Grenoble - Épinal (Ligue Magnus, play-offs, 1er tour, match 5)

Et Quemener sauva Grenoble...

2012-03-03-Grenoble-Epinal3Il y a une semaine, les Brûleurs de Loups quittaient leur glace de Pôle Sud avec deux victoires en poche et pensaient bien ne pas y revenir avant les quarts de finale. Mais voilà, le séjour dans les Vosges a viré au cauchemar avec deux défaites consécutives face à une équipe d'Epinal survoltée et surmotivée (4-3 et 6-2). Les Grenoblois ont perdu la solidité défensive qui avait fait leur marque de fabrique en fin de saison régulière. Pire, ils se sont fait bousculer par une équipe qui en voulait plus. Même si Grenoble a l'avantage de la glace pour ce match couperet, la dynamique est bien du côté spinalien qui a renvoyé son adversaire à ses propres doutes.

Depuis le match n°4, la question du gardien titulaire était relancée du côté grenoblois. Avec seize buts encaissés depuis le début de la série, Sébastien Raibon a vu sa confiance s'étioler au fil des rencontres. Il a fini par être sorti après le sixième but et remplacé par Ronan Quemener qui n'a pas encaissé d'autre but. Jean-François Dufour a tranché et a choisi l'option de la fraîcheur, en privilégiant Quemener malgré son manque de rythme avec très peu de minutes de jeu ces dernières semaines. Mais Quemener, relégué sur le banc depuis le match contre Rouen, a une belle opportunité de regagner sa place dans un match décisif.

La première période débute par une grosse mise en échec de Boisclair contre la bande. Le ton est donné dans une rencontre qui promet un gros engagement physique de part et d'autre. M. Colleoni laisse faire et les deux équipes s'observent jusqu'à la pénalité de Lafrance, sanctionné pour avoir retenu Amar. Grenoble obtient une grosse occasion dès le premier engagement avec un tir de Francis Desrosiers sur le poteau alors que Pôle Sud croyait déjà au but. Les Brûleurs de Loups mettent beaucoup de trafic devant la cage et Lacasse doit s'employer sur deux lancers du poignet d'Amar et Dusseau au milieu d'une forêt de jambes. Mais Épinal tient sans dommage jusqu'au retour de Lafrance.

2012-03-03-Grenoble-Epinal1

Leroy se saisit alors du palet, franchit la ligne rouge et tire en direction de Quemener qui laisse inexplicablement passer le palet (0-1, 05'05"). Ce but gag jette un froid dans Pôle Sud et surtout pose des réelles questions sur l'état de forme de Quemener, complètement hors du coup sur ce tir lointain et qui semble pris à froid pour sa première titularisation dans la série. Pour compliquer les affaires grenobloises, Desrosiers se fait pénaliser pour un accrocher superflu en zone offensive. Épinal a l'occasion d'enfoncer le clou en power-play mais peine à s'installer durablement dans la zone grenobloise.

Obligés de courir après le score, les Brûleurs de Loups se ruent à l'attaque avec un bon tir de Joris Bedin, bien détourné par Lacasse. Épinal tente de profiter des espaces pour jouer les contres. Mais les Dauphins se mettent en difficulté tout seuls avec une nouvelle pénalité contre Jortikka. Aquino est tout près de trouver l'ouverture après un slalom en zone offensive mais Lacasse a le dernier mot. Une minute plus tard, Chassard se fait sanctionner pour une crosse haute sur Ouimet et offre une double supériorité numérique à Grenoble pendant près d'une minute. Une occasion en or dont Grenoble ne parvient pas à se saisir à cause d'une transmission du palet bien trop lente. Une occasion gâchée qui laisse des regrets côté grenoblois. Une première friction oppose Sivic à Mantylä après un contact avec la crosse sur le gardien spinalien. Quemener se rassure sur des lancers de Petrak notamment mais Épinal semble serein et une accélération de Plch après la ligne bleue oblige Arrossamena à accrocher. Nouvelle supériorité numérique pour Épinal qui sème la panique dans la zone grenobloise et oblige Quemener à multiplier les arrêts derrière une défense fébrile. Alors que Grenoble semble mal en point, Rouleau accélère, rentre dans la zone d'attaque mais voit son tir contré par les défenseurs spinaliens. Desrosiers a suivi, reprend le palet et trouve l'ouverture au milieu du trafic (1-1, 18'56"). Ce but inespéré permet à Grenoble de recoller juste avant la fin du tiers-temps.

