Rouen - Amiens (Ligue Magnus, quart de finale, match 1)

Amiens n'a pas gagné...

BASICluka120108067En ce début de match, sans surprise, les Amiénois, dans le rythme par leur qualification au tour préliminaire face à Strasbourg, sont dans le coup et solides devant la cage de Lhenry. Ils s'adjugent l'ouverture du score. Pas de surprise, c'est la première ligne des Ghotiques qui score, via Luka Basic (0-1 à 3'09). Eux aussi bien partis, les Dragons se ressaisissent à la faveur d'une étourderie de la défensive picarde qui laisse Pierre-François Guénette égaliser dans une cage ouverte (1-1 à 10'41). Les visiteurs de l'île Lacroix ont parfaitement défendu lors de leur première pénalité, mais sur la deuxième, un leurre de Guénette devant l'enclave de Thompson libère Carl Mallette sur le coté gauche. Et le capitaine Mallette de marquer (2-1 à 17'00). Le RHE est revenu presque trop facilement dans la rencontre.

Le jeu est combatif dans la conquête du palet, mais les charges et les chasses ont été assez rares en fin de compte.

Amiens est beaucoup plus présent dans la deuxième période, mais ne profite pas de la prison de Desrosiers. Thompson semble sauvé par le poteau sur un lancer d'Elomo. Néanmoins d'aucuns auront vu le lancer du Finlandais aboutir dans la cage (23'45). Ce n'est que partie remise lorsqu'un tir contré remet Romain Bault en jeu à la pointe. D'un tir frappé, l'arrière a tout le temps de trouver le haut des filets de Lhenry, peut-être masqué par le trafic et la présence amiénoise devant lui. Cette égalisation sent mauvais pour Rouen, tant la mise en scène de la célébration grandiloquente de ce but amiénois respire leur confiance (2-2 à 27'02).

Pourtant, Amiens ne trouvera pas les filets lors d'un double jeu de puissance. En cause, Paré puni d'un 2'+2' pour une crosse haute au visage de Tomasek. Pire, Rech reprend dans une cage ouverte un énorme rebond laissé libre (3-2 à 33'26) et Mallette crée le break en supériorité grâce à tout un travail d'écran de Salmivirta (4-2 à 35'22). Ces deux buts presque trop facilement inscrits n'ont pas eu raison de la pugnacité de joueurs de Heikki Leime. Au contraire, ils auront un effet anesthésiant sur la combativité normande. Marius Serer, libre de tout marquage, en profite et réduit la marque moins de trente secondes après (4-3 à 35'51).

MALLETTEcarl110903020Durant ce tiers, Amiens a été mené contre le cours du jeu mais a su rendre coup pour coup à Rouen.

Déconcentré et gêné par la constance picarde, dans le dernier vingt tout a chancelé au RHE76. Heureusement pour lui, le power-play des coéquipiers de Bachet ne fonctionne toujours pas. Puis Julien Desrosiers, démontrant tout son embarras aux traitements de l'officiel, écope de dix minutes de méconduite. Les Gothiques sont plus performants dans la bande et toujours plus pugnaces, bien dans leurs patins de play-off. Béron, seul devant Lhenry, n'est pas loin d'égaliser (45'40). Mulle a le cinquième but des locaux au bout de son revers mais le bras un peu court (49'36).

Les joueurs du HCAS résistent à un nouveau jeu de puissance rouennais, et sur le suivant, Thomas Roussel, un défenseur (!), égalise dans une contre-attaque sur numéraire où les Dragons ont abandonné Thinel se démenant seul dans un repli défensif (4-4 à 55'53). Moins de deux minutes plus tard, patatras. La foule est livide. Rouen n'y est pas, n'y est plus s'il y a jamais été. En contre, mené tambour battant, Jarosla Rzeszutko glisse la rondelle entre les jambières de Lhenry (4-5 à 57'42). Le gardien international a beau laisser sa place à un attaquant supplémentaire, le cœur n'y est plus et Amiens remporte la première manche. Une victoire sur l'île Lacroix que les Picards attendaient depuis longtemps !

... car c'est plutôt Rouen qui a perdu

Les explications à cette défaite historique – dont les partisans des Gothiques se sont goinfrés dans l'antre des Dragons – peuvent être que le RHE n'a pas collectivement passé le mode play-off. Nous l'avons déjà dit. Il n'y a pas eu la pression constante sur le porteur de palet (sur Morissette lors du but de Serer), ni de placement et repli défensif (but de Rzeszutko). Ajoutons-y des lacunes dans l'implication défensive des attaquants (buts de Bault et surtout de Roussel), une certaine absence de concentration (surnombre) et surtout une totale carence des chasses habituelles. Alors qu'Amiens a fait preuve de présence et de combat devant un Lhenry de retour de blessure et peut-être encore un peu juste. Voilà pourquoi, nous pouvons penser que ce match a plus été perdu par un Rouen pas (encore ?) en marche de play-off et qu'acquérir trois victoires sur Amiens reste tout autant possible qu'avant cette défaite.

 

Rouen – Amiens 4-5 (2-1, 2-2, 0-2)
Mardi 6 mars 2012 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assistés de Pierre Dehaen et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Rouen 22' (4', 6', 10+2') ; Amiens 14' (6', 2', 6').
Chances : Rouen 3 (1, 1, 1) ; Amiens 5 (0, 2, 3).

Évolution du score :
0-1 à 03'09" : Basic assisté de Rzeszutko et Tomasek
1-1 à 10'41" : Guénette assisté de Elomo et Thinel
2-1 à 17'00" : Mallette assisté de Guénette et Thinel (sup.num.)
2-2 à 27'20" : Bault assisté de Tomasek et Basic
3-2 à 33'26" : Rech assisté de Desrosiers et Mallette
4-2 à 35'22" : Mallette assisté de Werenka et Salmivirta (sup.num.)
4-3 à 35'51" : Serer assisté de Morissette et Valentin Claireaux
4-4 à 55'53" : Roussel assisté de Bergin et Morissette (inf.num.)
4-5 à 57'42" : Rzeszutko assisté de Tomasek


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Antonin Manavian – Jonathan Janil ; Richard Demén-Willaume – Darcy Werenka (A) ; Juha Alen – Jimi Santala.

Attaquants : Julien Desrosiers – Carl Mallette (C) – Anthony Rech ; Teemu Elomo – François-Pierre Guénette – Marc-André Thinel (A) ; Ilpo Salmivirta – Jean-Philippe Paré – Alexandre Mulle.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Nicolas Lehericey, Clément Hondier, Valentin Dumelie, Romain Gutierrez, Quentin Berthon. Absents : Loïc Lampérier, Raphaël Faure.

Amiens

Gardien : Billy Thompson.

Défenseurs : Angel Nikolov – Aziz Baazzi ; Vincent Bachet (C) – Teddy Trabichet ; Thomas Roussel – Romain Bault.

Attaquants : Martin Tomasek – Jaroslaw Rzeszutko – Luka Basic ; Grégory Béron – Anthony Mortas – Kevin Bergin ; Valentin Claireaux – Marius Serer – Jake Morisette.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Aina Rambelo, Mickaël Bardet. Absent : Antoine Vanwormhoudt.