Dunkerque - Valence (Division 1, 23e journée, match en retard)

becuwemathieuSi le sort des Lynx de Valence est scellé depuis un moment, celui des Corsaires ne tient qu’à un fil. La pente est de plus en plus glissante pour une équipe à nouveau battue à domicile la semaine dernière face à Toulouse. Une victoire aux dépens des Drômois permettrait de raviver l’espoir à la fin d‘une saison plus que mouvementée sur les bords de la Mer du Nord.

Dunkerque entretient l’espoir

Les premiers signes sont encourageants pour les hommes de Marc Leroux, car Valence est contraint à concéder deux dégagements interdits à la suite. Jérémy Valentin effectue ses premiers arrêts sur un missile de Zich et une reprise de Maurice Rozenthal. Une charge de Lacaes sur N’Guyen ouvre vite la voie au premier jeu de puissance nordiste, hésitant face au pressing de Mathieu Bidoli, jusqu’à ce que François Rozenthal ne prenne les choses en mains en zone neutre, accélérant pour se poster derrière le but et servir Grégory Dubois, venu en appui pour loger le caoutchouc sous la barre (1-0 à 03'55").

Consécutives à une faute de Thomas, les premières escarmouches drômoises sont l’œuvre de Lazzaroni, de la bleue, et Sangiorgio, échappé sur la droite pour profiter d’une brèche ouverte par une montée de Tkac. Au retour à cinq, le danger demeure toutefois à l’autre extrémité du glaçon, où Valentin perd un temps ses appuis face à François Rozenthal, les retrouvant vite pour contrecarrer les plans du jumeau Maurice. La deuxième supériorité nordiste a raison de sa vigilance sur un jeu à trois rapide entre les deux anciens internationaux, conclu devant le but par N’Guyen (2-0 à 12'39").

Parfaitement lancé, Dunkerque commet un relâchement coupable, oubliant dans un premier temps le vif Jonathan Manon, dont la tentative de tour de cage est maîtrisée par Martel, et surtout Joonas Parviainen, le plus prompt à récupérer un palet ricoché contre la bande derrière le but (2-1 à 13'59"). Méconnaissables, les Corsaires voient ensuite Marc Billieras leur échapper, Jesse Goodsell se positionner de plus en plus haut et l’’ancien de la maison Vincent Lacaes se charger de semer la panique dans la zone locale. Maîtrisant le jeu de la ligne composée des trois attaquants étrangers recrutés à l’été, Jesse Goodsell enchaîne les montées, et obtient la juste récompense de ses efforts en début de deuxième acte, d’un tir sans contrôle imparable pour son compatriote Martel (2-2 à 20'37").

Cette égalisation permet au moins aux hommes de Marc Leroux de retrouver leur allant initial. Une double occasion pour Mathieu Becuwe et un tir puissant de Pelletier préoccupent Valentin et sa défense poussée à la faute suite à un nouvel essai de Folcke. L’avantage d’un homme ne permet pas à Dunkerque de créer le danger dans un premier temps, la passe de Maurice Rozenthal échappant à Dubois, contraint de récupérer le disque dans sa zone. Le jumeau François ramène alors, d’un effort solitaire dont il a le secret, le danger dans la zone méridionale. La deuxième faute consécutive, un accrocher de Billieras, expose le gardien valentinois, solide face à Thomas, mais ce dernier récupère le palet sur la mise au jeu et l’expédie en force sur le côté droit du but (3-2 à 24'38").

Le troisième filet ayant été inscrit à une seconde du retour sur la glace du quatrième élément (Lacaes), Dunkerque demeure en supériorité numérique. Une aubaine pour les jumeaux, dont la combinaison est conclue par Maurice Rozenthal, pour un palet ayant franchi la ligne fatidique selon le trio arbitral (4-2 à 25'43"). Une contre-attaque de Pelletier, dont le centre trouve Destoop, passe près d’assommer les Lynx. Ceux-ci sont à leur tour en supériorité numérique dans la foulée et ne laissent pas échapper leur chance car la passe de Thomas Gaulier est reprise instantanément par Billieras (4-3 à 29'20").

sangiorgiobastienValence s’accroche

Joie de courte durée pour le numéro 12 des Lynx, impliqué dans une échauffourée avec Clément Thomas dans le coin. Les deux joueurs sont invités à rejoindre prématurément le vestiaire, mais Dunkerque, plus lourdement sanctionné, doit subir cinq minutes d’infériorité. Très perturbant pour la défense locale, Jonathan Manon est à l’origine d’une double infériorité synonyme de pilonnage en règle de la cage de Marc-André Martel, impeccable devant les assauts venus de la paire Goodsell-Samson et auteur d’un arrêt spectaculaire pour fermer la porte à Parviainen. Finalement, à sa deuxième tentative de la bleue, Samson Samson parvient à égaliser… quatre secondes avant le retour du quatrième Corsaire sur la glace (4-4 à 33'35").