2012-03-03-Grenoble-Epinal2Les Brûleurs de Loups attaquent la deuxième période pied au plancher en s'installant dans la zone spinalienne. Rouleau, de loin, puis Desrosiers, de près, se trouvent tour à tour en bonne position mais ils se heurtent sur un très bon Lacasse. Les attaquants grenoblois donnent le tournis à la défense spinalienne avec Desrosiers puis Sivic. Dans un vrai schéma d'attaque-défense, Épinal subit, beaucoup trop au goût de Santino Pellegrino qui préfère prendre un temps mort pour recadrer ses joueurs avant qu'ils ne concèdent un but. Une décision salutaire puisque ses joueurs arrivent petit à petit à desserrer l'étau et à sortir de leur zone malgré une nouvelle incursion d'Aquino qui oblige Lacasse à un gros arrêt. Grenoble sort de cette grosse période de domination sans avoir pu concrétiser au tableau d'affichage. La deuxième moitié du tiers est plus équilibrée avec des Spinaliens qui parviennent mieux à contenir leurs adversaires en zone neutre et limitent les opportunités. Ce tiers sans but, ni pénalité ne fait qu'augmenter la tension de cette série à l'issue toujours aussi incertaine après quarante minutes de jeu au cinquième match.

Vingt minutes, voire trente : c'est tout ce qu'il reste à ces deux équipes très proches pour se départager dans cette série à suspense. Desrosiers se procure une belle occasion dès le coup d'envoi, signe que les Brûleurs de Loups semblent toujours décidés à porter le danger devant la cage de Lacasse. Impression confirmée quelques instants plus tard lorsqu'Avenel se bat pour récupérer un palet le long de la bande et sert Tartari lequel centre en retrait pour Steiner seul face au but : le défenseur américain ne tergiverse pas et met le palet sous la barre de Lacasse, impuissant (2-1, 41'25"). Désormais, Épinal est obligé de se découvrir et laisse des espaces de dont ne parvient pas à profiter Avenel qui manque un contrôle, seul devant une cage vide. Désormais, le jeu grenoblois consiste à attendre les spinaliens pour jouer le contre. Mais les Dauphins font passer des frissons devant la cage de Quemener, obligé de se démener face à Petrak puis Lafrance. Les attaquants vosgiens poussent et mettent une grosse pression sur la défense grenobloise qui subit. Le pressing spinalien conduit Baylacq à accrocher Plch, offrant ainsi une supériorité numérique très importante pour Épinal. Mais les Dauphins peinent à s'installer dans la zone grenobloise et la défense iséroise parvient à se dégager assez facilement.

2012-03-03-Grenoble-Epinal4De retour à cinq contre cinq, les minutes défilent en faveur des Brûleurs de Loups même si la tension en palpable des deux côtés. Quemener repousse une à une les vagues offensives des Spinaliens qui mettent toutes leurs forces pour revenir au score. Parfois ils laissent des espaces derrière et Arrossamena manque le palet du match en face à face avec Lacasse. Le gardien spinalien, encore une fois décisif, laisse les siens dans la partie. Grenoble a du mal à se contenter de défendre et essaie d'aller marquer ce troisième but, au risque de se découvrir ce qui offre quelques contre-attaques aux joueurs d'Épinal. Une tactique risquée compte tenu du score surtout lorsque les Grenoblois confondent vitesse et précipitation : Baylacq concède ainsi un hors-jeu volontaire qui conduit à un engagement en zone défensive. Petrak gagne l'engagement et sert Boisclair qui tire, Quemener repousse sur Leroy sur la droite dont le lancer instantané dans la cage grande ouverte fait mouche (2-2, 56'18"). Cette égalisation jette un froid dans Pôle Sud qui semble se résigner à une prolongation désormais inéluctable. Encore faut-il ne pas encaisser d'autre but, ce dont se chargent Quemener, une nouvelle fois décisif face à Plch, et Lacasse, qui repousse un dernier assaut de Desrosiers.

