Elitserien : quarts de finale et désillusions

Nous y sommes. La voilà cette dernière ligne droite qui mènera au titre de champion de Suède, la saison régulière de 55 matchs s'étant achevée mardi 6 mars. Un bunker nordique à la première place, un quatuor de poursuivants dans un mouchoir de poche, des invités de dernière minute à prendre au sérieux, deux mastodontes décevants et des Aigles Rouges fin prêts pour sauver leurs plumes, l'acte final approche. Les quarts de finale sont connus, pour les autres ce sera soit les vacances, soit la stressante phase de maintien.
  
Luleå HF - AIK :
60% - 40%
 
À deux journées de la fin, le Luleå HF avait remporté la saison régulière. Cette performance, les Ours Polaires l'avaient signée en 1996, performance qui fut suivie de la médaille d'or empochée en finale contre Frölunda. En sera-t-il de même ? À l'époque, il s'agissait d'une des meilleures attaques du pays. Seize ans après, l'image n'est plus la même. Luleå revendique un jeu peu spectaculaire mais au caractère très défensif (meilleure défense du championnat évidemment) et surtout diablement efficace poli par l'entraîneur Jonas Rönnqvist. C'est une forteresse surarmée, un spécialiste des victoires modestes. À titre d'exemple, le LHF a validé sa première place au classement jeudi dernier grâce à un succès 1-0 face à l'AIK, blanchi pour la quatrième fois en cinq rencontres par les hommes de Rönnqvist cette saison. L'équipe de Solna dispose pourtant de Robert Rosén, le meilleur marqueur du championnat, et Richard Gynge, le meilleur buteur ! Tout un symbole...
 
FasthViktorSeulement ce rendement peut laisser perplexe quant à leurs chances réelles de prolonger une aventure de plus en plus exigeante. L'offensive de Luleå doit se contenter principalement des éclairs de génie de Niklas Olausson, Chris Abbott et Simon Hjalmarsson, trois valeurs sûres. Le frère jumeau de Chris, Cam, n'a pas joué une seule rencontre depuis la rentrée de septembre, la faute à une commotion cérébrale aux effets encore présents. Il a bien effectué une consultation à Pittsburgh, auprès de Michael Collins, le spécialiste de Sidney Crosby, mais son retour au jeu n'est jamais intervenu. Le retour, aux sources, de Johan Harju, autrefois magique avec son acolyte Linus Omark, déçoit, il a même été mis à pied à plusieurs reprises pour rendement insuffisant. Enfin, le LHF a perdu en février le Finlandais Sami Sandell, étonnant pour sa première année en Elitserien mais out jusqu'à la fin de la saison. 
 
Leur opportunisme fera-t-il toujours la différence en playoffs ? Ironie de l'histoire, c'est l'AIK, septième, qui se dressera sur leur chemin. Un choix assumé par le LHF (car en Suède, les trois premiers sélectionnent leur opposant) mais qui constitue un défi d'envergure pour les joueurs de Solna. Certains membres ont même prié pour obtenir ce choix. Surprenant la saison passée en se hissant en demi-finale après dix ans d'absence en Elitserien, l'AIK se sent pousser des ailes. Viktor Fasth, toujours aussi intraitable, vainqueur pour la deuxième fois en deux ans du Honken Trophy remis au meilleur gardien de la ligue, aura à cœur de garder sa cage avant de partir vraisemblablement pour la NHL (a priori Anaheim) cet été. L'AIK lui a ouvert tardivement la porte de l'Elitserien, il espère bien lui donner une médaille en compensation. L'efficacité du surprenant duo Rosén-Gynge, avide de détruire la forteresse du nord, sera également décisive, il sera à surveiller comme le lait sur le feu. Une mission dans les cordes de Luleå... 
  
Skellefteå AIK - MODO :
60% - 40%
 
Finaliste l'an dernier, le Skellefteå AIK aura son mot à dire, le grand rival de Luleå a les moyens d'escalader une marche de plus. La différence pour Pierre-Edouard Bellemare par rapport à l'année dernière, c'est qu'il n'est plus un mercenaire en quête d'apprentissage mais un cadre aux responsabilités qui vont avec. Ils les a assumées pleinement jusqu'à maintenant et s'est même fait prolonger de quatre années supplémentaires (soit un bail qui expire en 2016), lui qui a été élu cette semaine par le site Hockeysverige.se meilleur attaquant défensif. Une performance absolument remarquable pour le hockey français. L'équipe est très équilibrée, y compris en offensive, améliorée par le retour de Joakim Lindström. Il a peut-être échoué pour se tailler un poste en NHL mais, depuis son retour, il est sur les mêmes bases que l'an passé, soit environ un point par match. En somme, un joker qui donne encore plus de densité à une équipe déjà bien équipée pour l'or. 
 
