Wasquehal - Français Volants (Division 2, 1/8e de finale, match aller)

2012-03-03-wasquehal-francaisvolants-2Dans la lutte à trois engagée avec Asnières et Clermont-Ferrand, les Lions de Wasquehal furent dépossédés sur le fil de leur sixième place, ce qui a pour conséquence de leur offrir un cadeau empoisonné pour leur quatrième présence consécutive en play-offs. Les Français Volants, larges vainqueurs de la Poule A, se présentent dans le Nord avec l’ambition de confirmer en séries les bonnes dispositions entrevues depuis septembre.

Les Français Volants prennent une option

L’ambiance est festive dans la patinoire de la métropole lilloise, investie par de nombreux supporters parisiens, sur un fond musical de bandas. Moins à la fête, les Lions subissent et concèdent vite un premier dégagement interdit sur une poussée de Jani Kylmämaa, encore dangereux lors de sa deuxième présence. Face à ce début de domination, les Lions savent qu’il leur faudra saisir la moindre opportunité pour inquiéter Johan Bäckö. Pris dans le coin par Brett Moore, Quentin Lamey l’apprend à ses dépens lorsque le centre de l’Américain est bien repris par Nikita Smirnov, surgi au deuxième poteau (1-0 à 03'35"). Le portier suédois est à peine remis de ses émotions qu’un tir puissant de Thomas Fauchart passe près de le surprendre.

Les Français Volants réagissent toutefois rapidement. Moins d’une minute plus tard, Einar Engström, posté derrière la cage, trouve Quentin Pépy (1-1 à 04'29"). L’ancien Caennais est encore déterminant sur une pénalité différée provoquée par Kylmämaa, obligeant d’un lancer en force Julien Peyre à concéder le rebond, exploité par Quentin Lamey (1-2 à 06'30"), avant de déborder la défense côté gauche et servir Brendan Martial sur un plateau (1-3 à 07'16"). On craint alors le pire pour les Nordistes, à la peine devant la percussion et la vitesse de leur adversaire et contraints de concéder un nouveau dégagement interdit.
 
wagnerjeromeCe serait ignorer leur capacité à riposter dès qu’une fenêtre de tir est ouverte. Fauchart parvient encore à employer le gardien sur un essai initial de Lenière-Piquet, qui avec Rusnak est l’auteur de deux nouveaux lancers dangereux. Wasquehal profite en outre des quelques hésitations défensives entrevues côté parisien, Axel Canaguier prenant le meilleur sur Julien Boulet derrière le but pour pivoter sur lui-même et expédier le palet sous la barre d’un Bäckö pantois (2-3 à 14'53").
 
Les risques défensifs étant partagés, c’est au tour de Martial de bénéficier de l’occasion de rétablir l’avance de deux buts lorsque Valli envoie une relance sur l’armature de sa propre cage, mais Julien Peyre parvient à maintenir un court écart, qui risque toutefois d’évoluer à la reprise car Moore est puni pour une obstruction sur Dermigny. S’ils s’appuient toujours sur la rapidité d’exécution de Pépy ou les qualités de Jani Kylmämaa dans la protection du disque, les Français Volants perdent cependant de leur superbe, voyant même Martin Domian partir défier Backo en échappée.
 
Au jeu des pénalités, le chassé-croisé vers la prison tourne finalement à l’avantage des hommes de Frédérick Brodin. Einar Engström met fin à plusieurs minutes de palabres sur une action rapidement menée (2-4 à 30'50")… trente-sept secondes avant une faute d’Amsellem sur Brett Moore. La plus belle opportunité est encore francilienne, grâce à un contre de Chougui ponctué d’un tir échoué sur la botte de Peyre. Au retour à égalité numérique, un 3 contre 1 permet à Pépy de délivrer une nouvelle passe à son compère suédois, seul devant la cage (2-5 à 33'48"). Sur une nouvelle pénalité différée provoquée par Jani Kylmämaa, Julien Peyre sauve ensuite les siens aux devants de Chougui.
 
Incapable de profiter de cet avantage numérique, Paris voit Nikita Smirnov s’échapper et tenter de venir défier Backo, subissant au passage une faute. Le Russe, malheureux lors de la séance des tirs aux buts face à Asnières en novembre, prend le temps de feinter le portier pour mieux le déjouer (3-5 à 37'37"). À la suite d’une charge appuyée de Martial, il est la victime bien malgré lui d’un deuxième tiers-temps assez heurté, en outre ponctué par l’exclusion de Julian Marcos, très remonté à l’encontre de Brett Moore, Edmond Chan et Stefan Rusnak.
 