Place donc à une prolongation de dix minutes crispantes puisque tout but marqué est désormais synonyme de qualification. Grenoble se procure la première occasion par Sivic qui n'arrive pas à mettre le palet au fond. Quelques minutes plus tard, Sivic remet ça et trouve cette fois le poteau sur sa trajectoire. Le palet va d'une cage à l'autre et un deux contre un Boisclair-Jortikka est contré in extremis par Dufresne. De l'autre côté de la patinoire, Sivic obtient sa troisième chance de marquer après une action confuse devant la cage. Puis c'est au tour de l'infatigable capitaine Leroy de faire passer le frisson devant la cage de Quemener. Les accélérations individuelles de Ouimet ne débloquent pas la situation alors que les deux équipes semblent marquer de plus en plus le coup physiquement. Dufour demande un temps mort pour reposer ses joueurs avant la dernière minute. Mais rien n'y fait et Amar prend même une pénalité à cinq secondes de la fin de la prolongation pour un cinglage sur Lafrance.

2012-03-03-Grenoble-Epinal5Place donc à la séance de tirs au but : Alexandre Rouleau s'élance le premier et marque en tirant au-dessus de la jambière droite de Lacasse. Ce sera finalement le seul tir au but marqué dans cette série. Certes Aquino puis Desrosiers ne parviendront pas à aggraver la marque mais Quemener réussira un sans-faute dans sa cage en arrêtant les trois tentatives de Plch, Boisclair et Lafrance, devenant le héros inattendu d'une série qu'il avait commencé sur le banc.

L'équipe d'Épinal voit donc sa saison s'arrêter là mais les Dauphins ont été héroïques tout au long de cette série et encore ce soir avec seulement quatre défenseurs au temps de glace impressionnant. Le capitaine Fabien Leroy a su montrer l'exemple avec deux buts marqués et une présence défensive constante, à tel point qu'on se demande comment il ne figure pas sur les tablettes des sélectionneurs tricolores. Mantylä, Gervais et Jortikka n'ont pas non plus ménagé leur peine ni les deux premiers trios offensifs même si les attaquants Plch et Boisclair, habituels détonateurs de l'attaque spinalienne ont été moins en réussite ce soir, dans le jeu et au cours de la séance de tirs au but. Les Spinaliens sont allés au bout d'eux-mêmes ce soir et auraient mérité la qualification autant que leurs adversaires mais il ne fallait qu'un seul qualifié pour les quarts de finale et Lacasse s'est montré contre toute attente moins décisif que Quemener.

Au bout du suspense, l'équipe grenobloise se qualifie par un trou de souris et passe encore ce soir tout près de la correctionnelle malgré une avance d'un but à quatre minutes de la fin qu'elle n'a pas réussi à conserver jusqu'au bout, comme souvent cette saison. Tendus par l'enjeu, les Brûleurs de Loups n'ont pas toujours fait les bons choix ce soir, notamment en attaque où certaines actions de Sivic et Ouimet notamment ont péché par trop d'individualisme. Et en ne marquant pas lors de leur temps fort en début de deuxième tiers-temps, les Brûleurs de Loups n'ont pas réussi à se mettre plus tôt à l'abri. Grenoble n'a pas non plus réussi à afficher un bloc défensif imperméable, laissant les attaquants spinaliens venir trop près de la cage au troisième.

