandie. C’est également l’équipe qui a gagné le plus de rencontres en ayant été menée au score (7 victoires sur 10 matchs).

Equipe surprise de cette saison, les Chamois de Chamonix ont réalisé de jolies performances qui se retranscrivent également dans les chiffres : les Hauts-Savoyards partagent avec les Ducs d’Angers la meilleure moyenne de résultats à l’extérieur, avec 80,8% de victoires hors des bases. C’est également l’équipe qui a été la plus efficace en infériorité numérique.

Mais cette place est partagée avec les Ducs de Dijon. Comme très souvent, les statistiques collectives et individuelles sont étroitement liées, et grâce à son armada offensive les Ducs ont raflé plusieurs récompenses de cet ordre en saison régulière : Dijon réalise notamment la performance d’avoir été l’équipe la plus efficace en infériorité ET en supériorité numérique, ce qui témoigne d’une volonté de jeu combinée à une efficacité défensive en lignes spéciales. C’est aussi la formation qui a le plus longtemps menée au score cette saison, ce qui n’est pas sans lien avec le fait qu’elle ait été celle qui a le plus souvent gagné après avoir ouvert le score (83,3% de victoires dans cette situation). Enfin elle est l’équipe dont le temps moyen pour inscrire le premier but est le plus faible : 12 minutes 07 en moyenne.

Enfin coup de chapeau aux Rapaces de Gap ! Cette formation termine la saison régulière auréolée du titre d’équipe la plus fair-play en totalisant 313 minutes de pénalité, soit 37 minutes de moins que les Ducs de Dijon deuxièmes de ce classement, et… 210 minutes de moins que les Ours de Villard de Lans qui ferment la marche !