Le SAIK a penché logiquement pour le MODO, classé huitième. Après quatre ans d'absence, le club d'Örnsköldsvik se replace dans le top 8, enfin. Mikael Tellqvist est à son meilleur niveau, Nicklas Danielsson a littéralement explosé et Per-Åge Skrøder, son plus dangereux compagnon de ligne, est le premier à en témoigner. Problème tout de même : les hommes d'Ulf Samuelsson ont perdu leurs cinq rencontres face à Skellefteå ce qui déséquilibre les pronostics. L'occasion de briser le signe indien ?
  
HV71 - Färjestads BK :
55% - 45%
 
La saison 2011-2012 est une réussite pour le HV71. La délocalisation de nombreuses stars pouvait inquiéter. Finalement, la transition s'est bien déroulée. Jukka Voutilainen et Johan Davidsson ne sont plus seuls maîtres à bord, Jason Krog a également l'âme d'un patron. Le récent retour de David Petrasek en défensive est une bouffée d'air, son expérience ne sera que bénéfique pour la suite. En plus d'Adam Almqvist, Jesper Fasth devrait revenir au jeu, un des gros espoirs du club mais indisponible en raison d'une cheville douloureuse depuis de nombreux mois. L'infirmerie de Jönköping n'a d'ailleurs pas chômé puisqu'aucun joueur du HV71 n'a joué l'intégralité de la saison. 
 
Choix cornélien pour le coach Ulf Dahlén devant se décider entre Färjestad et Frölunda, partant du principe qu'il faut battre toutes les équipes pour gagner le championnat. Le Färjestads BK, finalement au menu, a alterné entre le bon et le beaucoup moins bon. Le beaucoup moins bon a emporté avec lui Nicklas Czarnecki, congédié et remplacé par Leif Carlsson qui a eu le mérite d'apporter une certaine stabilité à la formation de Karlstad. Le champion en titre est reparti de zéro, c'est peut-être là le principal danger du HV71 : un club en crise quelques mois avant, a priori lavé de son inconsitance passée, mais qui finalement est encore en course pour le titre, qui n'a pas dit son dernier mot.
  
Brynäs IF - Frölunda HC :
55% - 45%
 
C'est la dernière affiche des quarts de finale. Le Brynäs IF fait figure d'épouvantail. L'absence d'Andreas Dackell, capitaine historique, a été longue (depuis le 12 octobre précisément) mais cela n'a pas pour autant porté préjudice au club de Gävle. Les jeunes scouts, loin d'être perturbés, ont pris le relais instinctivement, en premier lieu Mattias Ekholm, Calle Järnkrok et Jakob Silfverberg, devenus trois véritables icônes au mental d'acier. Silfverberg connait d'ailleurs une période assez extraordinaire puisque, outre le fait qu'il soit un des candidats du Guldpucken (le MVP), il a accumulé 15 points à ses 15 dernières parties. Frölunda est prévenu. 
 
La saison noire 2010-2011 est d'ores et déjà oubliée du côté de Göteborg, le Frölunda HC fait de nouveau peur. Le seul point d'interrogation concerne le gardien danois Frederik Andersen. Ce portier de 22 ans a répondu aux attentes, bien au-delà d'ailleurs, affichant des statistiques hallucinantes pour sa première saison en Suède. Mais saura-t-il garder ce même rendement ? Pourra-t-il résister à la lourde pression de Göteborg ? Il a affiché une régularité bluffante qui pourrait en faire LA recrue de l'année. À plus forte raison si son équipe va jusqu'au bout, ce qui est possible.
  
Les vacances à défaut de playoffs
 
Les Lakers de Växjö ont quant à eux assuré l'essentiel en prolongeant leur séjour en Elitserien qu'il avait découverte cette année. Au vu du recrutement très international et de leur position finale, ils peuvent nourrir toutefois quelques regrets, passant près des quarts. Le duo Mike Iggulden - Tomi Kallio s'était superbement illustré durant l'automne, hissant Växjö dans le bon wagon, avant que de nombreuses blessures ne viennent ralentir la cadence. Le sort sera peut-être plus clément la saison prochaine. 
 
