Compiègne - Metz (Division 2, poule de maintien, 1re journée)

Revoilà les meilleurs ennemis

2012-03-03-Compiegne-Metz2Il y a encore un an, ces deux équipes, après s'être affrontées dans deux matchs de poule fabuleux d'intensité, se battaient en finale pour le titre de D3, deux équipes pleines d'ambitions, les individualités des Graoullys face au collectif surmotivé des Lions !

Comme si les équipes avaient déjà pris rendez-vous pour le premier match des playdown de la Division 2, les regards ne cessent de se croiser durant tout l'échauffement et la pression de retomber dans l'anonymat de la division 3 se fait sentir.

Dès le début de la rencontre, le tempo est donné. Deux adversaires dont le niveau de jeu semble identique, avec des effectifs réduits. Les pénalités commencent à tomber, Delplanque, expert en la matière côté compiégnois et Dogar chez les Messins écument pour 4 minutes chacun le banc de la prison.

Pendant que les fautifs purgent leur peine chacun leur tour, les joueurs retiennent les assauts répétés de leurs adversaires, quand ceux-ci ne sont pas contenus par les portiers respectifs de chaque équipe, excellents tout les deux ce soir (Dietrich pour Metz et Caladi pour Compiègne). Après ce round d'observation et une nouvelle pénalité compiègnoise de Skelding, Andrew Hart, bien lancé par Eduards Bullitis, échappe à la vigilance d'un Vychodil mal placé pour tromper Caladi et ouvrir le score pour Metz (0-1).

Douche froide pour les Lions et la petite assemblée de spectateurs présents aux Mercières ce soir ! Compiègne est à nouveau mené au score et ne montre pas depuis quelques matchs de cette esprit de rébellion qui a fait sa force la saison dernière.

C'est sans compter l'aide d'un Eduards Bullitis très énervé durant toute la partie que Monsieur Gautier envoie se calmer en prison. Une supériorité numérique dont les Compiègnois profitent immédiatement, après une entrée en zone du défenseur offensif Teixeira-Leite, le Canadien Laurent Chenard sert Delplanque qui ne se fait pas prier pour battre Dietrich de près (1-1).

Le réveil compiégnois ?

Pas le temps de respirer pour les Messins, à voir la joie des Compiégnois à fêter cette égalisation, les joueurs vont vendre cher leur fourrure en Division 2 ! À peine 40 secondes après Delplanque, Ondrej Prokop profite d'un bon travail du deuxième bloc des Lions et de ses compères d'attaque Dostal et Nicolay pour fusiller un Dietrich laissé orphelin par sa défense. Compiègne prend l'avantage 2-1, le public se réveille enfin !

2-1, c'est le score à la fin de ce premier tiers-temps où chaque équipe a montré ses qualités de jeu mais aussi quelques travers récurrents en matière de discipline. La tension est palpable entre les joueurs et les mauvais coups se multiplient devant un corps arbitral qui se sera laissé quelque peu dépasser.

De retour sur la glace, les hostilités reprennent de plus belle avec son lot d’infractions aux règles de jeu entraînant quelques visites au banc des pénalités d’abord pour Metz (Eduards Bullitis) puis pour les Lions, avec un 2+2 à l'encontre d'un Filip Vychodil capable du meilleur sur ses remontés fantastiques comme du pire, avec des erreurs individuelles importantes et un comportement souvent limite.

Silence ! Entrée des artistes ! On tourne !

Cependant, en infériorité numérique, Alexandre Delplanque se retrouve en break après une longue passe de Chénard, le jeune compiègnois sans paniquer catapulte le palet en pleine lucarne au dessus du plateau d'un Dietrich immobile. Superbe but, 3-1 pour Compiègne.

2012-03-03-Compiegne-MetzLes Lions ont fait le break et ne comptent pas s'arrêter là, Christopher Teixeira élimine deux joueurs dans un mouchoir, résiste à la charge de Hamri dans la défense méssine et sert Prokop qui vient buter sur Cédric Dietrich, auteur d'une grosse prestation.