2012-03-03-wasquehal-francaisvolantsLes cinq minutes théoriques d’avantage numérique sont gâchées par un surnombre puis un accrocher de Lenière-Piquet. Wasquehal parvient alors à se créer, en infériorité, les quelques occasions de recoller quasi inexistantes lors des instants précédents. La passe de Fauchart vers Smirnov, isolé devant le but, passe cependant au-dessus de la palette du Russe, Martin Domian, à l’affût d’un palet perdu dans la zone, ratant son duel avec Backo. Le filet suivant est bien le sixième but parisien, signé Pépy, bien servi par... Engström (3-6 à 52'32").

Cet avantage de trois buts est quasiment décisif pour les Français Volants, qui effacent encore deux pénalités, Wagner repoussant au passage un palet, frappé par Lenière-Piquet, devant la ligne. Celui, définitif, de quatre filets suite à une échappée de Kylmämaa (3-7 à 58'48"), scelle quasiment le sort des hommes de Frédéric Nilly. Les Lions peuvent voir dans leur dernière visite à Bercy, en 2010, un motif d’espoir. Mais les Français Volants ont bien changé depuis, s’appuyant notamment sur une ligne Engström – Pépy - Martial impériale ce soir.

Commentaires d'après-match :

Frédéric Nilly (entraîneur de Wasquehal) : "Je suis déçu de ne pouvoir aligner mon équipe au complet. Cela aurait pu être une autre histoire et nous aurait permis de leur donner du fil à retordre. La déception vient du deuxième tiers-temps, où il n’y a pas lieu de lâcher. C’est au moins deux buts de trop, la preuve qu’il nous faut encore grandir. Avec quatre défenseurs, les choses étaient compliquées. Pour le retour, avant de parler du goal-average, il conviendra de sauver l’honneur face à une équipe solide."
 
Frédérick Brodin (entraîneur des Français Volants) : "Malgré le peu d’informations sur Wasquehal, il fallait imposer notre jeu, jouer sur nos qualités. Après quelques minutes, on s’est laissé imposer le faux rythme de Wasquehal, sans faire les efforts pour se mettre à l’abri. Wasquehal a joué le coup à fond, alors que l’on aurait pu les asphyxier. Rentrer avec quatre buts d’avance est déjà une bonne chose. Offensivement, l’équipe a tourné toute la saison, et pas uniquement une ligne prise isolément. Nous sommes attendus car les résultats sont venus rapidement, grâce à un recrutement intelligent orienté vers l’expérience et un état d ‘esprit adapté au groupe."

 

Wasquehal – Français Volants de Paris 3-7 (2-3, 1-2, 0-2)
Samedi 3 mars 2012 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 250 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Frédéric Massé et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Wasquehal 36' (2', 8’+10', 6'+10’), Paris 37' (0', 8'+25’, 4').
Tirs : Wasquehal 26 (11, 6, 9), Paris 50 (17, 18, 15).

Évolution du score :
1-0 à 03'35" : Smirnov assisté de Moore et Rusnak
1-1 à 04'29" : Pépy assisté d’Engström et Martial
1-2 à 06'30" : Lamey assisté de Pépy et Guimbard
1-3 à 07'16" : Martial assisté de Pépy
2-3 à 14'53" : Canaguier
2-4 à 30'50" : Engström assisté de Martial et Pépy (sup. num.)
2-5 à 33'48" : Engström assisté de Pépy et Martial
3-5 à 37'37" : Smirnov, tir de pénalité
3-6 à 52'32" : Pépy assisté d’Engström et Martial
3-7 à 58'48" : Kylmämaa (inf. num.)
 
 
Wasquehal

Gardien : Julien Peyre.

Défenseurs : Riccardo Valli - Stefan Rusnak ; François Lenière-Piquet - Hugo Picard (A).

Attaquants : Martin Domian (C) - Brett Moore - Nikita Smirnov ; Axel Canaguier - Thomas Fauchart (C) - Edmond Chan ; Valentin Vienne - Arthur Delbecque - Adrien Colongo.

Remplaçant : Fabien Chardon (G). Absents : Maxime Boschetti (épaule), Alexis Thomas (pouce), Nicolas Hamoudi (malade) Romain Sauvage (suspendu), Thibault Maes (obligations professionnelles).
 
Français Volants

Gardien : Johan Bäckö.

Défenseurs : Quentin Lamey - Arnaud Mazzone (C) ; Jérôme Wagner - Sébastien Dermigny (A) ; Julian Marcos - Adrien Sellem.

Attaquants : Kevin Guimbard - Félix Chougui - Jani Kylmämaa ; Einar Engström - Quentin Pépy - Brendan Martial ; Nicolas Chauveau - Julien Boulet - Antoine Amsellem (A) ; Derek Summerlin à 47’00", Antoine Blanchard à 52’00".

Remplaçants : Xavier Bolomier (G), Nicolas Szewczyk, Thomas Faudot-Bel.