Ce match et cette série, gagnés de haute lutte et dans la difficulté, est finalement à l'image d'une saison faite jusqu'à présent de hauts et de bas. Mais il fallait un vainqueur dans cette série et c'est à la loterie des tirs aux buts que Grenoble est passé, grâce à Rouleau et à un gardien qui n'avait quasiment pas joué depuis un mois, au fond du trou après le premier but encaissé avant de se reprendre pendant le reste du match et de réussir là où on l'attendait le moins : en remportant une série de tirs au but face à Loïc Lacasse. L'heure de la revanche a peut-être sonnée pour ce gardien qui se morfondait sur le banc depuis tant de matchs... Place maintenant aux quarts de finale contre Dijon, une série qui s'annonce très difficile compte tenu de la forme de l'équipe dijonnaise et surtout de la fatigue accumulée par les Grenoblois au cours de cette série. Mais les Brûleurs de Loups ont ce soir assuré l'essentiel avec cette qualification qui permet au moins de sauver in extremis leur saison.

Désignés meilleurs joueurs du match : Kévin Dusseau (Grenoble) et Fabien Leroy (Épinal)

(photos www.hockey-passion.com)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Alexandre Rouleau (défenseur de Grenoble) : "Ça a été plus long que prévu mais on est venu à bout d'Épinal ! Ils ont bien joué le jeu et il nous a fallu du temps... On avait tous en tête ce qui était arrivé l'an dernier. On ne voulait absolument pas reproduire ce scénario et c'est un vrai soulagement. Maintenant, on recommence tout, on remet les compteurs à zéro pour aller à Dijon dans les meilleurs dispositions possibles."

Julien Baylacq (capitaine de Grenoble) : "On avait beaucoup de pression pour ce dernier match ici, avec en plus un scénario tendu. Mais on est content de la qualification. On a été tous solidaires, on y a cru. C'est notre force, on ne doit pas lâcher ça désormais."

Ronan Quemener (gardien de Grenoble) : "Après le premier but encaissé et tout ce qui s'était passé cette saison, je me suis dit que je ne pouvais pas aller plus bas. Ça m'a presque fait sourire. C'est un soulagement d'avoir gagné. Et de ne pas être en vacances."

 

Grenoble - Épinal 3-2 après tirs au but (1-1, 0-0, 1-1, 0-0, 1-0)

Samedi 3 mars 2012 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3300 spectateurs
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de Guillaume Gielly et Matthieu Barbez
Pénalités : Grenoble 10' (6', 0', 2', 2'), Épinal 8' (8', 0', 0', 0')
Tirs cadrés : Grenoble 28 (10, 10, 8, X), Épinal 28 (9, 3, 16, X)

Évolution du score :

0-1 à 05'05" : Leroy assisté de Simko et Mantylä
1-1 à 18'56" : Desrosiers assisté de Rouleau
2-1 à 41'25" : Steiner assisté de Tartari et Avenel
2-2 à 56'18" : Leroy assisté de Boisclair et Petrak

Tirs au but :
Grenoble : Rouleau (réussi), Aquino (arrêté), Desrosiers (arrêté).
Épinal : Plch (arrêté), Boisclair (arrêté), Lafrance (arrêté).

 

Grenoble

Gardien : Ronan Quemener

Défenseurs : Alexandre Rouleau (A) - Sylvain Dufresne ; Baptiste Amar (A) - Michael Steiner ; Kévin Dusseau.

Attaquants : Francis Desrosiers - Mitja Sivic - Anthony Aquino ; Graham Avenel - Christophe Tartari - Mathieu Le Blond ; Julien Baylacq (C) - François Ouimet - Nicolas Arrossamena ; Joris Bedin - Loup Benoît - Elie Raibon.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Maxime Suzzarini, Rémi Colotti. Absent : Jason Crossman (épaule).

Epinal

Gardien : Loïc Lacasse

Défenseurs : Nyko Mantylä - Fabien Leroy (C) ; Mikko Jortikka - Stéphane Gervais.

Attaquants : Jan Simko - Toby Lafrance - Maxime Boisclair (A) ; Chad Lacasse - Michal Petrak - Jan Plch (A) ; Kévin Benchabane - Yanick Offret - Guillaume Chassard ; Nathan Ganz.

Remplaçants : Matthieu Perrin (G), Nicolas Ravel. Absents : Peter Slovak (péroné), Armando Scarlato (fracture de la mâchoire), Erwan Agostini (genou), Guillaume Papelier (épaule).