Pas le temps de respirer pour les Graoullys, le Lion est enragé et ses trois hommes forts sont sur la glace, un mouvement rapide entre Prokop et Dostal est repris de manière aérienne par Teixeira (4-1). Spectaculaire ! Les Messins sont abattus. Le défenseur compiègnois, intraitable ce soir défensivement et virevoltant en attaque, est tout près d'inscrire le doublé après un service de Plichta.

La réaction messine tarde à venir pour cause de pénalité de Janis Bullitis ; alors la défense mosellane s’organise pour ne pas céder sous la pression picarde. Puis vient l’occasion pour les Graoullys de mettre la pression aux Lions, les Mosellans trouvent la faille suite à une inexplicable erreur de Vychodil et Skelding. Renars Undelis les remercie et bat un Caladi surpris.

Un but qui ramène les Graoullys dans le match. L’orgueil en prend un coup dans les rangs oisains et dans un sursaut les Compiègnois repartent à l'attaque et le troisième bloc des Lions emmené par Panto et Boucher manque de creuser l'écart sur un tir de Motte repoussé sur le côté par la botte de Dietrich et repris par Teixeira qui envoie un missile qui frolle la barre transversale. Les Lions vont pouvoir s'en mordre les doigts quand, quelques minutes plus tard, Undelis, meilleur Messin ce soir, vient inscrire un doublé bien aidé par les frères Bullitis (4-3).

Un match passionnant ce soir ! Deux équipes proches en termes de niveau, deux gardiens concentrés dans leur cage, un défi physique de chaque instant entre les joueurs, des charges comme on les aime, un match d'hommes où les gestes de génie restent présents, entre les chevauchées de Delplanque, les inspirations de Dostal et Teixeira, deux seigneurs à Compiègne par leur classe et leur sang-froid face à un Dietrich à son meilleur niveau et la découverte d'un Renars Undelis, véritable poison pour les défenses !

Allez, on teminera là ce second tiers sur le score de 4 à 3 pour les Lions en attendant un troisième tiers qui s'annonce périlleux pour les Compiégnois habitués aux fins de matchs catastrophiques cette saison !

Ici, c'est Compiègne !

À voir les entrées prématurées sur la glace de Prokop et Teixeira déterminés, les Compiégnois semblent prêts à en découdre. Le coup de gueule de David Dostal après avoir encaissé le troisième but aurait-il porté ses fruits ? C'est d'ailleurs l'entraîneur-joueur qui porte l'estocade par deux fois en supériorité numérique : une première fois sur un service de Teixeira, mais Dietrich s'interpose, sur la seconde, l'ancien international crucifie le portier messin (5-3). Coup de massue sur la tête des Graoullys !

Les Compiégnois sont revenus sur la glace sans peur et conscients de leurs capacités. On retrouve un semblant de ce qui a fait leurs forces l'an dernier. Chaque joueur au service du collectif : Panto sert Boucher tout près d'ouvrir son compteur but cette saison ; Prokop ouvre pour Chenard, qui aura donné le meilleur de lui-même ce soir ; le Canadien en deux temps ne réussit pas à battre le rempart moselann. Partis en contre à deux, Delplanque décale Teixeira, l'ancien Angloy trouve le poteau de Dietrich, le KO est proche !

Les Messins répondent par Hamri et Undelis, mais leurs tentatives sont trop imprécises pour tromper la vigilance de Caladi qui passe un tiers plutôt tranquille, bien aidé quelques secondes plus tard par le retour de Teixeira qui stoppe le break de Richard en plongeant et la vigilance de Chenard pour détourner un palet filant droit au but !

Et comble de réussite, en infériorité numérique, ce sont les Compiégnois qui creusent l'écart dans la foulée par Alexis Nicolay. Après un bon travail dans la bande, le petit numéro 6 contourne la cage et subtilement glisse le palet sous Dietrich (6-3).

