Statshot - 1er tour des play-offs de Ligue Magnus

TUOMISTOtomi120117012Stats individuelles :

Les statistiques des play-offs constituent des données à prendre avec une relative distance : en effet les formations ne jouent pas le même nombre de matchs, et dès lors à partir des quarts de finale, seront privilégiées les moyennes plutôt que le nombre de points, de buts ou d’assistances, forcément variables selon « la durée de vie » d’une équipe dans ces play-offs.

 

A l’issue de ce premier tour, le joueur qui est apparu comme le plus efficace est le finlandais de Morzine Tomi-Pekka Tuomisto. Le numéro 90 (son année de naissance) des Pingouins a découvert les play-offs « Elite » cette saison, et cela lui a plutôt bien réussi puisqu’il a inscrit 9 points (3 buts et 6 assistances – moyenne de 1,8 point par match) dans les 5 matchs de la série contre les Rapaces de Gap. C’est plus de la moitié de son nombre de points en saison régulière (17) où il a pourtant joué 22 rencontres. Mais malheureusement pour son équipe, cela n’a pas empêché les Rapaces de Gap de passer ce tour, malgré le désavantage de la glace.

Tuomisto ne sera pas le seul à regretter une élimination en ayant pourtant assuré à titre personnel. C’est également ce que doivent se dire Maxime Boisclair et Michal Petrak du côté des Dauphins d’Epinal. 8 points pour chacun d’eux (moyenne de 1,6 point par match), mais cela n’aura pas suffit pour se qualifier au détriment des Bruleurs de Loups qui continuent leur route. Pour autant les deux « vosgiens » parachèvent ainsi une excellente saison à titre individuel : Petrak avait inscrit 25 points en saison régulière (12 buts et 13 assistances – 29e place dans la Ligue) et Boisclair en avait engrangé 34 (16 buts et 18 assistances, 10e place de la Ligue).

 

Dans le lot des victorieux pour qui les vacances sont reportées d’au moins une semaine, citons entre autres Marc Belanger pour les Ducs d’Angers, qui est parvenu à inscrire 5 points (1 but et 4 assistances) en 3 matchs dans la série les opposant à Caen.

Mais la sensation est peut être venue d’un étonnant trio pour les Rapaces gapençais. Etonnant au sens où l’on pouvait plutôt s’attendre à voir Cody Campbell, ou les deux Jiri (Jelen et Rambousek) apparaitrent comme les premiers maillons de la qualification des Rapaces aux dépends des Pingouins.

Ce trio est composé en premier lieu de l’un des défenseurs les plus adroits de la Ligue, à savoir le numéro 52 des Rapaces Milan Tekel. Le slovaque perpétue cette tradition lors de ce tour en inscrivant à nouveau 6 buts, qu’il agrémente d’une petite assist en match 3. 6 buts et 1 assistance, soit le parfait contraire de Jérémie Paradis. Le jeune perpignanais de naissance s’est mué buteur une seule fois, mais on lui doit 6 assistances. Enfin Gap s’est peut être trouvé un véritable buteur providentiel en la personne de son finlandais Mikko Palotie. Relativement discret en saison régulière, le numéro 40 des Rapaces engrange 6 points, 2 assistances et 4 buts particulièrement décisifs, puisque 2 d’entre eux l’ont été pour clôturer victorieusement la séance de fusillages lors du match d’ouverture de la série… et le match 5 décisif.

 

Stats collectives :

Sur les 8 formations ayant participé à ce premier tour de play-offs, les Ducs d’Angers ont réalisé une jolie performance en se qualifiant pour les quarts de finale, et ainsi confirmé une statistique dont le club peut être fier.

En effet depuis la saison 2004-2005 et la création de la Ligue Magnus en lieu et place du Super 16, les angevins se sont toujours qualifiés au minimum pour les quarts de finale ou une équivalence selon les variations des formules de championnat. Il faut remonter justement à la dernière saison de Super 16 (2003-2004) pour ne pas les voir au moins à ce stade : à l’époque les 8 dernières équipes en lice étaient Amiens, Dijon, Grenoble, Tours, Mulhouse, Anglet, Brest et Villard de Lans…

 

A l’inverse de cette stat, en s’inclinant contre Grenoble, les Dauphins d’Epinal peuvent déplorer ne plus avoir connu les quarts de finale depuis la saison 2008-2009. A l’époque, ce fut les Dragons de Rouen qui l’avaient emporté en 3 matchs secs (le résumé du match 3 - 6 mars 2009).

Cela se vérifie d’autant plus pour les Drakkars de Caen. Dans l’histoire de la Magnus, les normands ne sont eux jamais parvenus à se qualifier pour les quarts de finale, malgré 3 participations aux play-offs : bien avant cette série perdue face aux Ducs d’Angers, les Drakkars avaient été défaits en 2006-2007 par les Gothiques d’Amiens (match aller 2-4 et match retour 5-1)et la saison précédente par les Ducs de Dijon (0-1 à l'aller, 4-0 au retour), à chaque fois en match aller-retour. Pour voir les caennais franchir ce cap, il faut remonter au temps de la Ligue Elite, et la saison 1999-2000 ! A l’époque, le club s’était hissé jusqu’en finale du championnat, finale perdue en aller-retour face aux Phénix de Reims (défaite 1-3 à domicile au match aller, et victoire insuffisante 0-1 au retour).