On arrive aux deux fiascos de l'année. Ces fameux playoffs, paradoxalement, le Djurgårdens IF et le Linköpings HC, mis à part de beaux espoirs en début de championnat, n'ont jamais eu la certitude d'y participer. À quelques semaines de la fin de la saison régulière, outre une absence historique pour la course au titre, une autre menace finira par les inquiéter beaucoup plus : la Kvalserien, la phase réunissant les deux pires élèves de l'élite et les six meilleurs d'Allsvenskan pour décider des deux participants de l'Elitserien 2012-2013. Cela fait une dizaine d'années que Linköping a pris place dans l'élite avec des performances solides. Il faut remonter remonter à 1982 pour voir Djurgården embarqué en Kvalserien. Le dénouement de ce douloureux exercice semble presque surréaliste pour ces deux places-fortes du hockey suédois, la relégation serait invraisemblable. Autant dire que leur duel du 28 février dernier s'annonçait explosif. Après deux périodes, le LHC menait 1-0, de mauvaise augure pour les Stockholmois qui ont finalement trouver les ressources pour s'imposer après la séance des tirs au but. Il s'agissait du troisième revers consécutif pour Linköping, du troisième gain consécutif pour le DIF. Certains ont cru y voir un signe prémonitoire. La venue de Harald Luckner avait réussi à insuffler de nouveau quelque peu de confiance au LHC qui a encaissé les coups en serrant les dents. Finalement la confiance a changé de bord lors d'un ultime retournement de situation à l'occasion de la dernière journée.
 
Linköping est allé chercher un petit point immensément important à Örnsköldsvik (défaite 5-4 aux tir au but) en jouant son meilleur hockey contre MODO. Dans le même temps, Djurgården fut incapable de s'imposer chez le HV71 alors que l'équipe la plus titrée du pays avait son destin entre ses mains. Le Linköpings HC sauve sa saison en assurant son maintien in-extremis, à égalité de points avec son adversaire de la capitale mais avec surtout avec trois buts de plus au goal average. 
  
La Kvalserien
 
Le Djurgårdens IF devra passer par les qualifications, trente ans après, le gâchis est à digérer rapidement afin d'éviter une plus lourde désillusion. Simple entraîneur intérimaire après le congédiement de Hardy Nilsson, Tony Zabel laisse finalement sa place à la dernière minute à Charles Berglund, pressenti pour la saison prochaine. Son sauvetage du MODO la saison dernière dans un contexte équivalent n'est pas anodin. Mis à part les anti-DIF, cette présence en Kvalserien réjouit également le diffuseur de la Kvalserien, Viasat, qui voit là un invité inattendu pour booster ses audiences durant une phase réservée d'habitude à des équipes moins prestigieuses. Les maladresses de certains font toujours des heureux.
 
Quant au Timrå IK, cela fait bien longtemps que cette Kvalserien monopolise leur attention, les dernières rencontres ont fait office de matchs de préparation cependant sans Fredrik Bremberg gêné par des vertiges après une commotion cérébrale. Alors que les Red Eagles, inquiétés financièrement notamment par une aréna coûteuse (20 millions de couronnes suédoises seraient nécessaires), avaient encaissé dernièrement 26 buts en 4 rencontres, ils ont ensuite dicté leur loi face à Djurgården puis face à Färjestad avant de mener 4-0 contre Brynäs mardi pour finalement s'incliner 5-4. Pour Damien Fleury et ses coéquipiers, cette période bonus d'ajustements est finie, place à l'action ! 
 
Pour assurer leur maintien, Djurgården et Timrå devront terminer devant l'Örebro HK, continuant sa fabuleuse ascension à l'échelle nationale, et le Leksands IF, une nouvelle fois dans la bataille pour la promotion, qui ont fini aux deux premières places de l'Allsvenskan. Västerås, Rögle, Oskarhamn ainsi que Malmö (bien loin de ses ambitions affichées) devront se départager pour obtenir une chance en Kvalserien.
 
 
Classement :
 
1.Luleå HF 100 pts
2.Skellefteå AIK 95 pts
3.HV71 92 pts
4.Brynäs IF 92 pts
5.Frölunda HC 90 pts
6.Färjestads BK 87 pts
7.AIK 82 pts
8.MODO 79 pts
-----------------------
9.Växjö Lakers 77 pts
10.Linköpings HC 72 pts
-----------------------
11.Djurgårdens IF 72 pts
12.Timrå IK 52 pts
 
Meilleurs marqueurs :
 
1.Robert Rosén (AIK) 60 pts
2.Jakob Silfverberg (Brynäs) 54 pts
3.Nicklas Danielsson (MODO) 52 pts
 
Meilleurs buteurs :
 
1.Richard Gynge (AIK) 28 buts
2.Jakob Silfverberg (Brynäs) 24 buts
3.Per-Åge Skrøder (MODO) 22 buts
 
Meilleurs gardiens :
 
1.Frederik Andersen (Frölunda) 94,27% en 39 parties
2.Joacim Eriksson (Skellefteå) 93,52% en 33 parties
3.Viktor Fasth (AIK) 93,41% en 46 parties
 
Nos bleus en Suède :
 
Pierre-Édouard Bellemare (Skellefteå) : 55 parties, 19 buts, 17 passes, 36 points, +12, 58 mises en échec.
Damien Fleury (Timrå) : 52 parties, 12 buts, 4 passes, 16 points, -8, 29 mises en échec.