Il reste 13 minutes, Metz ne reviendra plus et Metz le sait ! Avec leur expérience, les Graoullys mettent la pression sur les jeunes Lions ! Anthony Panto, par deux fois, fera preuve de naïveté et sera pénalisé par le corps arbitral. Teixeira et Vychodil répondent à l'impact physique messin, et sur deux charges, Hamri et Bullitis restent cloués à la balustrade. Le match s'échauffe, la rivalité n'est plus à démontrer entre ces deux équipes qui se connaissent parfaitement. Sur un débordement de Michal Plichta, le Tchèque est chargé violemment par Eduards Bullitis, Plichta reste au sol, empoignade entre les joueurs sur la glace, Bullitis piétine le dos de Plichta encore au sol ! Prokop vient faire la police. Résultat : 2 minutes pour Bullitis et 2+10 pour Plichta ! Nul n'est parfait !

Le jeu n'a pas encore repris sa maîtrise que Filip Vychodil traverse la glace pour venir battre Dietrich à bout portant (7-3). Le clou du spectacle fera lever le public : David Dostal déborde, entre dans la zone messine et sert d'une passe dans le dos Christopher Teixeira, qui slalome dans la défense, fixe Dietrich et transmet une offrande au serial buteur Ondrej Prokop (8-3). Rideau !

Conclusion : les Compiégnois se sont semble-t-il remis de leur déception face aux Sangliers de Clermont qui les ont privé de playoff à la dernière journée. Ils entament au mieux ces playdowns face à des Messins qui n'ont peut être pas dit leur dernier mot dans cette série et pourront compter sur leur gardien Cédric Dietrich qui aura évité un score bien plus important à ses coéquipiers. Compiègne aura su gérer ses temps forts et ses temps faibles notamment grâce à la présence de ses inamovibles leaders Dostal, Teixeira, Prokop qui auront permis aux Lions de négocier au mieux cette entrée en matière. Ils auront fort à faire face à Chambéry qui a lourdement battu Orléans (14-3).

Étoiles du match à Compiègne : *** Teixeira, ** Dostal, * Delplanque.

Étoiles du match à Metz : *** Undelis, ** Dietrich, * E. Bullitis.

 

Compiègne - Metz 8-3 (2-1, 2-2, 4-0)
Samedi 3 mars 2012 à 20h30 à la patinoire des Mercières. 120 spectateurs.
Arbitrage de Christophe Gautier assisté de Thomas Caillot et Jérémy Métais.
Pénalités : Compiègne 38' (10', 8', 10'+10') ; Metz 34' (8', 6', 10'+10').

Évolution du score :
0-1 à 12'48" : Hart assisté de E. Bullitis et Drain
1-1 à 14'02" : Delplanque assisté de Chenard (sup. num.)
2-1 à 14'45" : Prokop assisté de Dostal et Nicolay
3-1 à 29'43" : Delplanque (inf. num.)
4-1 à 30'39" : Teixeira assisté de Dostal et Prokop
4-2 à 33'11" : Undelis assisté de E. Bullitis
4-3 à 36'44" : Undelis assisté de J. Bullitis et E. Bullitis
5-3 à 41'48" : Dostal assisté de Prokop et Vychodil (sup. num.)
6-3 à 47'15" : Nicolay assisté de Vychodil (inf. num.)
7-3 à 51'58" : Vychodil
8-3 à 53'43" : Prokop assisté de Teixeira et Dostal


Compiègne

Gardien : Richard Caladi.

Défenseurs : Christopher Teixeira (A) - William Motte ; Tanguy Skelding - Filip Vychodil (A).

Attaquants : David Dostal - Ondrej Prokop (C) - Alexis Nicolay ; Alexandre Delplanque - Michal Plichta - Laurent Chénard ; Anthony Panto - Jonathan Boucher - Luc Polverelli.

Remplaçant : Thibault Varin (G). Absents : Loriot, Brohard, Lebreton, Feuillet, Levasseur.

Metz

Gardien : Cédric Dietrich.

Défenseurs : Janis Bullitis - Eduards Bullitis ; Michaël Richard (C) - Djamel Zitouni ; Gilles Hamri (A), Christopher Viac.

Attaquants : Yannick Hamri - Youri Essipov - Andrew Hart ; Youri Drain (A) - Pierrick Dogar - Renars Undelis.

Remplaçant : Dwayne Leblanc (G).