Rejoint pour la deuxième fois, Dunkerque trouve encore les ressources pour accélérer, sans tergiverser. Une première fois surpris par la paire François Rozenthal – N’Guyen, partie se heurter à Valentin, Arnaud Lazzaroni accroche Antoine Houque, entré à la place de Clément Thomas. La deuxième tentative de Maurice Rozenthal est alors la bonne, son lancer à ras glace étant dévié par la crosse de Petr Zich, posté devant le but (5-4 à 37'15"). Comme vécu auparavant, cet avantage est doublé à la reprise lorsque Maurice Rozenthal récupère un premier lancer de Dubois, mal dégagé, repique vers le centre, feinte Valentin et le trompe malgré le retour de deux défenseurs devant le but (6-4 à 42'47").

Valence, moins en verve en début de troisième période, ne semble pas en mesure de contester une troisième fois l’avantage des locaux. Acculés dans leur zone, les Lynx n’opèrent plus que par contre-attaques éparses, comme l’ancien Dunkerquois Bochna, qui lance à côté après avoir fait la différence, Sangiorgio, sur la droite, ou Manon, à l’affût d’une erreur de Tkac. Un temps mort (46’08") change cette tendance. Les visiteurs prennent les commandes sur un gros travail de leur troisième ligne, auquel une faute de Wikström met fin. Ils passent alors une minute et quarante secondes dans la zone de Martel, de nouveau solide face à la paire Goodsell-Samson.

Conscients de l’importance des deux points qui se dessinent, les Corsaires s’attèlent à défendre et se positionnent parfois très bas devant le porteur du palet. Seul un contre favorable permettra à Bochna de venir défier Martel, qui se fera une dernière frayeur sur une relance manquée que Geoffrey Bidoli ne peut exploiter devant une bien gardée par… Petr Zich (59’27").

Non sans avoir connu quelques frayeurs, Dunkerque préserve donc son avantage jusqu’à la sirène finale, pour laisser la douzième place au Mont-Blanc. Tout se jouera lors de la dernière journée, à l’issue d’un déplacement périlleux en Champagne.

Commentaires d'après-match :

Vincent Lacaes (défenseur de Valence) : "Ce match reflète un peu notre saison, entre erreurs défensives et manque d’opportunisme en attaque. On a raté de bonnes occasions de se relancer en janvier, mais, même quand l’équipe est en difficulté, elle a envie de tout donner. La saison est difficile, après avoir décidé à l’automne de nous séparer de notre entraîneur et de nous prendre en mains. Le club est dans le doute, les joueurs ne sont pas rémunérés, donc forcément cela influe sur le moral. Il faudra attendre pour savoir si le club sera financièrement soutenu par les collectivités et les partenaires, un plan de redressement est en cours."


Dunkerque – Valence 6-4 (2-1, 3-3, 1-0)
Samedi 10 mars 2012 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 975 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté de Jérémy Metais et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Dunkerque 37' (4', 4'+5’+20’, 4'), Valence 34' (4', 8'+20’, 2').
Tirs : Dunkerque 40 (12, 14, 14), Valence 45 (15, 15, 15).

Évolution du score :
1-0 à 03'55" : Dubois assisté de M. Rozenthal et F. Rozenthal (sup. num.)
2-0 à 12'39" : N’Guyen assisté de F. Rozenthal et M. Rozenthal (sup. num.)
2-1 à 13'59" : Parviainen assisté de M. Bidoli et Samson
2-2 à 20'37" : Goodsell assisté de Parviainen
3-2 à 24'38" : Thomas assisté de Wikström (double sup. num.)
4-2 à 25'43" : M. Rozenthal assisté de F. Rozenthal et Wikström (sup. num.)
4-3 à 29'20" : Billieras assisté de Gaulier (sup. num.)
4-4 à 33'35" : Samson assisté de Bochna et Goodsell (double sup. num.)
5-4 à 37'15" : Zich assisté de M. Rozenthal et F. Rozenthal (sup. num.)
6-4 à 42'47" : M. Rozenthal

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Petr Zich - Grégory Dubois (A) ; Ghislain Folcke - Martin Tkac ; Maxime Brachet.

Attaquants : Maurice Rozenthal - Benjamin N'Guyen - François Rozenthal (C) ; Clément Thomas (A) – Loïc Destoop - Mathieu Becuwe ; Guillaume Pelletier - Kim Wikström - Éric Rousseau ; Antoine Houque à 29’33".

Remplaçants : Pierrick Boudot (G), Benjamin Denis, François Moretti. Absents : Martin Croguennec (épaule), Benjami Louf.

Valence

Gardien : Jérémy Valentin (sorti à 57’46").

Défenseurs : Arnaud Lazzaroni – Jesse Goodsell (C) ; Damien Cabare – Samson Samson ; Vincent Lacaes (A) – Simon Pelisse (A).

Attaquants : Joonas Parviainen – Erik Bochna – Mathieu Bidoli ; Bastien Sangiorgio – Marc Billieras [puis Lazzaroni à 29’33"] – Thomas Gaulier ; Jonathan Manon – Geoffrey Bidoli – Guillaume Reveillon.

Remplaçant : Dylan Celestin (G). Absents : Alexis Pelisse (suspendu), Pierre Sanchez (malade).